➊➍ Première Époque de la saga d'Aila | Roman de FANTASY de C. Boullery

La Première Époque de la saga d'Aila, époque 1 de la saga de fantasy de Catherine Boullery
La saga d'Aila  fantasy


fantasy

Note : 4.6 / 5 avec 283  critiques

Le début de l'histoire

Les légendes en Avotour racontent qu'hommes et fées vécurent en parfaite harmonie jusqu'au jour où un interdit absolu fut transgressé : l'amour entre un homme et une fée. Pour qu'un tel malheur ne se reproduise plus, les fées choisirent de disparaître aux yeux des hommes et c'est ainsi qu'aujourd'hui, en Avotour, plus personne ne croît aux fées ou presque…

◎ ◎ ◎

Orpheline de mère, Aila a grandi élevée par son oncle Bonneau dans le comté d'Antan. De loin, enfermée dans l'incompréhension totale de ce père qui l'a reniée à sa naissance sans raison apparente, elle observe son père Barou Grand et son petit frère Aubin vivre ensemble. Et, pourtant, ce colosse est le plus grand héros du royaume. C'est lui qui, des années auparavant, a repoussé chez eux les Hagans, peuple frontalier, féroce et sanguinaire, qui venait piller et tuer.

Heureusement, la jeune fille n'est pas seule. La châtelaine d'Antan, Mélinda s'occupe d'elle comme de ses trois filles, lui offrant une présence féminine indispensable tandis que Hamelin, le mage du château, érudit et sage, lui enseigne tout ce qu'il sait. De plus, Aubin, bravant l'interdit parental, décide de se rapprocher d'elle dans le plus grand secret.

Alors qu'Aila devient adolescente, Bonneau décèle chez sa nièce une aptitude peu commune à se battre et décide de la former. Aujourd'hui, à seize ans, elle est devenue une exceptionnelle combattante, en particulier, lorsqu'elle manipule le kenda, un bâton de combat aux propriétés peu conventionnelles. Elle est l'élève qui ferait la fierté de Barou. Cependant, rien n'a changé et ce dernier persiste à l'ignorer.

◎ ◎ ◎

Deux journées de deuil sont décrétées quand le roi Sérain d'Avotour perd sa femme et sa fille dans un attentat qui lui était destiné. À la suite de cet événement tragique, il décide de protéger ses trois fils en créant une garde rapprochée. Naturellement, il envoie chercher ces hommes parmi l'élite d'Avotour, c'est-à-dire dans le camp de formation de Barou Grand. C'est la chance que saisit Aila pour enfin prouver sa valeur. Malheureusement, Barou refuse sa participation. Alors, pour la première fois de sa vie, Aila s'oppose à lui et fait appel à une loi ancienne qui l'autorise à changer de père. Sa joie explose quand elle est sélectionnée, mais c'est aussi tout son monde qui bascule. Dorénavant, elle va quitter la sécurité d'Antan et son bonheur est teinté d'une légère appréhension.

◎ ◎ ◎

Son départ proche perturbe plus que de raison Hamelin. Aila connaît depuis bien longtemps son intérêt pour les fées et l'a toujours considéré comme l'expression d'une forme de nostalgie chez un homme attaché de traditions ancestrales. Seulement, quand elle touche le petit livre aux paysages mouvants qu'il lui tend, elle se sent immédiatement happée dans un autre monde avant de briser la magie du moment. Hamelin est convaincu qu'Aila peut communiquer avec les fées tandis que la jeune fille refuse totalement d'envisager, même l'espace d'un instant, l'existence de telles créatures. Malgré tout, par affection pour le vieil homme, elle emporte le livre qu'elle fourre au fond de son sac, espérant ainsi l'oublier au plus vite.

La qualité de vie en Avotour s'est bien dégradée depuis quelques années. La misère y côtoie la disette. De plus, affaibli, le pays redevient la cible de nouvelles attaques haganes et l'objet de convoitise de contrées limitrophes soutenues par la traîtrise interne de certains comtés du royaume. C'est ainsi que les membres de la garde rapprochée se voient attribuer différentes missions en vue de confondre ceux dont la loyauté a failli.

◎ ◎ ◎

Heureuse de partir avec le benjamin de la famille royale, Avelin, Aila déchante quand elle découvre que, en fin de compte, elle accompagnera l'héritier du trône, Hubert, aussi froid que rigide, dans une mission dans le comté d'Escarfe. Sa déception s'accroît quand elle apprend qu'elle sera présentée comme sa promise et qu'elle va devoir troquer sa tenue de combattante contre robes et frou-frou.

Tandis qu'Aila se prend finalement au jeu, des phénomènes bizarres apparaissent dans sa vie et la troublent. Comment se fait-il qu'elle pressente le danger ? Pourquoi son esprit devient-il capable de survoler l'espace qui l'entoure ?

Alors qu'un danger encore plus grand menace le royaume en la personne de Césarus, un empereur venu du nord qui détruit toute vie sur son passage, de nouvelles coalitions vont devoir naître pour contrer un oppresseur prêt à tout. Comment les ennemis d'aujourd'hui pourront-ils devenir les alliés demain ?

❈ ❈ ❈ ❈ ❈

Parcourez les coups de cœur de mes premiers lecteurs

Cassandre, 20 ans

Aila et la Magie des Fées, un joli titre qui n'attirait pas spécialement ma curiosité… Si j'avais su un jour qu'un livre de fantasy allait me rendre autant adepte de la lecture, je ne l'aurais pas cru. On pourrait croire à un livre pour fillettes rêvant de magie et d'univers parallèles, pourtant je dirais que c'est un livre qui en passionnerait plus d'un, tous âges confondus. Un livre magnifiquement bien écrit, qui révèle des détails qu'on ne pourrait imaginer…
Je me lance… j'ouvre le livre, je commence à lire quelques pages, 13, 20, 35… je dévore toutes ces lignes à une vitesse folle. Et voilà maintenant que je le prends dans le bus le matin, à ma pause déjeuner, le soir pour rentrer, et juste avant de me coucher. Je tourne les pages plus vite que mon ombre et naît un sentiment d'impatience de connaître la suite.
Au fil de l'histoire, je me suis complètement identifiée à l'héroïne ; elle était moi et j'étais elle. C'est comme si nous ne faisions qu'un. Une sensation qui reflète ma façon d'agir, de penser, de vivre… une aventure que j'ai lue et surtout vécue intérieurement pendant mes quelques jours de lecture passionnée. Je le relirai encore avec plaisir et avec les mêmes sentiments que la première fois ! Un livre à l'avenir tout tracé que je conseillerai à tous mes proches !!!

Sur UPblisher

Emmanuelle, 30 ans

Olala !!!!! Rien que le premier chapitre, et j'étais déjà accro !!! Ce qui est vraiment génial, c'est d'avoir pris plein de thèmes et histoires qui font partie de notre inconscient imaginaire et d'en avoir fait quelque chose de neuf ! Le tour de force de Catherine, c'est de parvenir à dévier ces éléments pour créer son propre monde et, ainsi, de générer un plaisir double pour le lecteur : celui de revivre un imaginaire de l'enfance dans un autre.
Tout est vraiment bien écrit et très fluide (et merci d'employer le subjonctif imparfait !!! J'adore ce temps qui ajoute un côté féerique et intemporel, justement typique du conte).
Aucune pesanteur, les personnages, leur origine, tout est bien posé en douceur et, pourtant, au milieu de péripéties palpitantes ! Le rythme est parfait ! C'est super bien ficelé, drôle, et, de plus, étonnamment d'actualité ! (toute la description d'Avotour, des problèmes causés par la misère, l'angoisse de ce qui va survenir…) Bref, je suis toujours aussi fan !!!

Didier, 53 ans

Eh bien, si je m'attendais un jour à donner mon avis sur un livre de fantasy, moi qui ne lis que des magazines d'économie, un ou deux ouvrages (sérieux) par an, et jamais de fantasy. J'ai été fortement incité à parcourir Aila et la Magie des Fées et je ne le regrette absolument pas. Une fois le prologue avalé, je pénètre dans un roman qui débute à la fois doucement (un environnement bien brossé, une fine description des personnages — aux caractères très affirmés — qui offrent tous un élément auquel s'attacher, une subtile entrée en matière des fées, imperceptiblement) et rapidement avec de l'action dès le premier chapitre — ça ne s'arrête plus jamais — et des dialogues d'une incroyable pétulance. Pas moyen de s'interrompre une fois qu'on a mis le doigt dans ce livre…

Miss Mag

Il faut aussi que je vous précise qu'après cette lecture, je suis en mesure de vous affirmer que le titre « Aila et la Magie des Fées » est très réducteur, en effet, ce roman déborde d'éléments qui en font un excellent moment littéraire.
Catherine Boullery parvient à nous tenir en haleine tout au long de cette histoire, nous y passons d'aventures en aventures. Alia est non seulement une combattante hors paire et une jeune femme au caractère bien trempé, mais aussi une personne pleine de douceur, qui sans le savoir est avide d'amour et de romantisme. Bien sûr , il me faut aussi parler des fées et du coté magique de ce livre, qui y tient aussi une partie importante et qui fait le lien avec les deux tomes suivants.
Avec ce roman j'ai donc vécu des moments romanesque, fantastique, d'aventure, J'ai voyagé au sein d'une contrée imaginaire.
Je ne saurai donc que vous conseiller de découvrir les aventures d'Alia si vous êtes en quête de toutes ces choses.
« Aila et la Magie des Fées » est donc le premier tome d'une saga, qui je maintiens mon opinion, aurait mérité un titre un peu plus recherché.

Sur Babelio
Virginie

Voilà ce qui se passe quand, en lisant un livre pour la seconde fois, je me sens une nouvelle fois littéralement happée par l'histoire : je me lâche ! Extrait : « Qu'est-ce qui m'a plu dans Aila et la Magie des Fées ? […] ce qui est intéressant, c'est que contrairement à d'habitude […], c'est une femme, Aila, qui reçoit toutes les caractéristiques des héros : combattante efficace, elle sait manier les armes, et peut se montrer fine stratège. Cela donne de la profondeur au personnage, et le roman a une coloration féministe en montrant comment une très jeune femme peut s'affirmer dans un monde d'hommes et instaurer un nouveau rapport à autrui. […] Autre chose : Aila est un personnage amusant et touchant, parce que contrairement à certains héros de fantasy, elle est un personnage inachevé : elle est encore en train de grandir, elle est souvent montrée en train d'apprendre à devenir une guerrière, on la voit même être très naïve, faire des erreurs importantes, et se méprendre sur les intentions d'autres personnages. C'est rassurant, ou réaliste, comme on veut, de découvrir un personnage qui n'est pas auréolé de toutes les perfections. […] on peut lire une réflexion sur le pouvoir et sur les modes de gouvernement. Ainsi, les actions humaines ont autant de place que la magie : Aila instille la volonté, chez les princes et les rois, de sortir de leur passivité, d'arrêter d'attendre une évolution extérieure, et de réfléchir par eux-mêmes à la manière de mieux gouverner leur pays et d'améliorer les conditions de vie de leur peuple. C'est surtout un roman sur la disparition de la magie […]. Or, cette magie ne peut disparaître, et cela nous est prouvé doublement : parce qu'elle aide à sauver le monde dans l'histoire racontée par le livre, mais aussi d'une autre manière : elle est peut-être fée, l'auteure de ce livre, car son livre agit sur le lecteur comme celui des fées sur Aila ; on se sent comme aspiré par une histoire qu'on ne veut plus quitter et qui s'offre très facilement à la lecture. Comment mieux affirmer que les livres et la lecture font ressusciter la magie et peuvent réenchanter notre monde ? »

Olivier, 40 ans

Un monde féerique envoûtant, une histoire passionnante qui vous tient en haleine de la première jusqu'à la dernière ligne. On vit des émotions intenses avec Aila ! J'ai autant dévoré les livres de Boullery que ceux de Goodkind, Tolkien ou Martin. Lisez les trois premiers chapitres : vous ne pourrez plus vous arrêter !

Sur UPblisher

Guillaume, 31 ans

Catherine Boullery réenchante la saga fantastique en trempant sa fine plume dans la clarté du conte. Les fluides aventures d'Aila sauront sans aucun doute poser leur charme puissant sur les enfants de 10 à 90 ans : un sort suffisamment puissant pour tenir en haleine au fil d'une histoire-fleuve.

Adrien, 27 ans

J'ai eu le privilège de découvrir en avant-première les aventures d'Aila. Elles m'ont tenu en haleine pendant plusieurs jours, c'est ce genre de roman qu'on peine à refermer tard le soir, mais dont on essaie d'économiser certains chapitres pour le lendemain ! J'ai hâte de découvrir la suite et suis ravi d'apprendre que d'autres personnes découvriront cet univers vraiment particulier et attachant. Bonne lecture à tout le monde !

Yollande, 45 ans

Je suis en train de relire Aila et la MAGIE est toujours là. C'est époustouflant, car je sais que, dans un an, dans dix ans, il y aura toujours cette magie que je me régalerai à redécouvrir. Ce livre enchanteur, envoûtant, fait partie de ceux qui me sont « intemporels » et dont le plaisir de la relecture reste toujours aussi fort : on s'attache à Aila, on se l'approprie, on vit sa vie au fil des mots, au fil des pages, on la voit grandir comme un enfant (on en est fière n'est-ce pas, Catherine ?) et on en redemande encore et encore. Et on se dit qu'on sera patiente comme jamais pour connaître la suite, mais surtout, surtout, ne jamais connaître sa fin !

Tous les ingrédients sont là : l'amour, l'amitié, la fidélité, le courage, l'aventure, l'espérance, les joies et les peines, le doute, l'angoisse, la violence, la mort… Exercice de très haute voltige. Je suis très touchée d'avoir eu le privilège de lire le 1er tome il y a un an et je n'ai plus qu'un mot à dire : longue vie à Aila.


L'auteure Catherine Boullery Blog de fantasy Univers de fantasy Aila, l'héroïne Interviews Communauté d'Aila Salons du livre Coups de cœur des lecteurs Avis des lecteurs Je déclare ma flamme Pourquoi écrire Auteurs de fantasy Liens de fantasy Ramdam Photos d'ambiance Photos de papillons Piratage Campagne de financement Remerciements Supportez la romancière… Téléchargez, achetez… Tout sur l'auteure de fantasy


Extrait gratuit d'un des livres de la saga d'Aila offert par Catherine Boullery, auteure de fantasy (autres passages sur Amazon). Excellente lecture ;)

Retournant vers le château, Aila, songeuse, n’arrivait pas à déterminer si repartir en mission avec Hubert la rendait heureuse. Effectivement, ils avaient réussi à se supporter de manière raisonnable, mais toute décision donnait lieu à des emportements de part et d’autre. Pour elle, c’était normal, elle était comme cela, mais dans le cas du prince ? Même devant les bêtises de son jeune frère, il restait calme ; elle était donc la seule qui le faisait sortir de ses gonds… Et puis ce fichu bal où elle devrait de nouveau porter une robe et ressembler à une princesse… Une nouvelle fois, elle allait danser et jouer son rôle de promise. Catastrophe ! Tout ce qu’elle détestait ! Au moins, Élina saurait quoi faire pour choisir tenue et coiffure.

La journée s’achevait. Aila retourna tôt dans sa chambre pour s’isoler. Elle s’allongea dans son lit quand l’idée de vérifier si son livre des fées était encore là lui traversa l’esprit. Elle passa sa main sous l’oreiller pour l’en retirer et contempla une nouvelle fois sa couverture aux nuances changeantes, presque vivantes. Elle l’effleura d’un geste et glissa dans le paysage. Le battement de son cœur s’accéléra, elle était revenue au pays des fées… Pivotant sur elle-même, elle ne savait comment réagir lorsqu’un nuage de papillons dorés l’enveloppa. Le souvenir de la nuit chez Argue la frappa de plein fouet. Voilà où elle l’avait vu ! Elle s’en souvenait à présent ! Les papillons s’étoffèrent à vue d’œil et elle se retrouva entourée, non plus par de minuscules petits êtres dorés, mais par des fées magnifiques à taille humaine. Bouche bée, elle observa leur métamorphose, admirant chacune d’elles. Toutes la fascinaient… Avec amusement, la jeune fille constata que si les fées grandissaient, ce n’était pas le cas de leurs ailes dorées qui restaient miniatures à battre lentement dans leur dos.
— Bonjour, dit timidement Aila.
— Tu arrives bien tôt aujourd’hui, il n’est que…
Saisie, Amylis s’arrêta :
— Mais tu ne dors pas ?
— Non, je devrais… ? répondit-elle, perplexe.
— Non. C’est parfait ainsi. Je me présente, je m’appelle Amylis et voici mes sœurs. Nous attendions ta visite depuis longtemps et nous sommes heureuses de te rencontrer.
Aila ne savait plus où regarder, son regard glissant d’une fée à l’autre, d’une silhouette gracieuse, que parait une robe fluide, à une autre. Elle admira leurs yeux en amande aux couleurs fluctuantes, leurs cheveux longs aux nuances claires qui s’associaient en boucles entremêlées ou en mèches lisses et souples.
— Est-ce moi qui dois sauver votre magie ? demanda-t-elle, toujours aussi impressionnée.
Les boucles châtain foncé d’Amylis semblaient flotter autour de son visage et ses yeux si lumineux fixèrent Aila avec tendresse.
— Non, tu n’es malheureusement pas notre héritière, mais tu représentes notre seule chance de la trouver… Alors, nous allons bien prendre soin de toi pour que tes pas te mènent vers elle avant notre disparition !
Aila avait le sentiment d’avoir déjà vécu cette scène et, dans sa tête, tout s’embrouillait. Perturbée, elle se força à écouter la fée qui poursuivait :
— Comme tu portes tous nos espoirs et que nous souhaitons t’accompagner dans ta quête, nous allons partager notre magie avec toi. Nous en sommes les huit représentantes, chacune avec un pouvoir spécifique. Voici Tétys, la fée Lumière.
La plus petite des fées, avec des prunelles flamboyantes, s’approcha d’Aila et lui sourit.
— Je sais créer le feu ou les éclairs. Je peux retarder légèrement la nuit ou le jour, ou l’avancer. Je peux réchauffer ou refroidir et même jouer avec le soleil.
Une autre fée dont les yeux dorés rayonnaient de douceur intervint :
— Je m’appelle Lysaille et je suis la fée Terre.
Aila sentit la bonne odeur du champ tout juste retourné monter à ses narines. Baissant ses paupières un instant, elle inspira à fond, s’imprégnant de sa force et de sa richesse. Son regard glissa sur la magnifique chevelure auburn de la fée avant de saluer la suivante.
— Et moi, c’est Oulys. Je suis la fée Sève, se présenta-t-elle, juste à sa droite.
Des mèches châtain aux reflets cuivrés retombaient autour de ses yeux d’un vert étincelant. Tout autour d’elle se développa un cocon de végétation, des branches d’abord, entrelacées, puis les feuilles, de la petite pousse au bouquet émeraude et frémissant et enfin les fleurs, délicates et parfumées, qui s’épanouirent en quelques secondes. Pétrifiée, Aila ne quittait pas la scène du regard, partagée entre le rêve et la réalité.
— Je suis Fylis, la fée Onde.
Un sourire doux fit pétiller ses yeux dont la couleur changeait à chaque instant, comme la mer en mouvement. Repoussant ses boucles blondes, elle créa d’un geste un geyser d’eau qui retomba en fines gouttes de pluie autour d’elle. La suivante s’exprima d’une voix grave, presque surprenante pour une personne aussi fluette :
— Je me nomme Errys et je suis la fée Mère. Je prends soin de tous mes enfants. Je leur offre la vie, je les soigne, je les fais grandir et je les guide quand l’heure de partir est venue.
Avec une infinie douceur, elle toucha le bras d’Aila qui oublia toutes ses appréhensions. La jeune fille plongea son regard dans le sien, attirée par leurs reflets mouvants aux teintes mordorées.
— Je suis la fée Souffle, je m’appelle Myle et le vent m’accompagne, expliqua la fée à sa droite.
— Moi, je me nomme Blysse, la fée Vie.
Aila se retrouva entourée par une multitude d’êtres vivants qui gambadaient autour d’elle sur une immense sphère en mouvement. C’était magnifique ! Incroyable, absolument impossible et tellement réel…
— J’écoute et j’entends tout ce que me disent les êtres vivants, poursuivit Blysse.
— Et pour terminer, je suis Amylis, la fée Esprit.
Elle fit naître dans sa main une fleur qui se transforma en oiseau, avant de venir se percher sur l’épaule d’Aila et de disparaître dans un nuage de paillettes étincelantes.
— Allons nous installer sur la rive du lac, nous pourrons nous détendre et parler, proposa la fée Esprit.
Suivant les fées, Aila déboucha sur une clairière et le panorama qui se dévoila à elle la saisit. Aussi loin qu’elle pouvait observer, un lac, miroitant comme une pluie d’étincelles, s’étendait à perte de vue. De majestueux arbres séculaires aux branches pendantes encadraient ce paysage paradisiaque. Émerveillée, son regard ne cessait de passer d’un endroit à l’autre jusqu’au moment où elle se résigna à rejoindre les fées, disposées en cercle sur un tapis d’herbe et de fleurs. Ces dernières avaient laissé une place vacante où Aila s’assit en tailleur. Étrangement, cette scène dégageait une impression de déjà vu et, pourtant, ce n’était pas possible…
— Maintenant, Aila, nous allons te raconter notre histoire, mais en tant que fée Esprit, je m’adresserai directement au tien, associée à mes sœurs, ce sera plus simple et cela te donnera un aperçu de ce que nous pouvons réaliser.

Ce fut ainsi qu’Aila découvrit la douceur de vivre que les fées offraient aux hommes par leur présence. Ensemble, ils vivaient dans une telle harmonie que, même à travers les images qui défilaient dans sa tête, elle perçut l’indéfectible amour qui les unissait. Leurs talents s’y succédaient comme une vague de bonté qui déferlait dans la vie des humains. Elle eut une vision fugitive des amants interdits et de la fulgurance de leur passion qui les poussa à dépasser leur peur naturelle de la mort. L’abnégation totale d’elle-même qu’elle détecta dans le regard d’Eery la troubla profondément. Sa gorge se noua quand, au milieu des images de l’histoire des hommes et de leurs amies, le visage de sa mère apparut l’espace d’un instant avec le même regard passionné… Mais était-ce bien sa mère ? Elle revécut le dernier conseil où les fées décidèrent de devenir invisibles aux yeux des hommes et où ceux-ci se résignèrent. Vint le moment où ils assistèrent à la lente disparition des fées de leur perception visuelle, tandis qu’une immense souffrance les envahissait, détruisant en eux tout bonheur de vivre. Ils avaient partagé tant, pendant si longtemps que leur absence creusa un gouffre à leurs pieds. Ils vacillèrent devant lui, hésitant à y sombrer, puis, peu à peu, s’en éloignèrent, sauvés par l’oubli. Elle versa une larme quand elle réalisa que, pour survivre à leur perte, les êtres humains devaient oublier les fées et qu’elles mouraient de cette indifférence ! La dernière image de toutes ces fées endormies pour l’éternité dans une grotte gigantesque se grava dans sa tête comme une vérité absolue, leur disparition était irrémédiable.
— Voici notre histoire, Aila. Nous sommes condamnées à disparaître, mais nous avons trop aimé les hommes pour les laisser seuls en face de l’adversité. Nous connaissons la misère qui règne en Avotour et la peine de ses habitants blessés par la vie. Malheureusement, notre force a trop faibli pour tous les aider.
De façon fugitive, le beau visage d’Amylis se troubla et Aila n’y lut plus qu’une grande lassitude doublée de tristesse. Puis tout s’effaça et la fée Esprit poursuivit comme si de rien n’était :
— Aila, tu es la première depuis bien des années à pouvoir nous rencontrer et tu es notre dernière chance. Tu dois accompagner les hommes grâce à nos pouvoirs et les sauver jusqu’à la naissance de l’héritière. Après, quand elle aura accepté et recueilli nos pouvoirs, nous pourrons disparaître à jamais, le cœur en paix. Consens-tu à nous aider ?
— Oui, bien sûr, mais que dois-je accomplir ?
— Revenir ce soir quand tu t’endormiras, c’est le seul moment où nous pouvons te transmettre nos pouvoirs, les uns après les autres.
À nouveau, Aila se sentait mal à l’aise : l’impression de revivre sans cesse les mêmes scènes la harcelait et la nausée l’envahit. Mal assurée sur ses jambes, elle tenta de se lever avant de retomber sur le sol, très faible. Toutes les fées se précipitèrent vers elle ; la fée Mère apposa ses mains avec une infinie douceur sur les tempes d’Aila, tandis qu’Amylis recherchait le contact avec son esprit. La jeune fille reprit un peu de force, mais restait complètement désorientée. Elle lança un regard bouleversé vers Amylis, son esprit perdu dans une extrême confusion.
Les traits contractés par l’inquiétude de la fée se relâchèrent et Amylis poussa un immense soupir.
— Tout ceci est de notre faute… Si nous avions su… Si seulement nous pouvions agir autrement, tu ne serais pas dans cet état-là… Je te présente toutes mes excuses.
Aila essayait de retrouver des repères. Tout s’avérait si différent dans ce monde nouveau et inconnu. Soudain, l’image d’Aubin émergea dans son esprit et, comme une bouée de sauvetage, elle s’y accrocha avec l’énergie du désespoir. Petit à petit, les pièces de sa conscience se remirent en place et elle s’apaisa.
— Que voulez-vous dire, Amylis ? s’enquit-elle, avec anxiété.
— Tu es déjà entrée ici, plusieurs fois. Nous avons obtenu ton accord et le partage de notre magie avec toi a commencé.
— Mais… mais je m’en souviendrais !
— Non, tu arrives quand tu t’endors et j’efface les souvenirs de ton passage parmi nous lorsque tu repars.
— Mais pourquoi ?
— Pour éviter ce que tu viens de vivre ! Tu apprends avec ton inconscient et nous faisons coexister deux êtres en toi : un qui partage nos pouvoirs et un qui ignore tout de nous. Ceci revient presque à mettre deux personnes différentes dans un même corps. Si les deux se rencontrent, leurs esprits se télescoperont et s’affronteront jusqu’à ce qu’un seul l’emporte sur l’autre. Nous avions peur que tu sois absorbée par ce pouvoir avant d’être suffisamment aguerrie pour lui résister. Comment ton bon sens pouvait-il, sans se troubler, assimiler un tel flot de connaissances magiques ? Et quand la raison flanche, la folie guette…
— Et c’est ce qui vient de m’arriver ?
— En quelque sorte… Mais, comme tu peux le constater, tu n’es pas devenue folle. Je ne sais si nous devons ce prodige à ta robuste constitution ou à une chance infinie, mais je suis heureuse que tu ailles bien. L’inquiétude nous troublait tellement que nous cherchions sans répit une solution pour t’amener à concilier ces deux entités distinctes sans te faire mal. Malheureusement, pour l’instant, nous n’avions rien trouvé…
Petit à petit, Aila achevait de remettre ses idées en place, ses souvenirs anciens et récents. Une douleur lancinante martelait ses tempes.
— Je peux te soulager si tu le désires, intervint la fée Mère.
Aila acquiesça, laissant Errys s’occuper d’elle. Rapidement, son état s’améliora et la jeune fille se redressa.
— Je comprends à présent d’où je tiens ces pouvoirs qui me dépassaient… Et ce soir, je reviens pour la suite ?
— Non, pas cette nuit, Aila. Je crois que tu as réussi assez d’exploits pour aujourd’hui ! Je suis impressionnée par le fait que tu t’es adaptée aussi promptement à cette dualité. Je ne voudrais pas faire basculer ce fragile équilibre en allant trop vite. Demain sera bien assez tôt pour poursuivre notre partage. En t’endormant, tu n’auras qu’à toucher le livre.
— Et maintenant, vous n’effacerez plus mes souvenirs ?
Amylis jeta un coup d’œil vers ses sœurs avant de répondre :
— Non, désormais ta résistance hors du commun devrait te permettre d’assimiler nos pouvoirs et de te les rappeler sans problèmes.
— Est-ce la magie qui provoque mes nausées le matin ?
— Des nausées ! Mais tu ne nous en avais jamais parlé ! Fée Terre, s’il te plaît, apporte-moi des graines de Canubre. Dorénavant, tu en mâcheras une avant de te coucher, ceci devrait les éliminer. Et si elles ne disparaissent pas en totalité, elles deviendront tolérables. Désires-tu encore quelque chose ?
— Oui, une dernière question…, ou peut-être plusieurs. Pourquoi est-ce que j’utilise vos dons malgré moi ? Et pourquoi ma volonté seule ne peut-elle les solliciter ? Et pourquoi… ?
Aila s’arrêta. Elle se sentait épuisée et ses idées s’obscurcissaient de nouveau.
— À présent que tu es consciente de tes pouvoirs, le bon choix se fera naturellement, mais la magie ne sera pas disponible à tout moment… En effet, nous ne pouvons t’en donner qu’un accès illimité parce que nous ne disposons plus de force. Nous tentons, comme nous le pouvons, de préserver l’énergie qui nous reste…
— Alors, il faut que je restreigne son utilisation pour ne pas vous affaiblir trop vite !
— Aila ! Tout va bien. Fais ce que tu as à faire, sans tenir compte de nous ! Il suffira naturellement qu’une d’entre nous survive jusqu’au transfert complet de nos pouvoirs pour tous les sauver…
Aila eut peur de comprendre. Elle revit toutes ces fées sans vie étendues dans la grotte et déglutit douloureusement avant d’enchaîner :
— Vous êtes en train de me dire que, lors de chacun des partages de votre magie avec moi, des fées meurent…
« Dites-moi que je me trompe », supplia-t-elle, dans sa tête. Amylis la regarda sans tristesse.
— Pas une fée, mais une partie d’elle…, telle est notre destinée ! Et nous sommes fières de l’accomplir. Succomber ne signifie rien, puisque nous survivrons dans l’héritière et chaque fée que nous sommes donnera sa vie sans regret pour ne pas disparaître tout à fait. Si nous réussissons, ce sera grâce à toi, Aila. Et puis, n’oublie pas que si tu peux utiliser nos dons, c’est parce que nous l’acceptons et même que nous le souhaitons ! T’en souviendras-tu ? Au lit maintenant ! Et pour dormir cette fois ! Je te conseille de prendre une graine dès à présent pour éviter une éventuelle nausée demain matin.
Attristée par l’idée de leur sacrifice, elle embrassa toutes les fées, les étreignant avec ferveur. Comment des êtres aussi merveilleux pouvaient-ils disparaître ? Elle s’apprêtait à les quitter, le cœur rempli d’amertume et de regrets.
Toutes l’accompagnèrent pour lui dire au revoir dans un joyeux brouhaha. Puis elle se retrouva seule dans sa chambre. Rapidement, elle mit sa chemise et s’étendit loin du livre pour ne pas le toucher par inadvertance. Alors que le sommeil s’emparait d’elle, les dernières images dans son esprit ne furent plus celles d’un petit être doré, mais d’une multitude de fées aux noms étranges et de leur magie que les hommes avaient reçue comme un don.


Envie de voir toutes les œuvres de Catherine Boullery, auteure de fantasy ? Retour sur le site de fantasy
'