➇ L'Ultime Renoncement | Roman de FANTASY | La saga d'Aila de C. Boullery

L'Ultime Renoncement, tome 8 de la saga de fantasy de Catherine Boullery
La saga d'Aila  fantasy


fantasy

Note : 4.6 / 5 avec 283  critiques

Le début de l'histoire

Résumé du tome 7 - Un Éternel Recommencement

Quand Allora de Srill, auprès de qui il s’était engagé, l’a relevé de sa promesse, Kerryen a épousé Ellah. De leur union est née une petite fille, Amylis, et la famille vit heureuse dans la forteresse d’Orkys, capitale du Guerek ou presque… En effet, de son actuelle histoire, Ellah a conservé une grande vulnérabilité à laquelle elle résiste grâce à la présence de Kerryen et de son bébé. Sur le point de fêter le premier anniversaire de la victoire sur Césarus, le château se prépare à accueillir des visiteurs, des proches comme des curieux. De façon contradictoire, Allora annonce son départ du Guerek à Ellah, lui expliquant qu’elle a renoncé à Kerryen, alors qu’elle l’aimait, en raison des sentiments qu’elle avait devinés entre eux.

◎ ◎ ◎

De son côté, Adélie qui n’a jamais cessé de vouer à la porte une vénération, ce matin-là, se rend devant elle, bercée par une magie conciliante. Parallèlement à un bruit sourd extérieur, un changement d’éclairage la dérange, puis trois silhouettes se dessinent dans la lumière. Les nouveaux arrivants, Pardon et ses enfants, espérant tomber sur Aila, sont déstabilisés par cet accueil imprévu associé à la différence de langage que Tristan ne parvient pas à corriger. La cloche d’alerte sonnée, Kerryen débarque l’épée au poing, bientôt suivi d’Ellah et d’Amaury. Reconnue par les visiteurs, la reine se décompose, tandis que Pardon ne désire plus que repasser la porte pour mettre fin au cauchemar de voir sa femme avec un autre homme.

◎ ◎ ◎

Dans une pièce plus confortable d’Orkys, la discussion entre les nouveaux venus et Ellah ne se révèle pas pour autant plus facile, principalement en raison du silence de Pardon, dévasté, et celui habituel de Tristan. Ellah leur apprend qu’elle est arrivée presque deux ans plus tôt elle ne se souvient plus de rien. Par politesse, elle les invite cependant à rester aussi longtemps qu’ils le souhaitent. Alors que Pardon désire uniquement fuir cet endroit, Naaly obtient un délai pour renouer avec sa mère. Montant dans les étages, elle la retrouve dans sa chambre et se découvre une petite sœur, Amy ou plutôt Amylis.

◎ ◎ ◎

Pendant ce temps, perturbé par les propos échangés, Tristan se promène dans la forteresse, se posant des questions auxquelles personne d’autre que lui ne semble songer. Où sont-ils et quand ? Avant de rejoindre son père, Naaly redescend dans les sous-sols et observe quelques mouvements de troupes souterrains. Le trio réuni, ses membres envisagent de repasser la porte, mais Ellah les invite à fêter avec eux le premier anniversaire de la victoire du Guerek, permettant du même coup à Tristan d’associer les pièces ; il comprend qu’ils ont atterri dans la forteresse du Guerek qu’ils ont connue en ruines, le jour même où celle-ci a été attaquée. Pressé par l’urgence, grâce au retour d’un léger contrôle de la magie, il parvient à partager les pensées, contournant la barrière de la langue. Ainsi, Kerryen apprend que sa cité sera totalement détruite et que son roi finira les os brisés. Cependant, Tristan leur explique que le passé précédent peut avoir été modifié par la venue d’Ellah et, que le déroulement des événements actuels peut différer du premier. Au même moment, Naaly parle des mouvements observés dans les sous-sols et l’alerte est donnée : le château est attaqué par l’intérieur, mais aussi par l’extérieur. Pardon et Naaly accompagnent Kerryen pour défendre le lieu, tandis qu’Ellah met Amy à l’abri. Quand Inou réalise l’absence d’Adélie, Tristan se propose de partir la rechercher. Sa fille en sécurité, la reine rejoint les combattants dans la cour. Malheureusement, la forteresse apparaît perdue. Organisant la fuite du personnel par le souterrain, les yeux d’Adélie se posent sur Pardon qui a généré chez elle des sentiments inédits, pendant que ce dernier, définitivement éprouvé, découvre le bébé du couple. Alors qu’ils atteignent la salle de la porte, Kerryen annonce à Ellah qu’elle doit suivre son ancienne famille en raison du pacte qui l’oblige à respecter un vœu unique de sa part. Malgré sa colère, elle ne peut refuser et, sa fille dans le bras, passe les ondes avec Pardon et ses enfants. Dès cet instant, Kerryen ordonne à ses hommes de la détruire.

◎ ◎ ◎

Quand ils reprennent pied, Naaly identifie la grotte initiale, tandis qu’Ellah est affolée de ne rien reconnaître, dont la maison vide de Mukin. Son désarroi est partagé par le groupe conscient des différences entre le moment du départ et celui de leur retour. Tristan finit par leur avouer leur triste réalité : le changement du passé avec la venue d’Aila a effectivement modifié le présent actuel. Soit leur ennemie grimée existe encore et a manipulé Aila provoquant leur quête, soit c’est le contraire et donc, à l’instant, ils vivent toujours en Avotour. Au même moment, Ellah comprend que treize ans se sont peut-être écoulés et, totalement bouleversée, emprunte le souterrain vers la forteresse. À destination, ils tombent sur Adélie qui leur apprend la mort de Kerryen. Pardon et ses enfants décident de repartir au petit matin. Dans sa chambre, Ellah récupère le livret qu’elle avait dissimulé et, cette fois, tente d’en percer les mystères en faisant appel à ses connaissances sans y parvenir. Elle le glisse dans son gilet. De son côté, Adélie confie à son amant, Marin, ses impressions à propos de ces événements.

◎ ◎ ◎

Quand Ellah se réveille, Amy a disparu. Mise au courant, Adélie refuse de croire en la culpabilité de Marin. Renouant avec la magie, la reine fonce vers la maison de Mukin sur les traces du ravisseur. Malheureusement pour lui, Marin demeure coincé dans le couloir, doublement, d’abord par un piège posé par Tristan et, ensuite, par Pardon, Naaly et Tristan revenus vers le seul endroit connu. Quand l’amant d’Adélie perçoit tardivement la présence d’Ellah, il tente le tout pour le tout et, après avoir distrait les visiteurs, il s’échappe, le bébé avec lui, Ellah sur talons, ainsi que son ancienne famille. En dépit des efforts conjugués pour le retenir, aucun pouvoir ne semble l’atteindre. De nouveau, dans la grotte, Marin a déjà disparu. Ses poursuivants franchissent la porte.

◎ ◎ ◎

Quand la magie éveille Tristan, il découvre autour de lui une gigantesque salle remplie de cocons contenant probablement des corps. Grâce à son alliée providentielle, il réveille sa sœur, puis, avec l’aide de Naaly, ses parents. Si la reprise de conscience de leur père se révèle douloureuse, en revanche, celle d’Ellah revêt des allures de cataclysme, car elle refuse de revenir à la vie. Après un combat qui l’oppose à Pardon, ce dernier finit par la maîtriser ; elle s’effondre, vaincue par l’infernale succession de chagrins. Sans arme et sans l’aide de la magie qui vient définitivement de s’éteindre, ils débouchent dans un univers aveuglant et uniforme. En attendant d’y pénétrer, Tristan leur explique que les cocons représentent un système de protection de la porte et conclut que ce lieu cherchera à les retenir à tout prix ; pour y parvenir, tous les coups seront permis. Quand le monde se déplie devant eux sous la forme d’une route, leur différence de comportement devient plus visible. Pardon, étouffé par la culpabilité, hésite sur tout, Naaly, malgré les catastrophes en série, continue à avancer et Tristan, en raison de sa clairvoyance, sent peser sur ses épaules le poids de plus en plus lourd de cette aventure. Quant à Ellah, elle ne les accompagne que contrainte et forcée, car elle a tout perdu. Elle les suivra tant qu’elle le voudra, mais, le moment venu, elle les quittera.

◎ ◎ ◎

Alors que les mondes s’enchaînent, chacun apporte son lot de déconvenues, mais aussi de révélations. Ainsi, bien que Tristan reste réticent face à l’entité qu’il perçoit, Ellah se lie progressivement à elle, réveillant la magie chez Pardon à l’insu de celui-ci. Tandis que les épreuves se succèdent se développe dans le groupe une solidarité, voire une complicité. Puis une nouvelle contrainte s’impose : le temps décompté par un sablier que chaque membre doit parvenir à remplir en se confrontant à l’événement le plus cruel de son existence. Bonneau meurt dans les bras de Pardon, Sekkaï échappe à l’étreinte de Naaly pour sauter dans le vide et Tristan découvre les conséquences tragiques sur sa vie de son histoire avec la magie, puis l’amour avec Merielle. Quant à Ellah, elle reçoit par le biais d’Amaury une lettre de Kerryen.

◎ ◎ ◎

Alors que le monde qu’ils traversent s’effondre, ils parviennent grâce à l’aide providentielle d’un homme étrange, Martin, à rejoindre le prochain, un espace de sérénité après le chaos. Ensemble, ils cherchent l’accès pour atteindre le monde d’après, tandis que le dernier espoir de Pardon de reconquérir Ellah s’évanouit ; elle ne l’aime pas et ne les suivra pas.

◎ ◎ ◎

Leur porte localisée, des gravures sur le sol leur donnent des indications à la fois précieuses et perturbantes : chacun peut offrir à l’un d’entre eux ce qu’il désire, mais, parallèlement, l’un d’entre eux restera dans le monde précédent…

◎ ◎ ◎

Au moment des adieux entre Pardon et Ellah, celle-ci tend à Pardon la pierre qu’elle porte à son cou et qui s’est rallumée ainsi que le carnet qu’elle a conservé dans son gilet, et lui transmet ses compétences en langage.

◎ ◎ ◎

Tandis que les ondes s’avivent, Ellah retient Martin éloigné de son ancienne famille. Méfiante envers lui, elle plonge dans son esprit pour découvrir que cet homme n’est autre que celui qui a enlevé sa fille. Ce dernier perçoit son intrusion, puis apprend la fuite de ses compagnons. S’ensuit entre les deux un combat qui ébranle l’univers autour d’eux. Dans un ultime geste vers les siens, Ellah envoie une bulle avec des informations sur Martin que Pardon saisit au moment de franchir la porte. Pour vaincre son ennemi, Ellah s’imprègne de la face noire de la magie du labyrinthe, définitivement.

❈ ❈ ❈ ❈ ❈

Début du tome 8 - L'Ultime Renoncement

à venir

◎ ◎ ◎
❈ ❈ ❈ ❈ ❈

Parcourez les coups de cœur de mes premiers lecteurs

Client Amazon, à venir

avis à venir

Sur Amazon

L'auteure Catherine Boullery Blog de fantasy Univers de fantasy Aila, l'héroïne Interviews Communauté d'Aila Salons du livre Coups de cœur des lecteurs Avis des lecteurs Je déclare ma flamme Pourquoi écrire Auteurs de fantasy Liens de fantasy Ramdam Photos d'ambiance Photos de papillons Piratage Campagne de financement Remerciements Supportez la romancière… Téléchargez, achetez… Tout sur l'auteure de fantasy


Extrait gratuit d'un des livres de la saga d'Aila offert par Catherine Boullery, auteure de fantasy (autres passages sur Amazon). Excellente lecture ;)

— Sire Hubert ! Ne racontez pas n’importe quoi !
— Vous voyez, vous recommencez ! Vous ne savez pas vous taire !
— Et vous ne savez pas écouter ! Alors, faites un effort et entendez-moi ! J’admets que je ne dois pas être facile à vivre si vous cherchez un chien bien dressé à vos côtés. Pour être franche, je ne le deviendrai pas, mais de là à gagner plus d’importance auprès de votre père que vous, vous faites fausse route sur toute la ligne ! Il a une immense confiance en vous. À qui a-t-il confié le gouvernement de son pays quand il était mal ? À vous !
— Il n’avait pas le choix, de toute façon !
— À croire que je connais mieux la loi que vous ! Bien sûr que si ! Il aurait pu le donner en régence à sire Hector… Et c’est vous qu’il a choisi ! Qu’est-ce que j’apporte moi, avec mon sale caractère ? Une vision nouvelle qui bouscule la routine dans laquelle vous vous êtes installés. Je pose les questions qui dérangent, je dis les mots qu’il ne faut pas, je vous oblige simplement à sortir de vos ornières ! Votre père l’a accepté, mais pas vous ! Vous vous y refusez parce que je bouleverse votre petit monde ! Mais, que vous le vouliez ou non, tout change… Et vous ne pourrez pas l’en empêcher ! Alors, au lieu de freiner des deux pieds, essayez de comprendre et de vous adapter…
— C’est pour vous que vous dites cela ? rétorqua-t-il.
Aila sourit.
— Consciemment non, mais inconsciemment, peut-être ! Il faut que nous arrivions à surmonter ce qui nous sépare et que vous cessiez aussi de douter de vous en permanence ! Personne ne peut prendre votre place dans le cœur des gens, ils en ont assez pour accueillir d’autres personnes. Vous savez, votre attitude porte un nom : la jalousie.
— Vous êtes dure.
— Je suis honnête. Et vous, sire Hubert, vous vous devez de l’être envers vous-même. Quels efforts êtes-vous prêt à consentir ? Je vous rappelle que votre père, même si je dois le laisser en dehors de nos querelles, a été on ne peut plus clair à ce sujet, dit-elle, en rendant sa voix plus grave pour imiter celle du roi.
Il afficha un timide sourire.
— Vous ne me faites pas vraiment confiance, n’est-ce pas ? questionna-t-il.
— Vous m’avez déjà sauvé la vie. Croyez-vous que je puisse l’oublier ? Vous êtes un homme courageux, fiable, mais je ne sais pas si je peux tenir mon rôle à vos côtés. Vous avez tellement peur que je vous prenne votre place ou l’amour de votre père que vous m’enlevez toute chance de vous prouver que je ne veux rien vous voler et ceci m’insupporte. Vous ne me changerez pas et, même si vous pensez que c’est bien dommage, c’est ainsi. Je reste une potiche qui ne plie pas !
— Vous connaissez beaucoup de potiches pliables ?
— Non, mais ce n’est pas grave ! conclut-elle en éclatant de rire.
— Bon, j’ai compris la leçon. Enfin, je crois. Père sera content quand il va retrouver deux monstres transformés en anges…
— Sire Hubert, vous vous êtes déjà engagé une fois pour vous défiler dès que vous en avez eu l’occasion. Je ne le supporterai plus…
— Je le regrette sincèrement, Aila, coupa Hubert. Je sais que je n’ai pas agi comme j’aurais dû. Le pire de tout est que vous aviez raison sur les Hagans. En dédaignant vos conseils, par fierté ou par bêtise, j’aurais pu commettre une grave erreur et je l’ai réalisé… Je vous fais une proposition pour que nous repartions sur de nouvelles bases, je vous offre un serment comme celui que vous avez pris envers notre famille.
Elle pencha la tête sur le côté, attentive.
— Je vous écoute.
— Moi, Hubert d’Avotour, m’engage à considérer Aila Grand comme une partenaire compétente, digne de respect et d’écoute. Je m’engage aussi à ne plus trahir sa confiance.
— J’apprécie ce début encourageant. Cependant, sire Hubert, j’attends encore davantage, j’ai besoin que vous m’accordiez une confiance absolue. Et pour que vous compreniez pourquoi, je dois partager un secret.
Elle chercha comment présenter ce qu’elle avait à partager.
— Nous partons en mission pour tuer le chef hagan. Seulement, si je vous dis sur place que nous ne devons pas l’exécuter, vous devrez me croire parce que je sais des choses que vous ignorez.
Dans les prunelles d’Hubert, elle reconnut la petite lueur qui signalait qu’elle l’agaçait. Ressentant une pointe de découragement, elle poursuivit malgré tout :
— Sire Hubert, depuis Escarfe, je partage la magie des fées, lui confia-t-elle, guettant sa réaction.
Elle en avait prévu beaucoup, de la plus plausible à la plus excentrique, mais pas celle qui suivit. Il éclata de rire.
— Voyons, les fées n’existent pas ! s’exclama-t-il, quand il reprit enfin son souffle.
— Mais vous avez déclaré le contraire à Antan ! répliqua-t-elle, carrément indignée.
— Je ne pouvais quand même pas contredire Orian !
— Alors, je vais vous prouver que je dis la vérité. Regardez !
D’un geste mental, elle projeta les trois épées, suspendues sur le mur droit, directement dans la porte du bureau. Elles s’y fichèrent fermement dans un bruit mat, tandis qu’Aila bénissait les fées de lui avoir donné le petit coup de pouce dont elle avait besoin. Si elles l’avaient laissée tomber à ce moment-là, elle était fichue. Interdit, le prince, immobile et bouche bée, regardait les lames qui vibraient encore.
Ce fut le moment que choisit le roi pour revenir et sa voix retentit :
— Ne me dites pas que vous en êtes venus à régler vos comptes à l’épée ?
— Non, je suis désolée, sire, c’est de ma faute. Je vais réparer votre porte immédiatement et ranger les armes, précisa Aila, avec empressement.
Elle se précipita pour enlever les lames qui avaient transpercé le panneau et grimaça en constatant à quel point elle avait effectivement abîmé le bois…
— Laissez tomber les épées ! Pourriez-vous m’expliquer quelle démonstration nécessitait de détériorer ma porte ?
— Père, Aila voulait juste me prouver qu’elle partageait le pouvoir des fées et elle a parfaitement réussi.
Le visage de Sérain se détendit tandis qu’il observait la jeune fille avec attention.
— Aila, vous avez enfin trouvé d’où vous viennent tous vos nouveaux talents ?
— Oui, mon roi.
— Bien ! Je veux tout savoir. Je vous écoute.
— Je rencontre les fées depuis la fin du séjour à Escarfe. Elles partagent avec moi leur pouvoir, mais je ne les détiens pas et, sans elles, je ne peux rien. Si je l’ignorais, c’était que, pour me préserver, elles effaçaient ma mémoire après chaque visite.
— Est-ce tout ?
— Non, malheureusement. Sire, elles meurent jour après jour et, aujourd’hui, elles n’ont plus la force d’assister les hommes. Si elles partagent leur magie avec moi, c’est parce que je suis la seule à être en mesure de communiquer avec elles et espèrent ainsi que je les aiderai à trouver et à protéger l’héritière, l’être humain qui recueillera tous leurs pouvoirs.
— Et quel rôle joue cette Amata dans toute cette histoire ?
— Il faut croire que je suis sollicitée de multiples parts, car elles ne sont pas à l’origine des visions, ce sont les Oracles. Je suppose que l’un d’eux a pris contact avec moi à sa façon et qu’il m’impose le sentiment de ce que je dois ou ne dois pas faire. Je ne sais même pas si l’appel que j’ai reçu pour sauver la femme qui accouchait venait de lui…
— Et pour sortir notre pays de sa misère ?
— Peut-être devons-nous attendre la naissance de l’héritière ou, si nous ne voulons pas patienter jusqu’à sa venue comme la solution miracle, réfléchir à ce que nous pourrons trouver pour protéger par nous-mêmes nos récoltes ainsi que la population. Comme, jusqu’à présent, nous étions préservés de tout, nous avons perdu l’habitude de faire face et de réagir de façon adaptée.
— Voilà une idée terriblement intéressante… Réapprendre aux gens comment se comporter devant les catastrophes et survivre dans l’adversité… Mais comment savoir ce qu’il convient de faire ? Exceptées ces dix dernières années, nous avons toujours vécu plutôt protégés de tout. À quelle époque devons-nous remonter pour trouver les réponses ?
— Dans les livres antérieurs à la magie des fées, s’il en existe, ou tout simplement en nous creusant les méninges pour réinventer les solutions. Nous ignorons quand arrivera cette héritière, peut-être allons-nous devoir nous débrouiller tout seuls pendant longtemps…
— Quand Orian sera de retour, peut-être aura-t-il des suggestions à nous apporter ? Pour en revenir à vous, dit le roi, en fixant alternativement Aila et Hubert, j’exige votre projet demain après-midi, dernier délai. Maintenant, entraînement de kenda !
— Vous m’excuserez, je n’en serai pas aujourd’hui, je me suis engagé ailleurs, objecta Hubert.
— Pas de souci, mon fils. Les autres, retrouvons-nous au manège !

Ces heures d’exercices procurèrent un bien fou à Aila qui évacua toute la tension accumulée. Elle avait franchi des étapes importantes en concluant une paix provisoire avec Hubert et en parlant de sa mission auprès des fées. Pourquoi le prince n’était-il pas venu s’entraîner ? Elle ne croyait pas à cette histoire d’engagement. Elle avait deviné la souffrance qu’il ressentait à regarder ses partenaires progresser, alors qu’il végétait. Il ne faisait pas mieux que le roi avec un banal bâton de combat, et encore… Si elle avait pu l’aider… Avant de quitter Avelin, elle lui offrit de commencer les cours de hagan le soir même et il fut enchanté par cette proposition.

Sur le chemin du retour, l’idée de revoir le jardin obscur la traversa. Elle parcourut les couloirs jusqu’à sa porte qu’elle ouvrit. L’endroit paraissait toujours aussi magnifique, même en pleine lumière du jour. Elle ignorait pourquoi il touchait autant son cœur, mais elle s’y sentait bien. Un bruit de respiration derrière un massif attira son attention et, curieuse, elle le contourna pour y découvrir Hubert qui s’entraînait seul au kenda. Il s’escrimait comme un beau diable, sans succès, néanmoins sans renoncer. Comme s’il savait d’avance qu’il n’y arrivait pas…
« Il ne manque pas de courage », pensa-t-elle, tandis qu’elle s’approchait à pas feutrés.
— Sire Hubert ?
Surpris, il se tourna vers elle. Il paraissait gêné.
— Aila ! J’ignorais que vous étiez là.
— Je m’en doute… Sire Hubert, ce que vous faites ne peut pas marcher parce que, comme d’habitude, vous voulez tout maîtriser… Le kenda n’est pas une arme qui fonctionne de cette façon, il se ressent. Vous devez apprendre à vous laisser entraîner par lui. Il vous invite à sauter par-dessus un ravin, n’écoutez que sa voix et bondissez ! Il vous souffle de voler, faites-le ! Tant que vous ne lui ferez pas absolument confiance, tant que vous n’entreprendrez les choses qu’à votre manière sans recevoir la sienne, la fusion entre vous deux ne s’accomplira pas. Vous en souffrirez tous les deux : lui, parce qu’il échouera à vous faire voler et vous, parce que vous ne saurez jamais que vous auriez réussi…
Elle se tut un instant avant de poursuivre :
— En vous regardant, l’idée m’est venue de tenter une technique différente pour débloquer la situation. Voulez-vous l’essayer ?
Mal à l’aise, le prince hocha la tête. Elle se mit debout, les mains tendues vers l’avant, tenant son kenda parallèle au sol.
— Placez-vous comme moi, puis passez vos bras autour de moi de telle façon que nos deux kendas se touchent. J’espère, de cette façon-là, vous entraîner avec moi dans sa danse et, cette fois, c’est moi qui vous guide.
Elle lui sourit. Le prince la contourna et plaqua ses bras contre les siens, leurs armes se rejoignant. Dès leur contact, elle eut l’impression d’être projetée dans les airs par une bourrasque phénoménale sans en comprendre la raison. Pourtant, quand elle rouvrit les yeux, elle n’avait pas bougé de place, les bras d’Hubert l’entouraient toujours. Elle reprit le contrôle de son esprit que le tourbillon avait entraîné et continua :
— Vous allez reproduire chacun de mes gestes comme si vous étiez mon ombre. Accordez-vous à la fois sur votre kenda et sur le mien et laissez-vous emporter.
Elle commença par de légers mouvements, guettant la réaction du prince. Bientôt, elle accentua leur cadence et, tout en restant sur place, amplifia ses actions. Pour l’instant, il arrivait à la suivre, mais elle détectait l’effort considérable que représentait pour lui de n’être que son double…
— Ressens ! lui ordonna-t-elle.
Et elle l’entraîna à sa suite, dans un tourbillon de gestes et de déplacements, sentant sa réticence céder graduellement.
— Perçois ! Agis !
Elle quitta ses bras et se retrouva en face de lui. À chaque attaque qu’elle déclenchait, il parait.
— Encore !
Et elle recommença, augmentant le niveau et l’intensité de chacun de ses enchaînements.
— Attaque !
Et Hubert attaqua tel un lion lâché dans une arène, féroce, sauvage, avec une authentique volonté de vaincre. Loin d’avoir donné toute sa mesure, Aila esquiva sans trop de difficulté, malgré tout très impressionnée par la puissance du prince débarrassé de ses chaînes, un autre combattant qu’elle aurait été balayé…
— Repos ! cria-t-elle.
Ils s’arrêtèrent tous deux, essoufflés.
— C’était magnifique ! Vous êtes prodigieux quand vous libérez votre énergie. À présent, je vous enseigne un enchaînement très complexe et je parie que vous allez le réussir. L’objectif final consiste à immobiliser son adversaire, le kenda sur le cou, ici en particulier, dit-elle en montrant un point sur sa gorge. Si l’intention est de tuer, il suffit, au lieu d’arrêter son geste, de le poursuivre jusqu’à l’étouffement. Sinon, on peut seulement diminuer la capacité à respirer de son ennemi et, ainsi, le garder sous contrôle. Il existe deux variantes possibles : l’une où l’appui se pratique debout et l’autre, allongé. Je vous montre la première. Ressens ! Quand mon kenda me dit « vole ! », je vole !
Et elle s’élança comme toujours avec la légèreté d’un oiseau. Elle fit face à un adversaire invisible, puis, lui tournant le dos, elle lança son arme en l’air, exécuta un prodigieux saut arrière au cours duquel l’oiseau qu’elle était, prenant appui sur ses mains, voltigea par-dessus l’homme imaginaire. Arrivée derrière son dos virtuel, elle rattrapa son kenda et le plaqua sur sa gorge, verrouillé par ses deux avant-bras.
— À présent, avec vous !
Elle se mit en face de lui et répéta le même mouvement. Il se retrouva la gorge doucement comprimée par le bâton d’Aila. Elle lui répéta :
— Mon kenda me dit « vole » et je vole ! À vous, sire Hubert !
Il prit position devant un adversaire imaginaire et échoua, tant sa retenue limitait ses gestes. Il doutait à nouveau, tandis que sa raison reprenait le dessus. Aila arrêta rapidement l’exercice, le sentant encore perdu à cause de son échec.
— Sire Hubert, nous allons réellement combattre, je ne vous ferai aucun cadeau et vous volerez ! Si vous ne luttez pas, je vous jure que je vous écrabouillerai ! En garde ! À l’attaque !
Et elle s’élança : assaut, enchaînement de positions, charge, repli, nouvel engagement, paré et, pas à pas, elle poussait le prince dans ses retranchements. Soudain, pour contenir une attaque encore plus violente que les autres, il lança spontanément son kenda, effectua le saut arrière par-dessus sa partenaire et se retrouva derrière elle, son arme rattrapée et posée sur la gorge d’Aila. Il en relâcha la pression immédiatement et, sans réfléchir, Aila se jeta à son cou en explosant de joie.
— Extraordinaire ! Fantastique ! Maintenant, vous avez dépassé vos deux frères sans aucun problème ! Continuons. La deuxième attaque permet d’achever un homme à terre. Là aussi, il faut voler et s’écraser sur lui en appuyant le bâton sur sa gorge pour l’anéantir, éventuellement. Allongez-vous sur le sol, je vous montre.
Docile, Hubert se retrouva sur l’herbe, attendant sans un mot ce qui allait advenir. Il eut à peine le temps de se poser la question qu’elle atterrissait sur lui, l’accablant de tout son poids, le kenda sur son gosier, lui coupant le souffle.
— Maintenant, à vous ! Volez !
Elle se coucha sur le sol, prenant la place d’Hubert, et se prépara au choc. Elle le vit, largement plus massif qu’elle, décoller. Si les jambes du prince broyèrent les siennes, il n’aplatit pas son buste sur le sien, restant en appui sur ses bras. « A-t-il eu peur de me faire mal ? », pensa-t-elle. Levant ses yeux vers lui, l’intensité du regard qui la fixait surprit Aila. Que dissimulaient ses fenêtres bleues ? Elle y plongea pour découvrir l’homme qui s’y cachait, un être tellement secret qu’il s’enfermait derrière un mur inaccessible aux autres, fuyant la moindre expression de ses sentiments, une personne dont la peur d’exister faisait rimer vie avec souffrance. Puis elle revint vers lui, sentant sa chaleur contre elle, ressentant sa puissance et ce qu’il taisait comme un tourbillon vertigineux, son regard rivé au sien comme un aveu de sa fragilité intérieure. Il se fléchit légèrement sur ses avant-bras, se rapprochant d’elle. De lui, elle ne perçut plus que son souffle sur son visage. Il était si près…
— Désolé, j’ai échoué, lâcha-t-il dans un murmure.
Hubert se releva, ramassa son kenda et disparut sans un mot. Complètement secouée, Aila se redressa, tremblant de tous ses membres, partagée entre l’incompréhension de ce qu’elle venait de vivre et la détresse face à ce qu’elle avait entraperçu. Elle prit sa tête entre ses mains et se mit à pleurer doucement, submergée par un flot d’émotions qu’elle ne contenait plus. Par les fées, que lui arrivait-il ? Qu’y avait-il chez cet homme impossible qui la fragilisait autant ? Pourtant, elle s’était fait des promesses, elle avait affirmé son indifférence et elle mentait, elle se mentait… Elle n’était pas indifférente, mais ce qu’elle ressentait, elle l’ignorait. Peut-être lui rappelait-il trop Barou et que, malgré elle, briser le mur de glace qui la séparait d’Hubert figurait une façon de prouver que même son ancien père pourrait l’aimer…

Peu à peu, Aila se calma, progressivement envahie par la quiétude du jardin. Renoncer, elle devait renoncer. Tous les rêves ne s’exaucent pas et son père ne l’aimerait jamais. Si au moins Hubert pouvait arriver à la supporter sans s’énerver, ce serait un tel progrès ! Elle finit par se lever, saisit son kenda et se résolut à regagner sa chambre pour se changer. Elle entendit un bruit à peine audible comme celui du cliquetis d’un pêne. S’accroupissant, elle prit le temps d’analyser les traces laissées par l’intrus qui venait de s’éclipser. Difficilement perceptibles, ce ne fut qu’un heureux hasard qui lui permit de découvrir son identité. Sentant la colère l’envahir, elle décida d’aller sur-le-champ lui demander des explications. Parvenue devant la porte de sa chambre, elle frappa sans hésiter. Lorsqu’il ouvrit, il comprit au premier coup d’œil qu’elle l’avait démasqué. C’était bien lui qui venait de quitter le jardin obscur… Elle s’écria :
— À croire que c’est de famille ! Vous espionnez toujours les gens ainsi ! Pourtant, vous êtes une des rares personnes que j’aurais imaginée réduite à une telle lâcheté ! s’exclama-t-elle, furieuse.
— Acceptez-vous d’écouter mes explications ou suis-je condamné avant de pouvoir me défendre ? Entrez, avant que tout le couloir ne soit ameuté par vos cris…
Elle obtempéra, se sentant un peu gênée à présent.
— Je passais devant le jardin quand j’ai aperçu Hubert en sortir. Il paraissait tellement ébranlé que j’ai voulu en comprendre la raison. Je suis donc rentré et je vous ai entendue pleurer. Comme je ne souhaitais pas vous abandonner seule dans cette tristesse, je suis resté caché, derrière le buisson, attendant de voir si vous aviez besoin d’un ami ou non. Puis, une fois votre calme revenu, je suis reparti silencieusement. Apparemment, j’ai raté ma sortie discrète. Alors, qu’est-ce qui m’a trahi ?
Elle lui tendit un bouton. Adrien s’en saisit et découvrit l’endroit de sa veste d’où il provenait.
— Pas de chance… Je suis quand même rassuré, je n’avais pas laissé de traces… Aila, je n’ai pas voulu vous espionner, je me sentais juste inquiet pour vous… Vous êtes toujours si forte, si sûre de vous et vous paraissiez si malheureuse…, comprenez-moi…
Adrien se tut. Il semblait sincèrement contrit et elle l’observait, silencieuse. Il reprit :
— Que s’est-il passé entre vous ?
— Rien.
— Ne me dites pas qu’un rien peut vous mettre dans cet état !
— Si, quand ce rien est une absence de tout…
Adrien, pensif, ne sut que répondre, mais se lança tout de même.
— Vous l’aimez ?
— Vous croyez que je pourrais l’aimer ?
— Je l’ignore.
— Moi aussi… J’ignore ce que votre frère m’inspire et il déchaîne des sentiments : la colère, la tristesse, le respect, mais l’amour ? Ma mère a deviné au premier coup d’œil que Barou deviendrait l’homme de sa vie et j’en suis loin.
Tout à coup, elle eut envie de tout lui dire, de se raconter, de lui confier ses doutes, ses peurs, ses désirs. Son regard amical posé sur elle lui donnait la sensation qu’il pourrait tout entendre, tout comprendre… Cependant, n’ayant guère l’habitude de se livrer, elle choisit de se taire.
— M’en voulez-vous toujours ? tenta-t-il.
Elle secoua la tête.
— Alors, dépêchez-vous ! Vous allez être en retard pour le dîner si, comme je le pense, vous ne portez pas la tenue adaptée pour passer à table, conclut-il.

Elle retourna rapidement dans sa chambre où Élina l’attendait. N’ayant plus le temps de se baigner, elle se contenta de changer d’affaires avant de rejoindre la salle à manger. Seuls le roi et Adrien échangèrent des banalités pendant ce repas tristement silencieux. À la fin, Avelin vint demander à Aila l’heure et le lieu pour le cours de hagan. Attiré par leurs propos, Aubin sauta sur l’occasion de participer aux leçons, nullement découragé par les remarques d’Aila sur la difficulté de cette langue. Ils décidèrent de se retrouver dans la chambre d’Aubin immédiatement.

Confortablement installée au pied de la cheminée, elle se partagea entre perfectionnement pour Avelin et apprentissage pour Aubin. Pour amener le jeune prince à progresser en douceur, elle lui suggéra de se substituer à elle et d’enseigner le hagan à Aubin. Cet exercice se révéla très formateur pour lui. Il l’obligea à reprendre ses connaissances depuis le début et à les organiser. Graduellement, Avelin introduisit le vocabulaire de base, les règles de grammaire et de conjugaison à l’aide d’exemples simples, sous l’oreille vigilante d’Aila qui corrigeait la moindre erreur, rectifiant prononciations et tournures de phrase. Au bout d’une demi-cloche de travail intense, les trois amis se quittèrent, promettant de se retrouver le lendemain, même heure, même endroit.

Elle erra un moment dans les couloirs avant de regagner sa chambre, laissant flotter ses pensées. Soudain, la question d’Adrien resurgissait dans son esprit : « Vous l’aimez ? » Non, elle n’aimait pas Hubert, ceci apparaissait subitement comme une évidence. Comment pourrait-elle s’éprendre d’un homme qui la traitait avec autant de désinvolture ? À vrai dire, il la déconcertait, mais être troublée par une personne ne signifiait pas obligatoirement en être amoureuse. Elle sentait en lui un vrai besoin d’être aimé, le même que le sien, avec une fragilité similaire. Elle avait envie de le serrer contre elle pour le protéger des autres et de lui-même. Elle aurait voulu le rassurer et lui apprendre que la vie pouvait être belle. Elle y serait peut-être parvenue, s’ils avaient été différents, s’ils avaient partagé un peu plus, mais ce n’était pas le cas…
Mâchonnant sa graine de Canubre, elle rejoignit son lit, glissa sa main sous l’oreiller, pressentant le sommeil et le moment de retrouver les fées.
— Aila, bienvenue ! s’exclama Amylis qui l’attendait avec un sourire éclatant.
Elles partirent toutes les deux rapidement vers le lac où la jeune fille salua toutes ses amies. Toutes s’enquirent de sa santé et lui proposèrent de partager avec elle le pouvoir de l’eau. Au regard de l’extrême complexité de ce pouvoir, elles ne perdirent pas de temps et commencèrent l’apprentissage immédiatement. La nuit y passa et, à l’heure du premier rayon de soleil, la fée Esprit raccompagna Aila vers la porte entre leurs deux mondes.
— Amylis, j’oubliais ! Pouvez-vous remercier vos sœurs du petit coup de pouce pour les épées ? Si vous ne m’aviez pas secondée, j’aurais eu l’air plus que stupide…
Amylis se mit à rire doucement.
— Pas de souci ! Il y avait urgence, il me semble !
Aila se figea. Jamais encore, elle n’avait vu une fée rire et elle eut l’impression que l’univers entier entrait en vibration et étincelait de mille feux.
— Une dernière question, reprit-elle, est-ce vous qui m’avez appelée pour que j’aille sauver la femme et son bébé ?
— Non, je pensais que tu étais tombée sur eux par hasard. Pourquoi ?
— L’appel de l’homme a résonné dans ma tête, je ne l’ai vraiment entendu que lorsque nous sommes arrivés près de sa maison.
— Une vision, des appels mentaux, tout cela sonne de manière bien étrange et j’en parlerai à mes sœurs. Il serait utile de savoir l’expliquer. En tout cas, nous ferons ce que nous pourrons pour t’aider.
— L’Oracle peut-il en être à l’origine ?
— Pour la vision, c’est certain, mais pour l’appel, ce n’est qu’une possibilité parmi d’autres…
— Bonsoir, Amylis.
— C’est le matin, alors bonne journée, Aila !
Et Amylis rit de nouveau, enchantant la vie autour d’elle et le cœur d’Aila avec…


Envie de voir toutes les œuvres de Catherine Boullery, auteure de fantasy ? Retour sur le site de fantasy
'