Lecture gratuite : le chapitre 1 d'Aila et la Magie des Fées de Catherine Boullery
La saga d'Aila  fantasy


fantasy littérature

Note : 4.6 / 5 avec 277  critiques préféré

Le Chapitre 1 d'Aila et la Magie des Fées en lecture gratuite

Lire le prologue au préalable

La vie d'Aila prit un tour différent lorsqu'elle eut douze ans. D'abord, parce qu'un jeune apprenti de Barou, Dudau de son prénom, environ une quinzaine d'années, pédant, coureur et vaniteux, la croisant dans un coin isolé, se mit en tête que ce serait plutôt drôle de lui faire son affaire d'une façon ou d'une autre. Aila n'apprit jamais vraiment ce qu'il cherchait à perpétrer avec la petite fille qu'elle était à l'époque, mais cela ne l'empêcha pas de s'approcher d'elle, un sourire narquois et conquérant aux lèvres. Soudain, il entendit derrière lui une voix d'enfant s'exclamer avec le plus de fermeté possible :
— Ne la touche pas !
Dudau se retourna pour découvrir Aubin, pas même dix ans, en position de combat ! Éclatant d'un rire moqueur, il s'avança vers lui, oubliant l'espace d'un instant que ce gamin-là était le fils de Barou. C'était un des défauts de cet être suffisant, réfléchir n'était pas son fort… Son frère fonça comme un boulet et se retrouva étendu au sol par un crochet impeccable de son adversaire : dur apprentissage de la vie… Dudau était orgueilleux et stupide, mais également costaud et efficace. Tout aurait pu s'achever ainsi, mais le grand dadais, qui devait vouloir régler un vieux compte avec Aubin, se mit à le bourrer de coups de pied, alors que ce dernier se roulait à terre. À nouveau, Dudau entendit une voix derrière lui, cette fois-ci sourde et rauque :
— Arrête immédiatement !
Il se retourna et vit Aila arriver vers lui, ses jupes retroussées. Un sourire concupiscent s'afficha sur son visage avant de virer rapidement en grimace douloureuse. D'un coup de pied bien ajusté dans l'aine, elle le plia en deux. Puis, remontant de toutes ses forces ses deux mains réunies, elle lui cogna le menton avec une vigueur dont elle ne se croyait pas capable, et selon toute apparence, Dudau non plus. Il s'affaissa sur ses genoux. Elle le frappa sur la nuque et termina d'un coup de pied en pleine tête, avant que l'apprenti, plus que sonné, s'écroulât sur le sol. Elle resta un moment immobile, cherchant à reprendre le contrôle de son cœur qui battait la chamade et l'usage de ses jambes qui, tout d'un coup, se dérobaient. Elle s'avança en tremblant vers Aubin qui regardait la scène, incapable de bouger, mais conscient, et s'agenouilla. D'abord, de ses mains, elle palpa la colonne vertébrale de son frère en remontant en douceur vers le cou pour déceler d'hypothétiques hématomes ou déplacements. Elle avait tellement procédé ainsi avec les chevaux qu'elle le réalisa naturellement. Puis elle parcourut chacun des membres pour s'assurer que son défenseur n'avait rien de cassé, tandis qu'il suivait des yeux chacun des gestes de sa sœur. Elle saisit ensuite son visage à deux mains pour vérifier la mâchoire et la boîte crânienne.
— Peux-tu te relever si je t'aide ? demanda-t-elle, la voix incertaine.
Il acquiesça, encore incapable de parler. Bien mal lui en prit, car une douleur aiguë irradia dans son crâne, lui donnant envie de vomir. Ils durent attendre un moment que le martèlement de la tête d'Aubin se calmât, avant que, soutenu par Aila, son frère arrivât à se redresser. Il n'alla pas loin. La dizaine de mètres parcourus suffirent à son estomac pour se contracter et Aubin, accroché au bras d'Aila, en vida son contenu. Malgré son état, il lui vint l'idée saugrenue que faire la connaissance de sa sœur en se faisant battre, puis en vomissant, était fort éloigné de tout ce dont il avait pu rêver…
— Tu as été très courageux. Merci, Aubin, lui dit-elle.
La voix d'Aila semblait un murmure après toutes ces années de silence et deux ou trois larmes se mirent à couler de ses yeux, elle n'était qu'une petite fille de douze ans, après tout… Toujours incapable d'articuler un mot, il se contenta de lui serrer la main avec tendresse, heureux de voir, sur les lèvres de sa sœur, naître un sourire timide, que, malheureusement, il ne put lui rendre.

◎ ◎ ◎

Le trajet vers l'écurie, l'un contre l'autre, leur parut très long et, par bonheur, ils ne croisèrent personne… Elle l'installa dans la pièce du fond et revint avec une pommade qu'elle étala avec légèreté sur les parties de son visage qui se teintaient de nuances violettes.
— Je te donne le pot. Pour l'instant, applique la crème trois fois par jour, précisa-t-elle. Une fois la sensibilité de l'hématome atténuée, tu masseras en profondeur et ta peau reprendra rapidement sa couleur normale. Et puis tu pourras en mettre également sur tes autres contusions.
Elle lui sourit à nouveau et il articulait avec peine un merci quand ses yeux, discernant une forme derrière Aila, s'agrandirent. Sa sœur remarqua son expression et, sans même se retourner, murmura :
— Bonjour, Bonneau, peux-tu me dire où est rangée la liqueur de Maël ?
— Là-haut, sur l'étagère de la maison.
— Je vais la chercher, expliqua-t-elle avant de disparaître de la pièce, laissant seuls Bonneau avec Aubin.
— Que t'est-il arrivé mon garçon ? demanda l'oncle des enfants, en s'accroupissant près de lui.
Son neveu déglutit, tandis que, reprenant les mêmes gestes qu'Aila, Bonneau palpait chaque partie de son corps.
— Dudau ! Il a voulu agresser ma sœur.
— Et tu l'as battu ?
Aubin remarqua le regard appréciateur de Bonneau, alors que, derrière lui, il croisait l'expression affolée d'Aila qui venait juste de revenir et qui semblait l'implorer de ne pas la mentionner.
— Non, ce n'est pas moi, souffla-t-il, tout en baissant les yeux.
— C'est moi qui l'ai mis à terre, avoua-t-elle.
Son oncle, interdit, se retourna et la scruta avec un froncement de sourcils.
— Ah ! se contenta-t-il de dire.
Puis, s'adressant à son neveu, il ajouta :
— Il faudra trouver une histoire bien ficelée pour éviter les ennuis avec Barou… Dudau t'a rossé et je suis intervenu. Nous en resterons là, pas la peine de mentir davantage. Je crois que Dudau préférera cette version à celle de s'être fait battre par une fille de trois ans sa cadette. De toute façon, Barou n'aimera pas cette anecdote et ce garçon ne fera pas de vieux os ici…
— Tiens, Aubin, voici une liqueur contre la douleur, expliqua-t-elle, en s'approchant de lui. Il en faut très peu, une petite cuillère, quatre fois par jour. Ne l'utilise que lorsque tu as très mal, car elle endort.
— Viens, mon garçon, dit Bonneau en se levant, je te ramène à Barou. En chemin, tu me guideras vers Dudau, je le récupérerai au passage.
Aubin, aidé ce coup-ci par son oncle, se redressa et lança un regard plein de regret vers sa sœur.
— Adieu, Aubin, je n'oublierai jamais ce que tu as fait pour moi.
— Non, pas adieu, Aila. À partir d'aujourd'hui, je reviendrai te voir. Je te le promets.
Chancelant sur ses jambes, le garçon repartit, avec le soutien de Bonneau.
Tout le monde, y compris Barou, goba l'histoire. Dudau fut renvoyé sur-le-champ, omettant de signaler qu'il avait tenté d'agresser la jeune fille et qu'elle l'avait mis hors service pour le compte.

◎ ◎ ◎

La vie se poursuivit comme à son habitude, mais de manière bizarre et à intervalles réguliers, elle sentit le regard de son oncle s'attarder sur elle. Il n'avait posé aucune question à la suite de la bagarre, mais elle savait bien qu'il s'interrogeait. Elle fut sur le point d'aller s'expliquer avec lui. Néanmoins, habituée au silence, elle retourna dans son mutisme. Ainsi, personne n'apprit, à part Bonneau et Aubin, qu'elle avait reparlé…

◎ ◎ ◎

Quelques mois plus tard, un matin, juste au premier rayon de soleil, alors qu'elle se promenait avant de regagner le château, Aila entendit un bruit derrière elle et, faisant demi-tour, découvrit son frère qui s'approchait.
— Bonjour, Aila ! Je pensais revenir te rendre visite plus tôt !
— Aubin ? Que fais-tu là ?
— Les entraînements sont repoussés et ne commencent que dans une heure… Je disposais d'un peu de temps devant moi, alors, en te voyant partir, je me suis dit que je pouvais bien sauter sur l'occasion de discuter avec toi. Je n'ai pas pu depuis…, enfin, depuis Dudau. Père ne me lâche plus d'une semelle. Avant, je passais mes journées à le suivre à la trace comme si j'avais peur de le perdre et, maintenant, c'est son tour, alors que je voudrais pouvoir prendre un peu le large…
— Tu t'exprimes plus que la première fois que nous nous sommes rencontrés !
— Sûr, ma mâchoire fonctionne de nouveau ! Et toi, tu n'as mis personne au courant que tu avais renoncé au silence, apparemment…
Modérément sur la défensive depuis l'arrivée d'Aubin, Aila se relâcha :
— Exact, il est plus facile de se taire…
— … que d'exprimer ce que l'on ressent ? Je sais…
Ils se sentaient tous les deux maladroits ; ils se détaillaient comme s'ils se voyaient pour la première fois, ce qui était presque le cas, se découvrant sans oser se rapprocher l'un de l'autre.
— Pourquoi veux-tu me connaître ? questionna Aila. Je ne dois pas faire partie des sujets de discussion préférés de ton père…
— Tout à fait, et il est inutile d'aborder ce problème. Malgré tout, tu es ma sœur… Et puis tous mes camarades parlent de toi ! Ma curiosité m'a poussé à savoir qui tu étais et pourquoi tu n'appartenais pas à ma vie.
— Ce n'est pas moi qui te l'apprendrai, je n'en ai aucune idée… Je crois qu'il est devenu ainsi le jour de ma naissance et tout le monde ignore pourquoi ou n'a daigné me le dire.
— Quelle bêtise ! Père aurait tenu un bien meilleur combattant que moi pour lui succéder, t'es fabuleusement forte pour te bagarrer !
Il poussa un grand soupir de tristesse et haussa les épaules de dépit.
— Oh ! t'es pas si mauvais que ça, mais, avec ta peur de blesser tes camarades, ça ne peut pas marcher, expliqua Aila d'une voix douce.
— Et comment tu sais cela ? relança-t-il, avec une pointe d'agressivité dans le ton.
— Parce que tu as aussi piqué ma curiosité et je voulais te voir. Tu es rapide et efficace… Tu pourras acquérir la force qui te manque avec de l'entraînement, mais te battre ne t'emballe pas vraiment et cela se sent…
— Alors que toi, t'as envie d'en découdre ! répliqua-t-il, moqueur.
— Oui, j'ai emmagasiné assez de haine pour cela !
Aila serra les dents.
— Oh !… Je comprends, je suis désolé. Je dois repartir maintenant, mais nous nous reverrons dès que je le pourrai, ajouta Aubin.
— Je te fais confiance et… j'en serai heureuse.
Ils se sourirent en se quittant. Ce fut ce jour-là qu'elle décida définitivement de reparler.

◎ ◎ ◎

Le deuxième événement majeur advint deux ans plus tard. Bonneau devait transmettre un message important et revenir très rapidement avec une réponse. À nouveau, le pays frémissait sous de nouvelles querelles, intestines cette fois. Le courrier recelait un pacte de non-agression et de protection mutuelle entre Antan et le comté voisin de Melbour, ainsi que leur promesse d'allégeance au roi Sérain d'Avotour. C'était un premier pas essentiel pour lutter contre d'autres territoires, prêts à se retourner contre le royaume. L'oncle avait emmené sa jeune nièce, devenue une cavalière émérite, et en avait profité pour récupérer un nouveau kenda chez un marchand spécialisé de Melbour, la ville principale du comté du même nom. Il connaissait l'importance du courrier, mais n'avait pas envisagé, comme personne au château, que cette simple alliance aurait suscité autant de réactions. Sur le chemin du retour, à un jour de route d'Antan, ils se retrouvèrent encerclés par sept mercenaires, certains de les écraser sans le moindre problème. Comme Aila transportait le message destiné à Elieu, Bonneau lui proposa de s'enfuir, tandis qu'il les retiendrait.
« Non ! », fut sa seule réponse, avant d'ajouter de manière énergique :
— Passe-moi le nouveau kenda. Je devrais pouvoir faire quelque chose avec.
Il s'en saisit et le lui lança avant de s'emparer du sien. Le chef de leurs adversaires ricana.
— Tu crois pouvoir faire quoi avec ton petit bâton ?
— On y va, Bonneau ?
Son oncle faillit lui demander si elle se sentait sûre d'elle, mais il s'abstint, optant délibérément pour la confiance.
— On y va, Aila.
Tous deux poussèrent un cri sauvage, puis, éperonnant leurs chevaux, foncèrent sur les mercenaires qui leur barraient le passage. L'effet de surprise fonctionna. Leurs adversaires, stupéfaits, virent un vieux balourd et une fillette fondre sur eux à toute vitesse. Certains comprirent bien vite, et trop tard, leur douleur quand, d'un coup de kenda, ils se retrouvèrent à terre, piétinés par les montures nerveuses. À la première charge, Bonneau en dégomma deux et Aila, un. Le cercle rompu, l'oncle et sa nièce prirent la poudre d'escampette au grand galop. Le chef, sûrement le plus intelligent de la bande, s'était écarté de la bagarre. Rapidement, il regroupa ses hommes, les trois qui lui restaient, puis partit avec eux à la poursuite des fugitifs. Conscients de ne disposer que d'une avance relative, ces derniers forcèrent l'allure. Cependant, à ce train d'enfer, leurs chevaux fatigués ne tiendraient plus très longtemps et les mercenaires ne tarderaient pas à les rattraper ; il fallait trouver une autre solution…
— Bonneau, par là ! cria Aila qui lui montrait un mur de végétation, sur leur flanc droit.
Ils dissimulèrent les montures derrière un bosquet, puis elle sortit un arc qu'elle assembla à toute vitesse, preuve d'une expérience ancienne, et se positionna pour tirer sur leurs ennemis, sous le regard médusé de son oncle.
— Tu peux me donner les flèches, je n'ai pas le temps d'installer mon carquois, demanda-t-elle, lui désignant les six qui dépassaient de son sac.
Bonneau acquiesça. Concentrée, elle décocha une première fois, réarma en un clin d'œil la flèche tendue par son oncle et deux des mercenaires s'écroulèrent sur le sol, tandis que les deux autres, encore debout, s'éclipsèrent très vite dans les sous-bois, hors de leur vue.
— Non ! Je n'ai pas tué le chef ! C'est le plus malin d'entre eux, il a échangé son chapeau avec un autre ! Que faisons-nous maintenant ? Avec leurs arcs, ils ne se feront plus surprendre…
Il la regardait fixement ; il hésitait visiblement entre exploser et soupirer. Préférant la seconde solution, il soupira, puis murmura :
— Je conviens que le moment est mal choisi, mais depuis quand sais-tu tirer avec cette arme ? Depuis quand possèdes-tu un arc démontable, matériel d'une grande rareté, il me semble ? Depuis quand sais-tu te battre au kenda ?
— Bonneau, je comprends que tu puisses être en colère. S'il te plaît, je t'expliquerai tout plus tard, c'est promis, supplia-t-elle.
Il inspira à pleins poumons.
— Laissons les chevaux ici. J'espère que tu parviendras aussi à te mouvoir sans bruit et que tu te tiendras prête à tuer de nouveau…
Aila rougit sans répondre, puis acquiesça. Ils s'éloignèrent d'une courte distance et s'accroupirent, cachés derrière un petit bosquet, aux aguets. Son oncle murmura :
— Comme nous n'irons pas à eux, ils viendront. Arme ton arc et attends mon signal. Tu me laisses le chef, c'est compris ?
Un regard sévère ponctua sa phrase et elle opina.
Le temps s'écoula. Ils restèrent immobiles et silencieux, tandis qu'Aila s'ankylosait progressivement. Le jour commençait à baisser quand un bruit léger se fit entendre sur leur droite. Ni l'un ni l'autre ne bougèrent. Plus rien ne se passa pendant de longues minutes, excepté l'attente et le crépuscule qui installait ses ombres de plus en plus grandes sur la forêt.

— On pourrait déjà abattre leurs chevaux, suggéra le murmure d'une voix.
L'éclat d'une flèche apparut dans la lumière du soleil couchant et Bonneau effleura Aila qui tira où elle estimait la présence de l'archer. Un cri léger vibra dans l'air et sa flèche chut, suivi d'un corps, dans un bruit de plus. Elle s'aperçut que son oncle avait disparu. En revanche, devant elle, se tenait le chef des mercenaires, son Épée pointée sur elle, plus exactement sur sa gorge. Elle était piégée…
— Adieu, ma belle, lui dit l'homme, qui ricana.
Dans un geste désespéré, elle plongea sur la droite, sentant au passage la pointe de l'arme lui érafler la peau, puis son sang chaud s'écouler de la blessure.
— Viens, Aila, nous pouvons repartir, assura la voix de Bonneau.
Elle émergea du bosquet et jeta un coup d'œil à son oncle qui enlevait son couteau du cœur du dernier mercenaire avant de l'essuyer.
— Et cela aussi, tu sais le faire, lancer un poignard ?
Elle secoua la tête.
— Alors, je t'apprendrai, mais pour l'instant, je vais te soigner pour que la vilaine estafilade que je distingue sur ton cou ne devienne pas une affreuse cicatrice.

Bonneau finissait de déposer des branches dans le feu. Ils avaient trouvé une petite cabane, perdue en pleine forêt et bien dissimulée, à une distance convenable du lieu du dernier affrontement. Il partagea avec la jeune fille quelques lanières de viande séchée, du fromage et du pain.
— À présent, tu connais la profonde émotion qui te submerge quand le spectre de ta propre mort survient, c'est un moment d'une incroyable intensité dans la vie d'un être humain, inoubliable… Après, on choisit son existence en fonction de son expérience. À quoi as-tu pensé ?
— À maman. Je me suis demandé si elle au moins serait fière de moi…
— Elle le serait. Ta mère était une personne hors du commun. Elle aurait admiré sa fille qui devenait une femme comme elle.
— Mais elle n'agissait pas comme un Assassin ! répliqua Aila avec vivacité.
— Si. Quand ton père l'a sauvée, elle a tué un homme qui avait échappé à notre vigilance et qui menaçait Mélinda. Au château, tout le monde l'ignora et cela demeura notre secret.
— Et tu l'as su parce que tu étais là-bas, c'est ça ?
— Oui.
— Et vous êtes deux à vous être épris de la même femme ?
Bonneau fixa sa nièce, étonné de sa perspicacité.
— Oui, elle l'a vu en premier. Mille fois, j'ai imaginé que, posant son regard en premier sur moi, elle serait tombée amoureuse de l'homme que j'étais…
Il soupira avant de continuer :
— … mais ce n'était qu'un rêve. Ils étaient faits l'un pour l'autre…
— … et la raison pour laquelle tu ne t'es jamais marié ? et que tu m'as recueillie ?
Elle leva vers lui ses grands yeux noirs, dévorés par le désir de savoir.
— Oui, oui et non… Au début, je me suis occupée de toi pour lui faire plaisir, mais plus après. Ce fut un choix que je n'ai jamais regretté. Tu es l'enfant que je n'aurai jamais et tu es sa fille, le petit plus qui compte énormément… Et tu es, Aila, une personne extraordinaire. Alors, où as-tu appris à tirer à l'arc ?
— Aubin… Dame Mélinda et lui me l'ont offert comme cadeau pour un de mes anniversaires, un petit secret entre nous…
— Et pour le kenda ? Je suppose que me regarder et t'entraîner avec discrétion a suffi.
— Je t'observe depuis que je suis petite alors, dans ces conditions, t'imiter m'a paru un jeu d'enfant…
— Et risquer ta vie ? Tu as appris cela où ?
— Que veux-tu mon oncle ? rétorqua-t-elle d'une voix acerbe. Quand tu es la fille d'un homme qui ne t'a jamais reconnue, que trop de gens te considèrent comme un rebut parce que le grand héros possède sûrement des raisons d'agir ainsi, que tu es certaine d'être la combattante qu'il recherche et que, malgré ceci, jamais il ne posera le moindre regard sur toi…
Sa voix se cassa. Des larmes se mirent à couler sur ses joues. Bonneau se leva pour se détourner et la laisser à son chagrin, mais, au dernier moment, il se ravisa :
— Ton père n'est qu'un homme. Et ce n'est que ton père… Près de toi, beaucoup de personnes t'ont entourée, aimée et ont donné énormément à une fille qui n'était pas la leur. Ils ne méritent pas ton dédain, juste ton estime. Tu as le devoir d'être à la hauteur de leur dévouement !
Il entendit un sanglot léger, puis, tournant les talons, il ajouta, avant de disparaître dans l'obscurité :
— Tuer pour la première fois n'est pas si facile, prends ton temps pour le digérer… Nous commencerons à te faire travailler dès notre retour.
Rentré au château, son oncle ne lui parla plus jamais de ce qui s'était passé. Il entreprit son entraînement devenu intensif, corrigeant ses défauts, perfectionnant sa perception, son acuité, son niveau d'analyse et complétant par tout ce qu'il pouvait lui apprendre…

◎ ◎ ◎

À partir de ce jour, la vie d'Aila s'accélérera. Rythmée par le son des cloches qui carillonnaient toutes les deux heures, de six heures du matin à vingt-deux heures, la jeune fille répétait les mêmes activités auxquelles s'ajoutaient les exercices particuliers que Bonneau lui recommandait, chaque soir. De plus en plus souvent, elle partait en mission avec lui et, quelquefois, ils rencontraient des bandits ou des ennemis. Les tuer n'était pas toujours nécessaire, mais, quand elle le devait, elle les abattait sans hésitation. Elle passait également du temps avec Mélinda et ses filles à parcourir les villages voisins pour donner du pain et de l'attention. Cependant, elle y consentait à contrecœur, sans bien comprendre pourquoi… Aila s'était spécialisée dans les soins grâce à sa connaissance des chevaux et des plantes. Elle continuait aussi ses séances avec Hamelin et découvrait de nouveaux livres, des histoires insolites, surtout celles des fées qu'Hamelin, à sa grande surprise, vénérerait. Elle, qui lisait et comptait sans problèmes, ne voyait vraiment pas pourquoi Hamelin insistait tant pour qu'elle ingurgitât sa bibliothèque entière. Enfin, pas tout à fait, il y avait ce coin particulier où le mage n'allait jamais chercher le moindre ouvrage, assurément ceux qui traitaient de la Magie des Fées… Docile, elle attendait que son heure fût venue de découvrir ces œuvres interdites, mais comme, selon elle, les fées n'existaient pas et leur magie non plus, elle ne ressentait aucune impatience. Elle aimait ce moment de paix et de solitude où elle approfondissait ses connaissances sur les plantes et pénétrait dans les légendes de tous les pays. Jamais elle n'aurait osé l'avouer, mais l'histoire du Prince Noir et de La Dame Blanche l'émouvait singulièrement, comme celle des amoureux pris au piège dans un cercueil de cristal pour l'éternité au fond d'un lac lointain. Jusqu'à présent, elle n'avait jamais rêvé d'un chevalier dont elle pût devenir la dame, mais, depuis quelque temps, cela arrivait… Malheureusement, les seuls garçons — son frère et le personnel du château — qui l'approchaient ne risquaient pas de créer de battements de cœur incontrôlés. Les autres, voués corps et âme à Barou, n'auraient même pas daigné porter un œil sur elle. Ah ! si, sauf un ! ce gamin qu'elle avait croisé pendant une année avant qu'il ne disparût définitivement de son chemin. À chaque rencontre, il la saluait en souriant, de toute évidence pour s'amuser à ses dépens. À cela aussi, elle avait survécu. En revanche, se révélait plus ardu de résister à la dernière lubie de Mélinda, qui, voyant la jeune demoiselle poindre sous la combattante, avait décrété de modifier sa garde-robe pour le moins masculine. La châtelaine lui offrit jupes et corsages, et, pour son quinzième anniversaire, une magnifique robe comme celle de ses filles. Évidemment, ce nouvel accoutrement ne se montrait guère pratique pour chevaucher. Alors, pour ne froisser personne, Aila se résolut à couper ses jupes par le milieu, devant et derrière, puis à les recoudre par le centre pour former comme un large pantalon : aspect jupe au repos et avantage d'un pantalon pour tout le reste ! Quand Mélinda découvrit la supercherie, Aila craignit un instant sa réaction, mais, égale à elle-même, la châtelaine posa sur elle ce regard toujours plein de gentillesse et de bienveillance, ajoutant, d'un air coquin… : — As-tu fait subir le même sort à la robe de bal que je t'ai offerte ?
Aila rougit jusqu'aux oreilles.
— Oh ! non, dame Mélinda, je n'aurais jamais osé…
— Dis-moi, est-ce que cette tenue est confortable ?
— Oh ! oui ! C'est vraiment pratique pour monter à cheval.
— Alors, je devrais peut-être essayer !
Derrière elle, Amandine, Blandine et Estelle, les demoiselles du château, pouffaient discrètement, en lançant un regard complice à Aila.
Et ce fut fait. Mélinda et ses filles utilisèrent des « jupes Aila » pour toutes les activités en extérieur. Leur entourage s'en amusa et cette légèreté répandit un bienfait dans le cœur de tous, surtout quand cette nouvelle mode dépassa même les limites d'Antan !

◎ ◎ ◎

Le pays allait de mal en pis. La fréquence des querelles entre les comtés augmentait de manière significative, comme si chacun attendait juste que son voisin tournât le dos pour le trahir et le poignarder. À nouveau, les Hagans se manifestaient aux frontières, conscients de la fragilité du royaume, profitant de la faiblesse des uns et de la perversité des autres. Comme une ombre malfaisante, l'insécurité régnait partout, tandis que se profilaient déjà de grands malheurs qui ne sauraient être conjurés. Elieu partait souvent, accompagné d'hommes fiables, pour essayer de sauver ce qui pouvait l'être, mais les habitants du château s'inquiétaient à juste titre. Un soir, une nouvelle les plongea tous dans une profonde affliction : un Assassin avait voulu tuer le souverain Sérain d'Avotour. Tragiquement, si le roi survécut, ce furent sa femme et sa dernière-née qui moururent dans ses bras, à sa place. Un deuil d'une semaine fut décrété dans le comté d'Antan. Mélinda semblait encore plus touchée que les autres et son expression bouleversée n'avait pas échappé à Aila, qui, profitant d'un instant de liberté, alla toquer à sa porte. Un long moment s'écoula avant qu'une voix l'invitât à entrer. Elle poussa le battant timidement et perçut tous les efforts que la châtelaine déployait pour lui offrir une apparence normale.
— Que désires-tu, Aila ?
La jeune fille se sentit toute bête. Mais quelle mauvaise fée l'avait donc amenée ici ?
— Je venais voir si je pouvais vous aider en quoi que ce soit, vous semblez si malheureuse…
Le visage de Mélinda se décomposa d'un seul coup et ses yeux se remplirent de larmes. L'instant d'après, ces dernières se mirent à couler sans retenue le long de ses joues. Aila s'approcha et, d'un geste tendre, entoura la châtelaine de ses bras, restant silencieuse comme elle savait si bien le faire, petite fille. Mélinda sanglota sans bruit, puis elle se reprit et serra avec vigueur Aila contre elle avant de s'en écarter, lui tenant les mains.
— Que j'aimerais qu'Efée soit encore là, soupira-t-elle, elle me manque tant… Elle était mon amie depuis l'enfance et nous avons tellement partagé. Alors, quand tu es entrée, l'espace d'un instant, j'ai cru que c'était elle. Tu es tout son portrait, juste un peu plus élancée, peut-être : ton intonation, tes yeux et tes cheveux noirs, cette démarche énergique inimitable, cette façon que tu as de fixer les gens comme si tu voyais à travers eux tout ce qu'ils sont incapables d'observer eux-mêmes. Il existe tant d'elle en toi… C'était une femme exceptionnelle et tu ne te doutes même pas, ni Barou d'ailleurs, à quel point. Tu es redoutable, Aila, et elle serait si fière de toi.
Jamais Mélinda ne lui avait parlé de sa mère avec autant de passion. La jeune fille connaissait leur amitié, mais elle pressentait autre chose qu'apparemment Barou ignorait également… La châtelaine continua son histoire :
— Tu t'interroges sur la cause de mon immense chagrin. La reine qui est morte était ma sœur et la petite fille, ma nièce.
Aila ouvrit les yeux, réussissant de justesse à retenir un cri de stupéfaction. Elle laissa Mélinda poursuivre :
— À part sire Elieu, tous ignorent que je suis issue de la famille royale et, surtout, personne ne doit l'apprendre. J'ai quitté la cour d'Avotour il y a bien longtemps et je ne veux en aucun cas y remettre les pieds ! Chez moi, c'est ici, en Antan…
Mélinda ne regardait plus Aila ; elle parlait comme pour elle-même, fixant le ciel à travers la fenêtre.
— Efée était ma garde du corps et elle se battait comme un chat sauvage, avec grâce et énergie…
Mélinda se tourna vers elle, guettant la réaction de la jeune fille. Aila sentit son cœur s'emballer : sa mère, une combattante ! Le sol se déroba sous ses pieds.
— Assieds-toi, Aila.
La châtelaine lui désigna un fauteuil voisin du sien. La jeune fille s'y laissa choir plus qu'elle s'y assit, saisit sa tête entre ses mains, essayant de reprendre ses esprits. L'émotion la submergeait. Sa mère, qu'elle avait toujours imaginée comme une femme douce et féminine, frêle et fragile, tout l'opposé d'elle, était en fait une guerrière ! Mais pourquoi personne ne le lui avait-il dit avant ? Et elle ressemblait à sa mère ! Cette découverte la bouleversait… Aila, rejetée par son père, avait recherché désespérément un héritage familial. Et tout d'un coup, de la façon la plus inattendue qui fût, elle le recevait, hésitant entre l'incrédulité et l'envie de sauter au plafond ! Elle ressemblait à sa mère ! Elle en était sa digne fille ! Enfin, elle discernait, pour la première fois de sa vie, ce sentiment d'exister vraiment, de devenir une personne à part entière, de s'identifier à quelqu'un, d'être rattachée à une famille… Jamais elle n'avait ressenti cela avec autant d'intensité. Levant la tête vers Mélinda, elle articula avec peine :
— Pourquoi aujourd'hui ?
Mélinda l'observa avec gravité.
— Parce que la fragilité de notre monde croît et que, bientôt, nous devrons compter sur des femmes comme toi. Parce que j'entends tenir jusqu'au bout les promesses faites à ta mère, quoi qu'il m'en coûte, et que te dire toute la vérité en fait partie, même si ce n'est qu'une première étape…
— Comment se fait-il que lui ne le sache pas ? demanda Aila qui pensait à Barou.
— À cause d'un amour infini… Jamais ta mère n'aurait pris le risque de blesser son époux qu'elle aimait profondément en s'affichant comme son égale ou presque. C'était lui son héros, elle était devenue la femme du héros par amour. Ce fut son choix, mais j'ai manifesté mon désaccord avec elle ; plusieurs fois, nous nous sommes disputées à ce sujet. J'acceptais mal de la voir s'effacer derrière un homme, même si celui-ci était Barou. Puis j'ai fini par respecter sa décision. Elle voulait vivre comme les autres épouses, être une mère et ne plus songer à ces combats qu'elle ne supportait plus…
— Comme Bonneau…, murmura Aila pour elle-même.
Mélinda l'entendit :
— Je me suis toujours demandé si Efée serait tombée amoureuse de Bonneau si c'était lui qu'elle avait aperçu en premier au lieu de Barou… Enfin, je crois que non, ce fut Barou parce que ce devait être lui…
Aila esquissa un sourire en écoutant ses propos. Bonneau s'était posé la même question devant elle et avait fini par donner la même réponse. Elle se racla la gorge :
— Dame Mélinda, pourquoi a-t-elle accepté qu'il m'ignore ? M'aimait-elle moins que lui ?
Les larmes, qu'elle avait réussi à retenir jusqu'à présent, lui brûlèrent les yeux. Mélinda soupira. De nouveau, elle se dirigea son regard vers la fenêtre comme si la vue du ciel l'attirait plus que tout, avant de se retourner vers Aila.
— Je me suis souvent posé la question avant qu'elle ne me donne la réponse… Notre amitié n'était pas exempte de heurts et il nous arrivait de nous opposer sur des sujets comme celui-là. Elle restait inflexible quand elle avait pris une décision… Je peux juste partager ceci avec toi, même si tu ne peux la comprendre aujourd'hui : un jour viendra où son amour pour toi dépassera celui qu'elle éprouvait pour son héros et, ce jour-là, ce sera le monde de Barou qui chancellera, plus le tien…
Le silence s'installa dans la pièce. Aila occupa son regard à détailler la chambre si dépouillée. Au centre trônait un lit tout simple, orné d'une grosse couette de plumes, bien chaude, aux couleurs passées. Le baldaquin avait disparu, elle s'en souvenait pourtant. De même, elle remarqua que d'autres éléments de décoration manquaient, dont la magnifique desserte en marqueterie qu'elle avait admirée tant de fois, étant petite… Elle ouvrit la bouche pour questionner Mélinda à ce propos, mais croiser son regard l'en dissuada. Elle décida de se retirer et salua la châtelaine.
— Aila ! Un dernier mot…
Elle se retourna et attendit. Mélinda reprit :
— Barou est un homme auquel je voue la plus grande estime. Il ne s'est jamais douté de ce que ta mère s'était imposé à elle-même, je voulais que tu le saches. Si son comportement reste incompréhensible envers toi, il n'en demeure pas moins un être cher à mon cœur et, si je dois un jour le blesser, seul le devoir me guidera et non la haine… Maintenant, tu peux retourner à tes occupations.
L'espace d'un instant, Aila scruta les yeux de la châtelaine avec attention, avant de sortir, refermant la porte sur ces énigmatiques paroles…

❈ ❈ ❈ ❈ ❈
Retour au tome 1 - Aila et la Magie des Fées An English translation of Aila and the Magic of the Fairies (first chapters)

Tome ➀ - Aila et la Magie des Fées high Tome ➁ - La Tribu Libre officiel Tome ➂ - L'Oracle de Tennesse recommandation Tome ➃ - La Dame Blanche littérature Tome ➄ - La Porte des Temps high Tome ➅ - Une Vie, voire Deux favorites Tome ➆ - Un Éternel Recommencement littérature Tome ➇ - L'Ultime Renoncement fantasy ➀ à ➃ - La Première Époque auteure ➄ à ➇ - La Deuxième Époque livre Tous les tomes de la saga de fantasy meilleur La romancière Catherine Boullery heroic #fantasy favorites


Extrait gratuit d'un des livres de la saga d'Aila offert par Catherine Boullery, auteure de fantasy (autres passages sur Amazon). Excellente lecture ;)

Assis sur les lits, Adrien et Aila entendaient au loin les conversations très animées qui régnaient au sein de la tribu. Des voix s’élevaient, aux accents de colère et de haine, que n’éteignaient pas d’autres, plus modérées.
La chamane soupira.
— Je n’ai pas été convaincante…
— Aila, tu ne peux pas faire évoluer des mentalités ancrées depuis autant de générations en un clin d’œil. Il faudra du temps aux Hagans comme aux hommes d’Avotour pour accepter de tels changements…
— Je le sais… Cela signifie que notre mission est vouée à l’échec. Acri ne nous suivra pas, c’est une certitude…
— Peut-être que non… Mais le trouble que tu parviens à semer dans certains esprits va tôt ou tard ouvrir des brèches dans les convictions de certains d’entre eux.
— Le temps presse, Kazar. Ce sera probablement trop tard…
— Et tu auras fait ce que tu pouvais, protesta le prince. Tu ne disposes pas du pouvoir de les faire agir malgré eux, tu bénéficies juste de celui de tenter de les persuader… Aie confiance.
Aila secoua la tête en signe d’agacement.
— Tout ce que je vais avoir créé, ce sont des dissensions au sein d’une tribu sereine ! Quelle réussite !
— Je ne crois pas qu’un seul homme soit capable de vivre totalement en paix avec les autres, même si ce sont ses semblables. Tu auras juste révélé au grand jour les failles qui existaient déjà, mais qui ne s’exprimaient pas.
La jeune femme était visiblement énervée. Elle avait failli et cet échec lui paraissait insupportable. Naïvement, elle avait pensé que son lien indéniable avec les Esprits de la Terre suffirait à convaincre les plus récalcitrants, mais cela n’avait pas été le cas. Frustrée, elle tenta de calmer son anxiété sans y parvenir, dominée par un sentiment profond d’inaptitude.

Quéra écarta le battant de la tente et entra, accompagné d’Astria qui portait le bébé contre elle.
— Topéca, le conseil de la tribu a décidé que nous allier avec les hommes d’Avotour était inconcevable et que nous préférions la mort à la trahison de nos idéaux.
Aila opina. Cherchant malgré tout comment les faire fléchir, elle argumenta :
— Aujourd’hui, peut-être, mais demain, quand elle vous rattrapera et emportera ceux que vous aimez, vos femmes et vos enfants, sera-t-il encore temps de changer d’avis ?
— Nous vous avons tous vue à l’œuvre et avons conscience que vous êtes une chamane extraordinaire. Malgré vos prouesses, trop d’entre nous doutent que l’homme que vous avez vaincu fût un sorcier. Ils réfutent le fait que nous puissions être balayés aussi facilement par cet empereur dont personne n’a entendu le nom… Le combat d’hier n’a pas suffi à les convaincre. Astria et moi en sommes profondément désolés.
Aila posa délicatement une main sur le bras de Quéra.
— Comme mon frère me le rappelait avec justesse, je suis là pour entraîner et non pour forcer.
Elle jeta un coup d’œil à Adrien avant d’enchaîner :
— Quéra, Astria, nous souhaitons vous remercier pour votre accueil plus que généreux. Il est temps de vous restituer votre tente. Nous partons.
— Si tôt ? s’enquit le chef de la tribu. Vous pourriez essayer quelque chose d’autre ! Astria et moi croyons en vous ! Vous devez leur prouver que vous avez raison !
— Quéra, il n’existe pas de pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. Je ne compte contraindre personne… Soyez vraiment très prudents, protégez votre femme et vos enfants. Comme je vous l’ai annoncé, il n’y aura pas de seconde chance. Bientôt, vous ne serez plus en sécurité nulle part. Et puis, merci pour votre confiance.
— C’est à nous de vous remercier ! s’exclama Astria. Alors que vous avez sauvé tant d’entre nous ! L’aveuglement de mon peuple me scandalise. J’étais là quand vous avez préservé nos enfants, vous plongeant dans une faiblesse telle que j’ai craint pour votre vie ! J’étais là quand vous avez combattu si longtemps cet homme que j’en ai tremblé pour vous ! Mais vous avez gagné, la tête haute, sans rien demander. J’ai vu les images que vous avez partagées avec nous et tout était limpide en mon cœur : vous énonciez la vérité. Je veux partir avec vous !
— Astria. Tout ce que vous dites me touche beaucoup, mais je mène une quête qui serait, sans la présence de mon frère, solitaire. Vous élevez deux petits enfants dans la sécurité d’un camp. Cette protection, je ne peux vous l’assurer. Questionnez Kazar, ma vie est une suite d’histoires insensées et parfois dangereuses… Comment pourrais-je vous demander de la partager ? Ce serait de la folie.
Après une brève pause, Aila enchaîna :
— Si vous désirez malgré tout m’apporter votre soutien, peut-être pourriez-vous continuer de discuter avec les vôtres après notre départ en tâchant de les faire changer d’avis ?
Quéra hocha la tête.
— Où vous rendez-vous à présent ? questionna-t-il.
— Je l’ignore… Nous allons prendre la route et la suivre, poussés par le souffle du vent… Mon objectif est de rencontrer Acri pour le persuader de l’existence d’un grand danger. Peut-être, si j’y parvenais, pourrais-je encore sauver notre peuple. Au regard de ce qui vient de se produire dans votre tribu, je doute de réussir, mais je me dois de tenter le coup. Si j’échoue, j’aurais fait tout mon possible… Je suis juste profondément triste quand je songe aux souffrances auxquelles vous allez tous devoir faire face, elles vous emporteront… Mon regret est que je ne serai plus là pour vous aider.
Quéra saisit la main de la chamane et posa la sienne dessus en signe de salut honorifique.
— Bonne route alors… Sachez que plus jamais vous ne quitterez nos cœurs et que nous chanterons Topéca et Kazar jusqu’à notre mort. Astria, peux-tu leur préparer de quoi manger pour leurs prochains repas ? Pendant ce temps, je fais seller vos chevaux. Le vôtre est splendide, Topéca, mais il n’est pas de lignée hagane.
— Non, il provient d’Avotour. Elle s’appelle Lumière. Je ne suis pas simplement une chamane hagane, je viens ici pour sauver les hommes, quelle que soit leur origine, de la frénésie conquérante d’un tyran. Et si aujourd’hui je suis portée par les Esprits de la Terre, demain, ce sera par la magie des fées et, après-demain, probablement par un Oracle…
— La magie des fées ! Un Oracle ! Mais qui êtes-vous donc, Topéca ?
— Vous voulez la vérité, Quéra ? Je ne le sais pas moi-même… Que les Esprits de la Terre vous protègent !
— Que les Esprits de la Terre vous protègent ! leur répondirent Quéra et Astria en quittant la tente.
En sortant, Astria jeta à Aila un dernier coup d’œil empreint d’un grand regret. Cette dernière soupira une nouvelle fois, tout en regroupant ses affaires.
— Tu as fait de ton mieux, lui souffla doucement Adrien.
Elle le regarda.
— Je sais que je vais essuyer un échec avec Acri et, pourtant, je devrai me battre comme si j’allais réussir…
— Alors, nous échouerons tous les deux. À moins que nous ne parvenions à vaincre malgré tout. Nous devons y croire.
— Bien sûr, mais n’oublie pas que je suis celle qui voit… Ce sera quand même un fiasco et assurément une chance de moins de triompher de Césarus.
— En face de la grande souffrance qui les attend, les Hagans seront bien obligés de réagir !
— Mais têtus comme ils le sont, ils peuvent aussi choisir de mourir par orgueil.
— Pas des gens comme Quéra. La vie de sa femme et de ses enfants l’emportera sur le reste, j’en suis certain et tu rencontreras d’autres Quéra et d’autres Astria que tu persuaderas.
— Mais combien auront quitté la terre entre-temps ? murmura Aila, les larmes au bord des yeux.
Il demeura silencieux un moment, puis reprit :
— Trop ! sûrement, mais, lorsque nous en serons là, nous devrons axer nos efforts sur les vivants avant de pleurer les morts.

Astria s’annonça, puis retrouva Adrien et Aila sous la tente. Elle portait une sacoche en cuir qu’elle leur donna. Cette dernière contenait de quoi se nourrir pendant quelques jours, en étant économe. Aila lui sourit, ramassa ses affaires et sortit, suivie par le regard de la femme hagane. Un peu en retard, Adrien achevait de regrouper ses effets et, lorsqu’il entreprit de rejoindre Aila, Astria l’arrêta.
— Kazar, prenez bien soin d’elle. Elle est si puissante qu’on pourrait négliger à quel point elle est fragile, lui conseilla-t-elle.
— Je ne l’oublierai pas, lui assura Adrien avant de la quitter.

Ils chevauchaient déjà depuis plusieurs jours. Adrien suivait tranquillement les pas d’Aila qui prenait son temps, projetait son esprit pour savoir où aller, hésitant, rebroussant même chemin quand elle se trompait. Ce matin-là, leur parcours fut encore plus chaotique que les jours précédents. Enfin, elle finit par s’arrêter à une intersection, complètement déboussolée.
— Adrien, je n’arrive pas à déterminer quelle direction emprunter. Les deux sentiers me paraissent équivalents, mais c’est impossible, ils débouchent obligatoirement dans des endroits différents…
— Peut-être se recroisent-ils dans la prochaine vallée ?
— Non, ils se séparent totalement ici.
— Bon. Eh bien, je décide : nous prendrons celui qui descend, dit-il en joignant le geste à la parole.
Aila resta un moment à le regarder s’éloigner, incapable de trancher, puis, finalement, le rattrapa. La montagne, toujours aussi magnifique, leur offrait des paysages somptueux, mais Aila, depuis son départ de la tribu Appa, n’avait plus le cœur à remplir ses yeux de ces merveilles. Elle était retombée dans une apparente indifférence dont Adrien n’était pas dupe ; il savait que cette dernière ne servait qu’à camoufler ses doutes et sa tristesse. Il admira le plateau qui s’ouvrit devant eux au détour d’un lacet. Plusieurs plans d’eau, scintillant dans la lumière du soleil, s’égrenaient sur trois terrasses, surmontées d’un impressionnant pic rocheux que leur chemin longeait par la gauche. Ils passèrent le premier lac, encerclé de petites fleurs blanches, comparables à des pompons. Ce n’était pas la première fois qu’ils en voyaient, mais leur densité les rendait semblables à un tapis de neige protégeant le miroir de l’eau… Adrien se retourna pour le faire remarquer à Aila. Cependant, sa compagne de route, chevauchant tête baissée, ne regardait rien ni personne, isolée du monde et de son partenaire, alors il se résigna à conserver ce qu’il avait apprécié pour lui seul. Arrivés au sommet d’un col, ce fut un nouveau plateau qui se dessina en contrebas, dominé par une gigantesque barre rocheuse, percée de multiples trous et grottes autour desquelles voletait une nuée d’oiseaux. Adrien décida de faire une pause ici où l’amoncellement de grandes pierres les cacherait, et où la place ne manquait pas pour planter la tente à l’abri d’un éventuel vent froid, s’ils convenaient naturellement de passer la nuit en cet endroit.
— Stop ! s’exclama-t-il en descendant de son cheval, moment de détente…
Aila redressa la tête, découvrant où elle était. Il la devina sur le point de contester cet arrêt, mais, n’ayant rien de mieux à proposer, elle mit également pied à terre et alla s’asseoir à côté d’Adrien. Son anxiété était visible.
— Crois-tu qu’une autre fée soit morte ? Je n’arrive plus à me repérer, je ne perçois plus les risques que nous courons, je ne sais plus rien…
C’était donc la disparition d’une de ses amies qu’elle appréhendait… Adrien répondit, rassurant.
— Je ne l’imagine pas. Et si tu n’as ressenti aucune alarme, c’est que nous n’avons croisé aucun danger. Et puis, si je me souviens bien, ce ne sont pas elles qui vous guident, mais un Oracle. Ce serait plutôt à son sujet qu’il faudrait s’inquiéter…

Le prince lui tendit une poignée de baies séchées qu’elle croqua une par une, lentement. Assise en face de la barre rocheuse, elle observait les oiseaux tournoyer. Pourquoi y en avait-il autant ici ? Elle se figea tout d’un coup, un petit fruit devant sa bouche entrouverte.
— Il est là ! L’homme qui va mourir est là ! Il m’appelle… Sa faiblesse est telle que je dois m’y rendre immédiatement.
Elle se leva précipitamment, plaça sa gourde en bandoulière et sa ceinture à onguents autour de sa taille. Elle commençait à marcher vers la barre quand Adrien, lui courant après, la retint par le bras.
— Mais où pars-tu ?
— Je dois grimper vers la grotte que tu distingues là-bas.
Elle lui montra une petite ouverture noire à mi-hauteur dans le mur rocheux.
— Aila, la nuit tombe bientôt, tu ne peux entreprendre une ascension aussi périlleuse sans aucune précaution.
Elle plongea son regard dans le sien et il vibra sous l’intensité qu’il dégageait.
— Je le dois, Adrien. Je serai de retour demain.
Elle était détentrice de trop de certitudes qui lui étaient inaccessibles pour qu’il pût s’opposer à sa volonté. Tournant les talons, elle laissa Adrien seul et désemparé. Mais où se trouvait la place du prince dans toute cette aventure ? Depuis de début, il n’était qu’un personnage secondaire, lui, le fils d’un roi, aux côtés de cette femme étonnante. Elle ne savait ni où elle allait ni même qui elle était et il n’était pas loin d’éprouver des sentiments similaires. Sa présence dans ce monde hagan devait bien revêtir une importance particulière, sinon il n’aurait pas été désigné par le sort ou par l’Oracle pour l’accompagner dans cette mission. Hubert ou Avelin auraient pu occuper sa place, mais ses deux frères en avaient été empêchés, pas lui. Non, il n’était pas là par hasard, il lui fallait seulement découvrir la raison qui l’avait emmené jusqu’ici… Pour ne pas rester inactif dans l’attente du retour d’Aila, il dressa le campement à l’abri d’éventuels curieux. Sans se presser, cette opération ne mobilisa guère de temps et il eut à nouveau tout loisir pour penser et même s’inquiéter. Ses yeux revenaient sans cesse vers le point mobile sur la paroi qu’il devinait être la jeune femme. Elle progressait doucement, mais sûrement parmi les rochers et lui, tout en bas, s’efforçait d’avoir confiance et de ne pas trembler. Elle avait parcouru un quart du trajet quand des bruits de sabots le firent réagir. Prudent, il se cacha, ne souhaitant pas vraiment rencontrer de Hagans sans elle. Cependant, si la tente ne se voyait pas du chemin, il n’avait guère prêté attention aux chevaux qui devaient être plus ou moins visibles. Il se maudissait pour son étourderie quand un appel retentit à une dizaine de mètres, il reconnut la voix : Quéra ! Adrien bondit par-dessus les rochers qui le dissimulaient, effrayant légèrement les montures.
— Mais que faites-vous ici ? interrogea-t-il avant même de saluer son visiteur.
Tout en adressant la question au Hagan, ses yeux se posèrent sur la troupe qui entourait le chef de clan, elle comprenait au moins une vingtaine d’adultes et leurs enfants, une grande partie de la tribu Appa, mais une partie seulement.
— Ce qui devait arriver s’est produit : notre groupe s’est scindé en deux, expliqua Quéra. Les autres sont restés, nous avons décidé que le combat de Topéca était aussi le nôtre. Nous ne nous rendrons pas sans nous battre.
Adrien ouvrit la bouche, plus que surpris, mais les mots lui manquèrent…
— Où est Topéca ? poursuivit le Hagan.
Adrien désigna sur la barre rocheuse un petit point qui lui semblait avoir à peine avancé.
— Elle rejoint la grotte au-dessus d’elle. Elle doit y retrouver une personne qui va mourir. Enfin, si j’ai bien compris…
Quéra hocha la tête.
— Kazar, nous acceptez-vous comme compagnons ?
Adrien tourna son esprit vers Aila. Il avait tellement pris l’habitude de se fier à ses jugements qu’il se mettait à douter de sa propre aptitude à reconnaître la valeur des hommes. Aila absente, il redevint le prince qu’il n’avait jamais vraiment cessé d’être et tendit la main à Quéra qui la serra avec conviction.
— Vous êtes, avec tous ceux qui vous accompagnent, des Hagans courageux. C’est pour moi un honneur de vous accueillir à nos côtés. Installez-vous. Topéca m’a dit qu’elle devrait revenir demain.

Adrien admira la promptitude avec laquelle la tribu dressa le campement. Il salua chacun de ses membres, discutant aimablement pour faire plus ample connaissance. Il découvrit avec étonnement à quel point il les appréciait. Si quelqu’un lui avait annoncé six mois auparavant qu’il deviendrait proche de ce peuple, il aurait éclaté de rire. Aujourd’hui, la situation évoluait très vite et de ces amitiés nouvelles naîtrait peut-être la victoire. Adrien compta dix couples avec ou sans enfant, trois hommes et deux femmes célibataires, des isolés comme les appelaient les Hagans. Autour du feu, il expliqua la quête de Topéca, choisissant ses mots avec soin. Il exprima avec ferveur son amour de la vie et des êtres humains, sa volonté de résister à tout prix à Césarus. Il aurait désiré également parler de la jeune femme qu’elle était : de sa force, de sa fragilité, de sa solitude, de sa détermination… Cependant, il songea que cette facette de la personnalité de la chamane ne concernait qu’elle et qu’il n’avait pas le droit de la livrer sans qu’elle eût donné son accord.
— Vous l’admirez beaucoup, constata Quéra.
Adrien acquiesça. La nuit, installée autour d’eux, noyait les montagnes dans son ombre. Il lança son regard vers la paroi rocheuse qu’il devinait à peine à présent. Aila était là quelque part, mais où ? Il essayait de se rassurer, se répétant que si elle était en danger, il l’aurait su.
Peu à peu, ses nouveaux compagnons allèrent se coucher et il resta seul avec Quéra qu’il appréciait profondément ; il se sentait en confiance avec cet homme aux traits énergiques.
— Topéca n’est pas votre sœur.
Ce n’était pas une question de la part du chef, mais une affirmation. Adrien décida de ne pas raconter d’histoires à son ami.
— Vous avez raison.
Il s’attendait à d’autres interrogations, mais Quéra lui souhaita simplement une bonne nuit et partit retrouver sa famille. La fatigue pesait sur les épaules du prince, à moins que ce ne fût la crainte qui le rongeait au sujet d’Aila. Il réalisa combien il avait peur de retourner dans leur tente et d’y dormir seul. Se forçant à être raisonnable, il finit par éteindre le feu et jeta un dernier coup d’œil vers la montagne, espérant que la jeune femme allait bien.

Aila se rapprochait de la grotte, il lui restait encore quelques mètres à franchir. Elle sentait chacun de ses muscles souffrir de ses mouvements prolongés et inhabituels tout en s’efforçant de ne pas s’y attarder. Elle manquait cruellement d’expérience et d’entraînement, les rochers à escalader en Avotour étant peu nombreux. Les Esprits de la Terre semblaient la pousser et elle les remerciait de chaque avancée, sachant que, seule, elle n’y serait jamais parvenue. Elle essayait de ne pas trop penser au retour, car, sans avoir le vertige, elle pressentait malgré tout que redescendre ne lui paraîtrait pas plus facile voire peut-être même moins… Un dernier effort encore et elle pourrait se glisser dans la grotte. Soudain, elle réalisa que la pénombre de la nuit l’enveloppait. Pourquoi ne s’en était-elle pas aperçue ? Par les fées, elle voyait comme en plein jour… Elle renonça à s’en étonner, indifférente au fait que cette nouvelle aptitude fût un présent des fées ou des Esprits, elle ne désirait qu’une seule chose : arriver. Enfin, elle posa la main sur le sol et se hissa dans la grotte. Elle demeura un instant, paumes et genoux sur la roche, légèrement étourdie, son dos effleurant l’entrée du boyau. Clairement, il était inutile de songer à se relever. Comme ses yeux continuaient à voir en dépit de l’absence de lumière, elle progressa à quatre pattes, regrettant chaque gravier pointu qui cisaillait sa peau. Au bout d’un moment, le couloir s’agrandit enfin et elle se redressa en douceur, grimaçant de chacun de ses mouvements. Bientôt, elle déboucha sur une vaste salle envahie de blocs éboulés. Elle avisa un nouveau passage, diamétralement opposé à elle et, enjambant les pierres qui ralentissaient son avancée, atteignit malgré tout une alcôve naturelle dans laquelle gisait un vieillard à même le sol. Elle fit naître la lumière de ses mains et alluma les deux chandelles près de lui. Silencieuse, elle admira son visage à la peau ridée, témoignage d’une expérience presque séculaire, et ses cheveux blancs et soyeux qui reposaient sur ses épaules. Il respirait faiblement et semblait dormir. Les premières paroles de l’homme trahirent le contraire.
— Topéca, vous êtes là, murmura-t-il d’une voix fatiguée. J’en suis heureux. Je n’ai plus guère à vivre et je dois vous confier tout ce que je sais.
Elle percevait chacun des efforts qu’il fournissait pour s’exprimer et les crispations sporadiques du visage de ce dernier indiquaient sa souffrance physique. Elle posa ses mains sur lui pour le soigner, mais il secoua la tête avec douceur.
— Non, ne gâchez pas vos dons pour moi, je ne suis qu’un vieillard qui va bientôt mourir…
— Alors, laissez-moi au moins vous soulager.
Il opina. Comprenant qu’il ne souhaitait pas qu’elle utilisât ses pouvoirs pour lui, Aila fouilla dans sa ceinture à onguents et plaça une feuille devant la bouche du vieil homme.
— Mâchez-la, elle vous apaisera.
Obéissant, il entrouvrit les lèvres avec difficulté, puis commença à mastiquer lentement avant de se présenter dans un discours haché, ponctué de coupures et de silences.
— Je m’appelle Péral, je suis un des derniers chamans du pays hagan. Maintenant, écoutez bien, il me reste juste assez de temps et de force pour vous apprendre tout ce que vous devez savoir…
Durant la nuit entière, Péral parla à la jeune femme, à la fois attentive à ses propos et à son état. Elle lui donnait à boire quand sa gorge s’asséchait, patientait quand il reprenait son souffle, tendait l’oreille quand sa voix s’affaiblissait, le soulageait quand la douleur réapparaissait. Le reste du temps, elle gardait la main du chaman dans la sienne qu’elle caressait avec tendresse comme pour retenir la vie qui s’échappait du corps de ce vieillard, usé par une trop longue existence. Cependant, l’âge n’avait rien ôté au personnage de sa sagacité… Aila s’imprégna de la douceur qui émanait des deux yeux qui la fixaient sans détour. Ce serait sûrement le dernier endroit où la vie s’attarderait avant de quitter définitivement cet homme moribond.

Alors que Péral dépeignait un éventuel avenir sombre, alliance de souffrance et d’épiques batailles sanglantes, elle lui envia l’indéfectible espoir dans lequel les mots du chaman l’emportaient. Elle admira son extraordinaire altruisme qui rayonnait encore, même à l’approche de la mort. Dès qu’il lui souriait, elle se sentait entourée, protégée et aimée par une vague d’amour universel qu’il déversait avec passion, irradiant de bonté et de bienveillance. Elle fut éblouie de sa connaissance du monde et de sa croyance en l’humanité bien qu’il détaillât sans indulgence les vicissitudes de ses représentants. Prête à tout abandonner de sa quête puérile et insoluble, elle n’avait jamais autant douté de sa vie et, comme un cadeau, Péral lui offrait sa conviction intérieure inébranlable de la création d’une dimension inédite entre les états. Cette dernière brûlait en lui comme un feu plein d’espoirs qui l’amenait même à parler de la victoire de son pays sur Césarus. Si Aila ne fit qu’écouter, le chaman devinait chez elle toutes les questions qui lui traversaient la tête sans qu’elle les exprimât et y répondait en métamorphosant sa consternation en une nouvelle façon d’envisager l’avenir. Il lui expliqua tout ce qu’il savait, tout ce qu’il supposait, tout ce qu’il attendait d’elle, conscient de la difficulté de la tâche qu’il lui confiait. Son espérance en elle semblait absolue. Aila aurait voulu lui dire à quel point il se trompait, mais là encore, il devança ses pensées, balayant ses hésitations et ses oppositions. Vint le moment où il lui annonça que, maintenant, il pouvait quitter cette Terre, il avait rencontré la première chamane guerrière et se réjouissait de la paix qui emplissait enfin son cœur. Il appela une dernière fois les Esprits de la Terre pour effacer la nuit blanche d’Aila et, croisant son regard mouillé de larmes, il précisa :
— Chacun a un temps à faire ici. Le mieux est de le vivre sans regret. Mon existence a été bien remplie et je suis un homme comblé, je peux partir serein et je vous le dois. Merci, Topéca, ou Aila si vous préférez. Surtout, n’oubliez rien de tout ce que je vous ai confié.
— Comment le pourrai-je ? murmura-t-elle, avec un sourire triste.
Les yeux du chaman se fermèrent et Aila resta à ses côtés jusqu’à son ultime souffle. Quand Péral s’éteignit, elle embrassa avec tendresse la main qu’elle avait tenue toute la nuit tandis qu’une larme coulait doucement le long de la joue de la jeune femme avant de disparaître. Cruellement lucide, elle comprit que sa mission ne faisait que commencer. Alors, comme il le lui avait demandé, elle saisit l’amulette qui ceignait le cou de Péral et cette dernière rejoignit ses consœurs autour du sien. Où donc sa mère avait-elle pu récupérer cette ébauche de fées ? Dame Mélinda lui avait conté qu’Efée la lui avait offerte, mais en connaissait-elle la provenance ? Quand Aila reviendrait en Antan, elle lui poserait la question. Ensuite, elle ôta la bague que le chaman portait au doigt. Bien trop grande pour son annulaire, elle l’accrocha sur son gilet. Puis, enfin, elle se résigna à quitter la grotte. Elle n’avait passé qu’une seule et unique nuit auprès de Péral, mais son souvenir resterait à jamais gravé dans sa mémoire comme celui d’un être extraordinaire et incontournable. Si seulement elle l’avait rencontré plus tôt, peut-être son existence troublée lui aurait-elle paru moins pesante… Elle le remercia silencieusement d’avoir allégé sa fatigue, lui jeta un dernier regard empreint de tendresse, puis sortit de l’alvéole qu’elle obtura d’un mur en cristal des fées. Il lui restait à présent à redescendre. Elle espéra que, même après avoir rejoint les Esprits qui l’avaient animé sa vie durant, Péral ne la laisserait pas tomber sur le chemin du retour…

Adrien avait mal dormi. Son premier réflexe fut d’observer la montagne qu’Aila avait escaladée. Quittant sa tente, il ne résista pas longtemps au froid matinal qui s’intensifiait jour après jour et préféra rechercher son manteau et celui d’Aila avant de se diriger vers la paroi. Il avançait depuis un moment quand, enfin, il repéra un mouvement parmi les rochers à une trentaine de mètres de hauteur : Aila ! Elle revenait ! Il évalua l’endroit où elle devrait poser ses pieds et, poussé par une énergie nouvelle, franchit tous les obstacles pour aller s’asseoir en contrebas, espérant bien ne pas être transformé en glaçons avant qu’elle l’y eût rejoint. Elle progressait moins vite qu’à la montée et Adrien la fixait avec intensité, son cœur en alerte. Finalement, elle mit pied à terre et se retourna. Alors que leurs regards se croisaient, il discerna la surprise qu’elle éprouvait de le voir. Il s’approcha lentement et, avec douceur, recouvrit ses épaules avec le manteau. Les yeux d’Aila se remplirent de larmes et elle se blottit immédiatement au creux de ses bras, les paupières closes. Adrien avait eu le temps de repérer la nouvelle amulette à son cou, ainsi que la bague accrochée à son vêtement et, si mille questions lui brûlaient les lèvres, il les garda pour lui. Peut-être apprenait-il lui aussi à décrypter les silences ; ainsi, il savait d’un simple coup d’œil si elle pourrait répondre ou non. Ils restèrent enlacés jusqu’à ce qu’Adrien lui annonçât :
— J’ai pris une décision quand tu n’étais pas là.
Elle leva vers lui un regard interrogateur. Hésitant entre fierté et embarras, il se lança :
— Notre petit groupe s’est légèrement agrandi en ton absence. De deux, nous sommes passés à un peu moins d’une trentaine de personnes.
Surprise, Aila fronça les sourcils, incertaine de bien comprendre. Adrien lui expliqua que la tribu de Quéra s’était scindée en deux : ceux qui avaient choisi de la suivre et les autres… Il attendit sa réaction, un peu soucieux de ce qu’elle en pensait. Il voulait juste être sûr qu’il n’avait pas commis une erreur si grave qu’elle ferait basculer leur monde et leur avenir. Aila lui sourit.
— Magnifique… Retournons au camp et tu me les présenteras.
Ils repartirent lentement vers les tentes, Adrien énumérant tous ceux qui les avaient rejoints, hommes, femmes et enfants. Aila paraissait très calme, à la fois présente et lointaine. Il se demanda quels secrets, nouveaux et terrifiants, elle avait ajoutés sur ses épaules.

Adrien avait quitté un lieu silencieux où tous dormaient, il le redécouvrit plein d’animation. Tous les gens qu’Aila croisa la saluèrent avec respect et dignité. Elle répondit avec chaleur et son sourire s’élargit quand elle aperçut Quéra et Astria. Elle commença par serrer leurs mains sans un mot avant, finalement, de les étreindre contre elle avec énergie.
— Je vais me reposer, ajouta-t-elle simplement, en regagnant leur petite tente dans laquelle elle s’engouffra.
Adrien la suivit des yeux, croisant les regards pleins de questions de Quéra et d’Astria auxquels il réagit par un haussement d’épaules, signe de son ignorance. Quéra le saisit par le bras, l’entraînant avec lui vers le feu, et lui dit naturellement :
— Viens manger avec nous, mon frère.
Adrien sentit sa gorge se serrer d’émotion et il déglutit difficilement. Cette amitié nouvelle et sincère que Quéra lui offrait le bouleversait. Elle lui faisait peur aussi. Il prenait conscience que, jusqu’à aujourd’hui, il avait vécu très seul, entouré uniquement de sa famille et principalement de sa fratrie. Peut-être, là encore, était-ce l’effet Aila qui donnait à ceux qui l’accompagnaient de multiples occasions d’enrichir leur vie. Après avoir marqué un temps d’arrêt, il n’hésita plus à le suivre et rejoignit les nouveaux arrivants auprès du feu.

Aila sortit de sa tente en milieu d’après-midi et accomplit le tour du camp pour refaire connaissance avec chacun. Tous, elle les avait rencontrés, mais d’un vague souvenir, ils devenaient des amis à part entière, avec un nom, un visage associé et une personnalité. Elle s’accorda de nombreuses heures pour les écouter individuellement. Ils lui offraient sans regret leur vie et leur fidélité. Ils l’avaient choisie.

En fin d’après-midi, elle les invita à se réunir autour du feu pour leur parler.
— Il ne peut exister de libres décisions dans le mensonge. Cette nuit, j’ai accompagné le grand chaman Péral dans sa dernière demeure et il m’a légué son héritage…
Un frémissement parcourut les hommes et les femmes qui l’entouraient tandis qu’un sanglot éclatait dans le groupe.
— Je ressens l’attachement que vous lui manifestiez et ce qu’il représentait pour vous. Il m’a confié la tâche de lui succéder, m’assurant que je parviendrai à le remplacer auprès de vous. Cependant, je dois vous avouer que cette mission m’est impossible sans une entière vérité…
Aila se tut, son regard se tourna vers le sanctuaire du vieillard, elle projeta son esprit vers lui, sachant pertinemment qu’il ne pourrait plus lui répondre.
— Je vous ai menti par la force des choses. Je connais vos coutumes, je connais vos croyances. À aucun moment, je n’ai cherché à en abuser et, pourtant, c’est la faute que j’ai commise. Je m’appelle Aila Grand et je suis née de l’amour entre Barou Grand et Efée, sa femme.
Le murmure se mua en stupeur. Entendant le nom du colosse d’Avotour, quelques gestes empreints de colère se manifestèrent. Des hommes commencèrent à se lever pour quitter l’assemblée. Quéra, qui n’avait pas perdu son aura de chef, interpella sa troupe et ramena rapidement le calme. Obéissant, chacun finit par se rasseoir et écouta. Malheureusement, le respect s’était transformé en hostilité chez certains d’entre eux, Aila le sentait bien, mais elle reprit :
— Je sollicite votre attention jusqu’au bout. Après quoi, vous suivrez ce que votre cœur vous dictera et je l’accepterai. Au début de mon histoire, il y a une jeune fille de seize ans qui a grandi, élevée par son oncle, après le décès de sa mère et le rejet viscéral de son père envers elle. Ensuite, une magie, celle des fées, qui lui tombe dessus sans crier gare. Cependant, n’ayant déjà plus le choix, cette magie, donnée en partage, devient sienne. Des visions l’emportent en pays hagan et la font se tordre de douleur sous une grande souffrance. Tous ces événements l’obligent à franchir des étapes, vite, très vite, peut-être trop. Mais existe-t-il un autre chemin pour elle quand des voix de sorciers l’attirent, l’enchantent et que c’est à son corps défendant qu’elle leur résiste alors que céder serait si facile. Si seulement vous pouviez entendre les accents de ces êtres maléfiques qui cherchent à me posséder… Si seulement vous connaissiez le courage nécessaire pour ne pas y succomber… Si seulement…
Aila ne termina pas sa phrase, elle ferma les yeux un instant et tous se remémorèrent son combat avec l’homme en noir. Reprenant le contact avec son auditoire, elle poursuivit :
— Qu’est-ce qui peut bien pousser une si jeune femme à braver tous les dangers qui se présentent à elle ? Ce qu’elle sait, ce qu’elle voit. Il s’est développé en elle une conviction si intime et si profonde, que quoi qu’il se passe, elle avance jour après jour, car il faut battre Césarus. Et pour y parvenir, elle est prête à tout parce que, elle le sait, sinon nous disparaîtrons tous et vous, les premiers. Je vous l’ai dit et je vous le répète, ce tyran possède la certitude que vous ne fléchirez pas devant lui et il vous craint. Son seul objectif sera de tous vous massacrer au plus vite.
Son regard balaya l’assemblée et elle monta sur un rocher juste au-dessus d’eux.
— Regardez-moi ! Je n’ai que dix-sept ans ! Comment croyez-vous vraiment que je puisse sauver le monde ?
Des larmes apparurent au bord de ses yeux et se mirent à couler les unes après les autres, laissant des traces que fit scintiller la lumière du soleil couchant. C’est à ce moment que le halo qui entourait parfois Aila s’enflamma. Adrien la contempla, bouche bée, mais sa beauté radieuse n’était pas ce qui comptait le plus. Sous leurs regards, elle devenait un flambeau dressé par la Terre pour contrer Césarus, un symbole de rébellion en opposition à un ennemi commun, preuve de la force qui les unirait. Elle apparaissait fière et volontaire, d’un courage hors du commun et même les sillons des larmes sur sa peau n’y changeaient rien.
— Chaman Péral me l’a dit hier. Si j’échoue, notre univers disparaîtra. Parmi vous, existe-t-il une personne qui estime être plus compétente que moi pour réussir ? Je lui cède ma place sans hésitation. Chaque jour, la charge que je porte devient plus accablante, combien de temps encore serai-je capable de lui résister ?
Les yeux fixés vers l’horizon, Aila resplendissait dans les couleurs de l’astre couchant. Qui, à cet instant, pouvait croire qu’elle fût si jeune ? Elle était totalement femme, totalement chamane et encore plus vénérable. Plus personne ne parlait, ne contestait, les hommes et les femmes écoutaient, la respiration coupée.
Bientôt, elle posa son regard, qui flamboyait sous les derniers rais orangés du soleil, sur chacun d’entre eux, s’attardant en particulier sur ceux dont elle avait senti la colère ou la réticence et elle explosa :
— Je vais me battre ! Pas pour Avotour, mon pays d’origine, mais pour tous les êtres vivants qui existent et que Césarus veut annihiler. Qu’importe mon nom, Aila ou Topéca ! Qu’importent mes dix-sept ans ! Qu’importe que je sois forte grâce à la magie des fées ou aux Esprits de la Terre ! Je vais me battre et je vais gagner ! Jamais je ne laisserai un homme comme ce monstre détruire ceux que j’aime ! JAMAIS ! J’ai vaincu mon premier sorcier, je les vaincrai tous, sans exception ! Regardez-moi ! Je porte maintenant trois amulettes et je suis dépositaire de deux bagues de chamans ! Je suis celle qui sait ! Je suis celle qui voit et vous êtes, vous, Hagans, peuple ennemi d’Avotour, mes amis. Alors, allez-vous combattre avec moi ? Allez-vous devenir ces hommes et ces femmes qui écriront l’histoire à mes côtés ? Est-ce plus important pour vous d’être Hagan plutôt qu’habitant de la terre ? Accepterez-vous de regarder mourir ceux que vous aimez sans rien dire ni faire ? Moi, je choisis la vie ! Alors, quelle que soit mon origine, suivez-moi ! Devenez les guerriers qui vaincront l’adversité avec moi ! Je vous guiderai vers la victoire !

Un lourd silence accueillit ses derniers mots, tandis que le soleil déposait ses ultimes rayons rougeoyants autour de la silhouette de la chamane. Astria s’approcha, elle regardait Aila avec intensité, puis elle baissa la tête humblement avant de prononcer d’une voix émue.
— Je choisis la vie, celle de Quéra, celle de mes enfants et celle de mes amis. Topéca, tu seras mon guide.
Et elle lança au soleil qui s’effaçait son cri de guerre, si profond qu’il semblait ne jamais devoir s’arrêter. Quand enfin ce dernier s’estompa, l’astre s’était volatilisé. Puis ce fut celui du chef qui s’envola vers le ciel, immédiatement rejoint par tous les autres, et leurs cris unis firent trembler le cœur d’Aila. Quéra vint aux côtés de sa femme, rayonnant de fierté. Sa maari était la meilleure ! Il le savait depuis longtemps, mais le redécouvrait toujours avec un plaisir renouvelé.
Seul Adrien restait silencieux. Depuis les déclarations d’Aila, il se sentait très mal à l’aise avec ses propres mensonges, alors, quand finalement la clameur cessa, il s’avança et attira l’attention de la tribu.
— J’ai, moi aussi, des révélations à vous faire. Après, si nécessaire, je m’effacerai, car le plus important pour moi est la réussite de la mission de Topéca.
Il défit l’ourère qui entourait sa tête et se présenta aux regards, avec courage. Ses traits trahirent une partie de ses origines, il n’était pas simplement hagan.
— Je suis Adrien d’Avotour et je veux suivre Topéca pour me battre et empêcher notre monde et ceux que j’aime de mourir.
Quéra s’approcha de lui, puis se tourna vers la foule, toujours troublée par la découverte.
— Cet homme est bon et brave. Il pourrait être l’un des nôtres et, pour moi, c’est un ami, comme il a été le vôtre hier et comme il le sera encore demain, car je suis convaincu que nous pourrons compter sur son courage et sa détermination. Je vous le présente, il est mon frère !
Quéra redressa fièrement sa tête, regardant ses hommes et le silence se brisa une nouvelle fois, remplacé par des cris de joie. Adrien se retrouva entouré par tous et, contrairement à Aila, il eut le sentiment qu’il ne serait plus jamais seul…


Envie de voir toutes les œuvres de Catherine Boullery, auteure de fantasy ? Retour sur le site de fantasy
'