Lecture gratuite : le prologue d'Aila et la Magie des Fées de Catherine Boullery
La saga d'Aila  fantasy


fantasy littérature

Note : 4.6 / 5 avec 216  critiques high

Le prologue d'Aila et la Magie des Fées en lecture gratuite

Toutes les histoires ne commencent pas de la même façon, sauf les contes de fées, alors…

Il était une fois le pays d'Avotour où il faisait bon vivre. Bordée à l'ouest par la montagne et bercée à l'est par la mer, cette contrée bénie reflétait un juste équilibre en toutes choses : le chaud et le froid, les plaines et les vallons, les prés et les forêts. La légende racontait que, pendant des siècles, les fées y avaient vécu en harmonie avec les hommes, et cette entente aurait pu durer pour l'éternité grâce au respect d'une seule et unique règle : l'amour entre une fée et un homme ne pouvait exister. Malheureusement, ce qui était défendu arriva : un regard suffit à deux êtres égarés pour s'aimer et transgresser l'interdit absolu. Fées, familles et amis cherchèrent à les séparer, mais sans aucun succès. Les amants connaissaient pourtant la fin terrible qui les attendait, le corps de l'un distillant un poison à l'autre, mais ils la préférèrent à une vie où ils ne seraient plus unis. Isolés, désavoués, ils finirent par s'enfuir, quittant leur pays pour un lieu lointain et perdu où, de leur amour illicite, naquirent des jumeaux. Conscients de leur condamnation par le mal qui les rongeait de l'intérieur et empirait chaque jour, alors, tant qu'ils le pouvaient encore, ils embrassèrent leurs descendants une dernière fois, les confièrent à la Terre, puis, main dans la main, avancèrent dans l'eau d'un lac noir pour y mourir ensemble. Ainsi s'acheva cet amour interdit. Mais se doutaient-ils qu'ils venaient de bouleverser l'avenir de façon irréversible ?

Les fées et les hommes d'Avotour, qui les recherchaient depuis leur fuite, ne retrouvèrent que leurs corps sans vie, au fond du lac, enlacés à tout jamais. D'une pensée, les fées cristallisèrent les deux amants en hommage à leur passion, en dépit de la folie dont elle était empreinte, pour que jamais un tel drame ne se reproduisît entre les deux peuples. Des bébés, personne ne trouva trace ; ce fut comme s'ils n'étaient jamais nés. Peut-être étaient-ils finalement morts du même mal que leurs parents…

◎ ◎ ◎

À la suite de ce triste événement, au pays d'Avotour, il fut conté qu'hommes et fées prirent une grave décision : elles continueraient à vivre près d'eux pour les protéger, mais deviendraient invisibles à leurs yeux, évitant ainsi toute nouvelle tentation. Il fut également dit qu'un jour les fées reviendraient parmi les hommes afin de sauver le monde quand elles auraient donné leur pouvoir en héritage à un être humain.

Et la vie poursuivit sa course, insensible à cette douloureuse séparation… En Avotour, les fées avaient disparu depuis trop longtemps et ses habitants avaient fini par oublier tout le bien qu'ils leur devaient. D'elles ne restèrent que des légendes infinies, de celles que les troubadours contaient dans les auberges ou sur les places publiques, dans le silence curieux et recueilli de la population. Ainsi, le temps effaça tout souvenir des mémoires et seuls quelques rares exaltés continuèrent à croire en leur existence. Comme le symbole d'une époque révolue, elles n'apparurent plus que dans la devise du royaume : « Pays des fées, Avotour fut, est et sera » et dans quelques expressions populaires.

Alors qu'un terrible danger étendait son ombre sur la Terre, sous la forme de mille tentacules d'une noirceur effarante, notre histoire commença : celle d'une jeune fille comme les autres, ou presque, mais que quelqu'un, quelque part, avait retenue pour un destin exceptionnel. La journée se terminait et Aila était assise sur une pierre. Elle était assez grande pour son âge et ses cheveux noirs, nattés en une longue tresse, tombaient dans son dos, tandis que des larmes bordaient ses yeux aux pupilles sombres. Du haut de ses seize ans, elle portait sur ses épaules un fardeau bien trop lourd pour une si jeune demoiselle. Comment avait-elle réussi l'exploit de naître en perdant tout ? Et comment pourrait-elle réparer le tort qui lui avait été causé ? Être la fille d'un des combattants les plus valeureux du royaume d'Avotour et ne pas exister à ses yeux constituaient sa triste réalité… Son père, Barou Grand, était un géant à la barbe rousse et au regard bleu, un homme aussi haut que large, animé par une force herculéenne. Vingt ans auparavant, un petit groupe de Hagans, barbares sanguinaires d'un pays frontalier prêts à les envahir, attaqua le carrosse qui transportait Mélinda, la châtelaine d'Antan — un comté d'Avotour — et sa dame de compagnie, Efée. Le hasard décida que Barou, qui passait par là juste entouré d'une poignée de compagnons, les avait secourues. À neuf contre vingt, ce colosse trucida à lui seul dix guerriers hagans sous les regards épouvantés, mais émerveillés de ces dames, alors qu'il ne voyait que les yeux noirs et brillants de l'une d'entre elles, une jeune femme brune au sourire enchanteur. Après les avoir mises en sécurité, il remporta les combats déterminants des dernières grandes batailles qui sauvèrent Avotour. Les hommes qui combattaient à ses côtés l'auraient suivi les yeux fermés, même dans la mort, tandis que sa valeur et son courage devenaient les plus beaux symboles du pays. L'histoire retint que l'amour porta le futur grand héros à vaincre les Hagans, qui se tenaient tranquilles depuis cette victoire. Il ne lui resta plus ensuite qu'à gagner le cœur de la demoiselle aux prunelles sombres.

◎ ◎ ◎

Honoré pour ses exploits par le roi et Avotour, il reçut en récompense un titre et un manoir qu'au lieu d'occuper il mit en fermage pour partir s'installer à Antan et courtiser Efée. Cette dernière ne tarda pas à succomber, avec grâce, à cette cour discrète et attachante, puis à l'épouser six mois plus tard avec la bénédiction des châtelains du comté, Elieu et Mélinda. Ils demeurèrent au château où Barou fut nommé maître d'armes, pour la plus grande fierté de tous ses habitants. Sa célébrité attira de jeunes seigneurs en quête de reconnaissance, amenant le héros à créer une école destinée à les former. Petit à petit, un immense terrain d'entraînement fut érigé à Antan, qui s'enrichit par la suite d'un manège, puis d'un champ de courses, afin de satisfaire tous les besoins. Comme quoi il fallait peu de choses pour que le bonheur devînt réalité… Quelle fille ne serait pas fière d'avoir un père comme celui-ci ?

◎ ◎ ◎

Aujourd'hui, sa vie semblait sans avenir à Aila. Et pourtant, tout aurait pu devenir tellement merveilleux : enfant désiré, enfin, en apparence, une mère dévouée et adorable, un père impatient de chérir son héritier qui fut, de fait, une héritière… Et là, tout bascula : à l'instant où il découvrit qu'elle n'était qu'une fille, Aila disparut de son existence comme si elle n'était jamais née. Sur le moment, Efée, fatiguée par l'accouchement, n'avait pas compris à quel point la cassure se révélait irrémédiable. Elle avait fait de son mieux, par la suite, pour entourer son enfant d'amour, espérant ainsi compenser l'attitude déconcertante de son mari. Autour d'elle, elle avait sollicité toutes les personnes qu'elle appréciait pour protéger sa fille, déniée par son père. Mélinda, la châtelaine d'Antan, la prit régulièrement avec ses enfants, comme un des siens. Hamelin, le mage du château, devint son précepteur. Lui qui ne s'intéressait à rien d'autre qu'à ses grimoires avait été séduit par ce bébé. Séduit était-il le terme approprié ? Interloqué ? Fasciné ? Toujours était-il que ce fut probablement la seule fois de sa vie où il vint tapoter avec douceur la tête d'un nouveau-né, le regard empreint d'une gravité soudaine. Et, surtout, il y eut Bonneau, son oncle, le frère de son père qui, jour après jour, prit sa petite nièce un peu plus à l'abri de son aile.

Efée, partagée entre deux amours, ne comprenait pas comment Barou pouvait se conduire en mari enflammé, tendre et prévenant, alors que, simultanément, il affichait une indifférence insoutenable dès qu'il s'agissait de sa fille. Tandis qu'elle se remettait péniblement de la naissance, elle percevait le déchirement que représentait pour son époux l'absence d'héritier mâle. Loumie, l'accoucheuse d'âmes, lui avait, avec la plus grande fermeté, déconseillé une autre grossesse, mais Efée y songeait pour rétablir l'équilibre qui avait disparu dans sa vie. Elle voulait une famille, une vraie, avec un père pour ses enfants. Que s'était-il donc passé dans la tête de cet homme, droit et honnête, pour en arriver à rejeter son unique fille ? Essayant une nouvelle fois d'en découvrir la raison, elle avait poussé suffisamment loin la discussion pour que Barou bloquât définitivement toute tentative d'en parler plus avant. Elle ne l'avait jamais vu dans cet état, animé d'une colère glaciale et tranchante, incontournable, insurmontable. Alors, une bonne année après la naissance d'Aila, malgré les réticences de son mari et l'opposition farouche de Loumie, elle tomba de nouveau enceinte, l'espoir vibrant au fond de son cœur de tout réparer en accouchant enfin d'un garçon.

◎ ◎ ◎

La vie quotidienne d'Efée s'était naturellement divisée en deux. Quand le soir venait, elle confiait sa fille à son oncle, tandis que, dans la journée, elle s'en occupait pendant que son époux assurait son rôle de maître d'armes. Il était son champion et excellait dans tous les types de combats. Aucune arme blanche ne recelait de secrets pour lui et il était un combattant à mains nues hors pair. Vénéré par ses élèves, respecté par ses pairs, ce héros n'attendait qu'un fils pour marcher dans ses traces. Efée le savait, elle lui donnerait ce garçon tant espéré ! Après, tout irait mieux. Au fur et à mesure que sa grossesse avançait, elle se sentait de plus en plus épuisée et Loumie, inquiète, lui rendait visite fréquemment pour évaluer son état. Quand la future mère ne réussit plus à se lever, Mélinda vint prendre de ses nouvelles chaque jour, récupérant Aila pour la ramener parmi ses enfants. Bonneau, lui aussi très présent, soulageait Efée : il emmenait la petite fille s'occuper des chevaux en la fixant sur son dos avec une pièce en cuir qu'il nouait sur sa poitrine. Cette façon de procéder fit sourire tous ceux qui le croisèrent, mais personne ne s'en moqua. Tous respectaient cet oncle qui se comportait mieux qu'un père.

Bonneau, frère de Barou, ne lui ressemblait pas. Certes grand, il n'avait rien d'un colosse. Il avait hérité d'une teinte de cheveux plus sombre que celle de son frère et d'une carrure plus modeste qui ne l'empêchait pas de l'égaler en force. Comme lui, il avait développé une agilité extraordinaire, doublée d'un impressionnant sens de l'équilibre. En sa compagnie, une des premières chutes d'Aila se termina dans un magnifique tas de fumier bien frais, au profond désespoir de l'oncle. Cependant, il se débrouilla tout seul pour la nettoyer des pieds à la tête et la rendit à sa mère propre comme un sequin neuf… Quand l'histoire, qui circula autour du château, revint aux oreilles d'Efée, elle commença par sourire avant d'éclater de rire. Elle eut l'intime conviction que sa solution de rechange était la bonne et que Bonneau deviendrait l'homme de la situation. Sa détermination à protéger Aila s'en trouva alors renforcée.

Quand arriva le moment de la naissance, Aila venait de fêter ses deux ans et demi. En digne futur père, Barou se précipita au chevet de sa femme et ne la quitta plus, malgré Loumie qui ne cessait de le houspiller. Par les fées, un homme n'avait rien à faire là ! Mais, bon gré, mal gré, elle fut bien obligée de tolérer sa présence, car il voulait rester à tout prix. Enfin, le fils tant attendu naquit et le couple savoura un bonheur inoubliable. Barou resplendissait et Efée sentit l'espoir renaître en elle avec l'arrivée de ce petit garçon. Pour sa part, Loumie se montrait plus taciturne que jamais. Cependant, comblés, les nouveaux parents ne prêtèrent aucune attention à son mutisme marqué.

En une seule nuit, Efée perdit toutes ses illusions ; la naissance d'Aubin n'avait rien changé à l'attitude dédaigneuse de Barou envers sa fille qui ne représentait pas plus aujourd'hui qu'hier, et elle en ressentit un désespoir profond. Elle adorait son mari, mais sa réaction créait une blessure insupportable dans son existence qu'il ne paraissait ni entendre, ni comprendre. Elle se sentait si fragile qu'elle décida que, dès maintenant, elle devait agir pour le bien d'Aila. Malgré sa faiblesse, elle écrivit plusieurs lettres, ses enfants à ses côtés, pour profiter de leur présence tant qu'elle le pouvait encore. Toute à son projet, elle reçut Mélinda, puis Bonneau et, enfin, Hamelin. Le déclin de ses forces ne l'empêcha pas de passer avec chacun beaucoup de temps à convaincre et planifier. Son élocution devenait difficile, sa respiration hachée, mais elle se devait d'achever sa démarche : l'avenir de sa fille était en jeu. Au désespoir de voir l'état de la dame de son cœur se dégrader chaque jour davantage, Barou désertait ses heures d'entraînement pour être à ses côtés. Personne n'aurait songé à lui en adresser le moindre reproche, tant leur amour était cité en exemple en Avotour. Pour éviter des croisements critiques, Efée avait chargé Loumie, si présente auprès d'elle, d'escamoter Aila avant chacune des arrivées de son père. Une paix apparente au sein du foyer fut ainsi préservée…

Efée augurait sa mort proche, c'était juste une question d'heures… Elle avait réalisé tout ce qu'elle pouvait pour Aila, mais son cœur n'en battait pas avec plus de légèreté pour autant, car elle abandonnerait son mari, ses enfants, dont sa fille qui avait tant besoin de sa tendresse. Comment Aila, qu'elle chérissait, arriverait-elle à grandir en force et en confiance malgré l'ombre de Barou ? Quand la vie ne tint plus qu'à un souffle dans sa poitrine, Efée jeta un dernier regard vers l'homme qu'elle avait aimé plus qu'elle-même, sa main posée sur la sienne, sourit à Aubin que Barou berçait dans ses bras, et pressa contre elle une poupée de chiffon, cachée sous les couvertures, symbole de l'amour qu'elle éprouvait pour sa fille. Soudain, sa lumière intérieure s'éteignit, plongeant le cœur de ceux qui l'estimaient dans de profondes ténèbres…

◎ ◎ ◎

Le château porta son deuil, tandis que la douleur terrassait ce géant de Barou, avec cruauté. Cependant, entouré par ses amis et serrant son fils contre lui, il décida de poursuivre sa route pour son enfant, dans la mémoire de sa merveilleuse femme.

Définitivement chassée de l'habitation familiale, Aila s'installa chez Bonneau, dans la maisonnette attenante aux écuries. Elle essayait de comprendre avec son cœur de petite fille de presque trois ans où était passée sa maman, pourquoi elle avait un frère avec lequel elle ne vivait pas et un père qui ne la regardait jamais. Comme elle ne trouva aucune réponse, elle se renferma sur elle-même et cessa de parler. Pourtant, son oncle se dévoua pour sa nièce, mettant tout en œuvre pour qu'elle se sentît chez elle. Dans son unique pièce, il lui aménagea une chambre, séparée de la partie commune grâce au paravent offert par Mélinda. Pour la meubler, il lui donna son lit et son armoire. Ensuite, après avoir percé un trou dans le plafond, il se créa un minuscule endroit dans les combles pour y dormir, accessible par une échelle. Chaque jour, il prenait soin d'elle comme s'il s'agissait de sa propre fille, la nourrissait, l'habillait, la sortait. Elle l'accompagnait lorsqu'il s'occupait des chevaux ou qu'il s'entraînait au kenda, un bâton de combat peu répandu comme arme au royaume d'Avotour. Il passait ainsi des heures le soir à répéter inlassablement des figures qu'il réalisait même en chevauchant, sous le regard attentif d'Aila qui ne se plaignait jamais. De fait, elle n'en perdait pas une miette, enfin, quand elle ne s'endormait pas à même le sol, vaincue par la fatigue. Il lui apprit à monter à cheval, à les dresser et à les soigner. Il lui enseigna les herbes, les mélanges, les massages et, sans un mot, elle retenait et reproduisait.

Hamelin, le mage, éprouva plus de difficultés pour s'habituer à donner des cours à une enfant qui demeurait silencieuse pendant l'apprentissage de la lecture. Cependant, quand elle levait ses grands yeux, aussi noirs que ceux de sa mère, où brillait cette immense lueur d'intelligence, il savait que son mutisme ne l'empêchait pas de comprendre. Alors, il continuait ses leçons comme si de rien n'était. Il vérifiait de temps à autre ce que signifiait son regard avant de poursuivre ou de recommencer. Elle apprit très vite à écrire et à calculer. Il lui donna des livres à lire pour une semaine qu'elle lui rapportait le lendemain ou le surlendemain. S'il fut plus que surpris de sa rapidité à déchiffrer et à acquérir tout concept, il en accepta l'idée et lui offrit son enseignement avec enthousiasme. Lui, que les enfants agaçaient passablement avec leurs intarissables bavardages et leur aptitude prononcée à ouvrir la bouche pour brasser de l'air, se trouvait plus qu'heureux de cette petite fille qui se taisait… Il décida de partager tout son savoir et entreprit de lui inculquer ses connaissances sur les plantes, l'anatomie, les langues des différents pays voisins, l'histoire, les sciences, les lois et tant d'autres notions et expériences qui le passionnaient. Impassible, elle le suivit dans les dédales de son érudition, même, lorsqu'emporté par un sujet, il sautait du coq à l'âne.

En dépit de son silence, Aila était acceptée de tous et aussi appréciée ; elle grandissait, serviable et agréable, malgré de rares sourires… Tout en le regrettant, chacun mettait son mutisme sur le compte de toutes les épreuves qu'elle avait traversées. Seuls les élèves de son père la rejetaient sans sourciller. Ils avaient choisi leur camp, celui de Barou et, si leur maître ne voulait pas d'elle, c'était qu'elle n'en valait pas la peine ! Il ne fallait pas qu'elle approchât la zone d'entraînement de trop près : elle y recevait railleries et quolibets auxquels elle ne pouvait répondre. Mais c'était plus fort qu'elle. Elle cherchait à entrevoir son père, ce héros, et à voir grandir Aubin qui ne quittait pas son géniteur d'une semelle. Il se comportait comme son ombre, mais en plus petit… Si son frère faisait de son mieux pour imiter Barou, Aila, rien qu'en le regardant, était persuadée qu'il n'en révélerait jamais le même talent. D'où tenait-elle cette certitude ? Elle l'ignorait, mais, pour elle, Aubin ne manifestait pas cette énergie rayonnante que dévoilait l'âme des grands…

❈ ❈ ❈ ❈ ❈
Lire la suite avec le chapitre 1 Retour au tome 1 - Aila et la Magie des Fées An English translation of Aila and the Magic of the Fairies (first chapters)

Tome ➀ - Aila et la Magie des Fées français Tome ➁ - La Tribu Libre préféré Tome ➂ - L'Oracle de Tennesse livre Tome ➃ - La Dame Blanche Catherine Boullery Tome ➄ - La Porte des Temps préféré Tome ➅ - Une Vie, voire Deux Catherine Boullery Tous les tomes de la saga de fantasy préféré La romancière Catherine Boullery Catherine Boullery #fantasy heroic


Extrait gratuit d'un des livres de la saga d'Aila offert par Catherine Boullery, auteure de fantasy (autres passages sur Amazon). Excellente lecture ;)

Il paraissait si persuadé qu’Aila se sentit encore plus ébranlée.
— Hamelin, Aubin est mon frère. Si je suis une descendante de ce couple mixte, lui aussi, puisque nous avons les mêmes parents.
Interloqué, Hamelin haussa un sourcil :
— Par les fées, tu as raison. Pourquoi n’ai-je donc jamais envisagé cette possibilité-là ? Je dois le voir aussi. Envoie-le-moi que j’aie le temps de tester sa réaction vis-à-vis du livre, puis de te le rendre avant ton départ.
— Vous voulez vraiment que je le prenne ? Vous êtes sûr ?
— Aila, si Aubin ne réagit pas comme toi à cet ouvrage, tu seras seule pour les secourir…

Elle tapota nerveusement la table. Sans en comprendre les raisons, tout la contrariait. Voilà maintenant qu’Hamelin voulait qu’elle endossât une nouvelle panoplie, celle d’intermédiaire potentiel avec les fées, qu’elle n’assumait absolument pas. Elle avait déjà choisi son rôle : combattante ! Elle n’eut plus qu’une envie, celle de tourner les talons et ne plus en entendre parler. Ensuite, elle pensa à Barou. Lui aussi s’était détourné de ce qui le dérangeait : elle. Lui ressemblait-elle plus qu’elle ne l’aurait souhaité ? Dans le même temps, une forme de curiosité s’insinuait : elle ressentait comme un manque qu’elle n’arrivait pas non plus à comprendre. Cette petite fée entraperçue l’avait touchée au fond de son âme, la laissant en attente de quelque chose, mais de quoi ? Elle se sentait complètement déstabilisée. Dire que deux jours auparavant, elle ne souffrait que de l’attitude de Barou ! Finalement, elle ne connaissait pas la simplicité de son existence à cette époque ! Mais, d’un autre côté, elle n’avait aucune envie de revenir en arrière. Elle n’avait jamais vécu vraiment seule, mais aujourd’hui, elle appartenait à un vrai groupe qui reconnaissait sa valeur. Enfin, elle existait ! Bon d’accord, sa vie offrira peut-être plus de complexité qu’elle ne le désirait. Mais, coûte que coûte, elle continuerait d’avancer, même avec des fées à ses côtés !

En redescendant de la chambre d’Hamelin, Aila déposa un message sur le lit d’Aubin, l’informant que le mage souhaitait le rencontrer au plus vite, puis rejoignit les appartements de dame Mélinda.
La châtelaine était sur le point de partir quand Aila arriva. Elle fit prévenir ses enfants de son retard par une servante qui passait et reçut la jeune fille.
— Alors, tu nous quittes ? Comme tu vas me manquer… Tu étais le garçon manqué de ma petite famille !
Aila éclata de rire.
— Pourtant, vous avez bien assez de filles comme cela ! Amandine, Blandine et Estelle compenseront largement mon absence !
— Je préférerais quand même que Jean, notre seul fils, te prenne comme modèle plutôt qu’elles !
Elles s’esclaffèrent ensemble.
— Vous allez tellement me manquer ! Vous avez été l’unique femme de mon entourage, dame Mélinda. Vous m’avez guidée quand j’ai grandi, alors que Bonneau se sentait plus que maladroit pour m’expliquer les transformations de mon corps. Et puis, comment vais-je me débrouiller pour vivre au milieu de tous ces hommes ? demanda Aila en rougissant.
— Je l’ignore. Je suppose qu’une partie de ta pudeur disparaîtra avec la leur, progressivement, d’abord dans la gêne, puis le naturel reviendra. Cela passe par la connaissance de l’intimité de l’autre. Je sais que, dans ton cœur, malgré ton corps de femme, il existe toujours une petite fille qui n’a pas pris conscience de son pouvoir de séduction… Là-dessus, mes autres filles, même la dernière, ont pris de l’avance sur toi !
— C’est légitime pour Amandine, elle a dix-neuf ans !
— Et elle vient de recevoir sa première demande en mariage !
— De qui ?
— De la part de Barnais d’Escarfe.
— Ah ! non ! Pas lui ! s’exclama Aila.
— Et pourquoi donc ? C’est un bel homme, séduisant et intelligent, héritier d’un très grand comté, un parti magnifique pour Amandine…
Aila se souvint à temps qu’elle devait taire les raisons réelles de son opposition et chercha comment convaincre dame Mélinda sans trop en dire :
— Adam Meille m’en a parlé. Ils ont été élevés ensemble ou presque. Une fois sa réputation de coureur de jupons dissimulée derrière sa façade angélique, je devine l’homme égoïste et insensible. Dame Mélinda, il ne saurait pas rendre Amandine heureuse !
La châtelaine l’écoutait attentivement. Elle reprit :
— Rationnellement, je ne pouvais souhaiter une meilleure union pour mon aînée que celle-ci, mais tout ce que tu me dis réveille en moi les réticences que j’ai ressenties en sa présence. Toutefois, Elieu et Amandine sont ravis de cette opportunité. Je ne peux m’opposer à mon époux sur de simples impressions…
— Et si je vous en rapportais la preuve ? Je gagne Escarfe avec sire Hubert. Peut-être…
— Tu pars pour Escarfe, pourquoi et quand ? la coupa dame Mélinda.
— Ces missions d’entraînement permettront aux représentants de la famille royale de nous tester sur le terrain. Nous nous mettons en marche à l’aube.
— Demain, déjà… je l’ignorais.
Dame Mélinda tendit ses bras vers Aila qui s’y réfugia. Une nouvelle fois, elle essaya de graver dans sa mémoire le souvenir de cette femme qu’elle aimait particulièrement : son parfum, ses traits et la douceur de sa voix, comme si elle la voyait pour la dernière fois… La châtelaine s’écarta avec gentillesse, puis se dirigea vers un coffret dans lequel elle saisit une petite boîte.
— Ta vie différera de celle de toutes les femmes qui se marient, puis élèvent des enfants. Voici des feuilles d’Herbère ; c’est une plante rare, très rare, aux vertus très particulières. Si jamais, enfin, si, avec un garçon, enfin, plutôt un homme…
Pour la première fois, Aila voyait dame Mélinda rougir et s’embrouiller avant qu’elle se reprît.
— Si jamais tu te mets dans les conditions que je t’ai déjà expliquées et qui permettent de concevoir, tu mâches une feuille quelques minutes, puis la gardes sous ta langue pendant une demi-journée pour t’empêcher de concevoir un bébé.
Ce fut au tour d’Aila d’afficher une teinte écarlate, mal à l’aise dans ce genre de situations qu’elle évitait d’imaginer.
— Tu vas te retrouver la seule fille au milieu d’hommes, tous séduisants, ce sont des choses qui peuvent arriver.
« Pas à moi… », se répéta Aila.
— Merci, dame Mélinda. Je les garderai précieusement.
— Et ceci te revient aussi : un pendentif que ta mère a sculpté. Tu pourras le mettre sur la lanière de cuir que tu portes autour de ton cou. Je n’ai jamais su ce qu’il représentait, mais il est si joli, dit-elle, en le caressant doucement de ses doigts fins.
« Une fée ! », pensa Aila. Elle ignora d’où lui venait cette certitude, mais c’était une fée, juste ébauchée peut-être, mais une toute petite comme celle qu’elle avait entrevue.
Elle défit sa lanière et fit coulisser le pendentif dessus avant de la rattacher sur sa nuque.
— C’est vraiment magnifique. Maman vous l’avait-elle donné pour moi ?
— Non, elle me l’avait offert par amitié. Elle m’avait dit que si, un jour, elle avait une fille, elle lui en réaliserait un aussi. Alors, chacune son tour ! J’en ai profité plus de vingt ans, maintenant, il t’appartient. Je l’ai tellement regardé que je le connais par cœur ! Même si tu l’emportes, je le garderai comme s’il était encore là. Et puis cela me fournira l’occasion de veiller sur toi en même temps que ta maman…
— Merci du fond du cœur.
— Je voudrais pouvoir te dire : tu m’écriras, tu me donneras de tes nouvelles. Seulement, je me doute que cela se révélera impossible. Je penserai à toi…
— Et moi, je ne vous oublierai pas, c’est promis !
Elles s’enlacèrent à nouveau, s’étreignant vivement. Aila refoula les larmes qui lui venaient aux yeux. Elle avait déjà perdu une maman et voici qu’elle abandonnait la seconde… Était-ce plus difficile que de s’éloigner de Bonneau ? Non, le plus terrible constituait à tourner le dos à tout ce qui avait composé son existence jusqu’à présent, à cette sécurité qu’elle connaissait pour partir vers un monde inconnu, privée de ceux qu’elle aimait. Elle rassembla tout son courage pour offrir à dame Mélinda un visage serein et souriant, alors que la douleur lui étreignait le cœur. Elle aurait tant voulu lui dire à quel point elle était la plus belle personne qui eût croisé sa vie, une source inépuisable de générosité et de bienveillance, mais les mots lui manquaient. Elle essaya de faire passer par son regard tous les sentiments que ses lèvres refusaient d’exprimer. Dame Mélinda déposa un baiser plein de douceur sur le front d’Aila avant de la laisser partir. Elles se saluèrent d’un petit geste, puis la porte se referma.

Redescendant vers la salle du conseil pour ranger les feuilles offertes par dame Mélinda dans sa ceinture, Aila y rencontra Aubin qui l’attendait.
— Où étais-tu passée ? demanda-t-il. J’ai vu ton mot. Je suis allé rendre visite à Hamelin qui s’est contenté de me donner deux livres pour toi en m’indiquant expressément de ne pas les quitter avant de te les avoir remis en mains propres et depuis, je te cherche !
— Désolée, Aubin, je disais adieu à dame Mélinda.
— Tiens, voici les ouvrages. Celui-ci est particulièrement beau, dit-il, en montrant celui sur la magie des fées, mais il est écrit dans une langue que je ne comprends pas. Tu pourras confirmer à Hamelin que j’ai rempli mon contrat !
— Merci, Aubin, tu es un ange…
Et, sans réfléchir, elle l’embrassa sur la joue. Elle fut aussi surprise que lui de son geste.
— Excuse-moi, dame Mélinda a déteint sur moi ! s’exclama-t-elle.
— Oh ! pas grave. C’était plutôt agréable, même si je n’ai pas trop l’habitude…
— Comment cela, mon cher frère ? Avec ta mine attirante, tu n’as pas encore trouvé une amoureuse pour te bécoter avec avidité à l’ombre d’un pommier ?
Gêné, Aubin se tortilla :
— Ben non ! J’aurai bien le loisir de me coller une enquiquineuse, un de ces jours. Et toi qui en parles si vrai, je ne t’ai jamais vue en compagnie d’un galant !
— Comme si je pouvais consacrer mon temps à ces enfantillages… Vraiment, Aubin, à quoi tu penses ! L’heure du dîner approche, je pars saluer les filles de dame Mélinda et te rejoins au réfectoire.
— D’accord, à tout à l’heure, s’exclama Aubin, en quittant la pièce.

Les livres dans la main, elle se retrouva seule et songeuse. Aubin avait échoué, il n’avait pas senti l’appel de la couverture, alors elle le garderait. Elle le caressa doucement, résistant au désir de retourner dans le paysage qu’il lui déroulait. Puis elle avisa le deuxième ouvrage et poussa un cri de joie. Hamelin lui avait offert son recueil préféré sur les plantes et les onguents ! Elle l’avait dévoré une bonne dizaine de fois, cherchant à mémoriser tous les ingrédients et toutes les recettes, mais sa tête n’y suffisait pas… Elle rangea soigneusement ses livres et sa boîte, vérifia à nouveau qu’elle n’avait rien oublié, puis se rua dans l’escalier qui menait à la chambre du mage. Elle frappa et y entra sans attendre l’autorisation. Hamelin, ébahi, contempla la tornade qui s’approchait de lui à pas vifs. Aila l’embrassa avec douceur — décidément, c’était sa journée bisou — et, le regardant droit dans les yeux, elle lui murmura :
— Je te le promets, Hamelin, je ne te décevrai pas.
Puis elle se retira comme elle était venue, dévalant les escaliers pour rejoindre les chambres des filles de dame Mélinda, leur cœur étrangement heureux. Elle s’aperçut avec retard qu’elle avait tutoyé Hamelin pour la première fois de sa vie.

Aila essaya discrètement de prévenir Amandine de l’attitude de Barnais. Trop tard, cette dernière était tombée sous le charme et parlait de son futur mari avec une moue amoureuse. Peut-être Adam avait-il exagéré, après tout, mais elle en doutait ; sa mise en garde avait fusé malgré elle… Si chacun des adieux qu’elle avait faits jusqu’à présent lui avait paru cruel, petit à petit, ils se révélaient moins douloureux. Elle finissait probablement par s’habituer à partir, à moins que ce ne fût l’idée même du départ qui devenait irréelle. Elle décida, avant de rejoindre le réfectoire, d’aller dire au revoir à sire Elieu. Elle le trouva dans son bureau, occupé à rééquilibrer ses comptes, le front plissé de rides qui dévoilaient son inquiétude.
— Je venais vous saluer avant mon expédition.
Levant brièvement les yeux, il esquissa un sourire :
— C’est très gentil, mon petit, je te souhaite bonne route.
Puis il retourna dans ses papiers. Elle ne fut guère surprise de son attitude qui, tout en ressemblant à de l’indifférence, n’en était pas. C’était sa façon de vivre, il se comportait ainsi même avec ses enfants, ses filles en particulier. Sous la pression de sa femme qui lui rappelait sans cesse l’importance du père pour un garçon, il passait un peu plus de temps avec son fils. Cependant, en dépit de tous ses efforts, il le voyait peu et brièvement. Aila savait que dame Mélinda en avait pris son parti. Sire Elieu était un homme bon, mais très accaparé !

Repassant rapidement devant la salle des conseils, elle s’aperçut que, cette fois, tous les lits étaient occupés, les huit ! Plus de doute possible, ils ne servaient pas que de chaises ! Cela ne pouvait avoir qu’une seule signification : les trois représentants de la famille royale allaient dormir avec eux ! Ils avaient bien omis de préciser ce détail et, en fourbes, ils avaient installé leurs affaires, présumant que tout le monde était déjà attablé au réfectoire ! Aila se sentit profondément vexée par cette attitude qu’elle considéra comme malhonnête et la colère pointa le bout de son nez. Mais elle ne les laisserait pas s’en sortir si facilement ! Dissimulant son ressentiment, elle arriva au réfectoire comme si de rien n’était, racontant sa journée, participant à l’animation générale, cherchant dans le même temps comment elle allait pouvoir les prendre à leur propre jeu, l’air de rien… Vers la fin du repas, ne trouvant rien de mieux, elle lança ingénument :
— Alors, messires les princes et mage royal, comment envisagez-vous votre prochaine cohabitation avec chacun d’entre nous ?
Avec une satisfaction qu’elle masqua, elle repéra les coups d’œil rapides qu’ils se jetèrent. Tiens, la complicité des deux frères s’était ravivée.
— C’est vrai, vous nous mettez en situation d’apprendre à vivre ensemble. J’approuve cette excellente idée, mais où vous situez-vous dans cette démarche ?
Elle capta le mouvement d’Aubin sur sa gauche qui, d’un coup, devenait beaucoup plus attentif. Il la connaissait trop bien pour prendre ses paroles à la légère, alors, sans savoir très précisément où elle voulait en arriver, il tenta le coup.
— Ben oui, puisque vous faites partie du groupe, venez donc dormir avec nous ! Qu’en pensez-vous, les amis ?
Tous approuvèrent à grand renfort de commentaires, tandis qu’Aila exultait secrètement.
« Aubin, tu es un chef ! pensa-t-elle. Si tu savais à quel point tu viens de mettre les pieds dans le plat ! »
Aila, l’air candide, les observait, attendant la réponse qu’ils allaient donner. Ce fut Hubert qui se jeta à l’eau :
— C’est effectivement une idée excellente que nous venions d’envisager juste avant le repas. Aussi avons-nous sollicité des serviteurs du château pour déplacer nos affaires dans la salle de réunion.
Son explication fut acclamée par tous, ponctuée de commentaires divers et variés, dont l’excellent de Pardon : « Et vous attendiez quoi pour nous l’annoncer ! » Aila participait avec autant d’enthousiasme que les autres, remarquant le regard pénétrant d’Orian posé sur elle, guère dupe de son attitude innocente. Tant pis, elle s’était bien amusée à gâcher leur effet de surprise. Elle ignorait ce qu’ils escomptaient exactement, mais ils ne l’auraient pas ce soir !

Le repas se terminait et, peu à peu, les convives quittaient la table. À la fin, Aila se retrouva en tête à tête avec Hubert qu’elle salua, désirant partir elle aussi, mais il la retint par le bras et lui dit sèchement :
— Restez donc et expliquez-moi ce petit jeu avec vos camarades.
— Quel petit jeu, sire ? Questionna-t-elle, les sourcils froncés.
— Ne me prenez pas pour plus bête que je ne le suis ! s’exclama le prince à ton mesuré.
N’étant pas tout à fait seuls dans la pièce, Hubert optait pour une discrétion relative. Elle pinça ses lèvres et répliqua :
— Pour votre information, sire Hubert, il n’y a eu aucun, comment avez-vous dit déjà, petit jeu entre mes camarades et moi-même. C’est la pure vérité et si vous ne me croyez pas, demandez donc à mes petits camarades, ils vous le confirmeront ! Et comme je ne vous prends pas pour plus bête que vous êtes, j’apprécierais, sire, que vous en fassiez de même pour moi !
Sur ce, elle partit à grands pas désarmer sa colère dehors, laissant Hubert quelque peu décontenancé par sa tirade.

À l’extérieur du bâtiment, Aila inspira et expira de nombreuses fois, cherchant à reprendre son calme. Elle regarda les étoiles scintiller dans la nuit, tombée depuis longtemps. Elle n’avait jamais voyagé plus loin que les comtés voisins, les ciels nocturnes se ressemblaient-ils partout ? Elle songea à Bonneau, se disant qu’elle avait le temps de lui rendre une dernière visite, avant de regagner la chambre du conseil. Puis, elle renonça. C’était sa dernière nuit au château et cette pensée l’attrista. La huitième cloche allait bientôt sonner, elle retourna vers la porte.

Les sept hommes s’affairaient quand elle entra. Quelques mouvements gênés parmi ceux qui n’avaient pas fini de se rhabiller indiquèrent l’embarras qu’elle suscitait, mais elle passa, la tête droite, sans un coup d’œil pour personne, ignorant la vue d’un torse ou d’une paire de fesses vaguement dénudées. Puis, comme si elle était seule dans la pièce, elle ôta son gilet, puis son corsage, dévoilant son buste nu avant d’enfiler rapidement sa grande chemise pour la nuit. Elle termina en retirant son pantalon, se coucha, tournée vers le mur pour que personne ne puisse repérer les larmes qui coulaient sur ses joues. Depuis qu’elle avait grandi, même Bonneau ne l’avait pas vue dévêtue et, ce soir, elle s’était offerte au regard de sept hommes dont son frère, deux fils du roi et le mage royal. « Bon début », soupira-t-elle…
Le sommeil finit par l’emporter sur le chagrin et, dans ses brumes, apparut le visage d’une petite fée, toute petite et dorée qui lui parlait sans qu’aucun mot lui parvînt. Aila tendit l’oreille, puis tout s’effaça. Elle dormait.


Envie de voir toutes les œuvres de Catherine Boullery, auteure de fantasy ? Retour sur le site de fantasy
'