Lecture gratuite : le chapitre 1 de La Porte des Temps de Catherine Boullery
La saga d'Aila  fantasy


fantasy littérature

Note : 4.6 / 5 avec 252  critiques favorites

Le Chapitre 1 de La Porte des Temps en lecture gratuite

« Le temps presse… » Voilà ce que pensait celle qui s’était proclamée la grande prêtresse Ozyrile depuis de nombreuses années, une femme approchant la quarantaine, que l’âge avait à peine effleurée, excepté l’esquisse de quelques rides et de rares fils clairs dans sa chevelure. Ses traits réguliers, son nez droit, sa bouche légèrement étroite formaient un ensemble séduisant qui aurait éveillé l’intérêt si elle n’avait choisi de se grimer aux yeux de ses visiteurs. En effet, chacun d’entre eux devait ignorer l’identité réelle de celle que cachait ce titre emblématique, d’autant plus qu’elle préférait susciter le respect, voire la crainte, plutôt que l’attrait. Dans ce but, elle arborait une perruque hirsute dans laquelle s’entremêlaient des mèches blanches et noires, et son visage, outrageusement maquillé de fards aux teintes similaires, offrait l’apparence effrayante d’un masque mortuaire. Ceux qui pénétraient dans son antre ne pouvaient s’empêcher de frémir face à elle, le ventre noué par la peur. Aujourd’hui, sa réputation dépassait largement les frontières de son pays et son nom, comme un secret tout à la fois obscur et précieux, ne se transmettait plus que de bouche à oreille lors de murmures furtifs. Certains monnayaient à prix d’or une entrevue avec elle, car elle était « L’annonciatrice », celle qui décrivait l’avenir avec une précision aussi parfaite qu’implacable. Devant elle, ils tremblaient d’avance de perdre leur santé, leur fortune, leur amour, leur famille, tandis que, de sa voix incisive, légèrement cruelle, elle traçait sans détour leur incontournable destin, détaillant les épreuves qu’ils traverseraient, se délectant particulièrement de leur caractère sombre et tragique. Une fois à sa merci, ils ne songeaient plus qu’à lui offrir toutes leurs richesses pour dévier leur vie de son cours funeste. Ensuite, monnayer ses services ou vendre potions et onguents devenait un jeu d’enfant. De quoi se réjouir par avance de ces espèces sonnantes et trébuchantes qui rempliraient son escarcelle un peu plus. Non pas que celles-ci lui fussent nécessaires. Cependant, elles lui permettaient de mesurer son ascendant sur les hommes, si crédules, si malléables, si bêtes… De plus, avantage fort appréciable, l’argent pouvait tout acheter… Ces agréables pensées déclenchèrent son rire, légèrement grinçant, à l’image de son personnage. Si seulement les gens avaient simplement effleuré ses pouvoirs réels, bien au-delà de ceux qu’elle exploitait pour eux, ils auraient carrément blêmi avant de s’enfuir. Tout du moins ceux que leurs jambes auraient encore portés. Néanmoins, la nature de certains mystères se révélait si dangereuse qu’elle devait rester ignorée de tous. Dommage… Générer toujours plus de crainte et développer son emprise sur ces benêts ne lui auraient pas déplu.

◎ ◎ ◎

Ozyrile noya son regard dans le brouillard des gouttes d’eau qui surmontait la grande marmite au contenu bouillonnant. Un sentiment de tristesse qu’elle ne sut réfréner envahit son cœur. Chaque fois qu’elle semblait enfin atteindre son objectif, un obstacle imprévu s’interposait, reculant impitoyablement les échéances qu’elle s’était fixées… Fulminant intérieurement, son impatience redoublant chaque jour un peu plus, elle maudit ces ultimes contretemps. D’un mouvement rapide, elle s’écarta du chaudron et de ses brumes pour consulter un vieux livre dont les pages écornées et vagabondes fuyaient la reliure. Suivant de son doigt chaque ligne écrite dans une langue étrange, elle traduisit progressivement les conseils nécessaires à l’élaboration d’un élixir qu’elle vendrait à prix d’or. Pourtant concentrée sur la façon d’interpréter le sens des mots, elle leva son regard qui dépassa la table pour se poser sur deux imposants pavés ténébreux, des jumeaux de forme parallélépipédique irréprochable. Son esprit s’égara une nouvelle fois. Marin, son homme à tout faire avait entrepris un long voyage vers le nord, jusqu’aux pieds des montagnes de feu endormies pour tomber sur une veine de cette roche sombre et scintillante, suffisamment riche pour être exploitée. Soumis à des consignes précises et sous la surveillance constante de son bras droit, un artisan local avait taillé les pierres qui avaient été ensuite rapatriées chez elle, lentement, très lentement, en raison de leur masse élevée. À présent, toutes les deux constituaient un de ses plus grands trésors, deux joyaux d’origine volcanique d’une noirceur absolue qui miroitaient pourtant sous les flammes de l’âtre. Quelle incomparable beauté ! Sur leurs surfaces polies, pas le moindre défaut ; ni fêlure, ni rayure, ni même la plus petite inclusion qui auraient dénaturé leur perfection. En un mot, elles s’avéraient idéales.
Pendant les longs mois de la quête du jeune homme, elle-même avait parcouru les contrées environnantes à la recherche de nouveaux écrits traitant des connaissances qui lui manquaient encore. La chance ou peut-être un signe du destin l’avait amenée à tomber sur cet ouvrage pouilleux dont l’apparence démentait la richesse intérieure. Son ancienne propriétaire, une vieille femme insignifiante, avait accueilli chez elle, en toute naïveté, la dame qui avait frappé à sa porte. Elle lui avait montré sans méfiance ses maigres possessions, dont ce livre, livre dont elle ne se serait séparée pour rien au monde, lui avait-elle affirmé. Pour rien au monde ? Vraiment… Pas même la vie ? Finalement, si cette personne avait prévu le sort qu’Ozyrile lui réservait, probablement aurait-elle renoncé à son trésor sans regret, mais elle l’ignorait. La prêtresse voulait l’ouvrage, elle s’en empara sans verser la moindre goutte de sang. Naturellement… Sa préférence l’avait toujours portée vers les poisons. Fascinée depuis son enfance par les plantes et leurs influences sur le corps humain, elle était passée maître dans l’art d’en concocter de subtils aux actions fulgurantes et indécelables. Comment cette pauvre ignare aurait-elle pu deviner que sa charmante invitée, si agréable et pétillante, cachait un être que la morale et les remords avaient déserté depuis tant de temps qu’elle en avait oublié les effets ? Le regard fixé sur sa victime, un sourire satisfait sur les lèvres, la prêtresse avait savouré la paralysie progressive de son hôtesse ; une fois le cœur atteint, un ultime battement, et, alors que ses yeux reflétaient sa totale incompréhension, la mort avait emporté celle-ci, révélant dans son dernier souffle la présence d’un pouvoir résiduel qui s’était éteint avec elle…

◎ ◎ ◎

À nouveau, Ozyrile soupira, longuement cette fois. Comment et pourquoi la magie avait-elle pu disparaître ainsi ? Une vingtaine d’années auparavant, cette fascinante entité qui s’étiolait de plus en plus s’était soudainement réveillée, bousculant sa vie et sa conception du monde. Depuis l’enfance, ce petit quelque chose qu’elle possédait de plus que les autres et dont la nature lui avait toujours échappé avait enfin pris un sens ; parallèlement, elle avait senti s’éveiller une incroyable énergie intérieure rehaussée par une redoutable force. Malheureusement, les extraordinaires aptitudes qu’elle avait développées avaient vacillé environ deux à trois ans plus tard, abandonnant de nouveau les hommes à un sort aussi triste que terne. Dès lors, seuls avaient persisté, et ce, de façon aléatoire, quelques dons altérés et insipides, les bribes d’une puissance révolue qui l’amenaient à frémir de dégoût et de colère. Pourtant, au milieu de cette hécatombe, sa profonde détermination lui avait permis de résister. Bien sûr, elle avait rivalisé d’efforts pour renouveler son approche ; en somme, appréhender la magie autrement. Ozyrile, étrangement, paraissait être l’unique personne à avoir compris que cette entité ne s’était pas éteinte, et que, pour renouer le contact avec elle, il suffisait de modifier son regard. Aucune de ses capacités n’avait été amoindrie lors de cet indispensable transfert. Bien au contraire, sa perspicacité et sa perception avaient profité de cette évolution nécessaire pour décupler. Devenue suffisamment sûre d’elle, elle avait choisi de s’enfoncer dans un savoir toujours plus sombre soutenu par une maîtrise croissante. Une analyse objective du passé lui rappela, cependant, qu’après la disparition de la magie sous sa forme habituelle le moindre de ses progrès avait représenté un défi quotidien. Refusant de renoncer à l’essence même de sa vie, à son univers intérieur et à sa puissance silencieuse, elle avait concentré toute son énergie pour tenter de la raviver. Envoyant son esprit dans toutes les directions, vers le ciel, les étoiles, le sol, la mer, le centre de la Terre, elle avait patienté jusqu’à ce qu’enfin une vibration infime lui répondît. Lui avait succédé un laborieux travail de décryptage des nouvelles facettes de cette entité. Confrontée à sa dimension inédite, la prêtresse avait multiplié les stratégies, dont l’usage de la séduction ; comme un cheval sauvage, la magie, rebelle, aimait à être domptée, sans vous faciliter pour autant la tâche pour y parvenir… Ainsi, chaque échec encaissé avait donné à Ozyrile l’occasion de rebondir avec un regard toujours plus ouvert à la différence, sa volonté ne faiblissant jamais. Si elle savait employer son intelligence aussi intuitive que supérieure, aujourd’hui, ses immenses connaissances se heurtaient à une limite qu’elle n’arrivait pas à surmonter et qui contredisait à elle seule le caractère extraordinaire de ses pouvoirs. Son ultime espoir vacillait ; le simple fait d’y songer lui apparaissait intolérable, car elle devait réparer les torts subis par l’être le plus important de son existence. Pour ce dernier, elle était prête à tout, à mentir, à tricher, à voler et à tuer. Détenir ce livre n’avait constitué qu’un obstacle mineur à lever sur son chemin. Elle avait appris à ihnorer les vicissitudes de ses jours, à repousser les remords, à justifier ses actes les plus barbares. Quelques méfaits qu’elle eût commis, elle n’en regrettait aucun et n’hésiterait pas à recommencer si nécessaire. De fait, se débarrasser de tous ceux qui se dressaient sur sa route était devenu comme une habitude sans importance. Elle n’avait pas le choix ! Un large sourire réjoui s’afficha sur son visage. Elle adorait tant cette sensation grisante de tenir le monde entre ses mains, de se jouer des vies dans un claquement de doigts, de dominer ces personnages sans envergure… Son emprise sur eux représentait une juste revanche que son destin lui avait offerte pour remplacer l’avenir qui lui avait été volé. Elle serra les dents, puis ses yeux se voilèrent légèrement quand ses pensées s’attardèrent sur Marin dont elle attendait le retour. Finalement, elle se débarrasserait bien aussi de lui. En effet, depuis quelque temps, il semblait empiéter sur son terrain d’une manière tout à fait inacceptable. Jusqu’à présent, l’homme avait agi avec assez de finesse et de discrétion pour qu’elle décidât de le maintenir à ses côtés encore un peu. En général, la durée de vie de ses assistants n’excédait jamais une année, cependant, son dernier bras droit possédait un indéniable avantage sur ses prédécesseurs. Sa jeunesse, sa beauté et sa peau ferme contre la sienne lui apportaient un réconfort et une fièvre intérieure dont elle appréciait les instants. Alors qu’elle avait repoussé tous les prétendants depuis son adolescence avec une facilité déconcertante, Marin avait ouvert un chemin vers son corps, réveillant chez elle un désir physique dont elle ignorait l’existence. Elle se rappelait le trouble qu’avaient fait naître son regard intense fixé sur elle et la lueur admirative qu’elle y avait décelée, son frémissement sous sa paume masculine la première fois que celle-ci s’était posée sur elle, l’émotion générée par son souffle sur son cou… Elle frissonna aux souvenirs des premières caresses de sa main, de son émoi profond quand ces dernières étaient devenues plus intimes. Elle avait découvert qu’elle adorait être aimée par lui et, rien que pour cette raison, elle lui avait octroyé un sursis qui durerait jusqu’au moment où elle se lasserait. Peut-être plus rapidement que prévu si la duplicité qu’elle redoutait se vérifiait… En effet, sans en avoir l’air, lorsqu’il ne se croyait pas observé, il se rapprochait de ses grimoires et ses yeux indiscrets traînaient plus longtemps qu’ils n’auraient dû sur leurs pages bien trop précieuses pour être partagées avec quiconque, et avec lui en particulier. Sa curiosité sur des sujets qui ne lui étaient pas destinés le propulsait au rang d’ennemi potentiel dont elle devrait se méfier. D’ailleurs, pourquoi s’intéressait-il tant à un savoir qu’il ne pourrait utiliser puisqu’aucun pouvoir n’émanait de lui ? Il ne semblait rien de plus que ce qu’il paraissait et, pourtant, de temps à autre, elle frissonnait légèrement en sa présence pour une autre raison que le désir, pressentant un danger que rien de concret ne venait soutenir. Parfois, lorsqu’il apparaissait plongé dans ses pensées à l’écart des regards, elle distinguait, dans le vert sombre de ses prunelles, un éclat particulier, mélange de convoitise et de perfidie. Fugitive, l’étincelle traîtresse disparaissait, l’abandonnant dans l’incertitude de l’avoir réellement aperçue. Si seulement elle avait compris la cause de son inquiétude diffuse. Si seulement l’impact puissant des charmes de l’homme n’avait pas occulté son discernement…

◎ ◎ ◎

De nouveau concentrée, Ozyrile reprit sa lecture. Ses yeux suivirent chaque ligne de la page, puis, parvenue au dernier mot, l’esprit de la prêtresse vagabonda encore. Ah oui, le placement des joyaux noirs… L’endroit pour ériger la porte avait constitué un véritable défi doublé d’une quête longue et ardue. Elle avait sillonné la région et les contrées voisines, questionné la population, étudié dix fois les rares livres susceptibles de lui donner la moindre indication, avant de tomber sur l’information cruciale qui avait résolu toutes ses interrogations. Quelle idée d’avoir parcouru autant de chemin pour finalement localiser le lieu idéal à quelques pas de chez elle ! Une fois le seuil de sa maison franchi, un pic rocheux à contourner, une quinzaine de minutes de marche pour parvenir devant un entrelacs de buissons épineux que rien ne différenciait de tous ceux qui l’entouraient, à une exception près. Derrière lui naissait un étroit et sombre goulet qui rejoignait une grotte dont le secret devait être à tout prix préservé. D’ailleurs, le berger qui l’avait évoquée n’aurait plus jamais la langue trop longue à son sujet. Lui non plus n’avait pas résisté à ses charmes violents et mortels. Quel incroyable hasard d’être tombée sur le seul personnage, encore en vie à l’époque, susceptible de la renseigner ! Indubitablement, soutenue par une telle chance, elle devait réussir ! Dans cette cavité mystérieuse se dressait une paroi parfaitement plane et lisse, comme polie par le grain le plus fin qui fût, une ancienne porte oubliée de tous, assurément. Cependant, et ce fait demeurait un de ses plus incontournables obstacles, ouvrir un accès aussi inhabituel nécessitait une clé très spéciale. Or, la prêtresse ne disposait pas de celle-ci. En fait, le problème était plus complexe qu’il n’y paraissait, parce que nul écrit ne la décrivait et Ozyrile ne possédait pas la moindre idée de l’aspect que celle-ci pouvait revêtir ; ceci n’étant que le premier des points qu’elle devait encore résoudre. En effet, car, une fois l’objet trouvé, comment l’utiliserait-elle pour franchir la porte et revenir exactement au moment souhaité ? Si ses lectures lui avaient apporté quelques éléments intéressants à ce sujet, le passage de la théorie à la pratique lui apparaissait toujours hasardeux. Une erreur de sa part, une mauvaise interprétation, et Ozyrile disparaîtrait définitivement de la surface de la Terre… Une telle conclusion à sa quête était tout sauf envisageable !

◎ ◎ ◎

Ses doigts fins tapotèrent le livre. Comment et où pourrait-elle découvrir ces ultimes informations indispensables ? Un Oracle… Oui, inéluctablement… Sa dernière chance ne pouvait résider que dans les connaissances accumulées par une relique aussi ancienne que les portes. Depuis longtemps, Ozyrile préparait le terrain, attendant le moment propice pour lancer son attaque. Soudain, alors que ses pensées s’emballaient, elle se rendit compte qu’elle n’avait que trop tardé, s’éparpillant dans la recherche en parallèle de solutions qui, finalement, ne l’avaient menée nulle part ; les heures perdues ne se rattrapaient jamais. À présent, elle devait repasser à l’action. Refermant d’un geste nerveux son grimoire, elle se précipita vers un second qu’elle ouvrit et feuilleta à toute vitesse. Arcane, Fulgritte… Voilà, ici, Tennesse… le dernier Oracle à avoir fait parler de lui avant de disparaître aux yeux du monde, un joyau bleu à l’éclat étincelant qui se transmettait en pays Hagan, de femme en femme, de peau en peau, étrange d’ailleurs que sa trace se fût effacée en Wallanie… En plus d’être cachés dans des lieux inaccessibles, ces objets, à l’instar de la magie, présentaient la fâcheuse manie de se montrer rétifs à toute tentative de manipulation. Malheureusement, si le livre relatait son histoire passée, il n’abordait pas la plus récente… Le peu dont elle disposait lui suffirait-il pour mettre la main dessus ? De toute façon, elle devait y croire, elle n’était pas allée aussi loin pour renoncer. Selon les informations recueillies, sa dernière manifestation remontait aux grandes batailles contre Césarus. Rien qu’à l’évocation du nom de cet empereur maudit, ses yeux s’étrécirent de haine. Dommage que cet homme fût mort, sinon elle aurait pris un indicible plaisir à lui rendre coup pour coup. Si la torture demeurait inconnue à cet odieux tyran, elle lui en aurait appris chaque détour. Rien que pour lui, elle aurait rivalisé d’inventivité, testé de nouveaux poisons qui, tout en conservant sa conscience intacte, auraient mutilé son corps de façon très progressive. Chaque instant passé aurait amené ce monstre à subir d’inédites dégradations. Par exemple, il aurait regardé sa peau se boursoufler, suinter de liquides purulents et écœurants, tandis que chacun de ses organes aurait graduellement perdu leur fonction. Il aurait pourri sur pied, saignant par tous ses orifices, se vidant dans une interminable agonie, terriblement douloureuse. Malheureusement, il ne devait plus être de ce monde puisque ses nuisances avaient brusquement cessé. Cependant, personne n’avait jamais témoigné de sa mort. Une nouvelle fois, elle s’égarait. Trop de choses tournaient dans sa tête…
Tant d’énergie avait été déployée pour identifier le dernier réceptacle de cet Oracle. Naturellement, car sa renommée avait largement dépassé les frontières de la Wallanie au point de franchir celles de son pays, Le Gerek, le nom de La Dame Blanche était arrivé jusqu’à elle. Si celui-ci n’offrait pas la moindre originalité, puisqu’il n’était que l’homonyme de celui d’une légende épicréenne, la personne, elle, méritait tout son intérêt. Décrite comme une femme lumineuse, aux yeux étincelants et à la longue chevelure blanche, les récits les plus extraordinaires couraient à propos de ses prodigieux pouvoirs. Un simple geste mental lui permettait de se déplacer d’un lieu à un autre, et même d’emmener les gens. Elle contrôlait les esprits des hommes comme ceux des animaux et possédait l’incroyable aptitude d’augmenter sa puissance en unissant les êtres autour d’elle. Finalement, autant d’histoires folles pour alimenter une nouvelle légende et, cependant, parmi tous ces contes plus ou moins folkloriques, trois points ne pouvaient être démentis : cette Dame Blanche avait associé des pays que rien ne prédisposait à lutter ensemble, elle les avait emportés vers une incontestable victoire, pourtant incertaine à l’origine, et, pour ce faire, une force intérieure absolument hors norme l’avait soutenue, une force, Ozyrile en était convaincue, qui ne pouvait provenir que de cet Oracle. Malheureusement, à peine les hommes avaient-ils rengainé leurs armes que la femme s’était volatilisée, et Tennesse avec elle. Qui donc se cachait derrière cette figure mythique ? Encore une fois, la présence de Marin avait représenté un atout dans cette investigation semée d’embûches puisqu’il avait fini par extirper quelques vagues confidences à une jeune Hagane sensible à son indéniable charme. Ensuite, la prêtresse avait remonté la piste, distingué les affabulations de la réalité, croisé les faits pour acquérir l’assurance de détenir toute la vérité à son sujet. Finalement, au bout de son long voyage, elle avait découvert une personne quelconque, mariée et mère de deux enfants. Plus de rayonnement, plus de chevelure blanche, mise à part une étrange mèche, plus aucune trace d’un joyau incrusté dans sa peau et absolument plus rien d’une exceptionnelle combattante, la banalité à l’état pur. Ozyrile avait hésité, se serait-elle fourvoyée ? Point par point, elle avait repris la logique de son raisonnement et, sans conteste, cette femme ne pouvait être que cette Dame Blanche, mais, en perdant sa pierre bleue, elle avait abandonné son incomparable aura. Malgré cette cruelle déception, la prêtresse avait refusé de s’avouer battue. S’installant pour quelque temps à Antan, elle l’avait observée vivre avec sa famille, en espérant que, derrière le pouvoir de l’Oracle, se dissimulait également une part de magie personnelle qu’elle aurait pu conserver, comme c’était le cas pour elle, et transmettre à sa descendance. Mais non, cette mère était aussi insipide qu’elle le semblait, menant une vie rangée d’un ennui profond, avec une fille effrontée, dénuée de réflexion, et un fils totalement effacé, si transparent qu’elle lui avait à peine accordé un coup d’œil. Seul l’époux avait trouvé grâce à son regard, une belle prestance, un combattant aguerri dont l’énergie intérieure s’exprimait autant dans la démarche que dans sa façon de se battre. En l’observant, elle avait même songé qu’il pourrait avantageusement remplacer Marin quand elle s’en débarrasserait. Son homme à tout faire lui avait donné le goût du plaisir et elle ne comptait pas s’arrêter là. Dommage qu’elle eût choisi de rester invisible aux yeux de ce séduisant père de famille, sinon, pour une fois, elle aurait abandonné ses poisons pour des potions aux effets plus sensuels… Enfin, ce dernier point n’avait constitué que la plus mince de ses déconvenues. Sur le chemin du retour, l’esprit en alerte, elle avait élaboré un plan machiavélique dont elle avait soupesé chaque retombée. À l’époque, elle ne savait pas encore comment l’utiliser, mais, aujourd’hui, le moment était venu d’avancer ses pions un peu plus loin. Qu’importait si Ozyrile se trompait de cible, ce ne serait qu’une victime collatérale de plus et, depuis longtemps, elle ne s’embarrassait plus de ce genre de considération, surtout qu’elle éprouvait un immense mépris à l’égard de cette femme. Quelle personne, sinon d’une stupidité affligeante, pouvait avoir détenu autant de puissance et accepté de s’en séparer sans se battre ? La prêtresse frémit, ressentant le désir intense de la réduire en miettes pour lui faire payer son insupportable couardise, puis, pour calmer le rythme accéléré de son cœur, elle inspira lentement. Comme cette mère représentait le seul lien qu’elle possédait avec l’Oracle, Ozyrile avait commencé à jouer avec elle, testant les effets de ses plantes, ses manipulations de l’ombre ne se confrontant à aucune résistance apparente. Face à cette docilité, son pouvoir de suggestion sur elle s’était avéré d’une redoutable efficacité. Elle déplaçait donc ce brave pion au gré de son humeur, détruisant chaque jour un peu plus sa vie, son équilibre et sa famille. À présent, alors que son objectif se dessinait clairement, la moindre étincelle suffirait à faire exploser définitivement son existence bien réglée. Pourquoi pas maintenant ? Si tout se passait au mieux, les conséquences bénéfiques pourraient être doubles. Le cliquetis des ongles de la prêtresse s’accentua sur le livre, tandis qu’une moue de mécontentement crispait son visage. Non, tout ne se passait pas au mieux et le temps pressait… Elle allait devoir accélérer le déroulement des faits, sinon la personne qu’elle aimait le plus au monde ne vivrait probablement pas de nouveau printemps et, ça, elle refusait de l’envisager… S’éloignant de l’ouvrage, elle détailla les pots d’herbacées alignés sur plusieurs étagères, cherchant la plus adaptée à son projet. Elle se décida pour de la poudre d’Hervette, sa préférée, celle dont elle maîtrisait parfaitement les effets et qui rendait son pouvoir encore plus puissant et subtil. Sur le point d’en jeter une pincée dans la marmite aux flots bouillonnants, un coup frappé à la porte retint son geste. Son cœur rata un battement. Rapportait-il enfin le maillon qui lui manquait ?
— Entre, dit-elle, sans se retourner.
Marin, un jeune homme aux boucles brunes qui encadraient un visage aux traits fins et réguliers pénétra dans la pièce. Il affichait une mine sombre à laquelle deux sourcils fournis offraient une impression ténébreuse.
— Alors ? reprit-elle, d’un ton pressant.
Un sourire mutin s’épanouit sur les lèvres de son bras droit, transformant sa physionomie du tout au tout. Le cœur d’Ozyrile bondit. Décidément, ce garçon l’agaçait. Suggestif, il tapota sur sa poitrine du plat de sa main et, son regard de velours fixé sur elle, répondit d’une voix suave :
— Il est là… Mais, pour l’obtenir, il va falloir venir le chercher…
La prêtresse n’hésita pas. Elle se rapprocha de lui et se laissa enlacer. Sa tête basculée en arrière, elle s’adonna au frémissement des baisers sur son cou tandis que des doigts experts ouvraient des voies vers son corps et sa peau. Alors, qu’adossée au mur, elle s’alanguissait sous ses assauts, un éclair de lucidité la traversa. Elle pressentit l’influence croissante qu’exerçait l’amant sur ses sens ; maîtrisait-elle encore vraiment la situation ? Dans un gémissement, sa clairvoyance s’effaça et, ce faisant, elle commit la plus grande erreur de sa vie. Mais aurait-elle pu l’éviter ?

◎ ◎ ◎

Longtemps après le départ de Marin, Ozyrile était restée immobile, partagée entre fébrilité et crainte, le petit grimoire serré contre elle. Elle écoutait battre son cœur au rythme de l’espoir qui venait de se raviver. Dans cet ouvrage, à n’en pas douter, elle obtiendrait toutes les réponses convoitées depuis tant d’années. Après toute cette patience, toutes ses attentes déçues, demeurait intacte cette volonté de redonner le bonheur à celui qui le méritait plus que tout au monde. Cependant, elle hésitait presque à ouvrir le carnet, préférant se délecter par avance de sa découverte, l’imaginer avant de le savourer… Alors, elle avait posé le livre sur la table, prenant soin de l’oublier un moment, puis avait vaqué à ses occupations, préparant, entre autres, quelques potions et pommades, comme d’habitude. Pourtant, pendant ce temps employé à d’autres activités, son esprit n’avait cessé de réfléchir, dressant des plans de plus en plus précis, s’apercevant que rien ne l’arrêterait, jamais. Ingénument, elle se prit à rêver que, si elle parvenait à corriger le mal immérité qui avait frappé son histoire, l’avenir pourrait devenir différent. Ainsi, elle sauverait deux cœurs purs en même temps. Si la sienne ne comptait pas, en revanche, l'autre valait tous les efforts entrepris et elle arracherait cet homme qu’elle aimait au-delà de toute raison au destin effroyable qu’il avait connu. Aujourd’hui, meurtri autant dans sa chair que dans sa tête, courageux jusqu’à l’abnégation, il luttait chaque jour pour ne pas l’abandonner à une vie sans lui, alors que son désir de vivre s’était éteint depuis des années… Quand elle franchirait La Porte des Temps, but ultime pour lequel elle se battait chaque jour, elle réparerait toutes les injustices criantes. Grâce à ce retour dans le passé, elle lui offrirait une seconde chance d’être heureux, de gommer les méfaits des êtres maudits qui avaient ruiné son existence et brisé son corps. Si, depuis son arrivée, Marin se chargeait d’une part de son sale boulot, avant lui, elle s’était occupée personnellement de toutes les tâches, des plus viles aux plus sordides. Elle s’en moquait, car, bientôt, celui qu’elle adorait serait libéré des chaînes qui l’entravaient, de la souffrance et du malheur, et elle le retrouverait comme avant, comme elle l’avait toujours aimé, comme elle n’aurait jamais voulu le quitter… Allongée sur son lit, elle imagina cet instant merveilleux, dans tous ses détails, un sourire ému sur les lèvres et des larmes au bord des yeux. Le sommeil la prit en traître et elle s’endormit, l’ouvrage contre sa poitrine.

◎ ◎ ◎

Sans même en percevoir la lumière, Ozyrile se réveilla et comprit que le matin était déjà revenu. Comme un flot irrépressible, toutes ses pensées de la veille refirent surface et elle se réjouit de la journée qui s’annonçait, de son destin qui allait basculer, car, enfin, toutes les réponses manquantes lui seraient révélées au fil des pages. Chacun de ses mouvements mesurés, elle se redressa. Le battement calme de son cœur l’étonnait presque, mais il lui renvoyait l’écho de la confiance, entière, qu’elle avait retrouvée. Assise à sa table, absorbée dans la contemplation du livre, elle prit le temps de caresser lentement la couverture, son regard fixant le titre comme pour vérifier une nouvelle fois qu’elle ne rêvait pas : « Le carnet de T. Trully ». Le geste empreint d’un immense respect, elle ouvrit l’ouvrage et entama sa lecture. D’un coup d’œil rapide et avec un plaisir indicible, elle inspecta le sommaire, avisant en particulier la dernière ligne, la septième, dont le libellé lui démontra que toute sa détermination et ses recherches n’avaient pas été vaines. Cependant, pas de précipitation. D’abord, confirmer toutes ses connaissances antérieures avant d’atteindre le passage qu’elle convoitait tant. Les premiers paragraphes détaillèrent un historique dont elle maîtrisait chaque événement. Puis, elle entra dans le vif du sujet : l’aspect de la paroi, le choix et la taille des pierres noires, la manière de les positionner, les endroits dans lesquels les portes aimaient à se dissimuler au regard des hommes… Chapitre après chapitre, Ozyrile plongeait de plus en plus profondément dans le savoir ancestral sur ces incomparables lieux de traversée d’un temps vers l’autre, son esprit tendu comme la corde d’un arc prêt à se rompre, le cœur battant du rythme lent qu’elle lui imposait, se rapprochant inéluctablement de la façon de les activer. Un sourire fugitif éclaira son visage et elle oublia la pièce autour d’elle, son imagination enflammée par la projection de cet instant où, toutes les clés en main, elle la franchirait pour modifier le passé…

◎ ◎ ◎

Après plusieurs heures de lecture patiente et attentive, Ozyrile parvenait au dernier volet de l’ouvrage. Submergée par ses émotions, elle apprécia le sentiment de jubilation profonde et intense que ressentait celui sur le point de vaincre, le plaisir indescriptible de se sentir maître de sa vie comme de celle de tous. Bientôt, grâce à son extraordinaire talent et son savoir complété, son pouvoir ressusciterait les portes et elle seule serait capable de les emprunter. Alors, sa toute-puissance devenue illimitée, elle tiendrait l’avenir de chacun entre ses mains. Un sourire naquit sur ses lèvres, tandis qu’elle cherchait à mémoriser cet instant fatidique où son statut de prêtresse basculerait à celui d’être omnipotent… Quel titre pourrait-elle prendre pour cette nouvelle fonction ? Qu’existait-il au-dessus des hommes dont elle pourrait s’inspirer ? Elle fronça les sourcils. La Maîtresse des temps ? L’Excellence de la porte ? Aucune importance… Bientôt, elle serait payée très cher pour modifier le passé. Peut-être finalement n’aurait-elle plus à se cacher… Baignée par ses rêves intérieurs, elle ferma les yeux et imagina son avenir dans un palais luxueux, entourée de serviteurs, sollicitée en permanence par ceux, implorant son aide, qui déposeraient toutes leurs richesses à ses pieds. Là, elle déciderait qui mériterait son attention ou subirait son dédain. Sans le moindre ménagement, elle ferait jeter dehors ceux qu’elle mépriserait au premier regard ou, alors, les ferait tuer, parce que leur existence représenterait une insulte à sa grandeur. Parfois, elle demanderait plus qu’être payée en monnaie sonore, quand un homme lui plairait. Depuis qu’elle avait pris goût à l’amour physique, elle voulait tester la diversité, d’autres façons d’être satisfaite sexuellement. Comme elle n’aurait qu’à claquer des doigts, pourquoi ne profiterait-elle pas de leur corps comme du reste ? Décidément, cette nouvelle vie lui conviendrait à la perfection : le pouvoir, la puissance, la manipulation, l’argent et le plaisir…

◎ ◎ ◎

Le moment était venu de découvrir les informations que lui réservait le dernier chapitre. Elle traduisit les phrases au fur et à mesure, consultant, quand elle butait encore sur un mot, un lexique qu’elle avait constitué sur les différents langages rencontrés lors de ses investigations.

« Très longtemps, j’ai cherché le moyen d’activer cette porte en testant de multiples approches. Mes aptitudes ouvraient un champ de possibilités infinies ; ainsi, ma première démarche a été d’accorder mes pouvoirs avec leur fonctionnement et obtenir d’elles, ne serait-ce qu’un frémissement, face à mes sorts et incantations. Pendant presque cinq ans, en parallèle avec la poursuite de mes explorations, j’ai essayé la magie sous toutes ses formes, sans succès. Devais-je en déduire que celle-ci était inopérante ou que, malgré toutes mes tentatives, je n’avais pas encore trouvé la bonne technique ?
Admettre cette première défaite m’apparut très difficile, surtout que tout était en place : la paroi au grain si fin qu’au toucher elle paraissait semblable à de la soie, mes deux pierres noires et brillantes installées sur le sol et encadrant ce qui aurait dû être une porte et qui, pour l’instant, n’était rien d’autre qu’un mur en attente d’être éveillé…

◎ ◎ ◎

Après avoir repris le problème depuis le début, je cherchais l’erreur de raisonnement, celle qui expliquerait mon échec si près du but… Finalement, si ni gestes ni mots ne fonctionnaient, un objet inconnu manquait probablement à mon analyse, mais lequel ?
Immédiatement, j’envisageais un fluide, mais, las de ces années perdues à égrainer tous les sorts et incantations, je ne me sentais plus suffisamment courageux pour essayer tous ceux qui existaient. Malgré tout, incapable de renoncer complètement à cette solution, je me lançais dans une réflexion approfondie sur la nature des espèces que devrait inclure ce liquide. Je commençais par tester l’eau, puis toutes les essences et produits que j’avais à ma disposition, une nouvelle fois sans succès, ce qui m’amena à abandonner, persuadé que je m’étais investi, encore une fois, dans une voie sans issue. Tandis qu’un soir je rangeais de vieux documents avant d’aller me coucher, je fis tomber une boîte placée au même endroit depuis tant d’années que j’en avais oublié le contenu. Je m’amusais donc à recenser toutes les babioles insolites qui gisaient sur le sol, leur pays d’origine et leur fonction, quand, tout d’un coup, je compris. La clé ne pouvait être qu’une sorte de talisman unique dont le rôle serait inconnu de tous et de moi également… Bien qu’encore vague, cette conception raviva un souvenir, mais, à peine le frôlais-je, qu’il s’évanouit. Cependant, il m’abandonna l’idée troublante que j’avais croisé cet incroyable objet longtemps auparavant, sans qu’il me revînt ni où ni quand.

◎ ◎ ◎

À un sommeil agité succéda une journée pleine d’effervescence. Vingt ans de vie que je parcourus dans mes petits carnets noircis d’annotations, dans l’espoir de retrouver les mots ou l’événement qui réveilleraient ma mémoire.
Que de jours et de nuits passés à redécouvrir mon existence et, soudainement, à la considérer, non plus jour après jour, mais dans sa globalité, comme si je n’avais vécu que pour accomplir un objectif ultime : rallumer cette porte grâce à mon expérience.
Alors que la fatigue me terrassait, que mes yeux me piquaient au point de pleurer, je demeurais solide, me laissant emporter par les idées généreuses qu’une réussite de ma part permettrait d’apporter à chacun. Je changerais le monde en un autre meilleur, réparerais les torts commis envers les hommes de bien, sauverais ceux qui n’auraient pas dû mourir. Je serais une ombre discrète et attentionnée, au service de tous. Je serais le gardien fidèle de la porte et, vigilant, je la protégerais de ma vie si je le devais, quitte à la détruire une nouvelle fois, pour que jamais aucune main mal intentionnée ne s’en saisisse.

◎ ◎ ◎

De toutes mes forces, je chassais donc la fatigue et, après avoir ouvert la dix-septième année, je tombais quelques pages plus loin sur une rencontre particulière à plusieurs points de vue. En effet, je m’en souvenais parfaitement. Alors que je travaillais avec assiduité sur la réaction chimique entre différentes substances, un flacon vidé de son contenu me poussa hors de mes murs. Parcourant les rues à toute vitesse pour rejoindre la boutique de l’herboriste, mon regard perçut un éclat que je ne parvins pas à localiser au premier abord. Curieux, je m’arrêtais, désireux de saisir l’origine de cette sensation incongrue. Bientôt, le scintillement recommença et mes yeux se fixèrent sur un jeune homme, de toute évidence étranger à la ville. Je me rapprochais de lui, fasciné par le rayonnement qui semblait émaner de son corps, à la hauteur de sa poitrine. Cependant, quand j’arrivais à ses côtés, la lumière avait disparu. Aussitôt, je tentais d’engager la discussion avec lui, hypnotisé par une petite pierre aux reflets irisés qui reposait dans l’échancrure de sa chemise. Malgré son apparence tout à la fois banale et mystérieuse, celle-ci attisa tant ma convoitise qu’après quelques échanges rapides, je n’hésitais plus, prêt à offrir à son propriétaire tout l’or que je possédais. Alors que je partageais avec lui mon désir de l’acheter, il me demanda, visiblement étonné : “Quelle pierre ?” Je restais coi un instant, puis précisais : “Celle que vous portez sur vous…” Fronçant les sourcils, il sembla réfléchir un moment, puis sourit : “Ah, celle-là… Ainsi, vous la voyez ?” Surpris par sa remarque, je hochais simplement la tête. “Elle est à vous”, conclut-il en détachant le nœud du cordon qui la retenait à son cou. D’un geste net, il l’accrocha sur moi, tandis que je demeurais stupéfié, puis s’éloigna dans la foule avant de disparaître. Lentement, ma main remonta vers elle et, avec crainte, la saisit comme pour me convaincre qu’elle était bien devenue mienne. Aussitôt, l’inquiétude de la perdre naquit et, jetant des coups d’œil suspicieux aux alentours, je l’enfouis sous mes vêtements de peur d’attirer les regards. Renonçant à mon achat, je rentrais au plus vite chez moi, sa douce chaleur contre ma peau.

◎ ◎ ◎

Comment avais-je pu effacer de ma mémoire cette pierre mystérieuse ? Peut-être suis-je une personne trop inconstante… Un nouvel objet d’attention quelques mois plus tard l’avait probablement reléguée au second plan. Mais, à présent, tout me revenait, sa couleur si extraordinaire dont les nuances dansaient sous la lumière, son éclat qui l’illuminait de l’intérieur vers l’extérieur, sa taille si particulière et si parfaite qu’elle ne semblait être le résultat du travail d’aucun homme et son origine indéterminée, car, connaisseur des roches terrestres, je ne parvenais pas à en identifier la nature. Accrochée au cordon qui la retenait, elle tombait mal et, pourtant, il me vint à l’esprit que ce déséquilibre apparent ne représentait qu’un leurre pour en faire oublier la valeur intrinsèque… Je l’avais certainement rangée dans une de mes nombreuses boîtes à trésors. Restait maintenant à découvrir laquelle d’entre elles renfermait cette inestimable richesse.

◎ ◎ ◎

Une nouvelle fois, je passais des jours et des nuits à ouvrir et recenser le contenu de mes petits coffrets. Quand, enfin, je parvins au dernier, je demeurais confiant, elle ne pouvait qu’y être. Mais, une fois vidé, le désespoir m’envahit… Peut-être que, voulant mieux la protéger que la plupart de mes possessions, j’avais choisi pour elle un abri plus secret. J’avais beau me creuser l’esprit, aucun souvenir ne me revenait en mémoire. Atterré, je m’assis à ma table, prostré, me maudissant pour mon insupportable bêtise… Je restais ainsi, figé pendant un long moment, incapable de trouver le moindre réconfort à mon chagrin. Puis, telle une lumière vive et brève, une idée saugrenue me traversa et, aussi incroyable fût-elle, mon visage s’illumina. Ma main se dirigea vers mon cou et y redécouvrit la pierre que je n’avais jamais enlevée, inaccessible à tous, sauf à moi. Mais, alors, si elle était la clé, pourquoi la porte ne s’était-elle jamais activée quand je la portais ? C’est à cet instant précis que je compris tout. »

◎ ◎ ◎

L’inquiétude d’Ozyrile qui avait cru au fur et à mesure que sa lecture avançait se transforma en rage encore contenue. Le cœur alarmé, elle était parvenue au bas de la dernière page du livre et la fin tant attendue manquait. Elle accusa le coup, le souffle court. Son doigt qui parcourait la reliure y perçut de légères aspérités et ses doutes volèrent en éclats : un feuillet avait été arraché. La violence du choc de cette découverte crispa son visage dans un rictus de souffrance profonde, puis un hurlement jaillit de sa poitrine. D’un geste de colère, elle balaya tout ce qui se trouvait à portée de main avant de sortir dans le couloir.
— Marin !
Où était la page ? S’en était-il emparé ? Si oui, il le paierait de sa vie et sur-le-champ. Elle le ferait avouer ! Personne ne lui résistait et lui, comme les autres, s’agiterait sous ses ordres comme un pantin. Le jeune homme arriva rapidement, l’air préoccupé.
— Grande prêtresse, j’ai entendu votre appel. Que se passe-t-il ?
Il paraissait sincère, mais Ozyrile ne se laissa pas détourner de son objectif initial.
— Où est-elle ? Où est la dernière page ?
Une incompréhension absolue s’afficha sur le visage de Marin.
— Mais de quoi me parlez-vous ? Quelle page ?
— Ne me raconte pas d’histoire ! cria-t-elle en se précipitant sur lui. Je veux l’ultime feuillet du livre que tu m’as dérobé !
— Moi ? Jamais ! Je respecte scrupuleusement toutes vos interdictions. Comme il se terminait par une phrase complète, j’en ai déduit, apparemment à tort, qu’il était intact.
Les traits de l’homme se décomposèrent et il enchaîna :
— Comment pouvez-vous douter de ma fidélité absolue à votre cause ? Moi qui vais au bout du monde pour exaucer tous vos vœux, les plus dangereux comme les plus fous, moi qui mets ma vie en péril quand elle n’est pas entre vos mains… Vous connaissez la vénération sincère que vous m’inspirez au même titre que le profond désir que j’éprouve pour vous, votre beauté envoûtante, votre incomparable force, vos talents inégalés, votre puissance prodigieuse…
Au fur et à mesure que l’homme s’exprimait, ses mots cajoleurs amenaient la colère d’Ozyrile à vaciller et il n’en fut pas dupe. Il poursuivit, en se rapprochant d’elle peu à peu :
— Tout ce que je donne chaque jour n’est que pour vous. Je ne suis que votre humble serviteur dévoué jusqu’à la mort.
Ozyrile réagit à sa proximité et se détourna en répliquant :
— Tu connaîtras cette mort, lente et douloureuse, si tu me trahis et, crois-moi, je saurai faire durer le plaisir !
Il ne se laissa pas impressionner et appuya son corps contre le sien.
— Je ne doute pas une minute de votre aptitude à me réduire à l’état de larve et, pourtant, je reste, totalement soumis à vos envies… La prêtresse cessa de résister. Elle saisit les mains de Marin qu’elle posa sur sa peau, une nouvelle fois inconsciente de la puissance de son désir. Pour l’instant, la page manquante venait d’être reléguée loin dans ses priorités. D’ailleurs, elle possédait une solution de rechange qu’elle mettrait en place dès que l’homme aurait satisfait ses sens.

❈ ❈ ❈ ❈ ❈
Retour au tome 5 - La Porte des Temps

Tome ➀ - Aila et la Magie des Fées heroic Tome ➁ - La Tribu Libre lectrice Tome ➂ - L'Oracle de Tennesse heroic Tome ➃ - La Dame Blanche recommandation Tome ➄ - La Porte des Temps préféré Tome ➅ - Une Vie, voire Deux littérature Tome ➆ - Un Éternel Recommencement saga Tome ➇ - L'Ultime Renoncement recommandation ➀ à ➃ - La Première Époque meilleur Tous les tomes de la saga de fantasy auteure La romancière Catherine Boullery heroic #fantasy recommandation


Extrait gratuit d'un des livres de la saga d'Aila offert par Catherine Boullery, auteure de fantasy (autres passages sur Amazon). Excellente lecture ;)

En un clin d’œil, Aila et les princes se remirent en route. La jeune fille prit une direction légèrement différente de celle de Barreuse, tandis qu’Avelin et Adrien la suivaient sans poser de questions. Au bout d’une heure de galop effréné, les trois amis ralentirent, puis s’arrêtèrent sur un chemin forestier. Elle descendit de sa selle et avança dans les fourrés.
— Le voilà, il s’est tordu la cheville et son état est préoccupant. Par ici.
Les deux frères l’accompagnèrent. Elle les guida à travers la forêt. Bientôt, ils abandonnèrent les chevaux et continuèrent à pied, s’enfonçant plus avant dans les broussailles. Soudain, une voix rauque, comme celle d’un homme éméché, s’éleva sur leur droite :
— N’approchez pas ! Je vous jure que si vous approchez, je vous tue !
— Frappier, je suis Aila et je suis venue pour vous soigner.
— Je ne suis pas malade ! N’approchez pas, je vous dis !
— Non, naturellement, mais vous êtes blessé, votre cheville est tordue.
— C’est faux, vociféra-t-il. Ma cheville va très très bien… Décampez, je ne le répéterai pas !
L’homme demeurait invisible, caché par les buissons. S’accrochant dans les ronces environnantes, elle avança lentement vers lui. Elle pressentit un danger imminent. Malheureusement, sa manche, agrippée par des épines, la retint et ce fut Avelin qui la tira en arrière de toutes ses forces, arrachant au passage un morceau de tissu. La flèche vibrante frôla le visage d’Aila qui soupira. Il s’en était fallu de si peu… Elle ferma ses paupières un instant, le dos appuyé sur son sauveur, le temps de calmer sa frayeur.
— Merci, Avelin ! lui souffla-t-elle.
— De rien ! Je protège mes intérêts, car je compte bien vivre d’autres aventures avec toi ! lui répondit-il, taquin.
Immobile, Aila réfléchissait. Puis, sous les yeux ébahis des princes, elle dénatta ses cheveux et ôta son gilet qu’elle confia à Avelin. Pour terminer, elle dégrafa plusieurs boutons à sa chemise, révélant des atouts rarement mis en valeur. Croisant les regards surpris de ses amis, elle tenta de s’expliquer, légèrement rougissante :
— Ce garçon a sombré dans la folie. Cette maladie qui frappe les organes a atteint le cerveau. Cependant, Frappier a passé sa vie à aimer les femmes et je le soupçonne d’être encore réceptif à leurs charmes. Vous croyez que, habillée comme un homme, je puisse paraître séduisante, avec ces quelques modifications, aux yeux d’un être que la folie guette ? demanda-t-elle, soudain très sérieuse.
— Si tu défais deux boutons de plus, c’est certain ! se moqua Avelin.
En réponse, il reçut un coup de coude dans les côtes.
— Frappier, c’est votre amie Aila, dit-elle d’une voix qu’elle essayait de rendre la plus suave possible. Vous me manquiez tellement depuis votre départ. Pourquoi m’avez-vous quittée ? Vous êtes toute ma vie et vous m’abandonnez… Laissez-moi venir dans vos bras pour profiter de vos baisers.
Bon an, mal an, elle s’extirpa du mieux qu’elle put des ronces et contourna le buisson, mettant en avant son décolleté provocant sur lequel flottaient ses cheveux. Elle le vit enfin, assis sur le sol, un arc à la main. Désespérément, elle chercha à se remémorer comment les filles se débrouillaient pour aguicher les garçons. Un peu au hasard, elle plaça sa main gauche sur sa hanche, agitant la droite devant l’échancrure de sa chemise, comme si elle avait trop chaud. Attiré par son geste, le regard de Frappier se posa sur son cou et la naissance de sa poitrine, ne les quittant plus des yeux. Elle s’approchait de lui à pas lents, la démarche ondulante, le flattant de mots trompeurs. Elle lui parlait de lui, de sa beauté, de son charme, de son intelligence, de l’amour qu’il avait fait naître en elle. Quand elle parvint à ses pieds, elle s’assit à son côté, consciente de la respiration saccadée de l’homme. Lui, le regard toujours fermement rivé sur le décolleté, était devenu apathique. Brusquement, les yeux de Frappier se figèrent. Elle était arrivée trop tard pour le soigner, il était mort… Le cœur empli de regret, Aila reboutonna sa chemise et étendit Frappier par terre avant d’appeler les deux frères. Ils s’avancèrent et Adrien suggéra de l’enterrer.
— Ce ne sera pas la peine, répondit-elle.
En un instant, la terre recouvrit l’homme et le fit disparaître sous un épais tapis végétal à la forme particulière.
— Mais comment fais-tu cela ? s’exclama Avelin.
— Je ne sais pas trop. J’ai espéré pour lui une tombe différente et le pouvoir des fées l’a réalisée… De plus, si son père veut un jour le ramener au village, il saura le retrouver. Partons, nous avons juste le temps de revenir à Pontet pour y dormir. Nous passerons demain matin à l’étang sur le chemin du retour vers Avotour.

Quand ils arrivèrent au village, la vie reprenait ses droits. Les rescapés les accueillirent comme des héros, malgré ce que chacun avait perdu, et tous venaient les remercier avec maladresse et sincérité. Comme une ombre discrète, la petite fille qu’Aila avait sauvée ne la quitta plus des yeux à partir du moment où elle l’aperçut et la suivit de maison en maison, de rue en rue. Aila et les princes finirent par rejoindre la salle du conseil pour indiquer à Dopier l’endroit où Frappier reposait et l’épuration prochaine du plan d’eau. Aila déconseilla sa fréquentation jusqu’à ce que le cycle de vie de la plante fût bouclé, soit environ pendant trois mois.
— Excusez-moi un instant, expliqua-t-elle en s’interrompant.
Elle jaillit hors de la pièce comme une flèche avant de revenir, une petite fille à la main. Fâchée par l’attitude de l’enfant, elle rabroua Niamie avec sévérité :
— Personne ne t’a donc jamais appris qu’écouter aux portes était impoli ?
Impassible, l’enfant, aux yeux d’un vert clair absolument fabuleux, plongea son regard dans le sien.
— Je n’ai plus de famille pour me le dire aujourd’hui.
Aila se radoucit instantanément.
— Je le sais, Niamie. Je suis très triste d’être arrivée trop tard pour les sauver…
— Vous avez fait ce que vous avez pu. Maintenant que je n’ai plus personne, emmenez-moi avec vous. S’il vous plaît…
— Voyons, c’est impossible. Notre pays court un grand danger et une fillette comme toi n’a pas sa place aux côtés d’une combattante.
— J’ai voulu vivre parce que vous m’avez dit que vous aimeriez avoir une petite fille comme moi…
Les yeux de Niamie se remplissaient de larmes. Touchée par sa détresse, Aila s’accroupit à sa hauteur et saisit ses épaules.
— C’est vrai, Niamie. Cependant, je ne laisserai jamais mon enfant risquer sa vie près de moi. Bien au contraire, je la confierai à des gens sûrs.
— Mais ici, il n’y a plus personne pour moi !
— Je suis certaine que si et je vais m’en occuper immédiatement avec le chef du conseil.
Niamie s’écarta brusquement.
— Vous ne comprenez rien ! Je n’ai plus ma place à Pontet. Alors, où vous irez, j’irai ! Vous ne m’en empêcherez pas !
Elle posa un regard frondeur sur Aila et pourtant plein de lumière, puis s’enfuit. La jeune combattante se releva, ennuyée par la réaction de l’enfant.
— Vous prendrez soin d’elle ? s’informa-t-elle auprès de Dopier.
— Bien sûr ! répondit ce dernier. Elle a toujours été une petite fille adorable, avec un sacré tempérament. Il est un peu normal que le contrecoup de la mort de sa famille l’ait rendue enragée. Avec de la patience et malgré l’absence de ses parents, nous devrions parvenir à lui faire accepter la situation.
Aila perçut le sourire moqueur d’Avelin qui semblait lui indiquer que la détermination farouche de Niamie la confrontait à ses propres excès. Le pire était qu’il avait raison, la fillette ne renoncerait pas facilement, elle en était persuadée. Pourtant, elle ne pouvait quand même pas l’embarquer avec elle dans une aventure inconnue qui se révélerait pleine de dangers…

La petite troupe d’Avotour partit prendre du repos. Ils étaient tous si épuisés qu’ils s’allongèrent après avoir grignoté un morceau vite fait. La chandelle soufflée, Avelin demanda à Aila :
— Tu crois qu’elle va abandonner ?
Elle sut qu’il faisait allusion à Niamie.
— J’en doute…

Au petit matin, le réveil fut difficile pour chacun d’entre eux et, plus particulièrement, pour Aila. La tension diminuant, elle ressentait cruellement toute la fatigue physique due à ce qu’elle venait d’endurer ces derniers jours. Courageusement, après un rapide petit déjeuner, ils se remirent en selle. Dopier avait pris la peine de les rejoindre pour les remercier et les assurer de sa fidélité au roi, une nouvelle fois.
— Les villageois ont voulu vous offrir un gage de leur loyauté et de leur reconnaissance avant votre départ. Jetez donc un œil à leurs chaumières en quittant le village.
Et ce fut une immense surprise… De simples fleurs à des bouquets élaborés pendaient aux volets ou aux fenêtres comme des guirlandes aux teintes multicolores, c’était magnifique… Avançant lentement dans la rue principale, le petit groupe devinait, derrière les ouvertures, les mouvements discrets de ceux qui les regardaient partir sans se montrer. Les villageois avaient vécu des moments si douloureux qu’ils n’avaient plus de mots à partager, toute leur énergie servait à reconstruire ce qui pouvait encore l’être. Et, cependant, ils avaient pris la peine de confectionner ces bouquets éphémères, témoignage poignant de leur vie qui avait basculé, mais qui, coûte que coûte, allait reprendre. Émus, les cavaliers admirèrent chaque décoration comme si elle était unique, plus fiers à chaque pas d’en être les destinataires. Aucun d’entre eux ne parla avant la sortie du village tant l’ambiance solennelle dans laquelle ils baignaient les accaparait. Alors qu’ils le quittaient, elle laissa filer les deux frères en avant et se retourna vers Pontet une dernière fois, le cœur gonflé de tendresse. Elle envoya une vague d’amour à tous ces gens si braves et si généreux dont elle avait partagé la vie et les souffrances avant de rejoindre les princes. Arrivée à l’étang, elle prit le temps de vérifier le bouclier de chacun d’eux, toujours soucieuse de les protéger, puis s’approcha de l’eau. Étonnée, elle aperçut des feuilles de Nicorus qui poussaient sur la rive. Cette plante, assez rare, n’aurait pas dû survivre ici. Elle s’accroupit pour en ramasser une dizaine de feuilles qu’elle rangea dans sa ceinture à onguents, à côté de celles d’Herbère données par dame Mélinda. Son indicateur d’alerte était devenu très faible, car le lac retrouvait progressivement son innocuité.
— Emmenez-moi ou je me jette à l’eau ! Et comme cela, vous m’aurez sauvée pour rien !
Aila ne bougea pas, elle savait que Niamie tenait ces propos. Elle ne tourna même pas son regard vers elle, figée dans sa contemplation de l’eau.
— Alors, vas-y, saute, puisque c’est ce que tu désires.
— Vous ne m’aimez donc pas ?
La voix de la petite fille, toute fluette, se fit larmoyante.
— Si, profondément, et c’est la raison pour laquelle je te demande de rester à l’abri, ici.
— Mon village, à l’abri ! Quelle histoire, on a tous failli y passer !
— Oui, mais c’est terminé.
— Et vous partis, il n’y aura plus personne pour me protéger !
— Ce sera encore pire si tu me suis. Crois-moi, expliqua Aila.
— Pourquoi ne voulez-vous pas de moi ?
Sa voix se cassa définitivement et Niamie se mit à pleurer.
— Ce n’est pas que je ne veux pas de toi, mais ma vie ne ressemble en rien à celle d’une mère comme la tienne. Une petite fille ne peut y trouver sa place…
Le silence s’abattit entre elles et Aila en profita pour projeter son esprit et éliminer les dernières traces laissées par la plante maudite. Cela lui prit moins de temps qu’elle l’avait cru et, quand elle eut achevé sa tâche, elle se dirigea vers Niamie, assise sur un rocher à proximité de l’eau. Les yeux perdus de l’enfant erraient sur la surface calme et miroitante qui s’étendait devant elle. Enfin, elle leva son regard vers Aila.
— Vous partez ?
— Nous devons retourner voir le roi et l’informer de la gravité des événements survenus dans ton village.
Niamie secoua la tête, résignée. Aila hésita à rajouter quelques mots apaisants, puis renonça. Elle caressa doucement les cheveux de la petite fille.
— Prends soin de toi.
Elle rejoignit les deux hommes qui patientaient en observant la scène sans intervenir, puis enfourcha Lumière en silence. Talonnant leurs montures, ils partirent au petit trot. Ce ne fut qu’au bout d’une centaine de mètres qu’Aila ralentit et s’arrêta. Faisant demi-tour, elle leur cria :
— Attendez-moi ! Je reviens !
De retour près du plan d’eau, elle sauta de Lumière et appela :
— Viens, Niamie ! Je t’emmène !
Une forme fluette déboula des buissons derrière lesquels elle s’était cachée pour se jeter dans les bras d’Aila. Cette dernière la hissa sur son cheval, puis rattrapa les princes qui prenaient leur mal en patience, un sourire ironique sur les lèvres.
— Nous voici avec un nouveau petit chien sans collier, comme Lomaï, railla doucement Adrien.
— Lomaï ! Un chien ! Comment pouvez-vous dire cela ? C’est une personne admirable ! protesta-t-elle.
— Bien sûr ! Et elle a convaincu père de devenir son garde du corps ! Oh ! À votre air surpris, je vois que vous l’ignoriez. Père nous en a informé juste avant notre départ, j’ai pensé que Lomaï vous avait mis au courant.
— Non, je l’apprends à l’instant. Je sais seulement que votre père a fait un choix de tout premier ordre. Elle est excellente, peut-être même meilleure que moi…
— … et surtout plus facile à vivre ! ajouta Avelin qui, pour toute réponse, reçut le regard d’Aila, lourd de reproches.
Absolument pas décontenancé, il éclata de rire, puis surenchérit :
— Allez, sois honnête. Elle est toujours souriante, agréable, elle rayonne de bonne humeur et, avec elle, aucune complication. Depuis qu’elle a tenté de tuer père, elle se rachète en prenant soin de lui et en faisant de sa personne un bouclier ! Et puis, on pourrait trouver plus vilaine comme garde du corps !
Aila lui jeta un regard en biais.
— Tu parles de moi ?
— Non ! Ne me fais pas dire ce que je n’ai pas dit, répliqua Avelin. C’est une femme chouette. Moi, je l’aime bien.
Aila lui sourit et éperonna son cheval. Ils étaient partis à trois et ils reviendraient à quatre…

Quand ils arrivèrent à Avotour, le roi était sorti avec sa nouvelle garde du corps et serait de retour sous peu. Aila réprima un sourire, mais pas Adrien et Avelin. Complices, ils se regardèrent avant de pouffer de rire.
— Viens avec moi, mademoiselle Niamie, je vais te confier à Élina. Elle te transformera en petite princesse et tu as intérêt à dire oui à tout, parce que sinon tu auras affaire à moi ! Est-ce bien clair ?
Niamie avait perdu sa verve depuis son départ de Pontet. Étrangement sage, elle se contenta de hocher la tête d’un air résolu. Hubert et Aubin débarquèrent sur ces entrefaites, venant aux nouvelles. Adrien leur proposa de le suivre jusqu’à la salle à manger pour partager avec eux les grandes lignes de leur mission à Pontet.

Aila, accompagnée de la petite fille, parvint à sa chambre.
— Bonjour, Élina, je vous présente une nouvelle venue, Niamie, dont vous aurez à vous occuper. Il doit bien rester dans mon immense pièce un petit coin pour un lit supplémentaire ?
Comme à son habitude, Élina hocha doucement la tête avec un léger sourire aux coins des lèvres.
— Naturellement, je prends tout en charge. Votre bain vous attend, dame Aila. Et je prépare vos affaires.
La jeune fille se plongea avec bonheur dans l’eau chaude, puis, après une ample détente, elle finit par en sortir à contrecœur et s’habiller. Élina avait disparu avec la petite fille. Elle resta un moment à regarder son lit avec un désir tenace d’aller s’y allonger, désir auquel elle résista vaillamment. Heureusement, un coup frappé à la porte la détourna de l’envie qui la taraudait. Avelin lui annonçait que son père venait de rentrer et les attendait. Elle le rejoignit immédiatement et ils descendirent ensemble au bureau de Sérain. Ce fut Adrien qui expliqua toute l’histoire jusqu’à la petite fille, sauvée par Aila et rapatriée au château.
— Une nouvelle Lomaï ? Et je suis certain que vous deviez la ramener ? affirma Sérain.
Aila capta l’échange de coup d’œil entre les deux frères. La situation l’irrita modérément et voilà que leur père tenait le même discours que ses fils !
— Non, sire, pas vraiment. Elle se nomme Niamie et je suis juste convaincue que je ne devais pas la laisser seule à côté de cet étang…
Le roi hocha la tête d’un air entendu.
— Lomaï s’est très bien acclimatée à la vie de château. Parions qu’il en sera de même pour cette jeune demoiselle. Quelle analyse de la situation pouvez-vous me donner de votre mission ?
— Franchement, j’y ai beaucoup réfléchi. J’ai passé en revue le savoir des fées et celui enseigné par Hamelin. Et, pourtant, ce que j’ai combattu ne semble relever d’aucune des catégories que je connaisse… Je me suis penchée sur les histoires de notre pays. L’une d’entre elles raconte que d’autres magies ont existé dans des temps très reculés et que seule celle des fées a survécu, parce que ces dernières se sont liées aux hommes avant de les quitter définitivement. Ce faisant, elles ont amorcé le lent chemin de leur disparition… Je me souviens également d’avoir lu, mais dans un livre rare, qu’il en subsistait une dont les effets avaient été pervertis. Malheureusement, j’en ai oublié les détails, il faudrait que je puisse le relire pour…
Aila s’arrêta. Soudain, des pans entiers de sa mémoire, laissés en jachère, se réveillaient brusquement. Inondée par le flot d’informations, elle porta la main devant sa bouche, comme si cela allait l’aider à comprendre tout ce qui défilait dans ses souvenirs et à en opérer le tri. Un silence attentif l’entourait, mais, toute à sa réflexion, elle ne s’en aperçut même pas. Au bout d’un certain temps, elle secoua la tête. « Serait-ce possible ? », songea-t-elle. Elle prit finalement conscience des regards posés sur elle et de la tension qui régnait dans la pièce. Chacun attendait ses prochains propos avec appréhension, ce qu’elle ressentit quand elle poursuivit :
— Je… Enfin… Dans les livres de notre enfance, il existe souvent des méchants dont certains sont dotés de pouvoirs magiques. Je me suis aperçue que nos légendes n’étaient plus ce qu’elles paraissaient. Dorénavant, je sais quelle part de vérité elles contiennent. Comme pour la magie des fées, aucun de nous n’y croit et, pourtant, je suis persuadée que la plante provient de la sorcellerie…
Un sourd murmure parcourut l’assemblée qui siégeait autour d’elle. Elle vit Hubert réagir, mais son père lui imposa le silence d’un regard, avant de poser une question :
— Qu’est-ce qui vous permet de l’affirmer ?
— Aucun de vous ne croyait aux fées et moi, la première. Pourtant, je les rencontre souvent et j’utilise leur magie. Devant la chose de l’étang, mon incapacité à déterminer si ce que je combattais appartenait au règne végétal ou animal était illogique, car les fées m’ont offert tous les moyens nécessaires de reconnaissance. Si je n’y suis pas parvenue, c’est que ce n’était pas humain, mais ensorcelé. Cet être-là nous a été envoyé pour répandre la maladie, la folie et la mort sur notre pays. Nous affrontons un ennemi très puissant qui a voulu nous affaiblir pour ensuite nous annexer, sans trop de combats. Une population exsangue est plus facile à faire plier…
— Et vous avez parfaitement raison, jeune demoiselle, annonça la voix rocailleuse d’Orian.
Toutes les têtes se tournèrent vers le nouvel arrivant, tandis que le roi se levait pour aller l’accueillir. Tristan l’accompagnait, toujours aussi grand et silencieux. Aila pensa à Pardon et Adam, espérant qu’ils reviendraient bientôt. Orian prit place parmi eux et amorça son récit :
— Je vois que vous avez bien avancé de votre côté en notre absence. Grégoire, mon très vieil ami et mage de Valmor, était excessivement inquiet lors de notre arrivée. Il lui a fallu quelques jours pour m’avouer l’origine de son trouble, attendant avec crainte mon verdict. Cependant, son histoire me préoccupa encore plus que lui et je vous en livre la teneur. Un royaume, bien au-delà de Faraday, le Tancral, a commencé à envahir tous ses voisins, réduisant les populations en esclavage. Après avoir conquis les terres frontalières, son empereur, Césarus, s’est octroyé une pause, mais il a décidé de remettre cela. Il s’intéresse donc aux États au sud du sien, dont le nôtre, car au nord s’étendent uniquement des territoires vierges et déserts. Nous figurons dans son plan de conquête ainsi que le pays hagan, les royaumes de Faraday, de Wallanie, d’Épicral et d’Estanque, et peut-être bien d’autres encore… D’ailleurs, à ce sujet, une alliance avec ce dernier devient une opportunité à ne pas refuser et, si Wartan veut unir sa fille à notre prince héritier, j’estime qu’Hubert devrait y répondre de manière favorable.
Aila poussa un soupir intérieur… Ça y était ! Elle ne serait plus sa promise pour longtemps ! Alors pourquoi cette nouvelle ne la ravissait-elle pas autant qu’elle l’aurait espéré ? Malgré tout, le soulagement prédominait. Sérain se tourna vers Aila.
— Voilà, jeune fille, vous reprenez votre liberté et, ce soir, je ferai proclamer l’annulation de l’engagement entre vous et mon fils aîné. Hubert, tu partiras dès demain discuter de cette future union avec le roi Wartan.
— Mais ma mission en Hagan…? s’exclama Hubert, visiblement ennuyé.
— Elle se passera de toi. Nous devons inverser notre projet et, dorénavant, convaincre ce peuple de s’allier avec nous. Si Avelin maîtrise la langue hagane, il entreprendra la mission, sinon Adrien le remplacera.
Déçu, Hubert jeta un coup d’œil fâché vers Aila. Pourquoi lui donnait-il toujours l’impression de la tenir pour responsable de tout ce qui tournait de travers ? Elle n’y était quand même pour rien si un empereur assoiffé de pouvoir et de richesse voulait conquérir la Terre entière ! Puis le visage de l’homme redevint indéchiffrable. « Hubert allait en épouser une autre », songea-t-elle brièvement. Aila ne l’envia pas, bien au contraire… Finalement, le statut de prince héritier ne présentait pas que des avantages. Et puis, après tout, quelle importance ? Elle ne s’attarda pas sur cette idée et écouta Orian qui continuait :
— Nous avons, avec Grégoire, vérifié chaque point et les informations que je vous rapporte sont effrayantes, car le pire reste à venir…
Il se tut et tous, suspendus à ses lèvres, attendirent qu’il reprît :
— Cet empereur dispose d’au moins un million de guerriers, peut-être même plusieurs, tous très entraînés par les guerres qu’ils ont déjà remportées…
Le silence dans la pièce changea de nature. La curiosité avait cédé devant l’effroi de la nouvelle qui les laissait sans voix. Peut-être plusieurs millions de combattants… Inimaginable ! Si seulement, sur Avotour, le roi arrivait à lever une troupe de cent mille soldats, ce serait tout le bout du monde… La prise de conscience qu’ils finiraient écrasés sans aucun doute les frappa de plein fouet. Atterrés, ils réalisaient l’absence de moyens qui étaient la leur. Devant cette armée ennemie considérable, existait-il d’autres solutions que périr ? Ce constat établi, il demeurait hors de question de se rendre sans se battre et Sérain imposa sa détermination :
— Bon… Soyons honnêtes, notre situation, guère enviable, ne doit certainement pas nous inciter à baisser les bras ! Seuls, une victoire semble tout bonnement impossible, alors à nous de renforcer notre défense en constituant des alliances avec les pays qui nous entourent. Nous pourrons ainsi présenter un front commun de résistance. Nous avons bien gagné il y a vingt ans contre les excellents combattants hagans et nous recommencerons demain contre Césarus !
Personne n’osa une objection. Pourtant, chacun savait qu’aussi fiers et déterminés que fussent les Hagans, ils ne dépassaient pas en nombre les quelques dizaines de milliers…
— Pour une meilleure efficacité, nous allons établir des missions séparées. Hubert, tu te charges de la Wallanie. Je te donne carte blanche pour les négociations. Avelin, ton hagan ?
— Je progresse, mais pas encore assez pour partir, répondit-il, la mort dans l’âme.
Aila fut triste pour lui, tous ses efforts entrepris n’avaient pas encore payé…
— Très bien. Adrien et Aila, je vous confie la mission en Hagan. Orian et Tristan, vous irez en Épicral. Quant à moi, je laisse la maison à Eustache et direction le Faraday avec Avelin et Aubin.
— Inutile, coupa soudainement Aila.
Alors que tous les regards se braquaient vers elle, elle resta impassible comme perdue dans un songe.
— J’ai la conviction que le roi Constantin vous trahira dès que vous lui tournerez le dos. Je vous conseillerais plutôt l’Estanque.
— Bon, si vous le dites. Et pour le Faraday ?
— Aucune inquiétude, ils seront rangés à vos côtés pour la grande bataille en Wallanie.
— Aila, vous avez une vision ?…
Elle cligna des yeux comme si elle émergeait d’un rêve éveillé. Elle releva la tête et remarqua tous les regards qui convergeaient vers elle, encore une fois. Elle y lisait la curiosité ou la préoccupation, ou rien, comme trop souvent dans celui d’Hubert à nouveau hermétique à toute lecture de ses pensées…
— Non… Je ne sais pas. Ce n’est pas comme ma vision en Hagan… Ce sont comme des réponses qui émergent spontanément dans ma tête, puis de ma bouche. Je dois vous les transmettre, c’est tout.
— Et ce ne sont pas les fées si je me souviens bien.
— Exact, elles ne devinent rien de l’avenir.
— Alors, maintenant au boulot ! Pour commencer, je vous ordonne d’avertir nos vétérans et de les mettre en charge de créer une nouvelle armée. Eustache, envoyez un message à Barou et Bonneau ainsi qu’à tous ceux que vous connaissez, les notifiant leur rappel à la cour dans ce but ? Qu’ils prennent le temps de diffuser cette information et de convoquer tous ceux, hommes ou femmes, qui voudront se battre pour leur royaume. Dès demain, nous dépêcherons des hérauts répandre l’information dans tout le pays. Je compte sur vous, mon cher Eustache, pour tourner cela avec lyrisme et efficacité. Des questions ? Non, très bien. Avelin, Adrien et Aila, reposez-vous, vous avez dû bien peu dormir ces dernières nuits et j’ai besoin de gens en forme pour partir au plus tôt.

Aucun d’eux ne se fit prier et ils regagnèrent leur chambre et leur lit avec plaisir. Aila ne prit même pas la peine de se déshabiller, elle ôta juste ses chaussures et bascula sur sa couette pour s’endormir en un instant, effleurant de justesse le livre des fées. Parvenue dans leur jardin, elle attendit la venue d’Amylis. Quand Aila ne se présentait pas aux heures habituelles, cela durait toujours plus longtemps. Heureusement, ce fut bref et elle vit apparaître son amie au loin, repérant la traînée dorée qu’elle diffusait dans l’air.
— Bonjour, Aila. Je lis sur ton visage la fatigue que tu ressens… Allons rejoindre Errys, elle te soulagera.
— Amylis, ce n’est rien. Je vous apporte des nouvelles tellement graves du monde des hommes.
— Nous les connaissons déjà, Aila. Tu les as naturellement partagées avec nous et toutes mes sœurs sont au courant.
— Je suis la seule à utiliser vos pouvoirs et ils ne suffiront pas pour contrer un empereur aussi puissant que ce Césarus !
— Nous en sommes conscientes sans savoir comment t’aider davantage. Notre mission consiste à protéger la vie et non à donner la mort. Notre magie est parvenue à ses limites en tuant cet être malfaisant au fond de l’eau, mais agir sur d’autres hommes, même vos ennemis, quelque maléfiques qu’ils soient, s’avère impossible…
— Je m’en doute, Amylis, et je ne vous le demande pas. J’ai juste besoin de comprendre comment je peux davantage aider Avotour…
Errys arriva sur ces derniers mots.
— Viens, Aila, allonge-toi, je vais te soulager pendant que tu poursuivras ta conversation avec Amylis.
— Et puis, toutes ces réponses qui surgissent dans ma tête. Savez-vous d’où viennent ces voix que j’entends ?
— Elles proviennent manifestement de l’Oracle qui t’appelle. De toutes les possibilités que nous avons envisagées, celle-ci nous paraît la plus crédible.
— Mais pourquoi m’appelle-t-il ?
Amylis soupira. Tout d’un coup, la fée sembla bien trop frêle et fragile à Aila, comme si elle allait disparaître dans un souffle… Puis l’impression s’effaça.
— Peut-être celui ou celle qui l’héberge va-t-il mourir ou céder sa place, et dans ce cas il cherche un autre être pour l’accueillir et il t’a choisie.
— Mais pourquoi moi ?
— Nous l’ignorons.
— Et si je deviens Oracle, que deviendra ma vie ?
— De ce que nous savons, tu cesseras d’être Aila Grand pour te transformer en cet Oracle et tu n’auras plus jamais d’existence propre. Nous ne pourrons plus partager nos pouvoirs avec toi, ni te voir. En revanche, ta puissance augmentera et dépassera celle que tu détiens aujourd’hui avec notre magie. Tu perdras le don de guérir au bénéfice de la capacité de tuer. Tu multiplieras ta force pour battre n’importe qui, même un sorcier, et exécuter autant d’hommes que tu voudras…
— Vous saviez donc que les sorciers existaient ? s’exclama-t-elle, laissant deviner un soupçon de reproche.
Amylis hocha la tête. Peut-être à cause de la fatigue qu’elle ressentait encore, Aila eut envie de pleurer, mais la chaleureuse présence d’Errys à ses côtés la soulageait lentement. Elle n’effaçait rien de la réalité, elle la rendait juste plus supportable.
— Je suis sincèrement navrée, Aila.
— Est-il possible d’échapper à son appel ?
— Non, un Oracle est souverain. Tu ne pourras pas t’y soustraire s’il t’a désignée.
Aila ferma les yeux. Elle appréciait le mouvement doux des mains d’Errys sur ses tempes qui jugulaient avec application la montée d’une migraine insidieuse.
— C’est finalement mon destin de ne pas exister, de toujours subir la domination de quelqu’un ou quelque chose…, murmura-t-elle.
Malgré elle, les larmes se mirent à couler doucement sur ses joues. Elle sentit la main d’Errys serrer la sienne avec ferveur et ce fut cette dernière qui répondit à ses craintes :
— Ne te sous-estime pas, Aila. Même un Oracle ne te fera pas plier à sa guise, je peux te le promettre. Tu as appris plus vite que la plupart des fées que j’ai connues. Je ne parle pas de ta formation accélérée, mais de ta vitesse d’assimilation et de réutilisation qui dépasse celle du commun des fées, alors, pour un simple être humain, cela tient du prodige. Je suis persuadée que l’Oracle ne te tiendra pas totalement sous son emprise. Crois-moi, avec ta personnalité débordante, il ne te gardera que le temps dont il aura absolument besoin de toi ! Tu lui feras le même effet qu’à sire Hubert !
Elle libéra un joli rire cristallin avant de s’arrêter, confuse, devant la mine déconfite d’Aila. Son sourire s’évanouit.
— Si je t’ai blessée, je te présente toutes mes excuses. Je ne pensais pas… Tes sentiments pour lui sont si évidents que…
Voir Errys s’emberlificoter dans des explications maladroites fut un véritable bienfait pour Aila qui se mit à rire, elle aussi, avec un peu de retard.
— Aucun souci, Errys. Il va se marier bientôt et moi, je serai exclue de toute forme d’amour, donc cela tombe bien, finalement. Je renonce à tout. Mon cœur s’enfermera doucement dans un cocon d’inaccessibilité et n’en sortira plus jamais. Ce sera ma vie dorénavant et je l’accepte.
Rassurée, Errys se détendit.
— Aila, quand tu guéris les gens, tu partages nos pouvoirs, c’est vrai, mais tu donnes davantage. Cela explique la grande fatigue que tu ressens. Tu inondes les hommes d’amour, de ton amour, de cette capacité infinie que tu as d’aimer. Cette force gigantesque ne provient que de toi… Tu es un être merveilleux et je te suis toute dévouée. Et puis, ne renonce pas à l’amour trop vite, il peut emprunter des chemins inimaginables.
Les paroles de la fée Mère touchèrent Aila, au plus profond de son cœur.
— Merci, Errys, je me sens beaucoup mieux. Je vais retourner dormir. Bientôt, je pars en Hagan et j’ignore quand je viendrai vous revoir.
— À présent, tu profites de presque tous nos pouvoirs, Aila. Reviens une dernière fois si l’occasion se présente et si ce n’est pas le cas, n’insiste pas. Je te crois capable d’imaginer ce que nous n’avons pas encore partagé avec toi et de le réaliser. Je me demande, d’ailleurs, si tu as toujours besoin de nous, termina Amylis avec un sourire.
— Mais si ! Comment pourrai-je me passer de mes amies ? répliqua-t-elle. Et puis je vous promets à toutes que je ne vous abandonnerai pas ! Je suppose que…
— Nous le savons, Aila, mais tu n’auras vraisemblablement pas le choix. L’Oracle va protéger son investissement et nous éloigner de toi…
Elle se sentit emplie d’une tristesse amère. Elle étreignit ses amies les fées avec force, puis Errys se mit à plaisanter, dispersant ce qu’elle pouvait de gaîté autour d’elle. Aila les quitta, le cœur lourd, et retourna dormir jusqu’au petit matin…


Envie de voir toutes les œuvres de Catherine Boullery, auteure de fantasy ? Retour sur le site de fantasy
'