L'avis 4★ de murielan
tome 1 - Aila et la Magie des Fées

La saga d'Aila  fantasy


fantasy français

Note : 4.6 / 5 avec 225  critiques auteure

L'avis 4★ de murielan :

À Avotour, Aila, orpheline de mère et délaissée par son père, est élevée par son oncle qui lui enseigne l'art de la guerre. Mais le royaume est menacé par les Hagans et Aila parvient à intégrer la garde d'élite créée par le roi Sérain. Sa première mission sera de trouver des alliés et, si possible, d'éliminer les traîtres. Un mission difficile pour une femme mais Aila découvre peu à peu que les fées, que l'on croyait disparues, lui offrent des pouvoirs magiques…
Un grand merci à Babelio et à UPblisher pour m'avoir permis de découvrir en numérique le premier tome de cette saga fantasy.
J'ai d'ailleurs beaucoup apprécié ma lecture. Aila est vraiment une héroïne comme je les aime. Loin de s'apitoyer sur son sort, elle est une vraie tête brûlée, courageuse, indépendante et généreuse. Même si elle ne comprend pas tout ce qui lui arrive, elle n'hésite pas à prendre les bonnes décisions.
J'ai hâte de lire la suite pour en apprendre davantage sur cette jeune fille, son histoire qui recèle encore de nombreux mystères mais aussi pour retrouver ses fidèles compagnons auxquels je me suis attachée. (source)

Retour aux avis des lecteurs - tome 1 de fantasy préféré

Aila et la Magie des Fées
de

Prix : 5,99  ebook toujours disponible
Date de parution : 29 février 2012
Environ 480 pages
✯  Éditeur : UPblisher
  → ISBN-13 : 978-2-7599-0048-0 en epub
✯  Éditeur : UPblisher
  → ISBN-13 : 978-2-7599-0047-3 en pdf
✯  Éditeur : UPblisher
  → ISBN-13 : 978-2-7599-0051-0 en format Kindle (Amazon)
✯  Diffuseur : Amazon
  → ISBN-13 : 2759903168 en livre papier pour ceux qui aiment (14,99 €)
✯  Diffuseur : Amazon
  → ASIN :  B01GERN0TU pour Kindle
✯  Diffuseur : Bookeen
  → EAN :  9782759900480  →  pour tout appareil
✯  Diffuseur : Kobo
  → id :  #1315 pour tout appareil
✯  Diffuseur : FNAC
  → id :  a7578940 pour tout appareil
✯  Diffuseur : Apple
  → id :  id1128660691 pour iPad et iPhone
✯  Diffuseur : Google Play
  → id :  GAhFDAAAQBAJ pour tout appareil
✯  Diffuseur : Decitre
  → id :  9782759900480 pour tout appareil

Achetez de préférence chez l'éditeur pour télécharger tous les formats sans aucun DRM !



Extrait gratuit d'un des livres de la saga d'Aila offert par Catherine Boullery, auteure de fantasy (autres passages sur Amazon). Excellente lecture ;)

Pour une fois, Aila n’attendit pas le petit déjeuner. De toute façon, Lomaï dormait encore et Élina n’allait sûrement pas venir la réveiller si tôt. Le Canubre avait fait son effet et elle se sentait parfaitement bien. Maintenant qu’elle avait conscience de ses nouveaux dons, elle réalisa qu’elle devait également apprendre la patience avant de les découvrir lors de situations périlleuses… Alors qu’elle passait dans les couloirs, puis par la cuisine du château, elle fut sidérée par les « dame Aila » par ci et par là, égrenés par tous les serviteurs qu’elle croisa, le tout accompagné de révérences ! Elle avait presque oublié son statut de promise d’Hubert… Après un détour pour saluer Lumière, elle rejoignit le manège, heureuse de la solitude et de pouvoir libérer l’énergie qu’elle sentait bouillonner en elle. Elle débuta par des échauffements simples avant de travailler sur des enchaînements au kenda plus complexes, qu’elle n’avait pas pratiqués depuis des mois. Certains d’entre eux lui avaient toujours donné du fil à retordre, alors elle se força à les reprendre encore et encore jusqu’à ce qu’elle eût acquis la fluidité espérée. Ensuite, elle multiplia les combinaisons. Elle courait, bondissait, plongeait, tournait et recommençait, accélérant l’allure, augmentant l’amplitude des mouvements. Elle réfléchissait à créer d’autres exercices quand la deuxième cloche sonna. Elle décida alors que, Lomaï devant être réveillée, elle pouvait rentrer se changer. Ce fut à ce moment qu’elle découvrit Hector, assis dans un recoin, qui l’observait avec attention.
— Je ne vous le répéterai jamais assez, vous êtes fabuleuse…
— Je vous remercie, sire Hector. Que faites-vous ici ?
— Il est énoncé que les portes de la vie sont ouvertes à ceux qui n’attendent pas le soleil pour se lever.
— Et ceux qui l’affirment ont bien raison.
Ils rirent de bon cœur.
— Vous n’êtes pas la promise d’Hubert, n’est-ce pas ?
Aila ne voulut pas mentir à cet homme qu’elle appréciait particulièrement.
— Si, jusqu’à ce que vous partiez. Ensuite, je serai probablement répudiée.
— Il ne vous plaît pas ?
— Je crois que c’est plutôt moi qui aurais une fâcheuse tendance à le faire sortir de ses gonds !
— Hubert ? Je voudrais bien voir cela ! Dommage… Vous formiez un si beau couple sur la piste de danse hier soir et, moi, j’aurais rêvé de prendre sa place dans vos bras…
— Mais vous l’avez été !
— Oui, mais vous n’avez pas posé le même regard sur moi…
— Vous vous trompez, sire Hector. Je n’étais qu’une fausse princesse l’espace d’une soirée et un peu d’excitation rendait mes yeux brillants à l’ouverture du bal…
— En êtes-vous bien certaine ?
— Oui, certaine. Je me suis déjà fait happer une fois par les illusions de ces soirées où la tête vous tourne et où vous ne savez plus vraiment qui vous êtes et ce que vous faites… Vous croyez donner ou prendre un cœur un soir et, le lendemain, il a déjà fondu au soleil ! Ces histoires-là ne sont pas pour moi. Je suis une combattante.
— Même les guerrières ont besoin d’amour…
— Je me suis bien passée de celui de mon père jusqu’à présent. Je saurai renoncer à celui d’un homme.
— Mais ce n’est pas la même chose, Aila ! Peut-être, un jour, souhaiterez-vous fonder une famille et élever des enfants ? D’autres combattants se sont rangés pour devenir de parfaits époux… ou épouses. Il ne sera jamais trop tard pour changer d’avis…
Elle haussa les épaules.
— Peut-être, mais aujourd’hui, ce n’est pas le cas.
— Et pourtant, son baiser vous a plu…
Elle ne put s’empêcher de maudire Hector, tandis qu’elle sentait ses oreilles s’échauffer :
— Bien sûr ! Mais comme je vous le disais, ces soirées peuvent vous tourner la tête l’espace d’un instant.
— Je vous aime bien et Hubert se comporte comme un imbécile en n’ayant pas deviné la femme que vous cachez…
— De toute façon, ceci ne changerait rien. Aujourd’hui, je ne suis que la fille d’un palefrenier depuis que j’ai perdu l’aura héroïque de mon père. Nul souverain ne se contente d’une fille de ferme pour épouse.
— Parce que pour vous la valeur d’une personne dépend de sa naissance !
— Non ! Mais son mariage avec un futur roi, oui !
— Juste. Vous pouvez rajouter cela à mes nombreux défauts, je suis un doux rêveur…
— Vous êtes surtout un charmant sire dont j’apprécie particulièrement la compagnie.
— Que voilà un compliment joliment tourné… J’en ai autant à votre service, gente damoiselle. Juste une dernière remarque, je connais bien Hubert et mon cœur est en peine de le voir barricader ses émotions et vivre aussi seul. Alors, si un jour l’envie vous prenait de le forcer à ouvrir les portes de son cœur, ne renoncez pas trop vite…
Elle hocha la tête sans répondre. Pour ne pas mettre fin aux illusions d’Hector, elle préféra ne pas lui dire que cette aventure ne la tentait pas.
— Et maintenant, que comptez-vous faire de votre matinée ? enchaîna-t-il.
— Je pars caresser Lumière, mon cheval.
— Une promenade à cheval ! Quelle brillante idée avant mon départ ! Je vais chercher Hubert, vous vous joignez à nous ?
Comment le lui refuser ? Décidément, cet homme était un manipulateur hors pair ! Sous ses dehors de naïveté profonde, il vous emmenait en douceur vers l’endroit où il voulait vous voir arriver et cela marchait. Pourquoi tenait-il tant à les forcer à se retrouver ensemble ?
— Avec plaisir. Je me change et vous rejoins ici dans un quart de cloche.
Elle se dépêcha d’effectuer l’aller-retour. Elle fut tentée de demander à Lomaï de se joindre à eux, mais elle se refusa à décevoir Hector. De toute façon, quoi qu’il eût prévu, ses bonnes intentions étaient vouées à l’échec.

Comme avec Henri et Éléonore, Hubert avait décidé de paraître charmant et sa conversation animée avec Hector ponctua la promenade. Ils étaient partis à l’ouest d’Avotour et Aila, reprenant son rôle de garde, se concentrait sur les nouveaux paysages qu’elle découvrait et sur un danger éventuel. Cependant, tout semblait étonnamment calme. Restant vigilante, elle entendait distraitement les propos échangés entre les deux cavaliers. Au départ, Hector avait bien essayé de la mêler à discussion, mais la concision des réponses d’Aila et sa mauvaise volonté évidente l’avaient finalement fait renoncer. Ils rebroussaient chemin quand elle se figea, arrêtant son cheval. Elle ferma les yeux pour écouter très loin en elle la voix qui résonnait : c’était celle d’un homme et il appelait à l’aide.
— Sires Hector et Hubert ! Je vous laisse, aucun danger ne vous guette sur le trajet du retour. Dites au roi Sérain que je serai de retour sans faute cet après-midi.
Le cheval d’Hector avait déjà fait demi-tour et trottait avec son cavalier vers elle.
— Que se passe-t-il ?
— J’ai perçu l’appel de détresse d’une personne et je dois la trouver.
— Si quelqu’un a besoin d’aide, je viens ! affirma Hector. Hubert, suivez-nous ! Nous allons accomplir notre bonne action quotidienne.
Le prince obtempéra, manifestement à contrecœur, mais lui non plus n’osa pas contrarier son second père.
— Par où devons-nous partir ? Je n’entends rien, s’enquit Hector.
Elle lança son esprit pour capter l’écho de la voix si faible et si lointaine.
— Par ici, dit-elle, en pénétrant dans le sous-bois.
Elle hésita souvent sur la route à prendre et ils changèrent de direction plusieurs fois, se heurtant à des obstacles naturels imprévus. Coincé par la présence de son second père, Hubert ne se hasarda pas à la moindre réflexion désagréable sur la conduite tortueuse des opérations dont elle fit preuve. Enfin, après un temps qui parut infiniment long, les appels d’une personne parvinrent à leurs oreilles. Ils provenaient d’une petite chaumière à l’orée du bois, dont la porte était grande ouverte. Entendant le bruit de chevaux, un homme en sortit et se dirigea vers eux en courant.
— Mes seigneurs ! Ma femme est en train d’accoucher et elle est au plus mal ! Allez chercher du secours ! Je vous en supplie !
Aila se pétrifia. Au visage du malheureux qui venait de surgir se superposa celui de l’aubergiste avec le même désarroi de perdre l’être aimé. Pourquoi s’attacher à quiconque si ce n’était que pour souffrir de sa disparition ? Descendant de cheval, elle saisit l’homme par les épaules, s’efforçant de canaliser l’attention de l’homme.
— Mon brave, je vais voir si je peux vous porter secours à votre femme. Quel est son prénom ?
— Nelle, elle s’appelle Nelle et je suis Perrain. Vous pouvez l’aider ?
— Je ne sais pas encore, mais je vais tenter tout mon possible.
Elle pénétra dans la chaumière, laissant les trois hommes dehors. Comme la terre desséchée qui entourait la maison, la pièce sombre et propre reflétait le dénuement du jeune couple. Un gémissement rappela Aila à sa tâche et elle s’approcha du lit, saisissant avec douceur la main en sueur qui agrippait le drap.
— Bonjour, Nelle, je m’appelle Aila et je suis venue pour vous aider.
Grimaçant, la femme alitée se remit à se plaindre, tandis que Perrain revenait à ses côtés.
— J’ai mal ! souffla-t-elle.
Aila projeta son esprit. En une poignée de secondes, elle analysa que le bébé s’était engagé en siège dans le bassin de la femme, mais qui, trop étroit, refusait le passage de sa tête, alors que ses pieds pointaient à l’extérieur. Nelle s’épuisait inutilement à pousser un bébé qui ne pouvait sortir et ce dernier souffrait un peu plus chaque minute. Aila sentit le désespoir l’envahir. En général, dans ces cas-là, c’était la mère ou l’enfant… Le souvenir d’un poulain mutilé pour sauver la vie de la jument lui revint en mémoire et elle en frémit d’horreur. Par les fées, là, ce n’étaient pas des chevaux ! La vie et le bonheur de trois êtres étaient en jeu : un père qui se tordait les mains, oscillant entre espoir et désespoir, et une mère et son enfant dont les souffrances devenaient insupportables. Elle devait trouver une solution et vite ! Mais laquelle ? Une idée folle naquit dans son esprit. Si elle cassait le bassin de la femme à l’endroit le plus étroit, les os s’ouvriraient et le bébé passerait… La douleur serait insoutenable pour sa mère, mais seulement de façon temporaire. Une fois l’enfant sorti, Aila n’aurait plus qu’à tout réparer.
— Mon brave, pouvez-vous aller chercher la ceinture accrochée à la selle de mon cheval ?
L’homme s’exécuta rapidement et revint accompagné d’Hector qui lui tendit la ceinture.
— Puis-je vous apporter mon aide ? lui demanda-t-il.
— Je ne sais pas encore. Ne vous éloignez pas et emmenez avec vous ce monsieur, j’ai besoin d’agir seule.
Elle prit une petite feuille qu’elle plaça dans la bouche de la femme.
— Mâchez-la lentement. Vous allez souffrir énormément, mais, après, votre bébé sera né et tout rentrera dans l’ordre. Êtes-vous prête ?
Trop affaiblie pour parler, Nelle acquiesça d’un léger signe de tête. Aila passa ses mains au-dessus du bassin, s’assurant que l’endroit le plus étroit présentait aussi le plus de fragilité. Elle inspira longuement, puis focalisa toutes les forces de son esprit pour le rompre. Cependant, l’os, plus solide que prévu, résista, tandis qu’elle s’acharnait, fermant son cœur aux hurlements de la femme. Par les fées, elle devait réussir ! Enfin, sous la pression du crâne de l’enfant, l’os fragilisé se brisa brusquement et Aila appela Hector. Elle appuya avec vigueur sur le ventre de la mère.
— Dégagez le bébé en le tirant doucement par le corps. Bien ! Attrapez la tête qui arrive en la soutenant. Bien ! Vérifiez que rien n’est enroulé autour de son cou ! hurla-t-elle, dominant les cris de Nelle.
Il obtempéra avec diligence et saisit délicatement le nouveau-né qui venait de paraître dans un silence terrifiant, la femme, submergée par l’onde de douleur, s’étant évanouie. Immédiatement, Aila s’attela à la réparation du bassin. Les os poussés par le nourrisson s’étaient écartés, meurtrissant les chairs au passage et provoquant une hémorragie qu’elle colmata partiellement pour se donner un peu de temps.
— Aila, le bébé, il ne crie pas, ça ne me semble pas normal, intervint Hector.
« Non, pas tout ensemble ! », gémit-elle intérieurement.
— Prenez en charge la femme, je m’occupe de l’enfant !
Elle l’installa sur ses genoux, cherchant le moyen le plus rapide de redémarrer sa respiration. Tout en concentrant son esprit sur ses poumons et son rythme cardiaque, elle le massait, lui parlait et, quand enfin il vagit, elle le rendit à Hector.
— Gardez-le bien au chaud ! lui dit-elle, alors qu’elle se tournait Nelle.
Malgré la fatigue qui l’envahissait, Aila ne flancha pas. Elle commença par replacer les os, prenant soin de ne pas aggraver la situation existante. Méthodiquement, elle répara la cassure, consciente de n’avoir aucun droit à l’erreur. Dans son intense concentration, elle n’entendit même pas Hector retourner dehors avec le bébé. Elle cicatrisa les chairs tuméfiées et peaufina l’étanchéité des vaisseaux sanguins, attendant la délivrance de Nelle. Heureusement, celle-ci ne tarda pas. D’un geste, elle contrôla le pouls de la femme et fut soulagée de constater qu’il était redevenu régulier. Une dernière vérification mentale sur l’état de Nelle et Aila, éreintée, s’écroula sur le tabouret au pied du lit. Alors qu’elle songeait au bonheur d’avoir sauvé une mère et son enfant, une idée la glaça soudainement : tous les efforts qu’elle venait de consacrer à deux êtres devaient avoir également épuisé les fées. Son cœur se serra. Une nouvelle fois, elle avait encore choisi l’intérêt d’un seul ! Elle ne serait donc jamais à la hauteur… Prise de vertige, elle ferma les paupières, retenant les larmes qui montaient. Perrain rentra à ce moment-là, tenant son bébé contre lui. Le silence persistant dans la maison lui avait fait craindre le pire et il avançait à petits pas, terrifié par ce qu’il risquait de découvrir. Aila rouvrit les yeux.
— Elle vit. Elle a perdu beaucoup de sang, ce qui l’a terriblement épuisée, mais elle a survécu. Le dernier danger qui la menace est l’infection. Je vous expliquerai comment l’éviter.
La joie qu’elle lut dans le regard de l’homme ne parvint pas à soulager son cœur. Était-ce une loi de la nature qui imposait de sacrifier une vie pour en sauver une autre ?
— Oh ! merci… C’est une fille, dit-il, en lui tendant le bébé avec un sourire.
Aila ne l’avait même pas réalisé quand elle l’avait réanimée. Perdue dans ses idées, elle caressa doucement la main de la nouveau-née.
— Elle est très mignonne et, maintenant, elle ira bien…
— Elle s’appelle Aila, ajouta Perrain, en la fixant.
La jeune femme posa son regard sur lui, interrogateur.
— Pour qu’elle se souvienne à jamais qu’elle vous doit la vie.
— Elle ne me doit rien, ni vous ni votre femme, d’ailleurs. Mettons que des fées bienveillantes ont dû passer par là…
C’était si vrai ! Mais combien cela leur avait-il coûté ? Combien de nouvelles fées reposeraient dans la grotte à cause d’elle et de son inconscience ? Les larmes lui brûlèrent à nouveau les yeux, mais elle les contint, un fragile sourire aux lèvres. L’homme s’approcha de son épouse qui n’avait pas encore repris connaissance et lui parla avec douceur. Étreinte par un sentiment aigu de culpabilité, Aila quitta la chaumière pour les laisser ensemble.
— Comment va la mère ? demanda Hector.
— Bien, mais elle a beaucoup souffert.
— Nous avons entendu… Le père a été très courageux, mais le pauvre a blêmi d’un coup quand le silence a succédé aux hurlements. Alors, comme vous n’appeliez pas, il a pris peur…
« Par les fées, je n’y ai pas pensé… », songea-t-elle. Encore une erreur, une de plus… Juste de quoi l’accabler davantage…
— Ma femme est réveillée. Elle désire vous parler, intervint une voix derrière elle.
Suivant Perrain, Aila retourna dans la chaumière et s’assit près de Nelle dont le visage conservait les marques de la souffrance passée.
— Je ne pensais pas que je survivrais, ni mon enfant, murmura la jeune mère, dans un souffle. Merci.
— Comme je l’ai dit à votre mari, remerciez les fées et leur magie, ajouta-t-elle, tandis que leurs mains s’étreignaient.

Quand elle quitta une nouvelle fois la maisonnette, Hector, berçant gentiment le bébé dans ses bras, discutait avec Perrain. À sa vue, il courut vers elle plus qu’il ne marcha.
— J’ai proposé à ce brave homme, étant donné que j’ai quasiment mis son bébé au monde, d’en faire ma seconde fille. Après mon cher Hubert, j’aurai une petite Aila ! N’est-ce pas magnifique ? C’est un signe des fées, j’en suis sûre ! expliqua Hector, rayonnant de fierté.
Intarissable, il exposa dans les détails ce qu’il avait planifié. La petite famille resterait ici jusqu’au complet rétablissement de la jeune maman et il allait dépêcher des gens à lui pour prendre soin d’eux. Et puis une fois tout le monde sur pied, ils déménageraient pour habiter en Hanau. Sa demeure conviendrait grandement pour accueillir toute cette petite famille. Et dorénavant, plus jamais elle ne serait vide ! Tout cela paraissait bien extravagant à Aila, mais, après tout, pourquoi pas ? D’un côté, une famille démunie qui venait de traverser de grandes épreuves et de l’autre, un homme bon qui avait tout à donner. Peut-être, sous ses dehors d’aventurier, plein d’entrain et d’assurance, la solitude pesait-elle plus dans sa vie qu’il ne le laissait penser… Aila observa Perrain qui les avait rejoints. Il semblait à la fois apaisé et perdu, hésitant à croire que tous ses malheurs étaient définitivement terminés. Une nouvelle idée explosa dans l’esprit d’Aila. Et si elle avait sauvé cette petite fille parce qu’elle était l’héritière ! Le cœur battant, elle se raccrocha à cette pensée, pressée d’en demander la confirmation aux fées. Un bruit de cavalcade leur fit tourner la tête. Avelin et Aubin arrivaient au trot.
— C’est toujours pareil ! On vous laisse cinq minutes et on vous retrouve encerclés par des bandits ou perdus au milieu de nulle part ! s’écria Avelin, moqueur. Savez-vous que tout le monde au château s’inquiète de votre absence ? La cinquième cloche a sonné depuis bien longtemps. J’ai demandé à Aubin de suivre vos traces et nous voilà…
Avelin s’inclina avec panache. Aila ne s’était pas aperçu de l’heure tardive et elle allait devoir faire face une nouvelle fois à ses responsabilités… Cependant, quand elle voulut parler, Hector la devança.
— Sérain pardonnera au vieil homme que je suis sa fantaisie et sa curiosité ! Tout est de ma faute et nous serions rentrés depuis longtemps si je n’avais pas eu envie de devenir grand-père ! Regardez, voici ma petite fille d’adoption ! C’est moi qui l’ai mise au monde et elle se prénomme Aila en l’honneur de celle qui a sauvé sa vie ainsi que celle de sa mère ! Elle est magnifique ! Allez, retournez vite rassurer le roi. Pendant que vous y serez, demandez à ce que l’on nous prépare une légère collation pour notre retour, car nous n’avons pas mangé depuis ce matin. Transmettez à mes gens que je ne partirai que demain à la première cloche et, pour terminer, faites envoyer un panier de nourriture bien garni pour cette petite famille !


Envie de voir toutes les œuvres de Catherine Boullery, auteure de fantasy ? Retour sur le site de fantasy
'