La saga de fantasy d'Aila

Aila, seize ans, l'héroïne de notre saga de fantasy…

La vie de cette jeune combattante va se dérouler sous nos yeux pendant trois ans. Jeune fille, elle se transformera en femme.
Aila ne connaît rien à la magie, elle en deviendra un maître, réunissant celles des fées et des Esprits de la Terre pour recréer celle qui a disparu : la magie ancienne.

Aila devait traverser ses épreuves, seule ; elle s'entoure d'amis qui font dévier sa destinée.

Aila ne veut pas aimer et, pourtant, elle rencontre l'amour[Lire la suite…]

★ ★ ★ ★ ★

Elle éveille une partie de nos désirs, de ceux que nous taisons et qui font de nous, l'espace d'un livre de fantasy, l'héroïne ou le héros que nous ne deviendrons jamais…

★ ★ ★ ★ ★

Le blog de l'écrivaine

26 juinBouh !!!!!!! J'en ai trop à faire, dans des directions complètement opposées et dois parvenir à gérer mes priorités… Je passe mon temps à alterner les activités : retravailler mes photos, réfléchir à mon nouveau programme, écrire pour le tome V ou pour le projet à quatre. Finalement, j'ai l'impression de ne rien faire correctement, d'être en décalage permanent, de me disperser en fait. Surtout qu'à côté de toutes ces activités, il y a bien d'autres, les obligations (surveillances, préparation de la prochaine rentrée) et les plaisirs (sortir, courir, danser, dormir !)
Deuxième bouh !!!!!!! J'ai un problème avec mon tome V. Pas celui de la page blanche, non, ce serait plutôt l'inverse… Je vois mon livre grossir à vue d'œil et je me dis que je dois parvenir à condenser les dernières étapes avec la traversée de la Brussie, puis du Gerek ainsi que la terrible fin temporaire qui attend le lecteur. Donc, avant de me lancer dans la fin du chapitre seize, je dois absolument peaufiner la structure. Je suis même en train d'envisager de changer ma carte initiale et, ça, j'aime pas. Surtout que cette modification ne résoudra pas obligatoirement mon problème, car le Gerek doit rester ce passage par lequel les hommes de Césarus ont foncé sur la Wallanie, seize ans plus tôt. Donc, réfléchir, articuler, construire, puis se remettre à écrire. Si, si, je suis confiante !
Voici l'extrait d'un petit mot que j'ai reçu d'une de mes amies, la seule qui lise les chapitres d'Aila au fur et à mesure qu'ils s'écrivent : « La différence pour moi avec les premiers tomes n'est pas tant l'aventure, que la dimension psychologique des personnages qui s'est renforcée. C'était déjà une caractéristique forte de ton roman dans les 1ers tomes, Aila a toujours eu une fabuleuse capacité d'analyse des relations humaines, des doutes et des moments de vérité qui la rendaient si attachante ; simplement dans cette situation de crise où l'absence de l'héroïne bouleverse tous les codes et tous les gens qui s'étaient installés dans une autre vie confortable, la dimension psychologique devient le ressort de l'aventure, là où elle n'en était avant que le corollaire. Moi ça me plaît beaucoup, on passe du rire aux larmes, l'émotion est toujours là au coin d'une discussion. » C'est trop bien d'avoir une amie qui exprime aussi bien la simplicité apparente des choses ! ♥ ♥ ♥ D'ailleurs, à propos de boulot, je dois replonger dans le travail de photos de théâtre que j'ai réalisées trois mois plus tôt. C'est le plus urgent, car j'en ai pour encore cinq à six heures et certains comédiens de la pièce vont muter. Ce serait mieux pour eux d'avoir ces clichés avant leur départ.
Bon week-end.

21 juinJ'ai trouvé mon programme pour les vacances : écrire, courir et dormir, histoire de récupérer toutes les heures de sommeil qui m'ont échappé !
Pour l'écriture, c'est parti ! Pour mon aventure à plusieurs écrivains, j'ai quasiment terminé le chapitre 2. En revanche, ce qui me dérange s'apparente à quelques hésitations sur la concordance des temps dans la rédaction d'un flashback. Je n'aime pas ce genre d'imperfections, donc j'ai intérêt à étudier en profondeur le sujet avant de la présenter. Je pourrais demander de l'aide à un collègue de français ! Il sera content de récupérer du boulot pour les vacances : devoir de vacances ! Autant passer à l'acte directement c'est fait !
J'ai commencé à relire le chapitre 15 que j'avais lâchement abandonné pendant plusieurs semaines. J'aime bien le début, cette façon de décrire les hésitations de Pardon et les frasques de Naaly. Celle-là va nous réserver encore bien des surprises, c'est certain, mais, enfin, dans ce chapitre, se dénoue une partie de sa colère intérieure. Ce premier suffirait-elle pour éteindre le feu qui la dévore ? Conclusion : terminer ce chapitre, puis passer au 16 avec le même élan ! Beau projet, n'est-ce pas ?
Continuer à recevoir des gentils petits mots et en sourire, comme celui de ma filleule : « J'ai reçu La Dame Blanche, la couverture est encore plus belle en vrai ! Je l'ai commencé et j'en suis au moment où Aila devient maman de Naaly :) Tu écris vraiment bien et je suis toujours très fière de montrer tes livres à mes amies et de leur dire " C'est ma Marraine qui l'a écrit ! " » J'ai également une pensée pour ma nièce qui prête mes livres à toutes ses copines, pour mon oncle et ma tante ainsi que leur fille qui m'encouragent en permanence. J'ai été profondément émue de la venue de ces derniers au Salon du livre. Ils étaient les premiers visiteurs de ma famille (bien réduite, il est vrai) à franchir ce pas et je ne les aime que d'autant plus. À eux… ♥ ♥ ♥
Belle semaine.

19 juinBientôt une semaine que le Salon du livre s'est achevé et même pas le temps de vous mettre un petit post avant aujourd'hui ! Il faut dire que les jours s'enchaînent sans me laisser le temps de souffler. Pourtant, une nouvelle fois, cette journée a représenté un moment extraordinaire dans ma vie, un tourbillon par lequel je me suis laissé emporter, un souffle puissant qui m'a abandonnée toute étourdie quand la foule a reflué. Alors, de toute mon âme, je remercie tous ceux qui ont eu la gentillesse de faire un détour par mon stand. Leur présence à mes côtés s'associera désormais aux plus beaux souvenirs de ma vie.
Vous souhaitez quelques anecdotes ? Que vous raconter ? Je vais me contenter de l'essentiel.
D'abord, le plaisir de revoir des élèves !
♥ La venue de quelques-uns de mes premières S de cette année, en pleine révision pour le bac de français, m'a beaucoup touchée. Quitter cette classe adorable me paraît encore plus compliqué que celles des autres années et je ressens encore la tristesse de refermer la porte après notre dernière heure de cours, (enfin, plutôt, notre ultime goûter…), après la joie de recevoir des chocolats, la bise de la déléguée, une salve d'applaudissements et des remerciements sincères, et de quitter les deux derniers élèves qui s'étaient attardés auprès de moi. Une page qui se referme pour en rouvrir une autre ? Sûrement… Cependant, l'émotion de cet instant reste vive.
♥ Le retour de fidèles de la saga, de plus en plus nombreux, qui reviennent, Salon après Salon, rechercher la suite et partager ce moment avec moi.
♥ La surprise du jour ! Récemment, j'ai été invitée sur LinkedIn par un ancien de mes élèves, carrément étonnée par sa démarche. Naturellement, j'ai accepté et qui vois-je débarquer au Salon ? Ce fameux ancien élève, bien plus grand qu'à l'époque (heureusement pour lui !), un jeune homme à présent. J'ai trouvé sa visite vraiment sympathique, sans oublier le plaisir que j'ai éprouvé à échanger avec lui sur sa vie actuelle.
Ensuite, l'immense gratitude que j'éprouve pour tous ceux qui, depuis plusieurs années, reviennent sans faille pour m'accompagner et m'encourager, indispensables piliers de mon aventure littéraire. Ils sont le miroir dans lequel je me reflète, l'onde dans laquelle je m'abreuve, la flamme grâce à la laquelle je brûle de mille feux. De tout cœur, merci !
Quoi d'autre encore ?
Je crois pouvoir affirmer que les bons lecteurs peuvent commencer à lire la saga dès le début du collège ! En effet, autour du stand, je voyais rôder un jeune garçon avec lequel j'ai engagé la conversation pour découvrir qu'en fait il avait déjà acheté le tome I l'an passé (il avait 12 ans) et, comme ce dernier lui avait plu, il revenait chercher le tome II. Un nouveau fidèle désormais ?
Et, puis, en parallèle avec le Salon, je songe également à tous ces petits mots que j'ai reçus, de vive voix ou écrits dont voici quelques extraits, choisis avec soin naturellement, vous croyez quoi !
♥ « Bien sûr que je veux la suite !!! Je l'attends avec impatience, c'est trop bien, je me suis régalée avec le tome 3, quel suspense ! »
♥ « Je suis devenue une fan d’Aila alors qu’à la base je n’étais pas venue au Salon pour moi. Cela m’a redonné l’envie de lire. J’ai suivi la progression du tome IV via Facebook et ne manquerai certainement pas de passer samedi. »
♥ « Vous avez reçu le précieux sésame ? Je trépigne d'impatience ! »
Peut-être ces échanges peuvent-ils vous paraître banals… Pour moi, ils sont tout, tout ce qui légitime le fait de dire que je suis écrivain, tout ce qui me donne envie de continuer à raconter des histoires pour partager, faire vibrer, pleurer, frémir, rêver tout simplement. Autour de moi, la communauté s'agrandit et les liens se resserrent entre elle et moi, emplis de complicité et d'affection, tout ce qui rend mon existence plus belle et ma sensation de vivre plus intense… Une dernière fois, merci.
Beau week-end à tous.

9 juinPlus de copies ! Que c'est bien d'être prof quand l'année se termine et que je me dis que je vais pouvoir retourner à d'autres activités ! Comme à mon pauvre chapitre 15, par exemple, écrit aux trois quarts, et que je n'ai toujours pas trouvé le temps d'achever… Comme aux deux autres chapitres que je dois rédiger dans le cadre de mon projet à plusieurs écrivains, comme la nouvelle Et la Magie fut que je dois ABSOLUMENT finaliser, comme… Vous savez quoi ? Je crois que je vais encore attendre demain pour y réfléchir !
Ne me demandez pas comment je fais pour écrire. Si mon métier est d'expliquer, ma passion consiste à ne rien décortiquer et ça marche tellement bien comme ça ! J'attendrai le syndrome de la page blanche pour me poser des questions. En attendant ce jour maudit par tous les écrivains, je vais continuer mon chemin en pays Hagan, avant de plonger dans de nouvelles contrées vers une destinée bien sombre… Qu'est-ce que je ne lui fais pas vivre à ma pauvre héroïne ! Heureusement qu'elle n'est qu'un personnage de fiction sinon elle finirait bien par m'en vouloir… ou pas ! Elle sait la tendresse infinie qui nous unit, l'attention profonde que je lui porte, au point de chercher à rectifier tous les aléas de sa vie ou de lui en offrir une nouvelle…
Presque J-4 pour le Salon du livre de Sartrouville et le plaisir de recevoir de petits mots de ceux qui vont faire le déplacement pour moi (en fait, plutôt pour le tome IV !) Peut-être cette année, encore, de nouvelles rencontres aussi belles qu'inattendues. J'adore tant les liens que crée cette aventure littéraire. En tout cas, je vous raconterai tout… quand j'en prendrai le temps !
Belle semaine.

6 juinVous avez vu ? Je bats tous les records ! Seulement trois semaines depuis mon dernier post !
Dernière ligne droite avant le Salon du livre de Sartrouville, 14 juin 2015 de 10 h à 18 h au parc du dispensaire. Petit clin d'œil dans le journal de Sartrouville à la saga à découvrir en page 3.
Les tomes IV papier sont arrivés à la maison. Maintenant, j'ai la collection complète de la première partie de la saga d'Aila. Moquez-vous ! Les plaisirs de la vie les plus nombreux sont les petits, les sans-grade que chaque jour la vie vous offre, si faciles à saisir ; il suffit de tendre la main… Peut-être leur modestie pourrait-elle vous amener à les négliger. Pour ma part, je considère que ce serait bien dommage, car les grands bonheurs ne sont pas si courants alors que les petits n'attendent que vous !
Après avoir bien avancé le tome V, « La Porte des Temps », j'ai dû m'arrêter, faute de temps pour écrire, avec un chapitre quinze inachevé (je n'aime pas ça du tout !) Cependant, je ne m'avoue pas vaincue et je compte bien repartir à l'attaque dès que je le pourrai ! 609 000 caractères, 126 000 mots, ce prochain livre s'épaissit à une vitesse fulgurante et devrait rapidement dépasser ses petits frères !
Inutile de parler des nouvelles, j'ai laissé tomber pour l'instant. Mais d'ici quelques jours, je devrais être capable de vivre plusieurs vies à la fois — si, si, je le sens ! — et, ainsi, d'écrire sur tous les fronts à la fois ! Cependant, pour le moment, seul le plaisir de poursuivre Aila dans ses aventures m'emporte… Décidément, il faut que je termine ce tome V pour pouvoir passer sereinement à une autre écriture. Allez, c'est l'histoire de cinq à six chapitres supplémentaires au plus… ou, alors, au moins ! Nous verrons !
Il me reste une semaine pour finaliser tous les détails du Salon du livre : le diaporama, les derniers avis sur le tome IV que je n'ai même pas eu le temps de traiter (pfff…), la constitution des caisses de bouquins soigneusement agencées. Encore une semaine qui va passer à la vitesse grand V ! Tout ce qu'il faut à une prof de physique !
Bon week-end à tous.

15 MaiEuh… Trois mois depuis mon dernier blog ! J'ai des excuses. Assurément, certaines vous apparaîtront plus convaincantes que d'autres, alors, allons voir celles que vous préférerez !
- se remettre d'une entorse très sévère avec arrachement osseux ? Non, ça ne suffit pas, je le lis dans vos regards. C'est que vous ignorez combien l'exercice peut se révéler à la fois périlleux et ardu ! Tentons une autre approche alors ;
- s'être remise à l'écriture, en particulier dans celle du tome V, jusqu'à en perdre l'envie d'écrire son blog ? Une fois plongée dans mon univers, je suis capable de tout oublier, le temps qui passe, la pluie sur les carreaux, l'envie de manger ou de dormir. Enfin, presque ! Cette raison vous convient-elle plus ? Surtout quand vous saurez que treize chapitres et 107 000 mots sont déjà rédigés. J'adore cet instant où l'histoire se crée, pas après pas, grâce aux simples mouvements de mes doigts sur un clavier et, peut-être aussi, grâce à l'ébullition permanente de mon cerveau. Au fur et à mesure que cette facette inédite de la saga s'écrit — au fait, a-t-elle vraiment besoin de moi pour s'écrire ? Mes personnages semblent si souvent posséder une vie propre, dont je ne suis que le témoin discret et, parfois, efficace —, je découvre avec stupeur et bonheur de nouveaux rebondissements, des protagonistes inattendus, des prolongements enthousiasmants et des idées, disons-le en toute simplicité, absolument géniales ! De quoi faire mon bonheur et, je l'espère, celui du lecteur prochainement ;
- toujours deux nouvelles en cours, chacune avançant à intervalle régulier. Si je parviens à mes fins, la première « Et la Magie fut » devrait paraître en version numérique gratuite pour cet été, couverture en préparation. Pour la deuxième « La Naissance de l'Esprit Drag'On », il faudra attendre encore un peu.
- un nouveau projet d'écriture, cette fois-ci à plusieurs mains. J'ai été contactée par une autre écrivaine de Fantasy et me voici plongée dans un univers totalement différent ! Expérience intéressante, un peu déstabilisante également, mais, sans conteste, enrichissante ! Je vous tiens au courant ;
- préparation du Salon du livre de Sartrouville pour le 14 juin prochain, gymnase du dispensaire, de 10 h à 18 h ;
Alors, vous m'en voulez encore beaucoup ? J'en doute ! :)
Bon week-end à tous.

15 févrierMes premiers commentaires sur le tome IV ! Comme je les ai attendus ces petits, espérant que seul le manque de temps expliquait leur lenteur à se manifester. Donc, heureuse et ravie d'être parvenue à emmener mes lecteurs au bout de cette saga et de les abandonner, comblés, une fois la dernière page tournée…

Commentaire sur Amazon
« Super saga d'Aila !!!
Voilà, c'est fini !!! Le quatrième tome d'Aila "La Dame Blanche" est rangé (électroniquement) après avoir été dévoré littéralement !! Il faut dire que j'étais resté sur ma faim depuis janvier 2014 après le troisième tome L'Oracle de Tennesse !! et j'avais vraiment hâte de retrouver ces aventures.
Que dire de cette saga ? Que c'est de la Fantasy dans ce qu'il y a de plus pur et de plus beau ? Que l'on est pris dès la lecture des premières lignes du tome 1 et que l'on ne peut plus se détacher ? Que l'héroïne et les autres personnages sont bien dessinés et attachants (les bons surtout) ? Que les aventures peuplées des personnages ayant bercé notre enfance (héros se sortant de toutes les situations, mais tellement humain avec ses doutes, fées, sorcières, chaman…) sont extraordinaires et merveilleuses ? Que… ?
La réponse est oui…, 1000 fois oui.
 
Chapeau bas à l'Auteur.
J'adore la Fantasy, la SF et j'en ai lu beaucoup…, mais là… On en reste coi !! L'imagination de l'auteur est débordante, virevoltante, bondissante… On pense en avoir atteint ses limites… et hop, on va encore plus loin, toujours plus loin dans le merveilleux et les rebondissements.
 
C'est du pur bonheur. On en redemande.
Rarement une saga m'a « emporté » de cette façon. J'attends avec impatience une suite éventuelle ou une autre saga de cet auteur.
 »

Commentaire (sur UPblisher)
« Captivant
Je l'ai attendu… et je n'ai pas été déçue !
Ce quatrième tome a tout : la poésie, l'imagination, le style et la belle écriture, habituels chez Catherine Boullery, mais, en plus, un suspense tout à fait captivant ; je crois que j'ai été encore plus "accrochée" que dans les trois premiers tomes !
Je ne connaissais pas ce monde de la "Fantaisy" et c'est pour moi une grande découverte.
La suite se passera 15 ans après… mais pas la publication ? »
Ah… j'oubliais d'ajouter ce petit mot personnel qui m'a été écrit : « Nous revenons du Panama et j'ai profité de la plage pour lire "
La Dame Blanche"… J'étais tellement absorbée que j'en oubliais d'aller me baigner… d'aller manger… quelle imagination… quelle poésie… Où vas-tu chercher tout ça ? un vrai régal !!! »

Une belle façon de commencer mes vacances, non ?
Belle journée.

14 févrierBonne Saint Valentin à tous ! L'amour dont vous vous entourez représente la meilleure protection contre les coups du sort et les méchants virus. Aimez, soyez aimé et réjouissez-vous de ce bonheur comme si, à lui seul, il comblait votre vie ! À force de réaliser la chance que vous avez, vous parviendrez bien à influer sur votre destin pour lui faire suivre le chemin voulu ! « Je déclare ma flamme à la SFFFH francophone ! » et deux nouvelles déclarations !
Le premier de la part de Cassandre Bly :
« #jedeclaremaflamme à Catherine Boullery avec "la saga d'Aila".
Une aventure extraordinaire que j'ai aimé vivre pour chaque roman que j'ai pu lire. Avec l'incroyable récit de l'auteure, nous sommes transportés dans des univers parallèles où nous voyageons et où notre imaginaire n'a aucune limite. Des personnages attachants à qui l'on peut s'identifier et parfois se comparer… Une héroïne qui a une force sans limites, mais avec une fragilité bouleversante. On est incroyablement liés à cette histoire, on vit chaque instant avec eux, avec peur, amour, suspens, désarroi, espoir. Une histoire magique qui réveille en nous des sentiments jusque-là inconnus… Une vraie histoire d'amour. Je n'attends qu'une seule chose… La suite…
 »

Le second de la part d'É. Aubé
« Parce qu'en hiver il fait froid, je profite de quelques minutes pour déclarer ma flamme - #jedeclaremaflamme – à une auteure qui le mérite !
C'est l'hiver, il fait froid et du coup vous grands lecteurs vous vous retrouvez soudain fort dépourvu de lecture au coin du feu… ! Mais que vais-je bien pouvoir lire maintenant ? Question existentielle s'il en est ! J'ai une proposition pour vous : une saga de fantasy, en 4 tomes d'une auteure aux talents multiples, Catherine Boullery !
Alors, oui, je sais ce que vous vous dites, la fantasy ce n'est pas votre style. Moi non plus, ce n'était pas forcément le mien, mais comme on dit, il faut se faire un avis avant de juger. J'ai donc acheté le premier tome et je dois bien avouer que Catherine Boullery a bien joué son coup, elle m'a captivé. Ou plutôt Aila, l'héroïne de cette saga ! Le rythme est enlevé, le monde d'Aila très bien décrit, on y plonge dedans sans souci, les personnages sont tous différents et chacun peut s'y reconnaître, moi j'ai mon préféré, mais, chut, je ne dirai rien ! À vous de découvrir par vous-même !
Et en plus, vous avez de la chance, les quatre tomes sont déjà tous sortis, vous n'aurez donc pas à attendre comme moi un an entre chaque tome !
Donc, n'hésitez pas à lire cette saga !
 »
Combien ma chance est grande d'être portée, encouragée, entourée par autant de monde !
Découvrez la nouvelle page sur le site dans le coin de l'auteur : Je déclare ma flamme à la saga d'Aila
Belle journée sous la pluie !

13 février« Je déclare ma flamme à la SFFFH francophone ! » est un véritable feu d'artifice que je dois à Maxime Duranté, autant à mon égard qu'à celui de la promotion de tous ces auteurs qui sont des personnes autant que des écrivains, et qui ne sont pas au cœur de ces livres dont tout le monde parle, parce que portés par une promotion qui les vend avant même leur sortie :
« C'est à mon tour de me lancer et de participer à l'opération, aussi #jedeclaremaflamme à Catherine Boullery (calmos les gars ! elle est mariée et maman de plusieurs enfants magnifiques) et je vous prends quelques secondes de votre précieuse attention. Vous pourrez retourner regarder des vidéos de chats ou fantasmer sur Jon Snow après, selon vos affinités.
Alors, je vais pas vous faire le sempiternel résumé de l'œuvre, déjà parce que je suis une quiche de niveau intergalactique en la matière (ceux qui ont vu ma quatrième de couv' en témoigneront volontiers), mais aussi et surtout parce que moult de mes prédécesseurs se sont coltinés à la tâche avant moi. Inutile, donc, de redire ce qui a été dit en mieux ; je me contenterai de casser quelques préjugés qui vous auront sûrement obscurci l'esprit si vous vous êtes penchés sur la saga de Catherine, gros empressés que vous êtes : oui, on pourrait penser que l'histoire est gnangnan en se fiant au thème abordé (« des fées, HAHA, DES FÉES. J'ai passé l'âge de regarder les Winx ! »).
Je sais pas si certains se le rappellent, mais j'avais commencé à traduire le début de cette histoire à une époque dont la date m'échappe, embrumée qu'elle est par les vapeurs d'éthanol.
En un chapitre et un prologue, j'avais traduit plus de trucs fondamentalement adultes que sur tout le premier tome d'Averia.
Et Averia, ça parlait pas exactement de fées toutes mignonnes, hein.
Bref. Tentez ; lisez. Sautez le pas.
Non, ce que je voudrais vraiment aborder aujourd'hui, c'est le PROJET. Un projet qui me tient tout particulièrement à cœur, puisqu'il s'agit de donner à la littérature un visage humain. Nombreux sont, encore qu'ils soient en voie de disparition depuis l'avènement des Anges de la Téléréalité et autres conneries débilitantes, ceux qui lisent, parcourent, dévorent les best-sellers tirés à des millions d'exemplaires. Nombreux sont ceux qui donnent leurs deniers à Fifty Shades, à Twilight, à Divergente, sans même savoir si le jeu en vaut la chandelle. Tapage médiatique oblige, on suit comme des moutons dévalant la pente parce qu'on nous agonit d'exhortations à acheter : voilà la vraie boule de neige que nous créons avec nos corps rondis. Combien, parmi ces lecteurs assidus et occasionnels, ont déjà conversé avec l'auteur d'une œuvre qu'ils ont appréciée ? Ah c'est sûr, aborder Meyer avec un Anglais approximatif, c'est pas ce qu'il y a de plus facile. Vous êtes noyés dans la masse bêlante, au fond.
Il y a des occasions, sous votre nez, de faire des rencontres. De faire un avant vers l'auteur, de rentrer dans une réelle communauté. Elle existe, il suffit de se pencher sur les auteurs que les medias n'ont pas daigné éclairer à grand renfort de campagnes étouffantes, tellement racoleuses qu'il est impossible de porter ses yeux où que ce soit d'autre.
La PERSONNE derrière la saga d'Aila. Nous y sommes. Catherine ? Une prof de physique qui a la fibre d'enseigner, tant et si bien que des journées de 24 h ne sont guère suffisantes pour concilier travail, famille et passion d'écrire. Catherine travaille comme douze, c'est une personne qui aime danser, courir (la convalescence et les béquilles lui pèsent !), qui embrasse la vie dans toute sa simplicité et ce qu'elle a de meilleur. Mais pourquoi Catherine travaille-t-elle, et pour quoi sue-t-elle sang et eau tous les jours de sa vie ? Pour un salaire de prof ? L'éducation nationale n'a jamais été un seigneur rempli de mansuétude. Pour des ventes explosives, une rémunération à hauteur du temps passé à déverser ses tripes sur un clavier ?
Vous voulez faire le taux horaire du métier d'auteur tel qu'il existe VRAIMENT, et non tel que Meyer, Rowling et compagnie vous le font fantasmer ?
J'pense pas.
Penchez-vous, découvrez ! C'est pas comme si le début des tomes était pas accessible gratuitement ! Donnez sa chance à une PERSONNE et non à une traduction industrielle !
Le livre est une industrie. Il a cessé d'être une aventure.
En passant, chapeau à UP. Notre collaboration fut brève et je regrette qu'elle n'ait pas abouti, mais cela a été un plaisir intense de travailler avec des gens qui vivent la littérature à dimension humaine.
 »
Voilà, ce message se suffit à lui-même, pas la peine d'en rajouter ! Merci Maxime !
Belle journée.

12 février« Je déclare ma flamme à la SFFFH francophone ! » et deux nouveaux commentaires qui m'ont ravie par leur gentillesse et le symbole qu'ils représentent pour moi. Le premier de la part de P. Causse :
« #jedeclaremaflamme
à la saga Aila de Catherine Boullery
A  comme Aila
M  comme Magique
O  comme Originalité
U  comme Ultraaddictif
R  comme Remarquable
Une imagination foisonnante, des personnages attachants, une lecture fluide qui font le succès de cette saga. Le lecteur au fil des chapitres ne s'ennuie jamais.
Mais la réussite d'un livre n'est-elle pas lorsque le lecteur tourne mélancoliquement la dernière page ?
Plongez sans hésitation dans cet univers envoûtant et savourez votre lecture à petite dose pour faire durer le plaisir !
 »

Le second de la part du site de fantasy sur lequel je sévis par intermittence (selon mes disponibilités parfois réduites), Dol Celeb, porté par son adorable admin, Ervael, un site sur lequel j'ai fait de belles rencontres et vécu des moments intenses. Encore un geste profondément touchant à mon égard…
« Je déclare ma flamme à la SFFFH francophone »
Aujourd'hui, #jedeclaremaflamme à Catherine Boullery. Peu étonnant dirons les plus fidèles de Dol Celeb et du forum, mais cette auteure est un modèle pour sa saga
Aila et la Magie des Fées.
Cet univers des plus originaux, apportant de la variété dans le paysage du genre, narre les aventures de la jeune Aila investie de pouvoirs avec lesquels elle devra sauver le monde et la magie (rien que ça). Une belle aventure dans laquelle Aila se découvrira et évoluera bien entendu parce qu'elle vivra.
Mais Aila n'est pas qu'une belle saga littéraire, bien menée, c'est aussi une belle aventure, celle de son auteure. Par la passion et son investissement dans son projet, nous avons pu voir suivre son avancée, ses premiers succès et sa réussite. On ne peut qu'être admiratifs devant ce qu'elle a accompli, car beaucoup auraient renoncés face à la difficulté d'écrire ne serait-ce qu'un seul roman, suivie des difficultés pour être publié et de diffuser son œuvre. Alors oui, Catherine est un modèle pour les jeunes auteurs, prouvant que quand on croit en son projet et qu'on se donne les moyens, on peut y parvenir !
 »
Les mots continuent de m'échapper, mais mon cœur se gonfle de bonheur…
Belle journée.

11 févrierToujours au cœur de l'opération  : « Je déclare ma flamme à la SFFFH francophone ! », voici un second commentaire, tout aussi touchant que le premier, de la part d'Amandine Brs :
« Aujourd'hui, #jedeclaremaflamme à Catherine Boullery et à sa quadrilogie La Saga d'Aila. Vous êtes amateur de fantasy francophone ? Vous voulez un peu d'originalité ? Alors, osez Aila et la Magie des Fées !
Aila et la Magie des Fées, c'est avant tout un univers riche, dense et féerique. Une aventure dépaysante qui nous entraîne dans les pas d'une jeune héroïne, Aila, qui devra affronter de nombreux obstacles pour parvenir à accomplir sa destinée et pour ne pas se perdre en route. Aila voit sa vie basculer du tout au tout, lorsqu'elle se retrouve investie du pouvoir des Fées. Mais dans sa quête pour sauver le monde et empêcher la disparition de la magie, Aila craint de perdre son identité…
Aila et la Magie des Fées, c'est aussi une écriture fluide et soignée, une plume accomplie. Catherine Boullery sait utiliser les mots justes pour nous entraîner dans son imaginaire.
Mais
Aila et la Magie des Fées, c'est aussi un projet de plusieurs années. Derrière le livre, une auteure qui a su porter son rêve jusqu'au bout. Comme Aila, Catherine a surmonté les obstacles pour accomplir son rêve. Elle a tout mis en œuvre pour que son roman grandisse, évolue et sorte de l'ombre. Pas assez au goût de ses lecteurs, alors nous lui déclarons notre flamme pour que d'autres rejoignent ce qui lui tient tant à cœur : la communauté d'Aila. Car, pour Catherine, Aila et la Magie des Fées, c'est avant tout un moyen de partager. L'écriture sans le partage n'est rien, et Catherine l'a bien compris. En résumé, Aila et la Magie des Fées, c'est un univers travaillé et foisonnant, une histoire dont les enjeux sont multiples et une écriture impeccable. Un livre pour adolescents, jeunes adultes et tous ceux qui ont su garder une âme de rêveur. Mais surtout, c'est l'œuvre d'une auteure qui mériterait davantage de lumière. »
Que pourrais-je bien ajouter face à tant de gentillesse ? Honnêtement, je n'en sais rien… Les larmes me sont montées aux yeux tandis les mots s'étranglaient dans ma gorge. Puis l'émotion a explosé dans mon cœur et, d'un geste bref, j'ai essuyé un peu d'humidité sur le bord de mes cils…
Belle journée.

10 févrierDimanche dernier, j'ai découvert l'opération  : « Je déclare ma flamme à la SFFFH francophone ! » (en fait, j'en avais vu l'image sans vraiment percuter) quand une de mes anciennes élèves a posté un adorable commentaire sur lequel je suis tombée :
« #jedeclaremaflamme à Catherine Boullery, auteure de La Saga d'Aila.
Catherine Boullery est professeure de Sciences-Physique au lycée de mon quartier. J'ai eu le plaisir de l'avoir en Première Scientifique, mais j'étais loi de me douter que derrière cette enseignante de Physique-Chimie se cachait l'âme d'un écrivain. Je l'ai découvert seulement en mai dernier, en discutant avec elle, premières retrouvailles en trois ans. Adepte de Fantasy, ce fut pour moi une grande surprise, mais surtout un grand plaisir. Je me suis plongée presque aussitôt dans la lecture, curieuse et impatiente de faire connaissance avec un tout nouveau monde, mais aussi confiante. Et je ne fus pas déçue.
J'ai très vite été conquise par son style fluide, bien construit, très agréable à lire, qui me portait de page en page pour m'apprendre une histoire pleine de magie et d'aventure. Ce qui m'a enchanté le plus, ce sont les descriptions envoûtantes de l'auteure, qui arrive à nous transporter dans son monde avec une facilité déconcertante, du moins en ce qui me concerne. À tel point que j'ai enchaîné les trois livres (versions numériques) en deux semaines. Digne de son métier premier, l'auteure se détache des autres par sa touche personnelle, si originale dans son œuvre : la science poétique, ou même poésie scientifique. Et aujourd'hui, la seule chose qui m'a retenue d'acheter et de lire le 4e tome en version numérique, c'est le plaisir de vouloir le découvrir, celui-ci, en ce bon vieux format papier qui me tient tant à cœur.
La saga d'Aila, c'est l'histoire d'une héroïne mature pour son jeune âge, dont l'enfance n'a pas été simple, qui va devoir quitter son foyer pour faire ses preuves et entamer une quête qui ne trouvera sa fin que dans le 4e et dernier tome… Aila est une jeune fille à la fois rebelle et touchante, qui se dévoile au fur et à mesure du roman, et va tout donner pour accomplir sa tâche… et pour cela elle va devoir faire des sacrifices, mais surtout renoncer à une vie ordinaire, car la sienne se retrouve propulsée par le destin. Intrépide et combative, douce et ferme, avide de connaissance, cette nouvelle figure du genre de la fantasy n'a pas tardé à entrer dans le cercle de mes héros préférés. Mais elle n'est pas la seule  nombre de personnages se bousculent à ses côtés : frère, amis, ennemis, rivaux, ou même amant (je l'ai découvert toute seule !) C'est aussi la richesse des relations entre personnages et de leurs pensées qui m'a séduite.
Le contexte bien recherché, les personnages complexes et complets, tout autant que les paysages divinement décrits forment une saga palpitante, riche en actions mais aussi en émotions. L'auteure manie les mots de sa plume habile pour créer le suspense et ainsi nous mener par la bride jusqu'au bout de l'aventure. Amour, féérie, combats, magie, voyage, amitié, tous ces éléments s'associent harmonieusement pour nous offrir un livre tout simplement envoûtant. Et je dirais même, magique.
 »
Son geste m'a profondément émue et je l'ai partagé sans songer qu'il allait donner des idées à certaines personnes qui soutiennent l'auteure que je suis. La première surprise, ce fut moi quand j'ai découvert que deux autres personnes avaient suivi le mouvement dans la journée ! Ainsi, les jours se suivent et, comme investis d'une mission, voici d'autres commentaires qui fleurissent, tous aussi inattendus les uns que les autres… et tous aussi touchants. Merci à tous ceux qui m'encouragent chaque jour et me donnent autant sans rien attendre en retour que de m'aider ! Je vous aime !
Bonne journée.

8 févrierVoici une très jolie opération que j'ai découverte et que je partage avec vous : « Je déclare ma flamme à la SFFFH francophone ! »
En voici les modalités :
« Vous adorez un auteur, un roman, un recueil, une nouvelle de SFFFH ? Vous avez envie de partager votre lecture ou votre opinion sur un nouvel auteur de SFFFH* à suivre ?
Participez à l'opération « Je déclare ma flamme à la SFFFH francophone ! »
Comment procéder ? Rédigez un texte de 200 à 500 mots (environ) pour présenter le texte ou l'auteur de SFFFH de votre choix, en expliquant ce qui vous a plu, fait frissonner, touché, retourné, ému chez cet écrivain ou dans son roman, sa nouvelle.
Ajoutez éventuellement un lien vers le site/blog de l'auteur ou vers le site de l'éditeur/un libraire qui diffuse l'œuvre mentionnée.
Le but de cette opération est bien entendu de faire découvrir de nouveaux talents émergents de la SFFFH francophone, car rien n'est plus parlant que l'opinion argumentée d'un lecteur conquis.
Du 2 au 16 février, publiez le logo de l'opération sur votre blog, site Internet, page FB ou n'importe quel autre média social, ajoutez votre texte, et accompagnez-les de la mention #jedeclaremaflamme, afin que l'on puisse retrouver facilement votre contribution sur le Net grâce à ce mot-clé. » Retrouvez cette opération organisée par L'invasion des grenouilles (j'adore le nom de ce groupe !) sur leur page Facebook.
Vous appréciez particulièrement un auteur, c'est le moment ou jamais de lui exprimer à quel point vous brûlez d'amour pour lui ! À votre clavier !
Bon dimanche. :)

SFFFH : Science-Fiction/Fantastique/Fantasy/Horreur

10 JanvierJe suis la plume…

8 JanvierMalheureusement, mes vœux de paix ne se sont pas réalisés… ou quand le pire ennemi de l'extrémisme est un crayon…

5 JanvierOh là là… La reine du blog non fait a encore frappé ! Besoin d'un peu de repos peut-être ?
Cependant, n'oublions pas de céder à la coutume qui vous dit que vous pouvez offrir vos vœux durant tout le mois de janvier. C'est une belle tradition que le côté mercantile de Noël a épargnée, rien à acheter, juste l'idée de penser aux autres sans aucun intérêt propre… Chaque petite touche personnelle dans leur formulation est un témoignage pour la personne qui la reçoit de l'importance qu'elle revêt à vos yeux. Bien sûr, dans le cas du blog, ils seront exprimés de façon générale — et néanmoins sincère — en espérant qu'ils trouveront sur le chemin de votre existence la voie pour se réaliser :
« Chers tous,
Chaque début d'année est marqué par le traditionnel sceau des vœux de santé, de bonheur et de prospérité. Il est certain que, dans la conjoncture, chacun de ces souhaits prend une signification bien particulière.
La bonne santé, parce que nous ne découvrons son importance que lorsque, tout d'un coup, elle nous échappe. Il existe bien trop de maladies sur Terre et tant de façon de souffrir ou de mourir que, finalement, aller bien ou, tout du moins, pas si mal est une véritable chance, dont il faut savourer la valeur.
Le bonheur… Chacun d'entre nous possède une conception personnelle de la façon d'être heureux. Je ne connais que la mienne, un chemin parmi tant d'autres, et je vous souhaite de trouver la vôtre, de comprendre clairement les désirs de votre cœur et d'être capable de les réaliser dans le respect de vous et de ceux qui vous entourent. N'attendez pas demain pour vous y mettre, car chaque pas accompli, même petit, vous donnera la force de poursuivre votre route vers cet objectif. Je l'ai redécouvert ce matin en lisant un article : le bonheur est un choix de vie.
Et, pour terminer, la prospérité… Voilà un mot dont le dictionnaire donne deux significations, la première me laisse perplexe, car elle sous-entend que l'abondance représenterait un prérequis au bonheur. Je vais donc lui préférer la seconde qui parle d'« une situation favorable sur le plan économique ou celui de sa santé » (tiens, revoilà la santé ! Finalement, elle est quand même le socle de tout bonheur de vivre !) et vous souhaiter cette prospérité à cette époque où nous ne sommes pas encore parvenus à éviter la misère dans les rues ou ailleurs.
Je vous souhaite une très belle année 2015. Emmagasinez chaque moment de bonheur comme s'il était unique, donnez-lui une place dans votre vie, celle qui mérite, et laissez-le éclore quand les ombres vous rattrapent. Présent en vous, il saura avec tous ces frères diffuser la chaleur qui réchauffera votre âme et votre cœur glacé dans ces noires périodes et vous offrir le courage d'avancer et de retrouver la paix intérieure.
Ah oui… Des vœux de paix, c'est bien aussi et tout aussi essentiel en soi qu'autour de soi. Belle année de paix…
 »
… et belle journée. :)

17 décembreAprès la parution de La Dame Blanche sur UPblisher, la voici sur :
- Amazon ;
- iTunes ;
- la Fnac ;
- Kobobooks.
N'oubliez pas de découvrir le chapitre 1 sur UPblisher.
Belle journée.

16 décembreLa Dame Blanche parue !
« Avec La Dame Blanche, escortons Aila dans son ultime combat contre les forces maléfiques de l'empereur Césarus.
Tandis que la menace des soldats de Tancral devient chaque jour plus pressante sur les cinq pays de l'alliance, un dernier espoir renaît avec la légende de la Dame Blanche… La lumineuse silhouette d'Aila suffira-t-elle à contrer la folie destructrice de leur ennemi, portée par la sorcière et des hommes quasi invincibles ?
Envahie par une magie encore plus puissante et exclusive, Aila se sent partagée entre deux univers inconciliables. Alors que son esprit s'évade dans un espace infini qui la séduit davantage à chaque voyage, le caractère de plus en plus irréversible de sa destinée lui est dévoilé. Parviendra-t-elle à lui échapper ?
 »
Découvrez le chapitre 1 sur UPblisher.
Parution imminente sur Amazon, iTunes, la Fnac et Kobo. Pour la version papier, deux paliers, le premier sur Amazon et le second pour le Salon du livre, et encore un peu d'attente…
Bonne journée.

6 décembreGlup… Je m'aperçois que je suis restée plus d'un mois sans vous donner de nouvelles ! Allez, je me rattrape très vite :
- troisième de mes Tribunes en ligne (depuis un bon moment déjà) sur mon monBestSeller.com :
Comment publier un livre ? Le crowdfunding, une vraie solution #3.
- relecture terminée hier entre deux béquilles ! Eh oui, rien de plus drôle que de se faire une jolie entorse sur le dessus du pied pour commencer ce mois de décembre ! Malgré ce petit bémol, je me sens soulagée. Les semaines entre 50 et 70 heures commençaient vraiment à me peser sur ma vie et, dorénavant, ne plus me retrouver qu'avec un seul boulot au lieu de deux va me permettre de respirer ;
- couverture en phase de finalisation. Après un arrêt temporaire sur une version insatisfaisante, je trouve que la nouvelle concorde plus à mes attentes. Encore un peu de travail et je devrais en voir le bout ;
- fichier sur les personnages et résumé des tomes I à III à intégrer au tome IV bien avancé.
Il reste encore la quatrième de couverture pour la version papier et le site à mettre en place. Encore un petit effort et je vais vraiment pouvoir souffler !
Maintenant, c'est promis, je vous tiens au courant.
Bon dimanche.

1er novembreToutes mes vacances passées devant mon ordinateur à travailler entre sept et dix heures par jour et même pas la satisfaction de se dire que la relecture a avancé autant que je le souhaitais… Le dix-huitième et dernier chapitre m'a donné bien du fil à retordre au point de décider non pas de le changer, mais de préciser certains passages. Alors, de précision en précision, ce sont trois pages supplémentaires qui ont vu le jour sans que je m'en aperçoive ! Malheureusement, je ne suis pas encore satisfaite du résultat alors je retravaillerai ma copie ! Conclusion : je vais devoir à présent prendre un peu de recul pour peaufiner avec élégance les derniers détails. Seconde relecture lancée en parallèle et, alors que la reprise s'annonce, l'angoisse de réaliser mes deux boulots en même temps, ce n'est jamais bon pour celui d'écrivain !
Deux de mes Tribunes déjà en ligne sur mon monBestSeller.com :
Publier un livre. Comment approcher le crowdfunding ? #1
Comment publier un livre ? Le crowdfunding, une vraie solution #2
Je vais vous avouer un truc, je trouve souvent plus intéressant de lire les commentaires que l'article lui-même !
Bon week-end.

17 octobreDans les bonnes choses de faites, mon article pour monBestSeller.com est achevé. Isabelle de Gueltzl me demandait de partager mon expérience sur le financement participatif, j'en ai écrit quatre pages ! C'est ça d'être à la fois écrivaine et professeur de sciences physiques, j'ai offert une mine de renseignements ultra-précis, accompagnée de quelques impressions personnelles, tout en ignorant comment la longueur serait reçue. Décision de l'équipe : partager ma Tribune entre trois parties ! La première sera mise en ligne la semaine prochaine.
Je me suis toujours posé la question de savoir dans quelle mesure cette campagne sur Ulule avait réellement augmenté la visibilité de la saga. Ma conclusion était que ses effets avaient été vraiment infimes, mais je m'y attendais. Cependant, avoir été contactée par « monBestSeller.com » prouve que, finalement, elle peut déboucher sur de bonnes surprises, absolument pas celles attendues, mais bien sympathiques quand même !
En conclusion, après des heures de boulot — je refuse de les compter —, si j'avais une liste de rêves, je pourrais rayer dessus d'un double trait « Écrire et publier un article au moins une fois dans ma vie » ! C'est bien, non ?
Encore deux jours au lycée et je reprends la relecture. Terminer le chapitre 15 pour commencer, puis filer jusqu'au 18 avant de tout reprendre au premier pour affiner l'écriture. Les vacances vont être très très occupées. J'espère parvenir, malgré tout, à me reposer un peu pour tenir jusqu'au mois de décembre.
Bon week-end.

12 octobreLe temps s'écoule trop vite, mais c'est comme d'habitude ! Il faut dire que les jours s'enchaînent sans temps mort avec de belles surprises.
C'est parti pour un retour en arrière ! Dimanche dernier avait lieu la fête des vendanges de Sartrouville, un petit moment dédié à la convivialité au cours duquel je n'escomptais pas vraiment vendre de livres, mais si ! Pas beaucoup, mais juste de quoi être contente, c'est l'essentiel, vous ne trouvez pas ? J'ai donc, comme l'an passé, partagé un barnum avec l'adorable Alain Berry, illustrateur sartrouvillois, avec lequel nous avons réalisé un échange de livres dédicacés. Comme le début de la manifestation était plutôt calme, j'en ai profité pour achever le boulot que j'avais pour le lendemain, finissant pile-poil avant l'arrivée des premiers visiteurs. Ensuite, l'après-midi s'est écoulé très vite, en charmante compagnie. J'ai même été gâtée par l'une de mes visiteuses qui m'a offert une magnifique réalisation personnelle représentant Aila. Merci Theandras !
Comme un bonheur ne vient jamais seul, deux blogueuses que je remercie pour leur démarche ont chacune posté un très gentil commentaire sur ma page Facebook : Mélissa Noel avec Le sang des livres et Les livres de Zaela.
Et ce n'est pas tout, j'ai également été contacté par le biais de cette page par Isabelle de Gueltzl, de monBestSeller.com. Citée par un de ses articles comme « une auteure pionnière » dans le crowdfunding, elle m'a demandé d'écrire une Tribune à propos de mon expérience sur le financement participatif. Effectivement, je surnage à peine en ce moment… Cependant, que croyez-vous que j'ai répondu ? J'ai accepté ! J'adore trop m'engager dans de nouvelles expériences ! En conclusion : j'ai de nouveau plein de boulot en retard et je vais passer ma journée à tenter d'en rattraper une partie !
Beau dimanche.

[Lire la suite…] Lisez le début d'Aila et la Magie des Fées (gratuit) Lisez le début de La Tribu Libre (gratuit) Lisez le début de L'Oracle de Tennesse (gratuit) Lisez le début de La Dame Blanche (gratuit)
Découvrez maintenant l'univers d'Aila Livre de fantasy pour adultes et ados Comment lire un ebook Offrez un ebook en ligne sur UPblisher Offrez un ebook avec un chèque-cadeau

Pourquoi aimerez-vous ces romans de fantasy ?

Leurs incessants rebondissements qu'une écriture fluide dynamise, leurs personnages forts et attachants aux dialogues percutants, leur construction précise qui s'éparpille en fils multiples et variés pour mieux se renouer dans le tome final et la facilité à se plonger dans leur univers, à la fois proche et lointain, sont leurs principales qualités.

★ ★ ★ ★ ★
Parcourez tous les coups de cœur des lecteurs

Caroline : magie envoûtante pour ce roman : épopée captivante, histoire extrêmement bien construite, héroïne touchante de force et de faiblesse.

Mathieu : on rentre tout de suite dans cette histoire palpitante ! On ne peut pas s'arrêter et on veut donc très vite la suite.

Adrien : […] c'est ce genre de roman que l'on peine à refermer tard le soir, mais… [Lire la suite…]

Amis lecteurs, découvrez, appréciez, partagez…
★ ★ ★ ★ ★
Osez lire l'interview de la romancière
★ ★ ★ ★ ★

« La vraie lecture commence quand on ne lit plus seulement pour se distraire et se fuir, mais pour se trouver. » (Jean Guéhenno)
« Le plaisir le plus délicat est de faire celui d’autrui. » (Jean de la Bruyère)

Définition de la fantasy

La fantasy est un genre littéraire présentant un ou plusieurs éléments irrationnels relevant généralement d'un aspect mythique et souvent incarnés par l'irruption ou l'utilisation de la magie. La fantasy fait partie des littératures de l'imaginaire. Dans la fantasy comme dans le merveilleux, le surnaturel est généralement accepté, voire utilisé pour définir les règles d'un monde imaginaire, et n'est pas nécessairement objet de doute ou de peur. Cela distingue la fantasy du fantastique où le surnaturel fait intrusion dans les règles du monde habituel, et de l'horreur où il suscite peur et angoisse (Wikipedia). Quelques auteurs fantasy : Katherine Applegate, Sophie Audouin, David et Leigh Eddings, Raymond Feist, Terry Goodkind, Pierre Grimbert, Robin Hobb, Philip Pullman, Joanne Rowling, John Tolkien. Quelques romans fantasy : Everworld, Tara Duncan…, La Mallorée, La trilogie des joyaux, Les chroniques de Krondor, L'Épée de vérité, le cycle de Ji, L'Assassin royal, À la croisée des mondes, Harry Potter, Le seigneur des anneaux