Papillons exotiques de Catherine Boullery, auteure française de FANTASY

La photos de papillons exotiques de l'auteure française de fantasy Catherine Boullery
La saga d'Aila  fantasy


fantasy

Note : 4.6 / 5 avec 283  critiques

Photographies de papillons exotiques

Parthenos sylvia

Parthenos sylvia ou le Voilier

Famille des Nymphalidae
Sous-famille des Limenitidinae
C'est un grand papillon d'une envergure de 7 à 12 cm suivant les sous-espèces. Le plus souvent de couleur noire ornementé de taches jaunes, il peut également se colorer de divers tons de bleu et de vert. Il vit des pays d'Asie du sud-est, en particulier dans les Philippines, en Inde (Ghâts occidentaux), Assam, Myanmar,Sri Lanka, Malaisie et Nouvelle-Guinée, dans toute jungle dense.

Morpho peleides ou morpho bleu

Morpho peleides ou le Morpho bleu

Famille des Nymphalidae
Sous-famille des Morphinae. Ses ailes dont l'envergure peut atteindre 20 cm arborent un bleu iridescent spectaculaire bordé de brun foncé sur la face supérieure tandis que la face inférieure est brun terne, pourvue d’un grand nombre d’ocelles. Il vit du Mexique à la Colombie en passant par le Vénézuela et la Trinidad jusqu’à 1800 m sur les deux côtes, Pacifique et Atlantique, et dans tous les types de forêts. Cette espèce, initialement des plus communes en Amérique Centrale, la plus prisée des collectionneurs, est menacée par la déforestation et la fragmentation de son habitat.

Heliconius melpomene ou Facteur

Heliconius melpomene ou le Facteur

Famille des Nymphalidae
Sous-famille Heliconiinae. Avec une envergure inférieure à 8 cm, ses ailes antérieures sont allongées, noires avec une large bande rouge rose verticale floue sur les bords ; le dessous porte 3 taches rouges vers la base de l’aile Ses couleurs vives avertissent ses prédateurs de sa toxicité. Son apparence, variant selon la région, s'étend du Mexique au Brésil. Peu commun, il vit sur les deux côtes Atlantique et Pacifique le long des lisières de forêts jusqu’à 1000 m.

Heliconius sapho ou le Sapho

Heliconius sapho ou le Sapho

Famille des Nymphalidae
Sous-famille Heliconiinae. Ses ailes antérieures, allongées et d'une envergure de 8 cm, sont noires avec la base gris bleuté et une très large bande blanche irrégulière. Les ailes postérieures bleutées sont dépourvues de marques blanches. Le dessous des ailes est rouge vers la base. Il vit du Mexique à la Colombie et en Equateur dans les forêts pluviales de la côte Atlantique jusqu’à 500 m.

Heliconius ismenius ou l’Œil du Tigre

Heliconius ismenius ou l’Œil du Tigre

Famille des Nymphalidae
Sous-famille des Heliconiinae. Ses ailes antérieures d'une envergure maximale 9 cm sont oranges avec deux bandes noires tranversales. L’apex est noir avec deux lignes de taches jaunes. Ses ailes postérieures sont oranges et margées de noires. Le dessous des ailes est similaire mais plus clair. Il vit sur les côtes Atlantique (sous-espèce telchinia) et Pacifique (sous-espèce clarescens) jusqu’à 1200 m, dans les clairières ensoleillées et le long des lisières des forêts.

Papilio polythes ou Le mormon commun

Papilio polytes romulus ou le Mormon commun

Famille des Nymphalidae
Sous-famille Papilioninae. Ce papillon à corps noir présente de longues ailes antérieures à bord costal bossu, un apex arrondi et bord externe légèrement concave, des ailes postérieures à bord externe festonné terminé parfois par une queue en massue. Pour les mâles, le dessus est noir avec une ligne de taches blanches, le revers est semblable avec une ligne de chevrons rouges. Il vit dans toute l’Asie, dans les zones boisées et clairsemées, mais également dans les jardins et les vergers d’agrumes. Il est très commun pendant et après la mousson.

Cethosia biblis

Cethosia biblis

Famille des Nymphalidae
Sous-famille des Heliconiinae. Avec une envergure atteignant 9 cm, les sexes présentent un dimorphisme. Chez les mâles, les parties dorsales des ailes sont rouge-orangé vif, encadré par un contour noir avec des taches blanches. Les dessous gamme du rouge vif au brun pâle, entrelacé par le noir et blanc. Ce modèle étonnant permet de camoufler la forme du papillon, tandis que la couleur intense des parties dorsales des ailes est un avertissement aux prédateurs sur sa nature toxique. Les parties dorsales des ailes des femelles sont de couleur gris-brun avec des taches noires et des bandes blanches et des taches sur les bandes noires. Il vit en Asie.

hebomoia glaucippe

Hebomoia glaucippe ou la Grande Piéride disparate

Famille des Pieridae
Sous-famille des Pierinae. Avec une envergure maximale de l'ordre de 10 cm, c'est un papillon au corps blanc existant sous deux formes, l'une de la saison sèche et l'autre de la saison humide, plus claire et plus sombre. Sur le dessus, les ailes sont blanches avec, sur celles antérieures, un apex orange bordé de marron. Il vit dans tout le sud-est de l'Asie, princpalement dans les vallées.

Papilio memnon ou Grand Mormon

Papilio memnon ou le Grand Mormon

Famille Papilionidae
Sous-famille Papilioninae. Avec une belle envergure maximale de 15 cm, ce papillon existe sous le forme de treize sous-espèces offrant quatre formes différentes de mâles et neuf de femelles. La forme typique et la plus commune est celle dite agenor (P.memnon agenor). Il vit en Asie et fréquente en général les basses altitudes. Mâles et femelles ne résident pas dans les mêmes habitats : milieux ouverts pour les premiers (clairières, chemins…), régions boisées pour les deuxièmes.

Parides iphidamas

Parides iphidamas

Famille des Papilionidae
Sous-famille des Papilioninae
D'envergue maximale de l'ordre de 10 cm, ses ailes supérieures noires présentent une large tâche bleu et blanche (complètement blanches pour les femelles) tandis que celles inférieures sont parées d'une large bande rouge ou de tâches. Son corps est noir avec plusieurs taches rouges. Il vit en Amérique centrale et du sud, dans des plaines et des forêts tropicales jusqu'à 1200 m.

Hypna clytemnestra ou l'Hypna

Hypna clytemnestra ou l'Hypna

Famille des Nymphalidae
Sous-famille des Charaxinae
D'envergue maximale de l'ordre de 8 à 9 cm, il possède de larges ailes antérieures de couleur de fond brun foncé à noire non uniforme. Les ailes antérieures ont une large bande crème « dentée » qui permet de reconnaître facilement ce papillon. La face ventrale est brune, ressemblant à une feuille morte et ornée de taches argentées. Il vit en Amérique du sud, dans les forêts pluviales, principalement au pied des montagnes. Il n’est présent que sur la côte Atlantique, entre 100 et 700 m d’altitude.

Papilio thoas

Papilio thoas ou le Grand voilier / le Page du roi

Famille des Papilionidae
Sous-famille des Papilioninae
C'est un papillon noir avec des bandes jaunes, d’une envergure maximale de 13 cm. Les ailes antérieures sont allongées avec deux bandes jaunes sur la face dorsale. En plus de ces dernières, les ailes postérieures arborent une deuxième ligne transversale de taches jaunes en forme d’arcades. La marge inférieure se prolonge en une queue noire avec le bout jaune. Il vit au sud des États-Unis, en Amérique Centrale et du Sud, dans des zones à fortes précipitations comme les milieux ouverts et le long des lisières de forêt. sur les deux côtes (Atlantique et Pacifique) jusqu’à 1000 m.

Catonephele orites

Catonephele orites ou le Cordonnier orange

Famille des Nymphalidae
Sous-famille des Biblidinae
Le mâle et la femelle présentent des différences importantes, le premier est noir avec des bandes oranges sur les ailes antérieures et postérieures et le dos de l'abdomen qui forme une ligne continue quand les ailes sont repliées. La femelle est noire avec des lignes de taches et des taches blanches et présente quatre points rouge situés sous l'apex des ailes antérieures et vers l'intérieur et en bas des ailes postérieures. Il vit le long de la côte nord de l'Amérique du Sud et en Amérique centrale.

Papilio demodocus ou Voilier des citronniers

Papilio demodocus ou Voilier des citronniers

Famille des Papilionidae
Sous-famille des Papilioninae
C'est un grand papillon noir marqué de lignes de taches blanches qui présente un ocelle anal rouge centré de bleu. Il vit dans toute l'Afrique (sauf le Sahara et l'Afrique du Nord) et à Madagascar.

Papilio rumanzovia ou Mormon écarlate

Papilio rumanzovia ou Mormon écarlate

Famille des Papilionidae
Sous-famille des Papilioninae
Avec une envergure comprise entre 12 et 14 cm environ, ce papillon esr dimorphique. Les mâles ont les ailes antérieures noires avec des rayures blanchâtres vers la marge externe. Les ailes postérieures, de la marge ondulée, sont dépourvues de queues, noires dans leur moitié supérieure, et bleutées ou blanchâtres dans la partie inférieure. Les femelles n’ont pas de reflets bleutés. Il vit en Asie du sud-est (Indonésie, Philippines).

Vindula erota

Vindula erota

Famille des Nymphalidae
Sous-famille des Heliconiinae
C'est un papillon orange qui présente un dimorphisme sexuel et un dimorphisme suivant la saison. Les ailes du mâle ont un dessus de couleur orange vif, sont bordées d'une fine ligne marron et ornées de quatre petits ocelles marron aux postérieure, alors que celles de la femelle sont barrées d'une large bande blanche séparant un triangle bleu et une bordure grise aux antérieures, orange aux postérieures. Il vit en Asie.

Battus polydamas

Battus polydamas

Famille des Papilionidae
Sous-famille des Papilioninae
C'est un papillon dont l'envergure est comprise entre 90 mm à 120 mm sans queue. Le dessus est noir barré d'une large bande submarginale jaune formée de gros chevrons ou de taches confluentes. Il vole d'avril à novembre en trois générations dans sa zone de répartition aux USA, toute l'année en plusieurs générations dans le zone tropicale.

Heliconius cydno

Heliconius cydno

Famille des Nymphalidae
C'est un papillon aux ailes allongées et arrondies qui présente une grande variété de couleurs suivant les sous-espèces, qui ont pour la plupart une couleur uniforme foncée rayée d'une large bande blanche aux antérieures associée parfois à une bande blanche des postérieures marginale. Il vit en Amérique.

Attacus atlas

Attacus atlas

Famille des Papilionidae
Sous-famille des Papilioninae
Très grand papillon (de 20 à 30 cm), il possède des ailes larges et musclées de couleur rouge, marron, brune, avec des nuances plus claires jaunes, blanches et orange, composées de deux « fenêtres » translucides et triangulaires sur chaque paire d'ailes. De plus, l'extrémité des ailes fait penser à un serpent, ce qui lui a valu aussi le nom de papillon cobra. La femelle, plus verdâtre et plus claire que le mâle, porte comme lui deux antennes pectinées, mais plus étroites. Ce papillon ne s'alimente pas car son appareil buccal est atrophié, il ne vit donc que pour se reproduire. Les mâles vivent environ 4 jours et les femelles 7 à 8 jours. Il vit en Inde

Myscelia cyaniris ou Petite tache

Myscelia cyaniris ou Petite tache

Famille des Nymphalidae
Sous-famille des Heliconiinae
Avec une envergure maximale de 6 cm, ses ailes sont noires ou bleu profond iridescent selon l’angle d’observation et la luminosité. Le bord des ailes est brun foncé ponctué de blanc. Le dessous des ailes est brun beige cryptique, ressemblant à une feuille morte. Les femelles aux couleurs plus ternes ne sont pas iridescentes. Il vit en Amérique du sud et en Amérique centrale.

Papilio nireus

Papilio nireus

Famille des Papilionidae
Sous-famille des Papilioninae
C'est un grand papillon noir pontué de taches turquoises au sommet des ailes antérieures, d'une ligne turquoise qui se poursuit sur l'aile postérieure de chaque côté et, en bordure de cette dernière, une série de points longeant le bord externe de l'aile. Il vit en Afrique.

Archaeoprepona demophon

Archaeoprepona demophon

Famille des Nymphalidae
Sous-famille Charaxinae. Avec une envergure inférieure à 12 cm, ce papillon possède des ailes marron à noir selon les sous-espèces avec une barre bleu clair à bleu-vert au centre des ailes antérieures avec un dessous est beige marbré et nacré. Il vit en Amérique du sud principalement et réside en forêt sur les deux côtes Atlantique et Pacifique à des altitudes inférieures à 1600 m.

Mimoides ilus

Mimoides ilus

Famille des Papilionidae
Sous-famille Papilioninae
C'est un papillon noir aux ailes antérieures à bord externe concave et aux ailes postérieures à bord externe festonné. Le dessus est noir iridescent avec aux ailes antérieures une plage blanche centrale pour les mâes, absente chez les femelles et, aux ailes postérieures, une plage rouge. Il vit en Amérique central et en Amérique du sud.

Caligo eurilochus ou le Hibou

Caligo eurilochus ou le Hibou

Famille des Nymphalidae
Sous-famille des Morphinae
C'est un très grand papillon (envergure comprise entre 100 et 130 mm) au bord externe des ailes antérieures concave avec le dessus des ailes de couleur marron à zone basale bleue. Le revers est marron avec un très gros ocelles noir cerclé de jaune sur chaque aile postérieure mimant les yeux d'un hibou ou d'une grenouille arboricole. Il vit en Amérique du sud.

Dryas iula

Dryas iula ou le Flambeau

Famille des Nymphalidae
Sous-famille des Heliconiinae
Il possède des ailes très allongées dont l'envergure oscille entre 8 et 9 cm. Les mâles sont orange vif avec des marques noires sur les ailes. Les femelles sont plus ternes et avec plus de lignes noires. La face ventrale est orange pâle, tendant sur le beige. Il vit sur les côtes Atlantique et Pacifique jusqu’à 1500 m d’altitude, et moins fréquemment jusqu'à 1800 m d’altitude, dans les milieux ouverts, en lisière de forêt ou au-dessus de la canopée.

Heliconius hewitsoni

Heliconius hewitsoni

Famille des Nymphalidae
Sous-famille des Heliconiinae
La bande jaune a une envergure de 8 cm environ. Ces ailes antérieures sont allongées, noires avec deux bandes jaunes ou blanchâtres. Les ailes postérieures sont noires une seule bande horizontale au milieu. Le dessous des ailes présente les même bandes, avec, en plus, du rouge à la base des ailes postérieures. Les yeux sont larges et les antennes longues. Il vit dans les forêts pluviales de la côte Pacifique uniquement jusqu’à 1100 m d’altitude.

Kallima inachus

Kallima inachus

Famille des Nymphalidae
Sous-famille des Nymphalinae
Sur sa face ventrale, les couleurs et la nervation de ses ailes lui permettent, lorsqu'il se pose et replie ses ailes, de se confondre totalement avec les feuilles mortes de l'environnement, avec, en plus, petites taches imitant leurs moisissures. Ce camouflage lui permet d'échapper aux oiseaux et aux lézards. En revanche, dès qu'il déploie ses ailes, la chatoyance et l'éclat des couleurs de sa face dorsale sont autant de signaux sexuels pour attirer ses partenaires. Il vit en Asie tropicale et de l'Inde au Japon.

Salamis parhassus

Salamis parhassus

Famille des Nymphalidae
Avec un mâle plus petit que la femelle, respectivement 80 et 90 mm, c'est un papillon blanc nacré présentant une bordure plus noire sur l'apex des ailes antérieures que postérieures et quelques ocelles dont un en particulier aux couleur chatoyantes en bas de ces dernières. Il vit en Afrique tropicale.

Mycalesis Mineus

Mycalesis Mineus

Famille des Nymphalidae
Sous-famille des Satyrinae
C'est un papillon couleur marron clair de taille moyenne avec 40 à 50 mm d'envergure. Le dessus de ses ailes antérieures présente deux gros ocelles. Ses ailes repliées possèdent une ligne blanche qui semble se poursuivre de l'aile antérieure sur celle postérieure, doublée vers l'extérieur d'une ligne d'ocelles de tailles variées. Il vit dans les régions chaudes du centre de l'Asie jusqu'à l'Australie.

Siproeta steneles ou le Malachite

Siproeta steneles ou le Malachite

Famille des Nymphalidae
Sous-famille des Nymphalinae
C'est un grand papillon de couleur marron marqué d'une rangée de grandes taches vert clair translucides aux antérieures et à la base des postérieures dessinant un V et une ligne submarginale de points vert clair aux postérieures. Il vit du sud de l'Amérique du Nord et du Sud, dans des régions subtropicales, du bord de la mer jusqu'à 1 200 m.

Caligo atreus

Caligo atreus

Famille des Nymphalidae
Sous-famille des Morphinae
Ce très grand papillon d’une envergure de 14 à 16 cm, est facilement reconnaissable aux couleurs de la face supérieure de ses ailes : les antérieures sont bleu violacé, tandis que les postérieures sont margées d’une large bande jaune. Et, comme tous les papillons du genre Caligo, il possède deux larges ocelles à la face inférieure des ailes postérieures (un sous chaque aile). Il vit en Amérique du sud, dans les forêts pluviales des côtes Atlantiques et Pacifiques, jusqu’à 1300 m.

Heliconius doris ou Le Doris

Heliconius doris ou le Doris

Famille des Nymphalidae
Sous-famille des Heliconiinae. Les ailes antérieures d'envergure inférieure à 4,5 cm sont allongées, noires avec deux bandes jaunes formées de taches rapprochées. Les ailes postérieures sont noires avec des traits de couleurs très variables : rouges, verts, jaunes, bleus, ou un mélange de plusieurs de ces couleurs. Ses teintes vives servent à avertir les éventuels prédateurs de leur toxicité. Il vit en Amérique du sud, sur les deux côtes (Atlantique et Pacifique), jusqu’à 1200 m, dans tous les types de forêts et fréquente les lisières, les clairières ensoleillées et la canopée.

Heliconius hecale ou l’Hecalé

Heliconius hecale ou l’Hecalé

Famille des Nymphalidae
Sous-famille des Heliconiinae
D'une envergure inférieure à 10 cm, ce papillon possède des ailes antérieures allongées, oranges avec une grande variété de bandes et de taches noires. L’apex arrondi est noir, parsemé de taches blanches ou jaunes. Les ailes postérieures également oranges présentent parfois des bandes noires et sont bordées de noir. Certains individus sont presque entièrement noirs avec des taches jaunâtres. Ses couleurs vives signalent sa toxicité. Il vit en Amérique du sud, sur les deux côtes (Atlantique et Pacifique), jusqu’à 1700 m, dans tous les types d’habitats.

Papilio constantinus ou le Machaon de Constantine

Papilio constantinus ou le Machaon de Constantine

Famille des Papilionidae
Sous-famille des Papilioninae
D'une envergure maximale de 9 cm ​​chez les mâles et 9,5 cm chez les femelles, il vole pendant les mois chauds, principalement entre novembre et février. Il vit en Afrique sub-saharienne.

Graphium agamemnon ou Porte-queue geai

Graphium agamemnon ou le Porte-queue geai

Famille des Papilionidae
Sous-famille des Papilioninae. Ses ailes d'envergure comprise entre 8 et 10 cm sont noires avec de nombreuses taches vert clair légèrement translucides. Sa durée de vie est de l'ordre d'une semaine. Il vit en Asie du Sud-est et en Océanie, dans des forêts humides, mais également dans les jardins et les milieux urbains en raison de la présence de certaines de ses plantes-hôtes utilisées en ville comme plantes ornementales.

Idea leuconoe

Idea leuconoe ou le Grand Planeur

Famille des Papilionidae
Sous-famille des Danainae
Ce grand papillon d'envergure maximale de 11 cm est blanc veiné et orné de noir. Il vit en Asie, dans les mangroves des côtes maritimes et la forêt humide jusqu'à 400 m.

Tirumala-petiverana

Tirumala petiverana

Famille des Nymphalidae
Sous-famille des Danainae. Avec une envergure maximale de 7,5 cm et une génération par année, ce papillon est marron avec des multiples tâches bleu clair. Il vit dans les régions tropicales africaines dans les plaines et forêts riveraines et vole entre février et mai.

Papilio palinurus

Papilio palinurus

Famille des Papilionidae
Sous-famille Papilioninae
Ce papillon d'une envergure de 7 cm environ possède des ailes brun verdâtre avec une large bande verticale vert vif qui part du haut des ailes antérieures et continue sur les ailes postérieures. Ces dernières sont ornées d’un ocelle noir surligné de brun orangé sur le bas de la marge interne. Leur marge inférieure est doublement bordée de noir, et avec deux queues noires en spatules. Il vit dans le sud-est de l'Asie, dans les régions montagneuses.

Danaus plexippus ou le Monarque

Danaus plexippus ou le Monarque

Famille Nymphalidae
Sous-famille des Danainae
D'envergue maximale de l'ordre de 10 cm, il possède des ailes orange vif avec les nervures noires. Particulièrement en Amérique, le comportement migratoire de l'espèce est exceptionnel sous le forme d'un déplacement de plusieurs millions d’individus sur plusieurs milliers de kilomètres deux fois par an. Avec une courte durée de vie (de deux à sept mois selon les périodes), cette longue migration se réalise à travers plusieurs générations. Il est le seul papillon capable de traverser l’océan Atlantique ! Il vit dans les champs, les prairies, les parcs urbains, les jardins, en Amérique, Australie et Nouvelle-Zélande. Parfois, il parvient même jusqu’en Grande-Bretagne.

Greta oto ou le Fantôme de la forêt

Greta oto ou le Fantôme de la forêt

Famille des Nymphalidae
Sous-famille Ithomiinae. Avec une envergure maximale de 6 cm et des ailes transparentes, bordées de rouge brunâtre avec les nervures noires, les mâles possèdent des écailles comme de longs poils sur le bord des ailes postérieures qui libérent des phéromones lors de la reproduction. L’apex des ailes antérieures est noir avec une bande blanche. Il vit en Amérique du sud, sur les deux côtes (Atlantique et Pacifique) entre 500 et 1600 m, dans les zones dégagées et les jardins fleuris.

Philaethria dido

Philaethria dido

Famille des Nymphalidae
Sous-famille Heliconiinae
C'est un très grand papillon dont l'envergure peut atteindre 11 cm. Ses ailes, très allongées, sont de couleur noire avec de grandes taches ovales vertes translucides symétriques. Le revers présente les mêmes marques vertes sur un fond marron. Il vit en Amérique du sud et en Amérique centrale.

Catonephele numilia ou le Cordonnier grec

Catonephele numilia ou le Cordonnier grec

Famille des Nymphalidae
Sous-famille Biblidinae. Avec une envergure inférieure à 7 cm, les mâles et femelles présentent un fort dimorphisme, tant au niveau de la coloration et des motifs que de la forme des ailes (arrondies chez le mâle, apex crochu chez la femelle). Les mâles sont noir velours avec six grandes taches orange vif avec les coins des ailes postérieures bleutés ou violacés tandis que les femelles, également noires, possèdent une large bande blanc jaunâtre sur les ailes antérieures ainsi qu’une petite tache rouge vers l’apex. Une fois, les ailes fermées, ce papillon ressemble à une feuille morte. Il vit en Amérique Centrale et en Amérique du Sud, dans les habitats forestiers humides des deux côtes (Atlantique et Pacifique), jusqu’à 100 m.

Hypolimnas bolina

Hypolimnas bolina

Famille des Nymphalidae
Sous-famille Nymphalinae
C'est un papillon qui se caractérise à la fois par un dimorphisme sexuel et, pour la femelle, un polymorphisme (des formes différentes pour ces dernières). Le mâle (en photo) a un dessus marron jusqu'au noir, orné de taches blanches parfois cerné de bleu. La femelle est de couleur variable, souvent orange bordé de noir ou bleu-gris ou autre. Il vit à Madagascar, dans le sud de l'Arabie saoudite et dans toute l'Australasie (Inde, Malaisie, Australie, la Nouvelle-Zélande…).

Anartia amathea

Anartia amathea

Famille des Nymphalidae
Sous-famille Nymphalinae
C'est un papillon de couleur marron avec une bande médiane rouge qui barre les postérieures et se prolonge sur la moitié des antérieures puis par deux lignes rouges. Il vit principalement en Amérique du Sud.

Hamadryas amphinome ou le Craqueur rouge

Hamadryas amphinome ou le Craqueur rouge

Famille des Nymphalidae
Sous-famille Biblidinae
C'est un grand papillon aux ailes antérieures à bord costal voûté, qui présente un dessus marbré de gris de bleu avec aux ailes antérieures une bande blanche allant de la moitié du bord costal à l'angle externe. Le revers des ailes antérieures est marron avec la même bande blanche alors que les ailes postérieures sont rouge brique d'où son nom de Craqueur rouge. Il vit en Amérique du sud.

Junonia atlites

Junonia atlites

Famille des Nymphalidae
Sous-famille Nymphalinae
C'est un papillon beige à gris avec une bordure marron aux apex des ailes antérieures. Une ligne d'ocelles suit la bordure externe des ailes. Il vit en Indonésie.

Hypolimnas misippus ou Nymphale du Pourpier

Hypolimnas misippus ou Nymphale du Pourpier

Famille des Nymphalidae
Sous-famille Nymphalinae
Avec une envergure plus faible pour les mâles (7,5 cm) que pour les femelles (9 cm), les premiers les ressemblent aux mâles Hypolimnas bolina : les ailes sont noir velours avec chacune une grosse tache blanche entourée d’un halo bleu violet iridescent. Les femelles (en photo) ressemblent au Petit Monarque (Danaus chrysippus) et sont brun orangé avec les ailes bordées de noir. Il vit en Afrique, en Asie, en Amérique du sud.

Pachliopta kotzebuea ou Petite chauve-souris

Pachliopta kotzebuea ou Petite chauve-souris

Famille des Nymphalidae
Sous-famille Nymphalinae
Avec une envergure entre 12 et 15 cm, le dessus des ailes est entièrement noir velours. Les postérieures ont le pourtour ondulé et se prolongent par une longue queue en forme de spatule. Il vit en Asie du sud-est et plus particulièrement aux Philippines.

Hamadryas arethusa

Hamadryas arethusa / Hamadryas laodamia

Famille des Nymphalidae
Sous-famille Biblidinae
C'est un papillon à l'aspect de velours noir avec des points bleus. Les ailes antérieures recouvrent le haut de ailes postérieures de couleur rosée.

Tirumala limniace

Tirumala limniace

Famille des Nymphalidae
Sous-famille Danainae
C'est un très grand papillon marron ornementé de taches blanches à bleutées dont le verso est identique. Il vit en Asie du sud (Indochine, Inde, Ceylan, Java, Bali, Philippines, sud de la Chine et Taïwan).

Junonia iphita

Junonia iphita

Famille des Nymphalidae
Sous-famille Nymphalinae
C'est un papillon marron dont les ailes sont bordées de plus lignes de teintes de marron différentes avec des ocelles sur la troisième. Lorsque ses ailes sont refermées, il prend l'allure d'une feuille morte. Il vit en Asie.

Papilio polytes alphenor

Papilio polytes alphenor

Famille des Papilionidae
Sous-famille des Papilioninae
Il existe une vingtaine de sous-espèces de Papilio polytes. En voici une deuxième. Il vit dans le sud de l'Asie.

Doleschallia bisaltide

Doleschallia bisaltide

Famille des Nymphalidae
Sous-famille Nymphalinae
C'est un grand papillon, qui, ailes fermées, ressemble à une feuille morte avec ses ailes antérieures au bord concave et son revers couleur feuille d'automne. Le dessus est marron doré avec l'apex des antérieures marron foncé. Il vit en Asie du sud-est et au nord-est de l'Australie.

Eryphanis automedon

Eryphanis automedon

Famille des Nymphalidae
Sous-famille des Morphinae
C'est un grand papillon dont l'envergure peut atteindre 113 mm. Alors que le dessus est marron avec de larges plages bleu violet ne laissant aux ailes antérieures qu'une bordure externe marron, le revers est beige. Il vit en Amérique centrale et Amérique du Sud.

Morpho achilles

Morpho achilles

Famille des Nymphalidés
Sous-famille des Morphinae
C'est un grand papillon (105 à 125 mm). Le dessus des ailes noir gris ou marron foncé barré d'une large bande bleue. Le revers est beige foncé avec les bords externes des ailes ornés de lignes en feston orange et bleu-clair et rouge et bleu clair aux ailes postérieures avec une ligne de gros ocelles noirs pupillés de blanc et cernés de jaune et une ornementation de lignes bleu turquoise. Il vit en Amérique du sud.

Colobura dirce - Mosaïque zébrée

Colobura dirce ou la Mosaïque zébrée

Famille des Nymphalidae
Sous-famille des Nymphalinae
Avec une envergure de 60 mm environ, le dessus de ses ailes est brun noirâtre, avec une grosse bande jaune blanchâtre sur chaque aile antérieure avec deux petits ocelles bleu brillant tout en bas des ailes postérieures. Le revers présente un motif de rayures noires et blanches, comme un zèbre. Les ailes postérieures sont en plus ornées de petits ocelles bleus cerclés de noir et d’une tache orangée vers le bas. Il vit au Mexique et au nord de l’Amérique du Sud jusqu’à 1500 m d’altitude sur les deux côtes (Atlantique et Pacifique). Il est commun dans tout type d’habitat, avec une préférence pour les forêts.

Mechanitis polymnia

Mechanitis polymnia

Famille des Nymphalidés
Sous-famille des Danainae
C'est un papillon d'une envergure d'environ 65 mm aux ailes antérieures de couleur noire tachées de blanc avec une partie basale ocre et des ailes postérieures ocre avec une bordure noire piquetée de points blancs. Il vit dans la forêt tropicale humide du Mexique au bassin de l’Amazone.

Danaus chrysippus - Petit monarque

Danaus chrysippus ou le Petit monarque

Famille des Nymphalidae
Sous-famille des Danainae
Avec une envergure maximale de 80 mm, ses ailes antérieures sont orange avec l’apex noir traversé par une bande blanche irrégulière et parsemé de petites taches blanches. Les ailes postérieures sont du même orange, ornées en leur centre par trois taches circulaires noires, et margées de noir et de petites taches blanches en demi-cercle.
Les mâles sont plus petits que les femelles, mais de couleurs plus vives. Il vit du pourtour méditerranéen (en Grèce principalement) jusqu’en Afrique tropicale, et également du sud de l’Asie jusqu’en Australie.


⌖ Papillons exotiques ⌖ Papillons français ⌖ Papillons plaisir ⌖ Photos d'ambiance Toutes les photos de l'auteure de fantasy
L'auteure Catherine Boullery Blog de fantasy Univers de fantasy Aila, l'héroïne Interviews Communauté d'Aila Salons du livre Coups de cœur des lecteurs Avis des lecteurs Je déclare ma flamme Pourquoi écrire Auteurs de fantasy Liens de fantasy Ramdam Photos d'ambiance Photos de papillons Piratage Campagne de financement Remerciements Supportez la romancière… Téléchargez, achetez… Tout sur l'auteure de fantasy
Tome ➀ - Aila et la Magie des Fées Tome ➁ - La Tribu Libre Tome ➂ - L'Oracle de Tennesse Tome ➃ - La Dame Blanche Tome ➄ - La Porte des Temps Tome ➅ - Une Vie, voire Deux Tome ➆ - Un Éternel Recommencement Tome ➇ - L'Ultime Renoncement ➀ à ➃ - La Première Époque ➄ à ➇ - La Deuxième Époque Tous les tomes de la saga de fantasy La romancière Catherine Boullery #fantasy


Extrait gratuit d'un des livres de la saga d'Aila offert par Catherine Boullery, auteure de fantasy (autres passages sur Amazon). Excellente lecture ;)

Aila émergea avec prudence. Soulagée de constater l’absence de nausée matinale, elle sauta de son lit et commença à se préparer. Élina frappa à la porte et entra avec le petit déjeuner :
— Bonjour, dame Aila, votre mine semble meilleure qu’hier. Je suis chargée de vous transmettre une invitation au bureau de sire Sérain pour la deuxième cloche. Avez-vous besoin de quelque chose en particulier ? questionna Élina qui déposait le plateau.
— Pourriez-vous cesser de m’appeler dame Aila maintenant que je ne suis plus la promise de sire Hubert ? S’il vous plaît…
Élina toussota, légèrement gênée.
— Je voudrais pouvoir vous satisfaire, dame Aila. Malheureusement, le démenti de ce qui s’est joué à Escarfe n’a pas encore été prononcé, alors, pour l’instant, je me dois de vous donner ce titre.
— Mais, je n’ai jamais été sa promise !
— Si, devant témoins à Escarfe et cela suffit. Je suis désolée, ajouta Élina en baissant les yeux. Dame Aila ? Je vous invite à manger votre petit déjeuner avant qu’il ne refroidisse et à vous occuper de sire Hubert plus tard…
Aila lança vers elle un regard plein de reproches. Mais pourquoi les gens avaient-ils tant de facilité à décrypter ses humeurs ? Elle avait quand même le droit de garder pour elle ses pensées ! Renfrognée, elle jeta un coup d’œil à Élina qui quittait la pièce. Elle se sentait fâchée parce que son statut de promise n’avait pas évolué, parce que la dévouée Élina avait repéré sa tête de déterrée le jour d’avant et parce que, là, elle avait deviné qu’elle s’apprêtait à foncer chez le sire à l’origine de ce quiproquo. Prince ou non, il ne perdait rien pour attendre !
Ravalant son énervement, Aila s’attabla et attaqua son petit déjeuner avec férocité, gardant bien au chaud sa rage pour la déverser sur Hubert dès qu’elle le croiserait.

Sitôt prête, elle sortit dans le couloir et, auprès d’une servante qui le traversait, s’enquit de l’emplacement de la chambre du prince. Partie à grands pas, elle faillit percuter Hubert au coin du premier corridor.
Il prit la parole en premier :
— Aila, je vous cherchais ! Je voulais vous remercier d’avoir sauvé mon père. Je vous suis profondément redevable.
Sa sincérité désarma Aila dont la colère fondit comme neige au soleil. Il poursuivit :
— À Antan, je sais que je n’ai pas figuré parmi vos plus fidèles partisans, au contraire d’Avelin et d’Orian qui vous ont défendue avec acharnement. J’avoue aujourd’hui qu’ils ont eu raison de me forcer la main. Vous vous êtes acquittée de votre première mission avec succès et, maintenant, vous contrecarrez l’attentat contre mon père. Merci.
Elle inclina légèrement la tête et profita de son silence pour parler de ce qui lui tenait à cœur :
— Sire Hubert, à propos de notre dernière expédition, je viens d’apprendre que m’avoir présentée devant témoins comme votre promise fait encore de moi…
— Je sais, Aila. Nous devrions résoudre ce problème rapidement, mais, pour l’instant, nous devons rejoindre père.
Il l’entraîna à sa suite vers le bureau où tous les autres les attendaient. Elle sourit à Aubin et Avelin, saluant le roi et Adrien.
— Voici des nouvelles pour vous tous, annonça Sérain. J’ai reçu un bref message d’Orian qui prévoit son retour avec Tristan dans une quinzaine de jours. Comme vous le savez, hier, j’ai rencontré la chaînerie des grains et la discussion s’est déroulée de manière un peu houleuse, car ils réclamaient plus que je ne pouvais leur offrir. Avelin et moi avons cherché à les rassurer et leur avons proposé des appuis suffisants pour les aider. Au final, je pense que l’accord conclu, même éloigné des attentes initiales, a fini par satisfaire ses membres. Pour soulager leurs frais, nous prendrons en charge la moitié de la hausse des prix du blé ou du maïs, soit deux sequins par sac. Je leur ai affirmé que je ne monterai pas au-delà de cette participation et que, dès que les cours rebaisseront, je la suspendrai progressivement. Ils ont accepté notre deuxième proposition de leur prêter une compagnie de soldats lors du transfert de leurs plus gros chargements pour éviter les vols. Hubert, je te charge de mettre ceci au point avec le capitaine Garroni. Des questions ?
— Pourquoi… ? commença Aila qui s’arrêta net quand elle aperçut tous les regards fixés sur elle.
— Poursuivez, Aila, dit Sérain.
— Cette mesure s’applique-t-elle à tous les comtés ?
— Pour l’instant, elle ne concerne que la ville et ses alentours, mais les chaîneries des différents comtés vont sûrement se concerter. Elles prendront leur décision et soumettront leur demande en fonction de la mienne à leurs châtelains. En général, la répartition se révèle juste.
Elle chercha ses mots :
— Qui sait, à part ceux qui assistaient à la réunion, que la proposition initiale et généreuse provient de vous ?
— Où voulez-vous en venir, Aila ?
Elle jeta un coup d’œil vers Aubin.
— Je ne devrais probablement pas le dire, mais certains seigneurs s’appauvrissent pour soulager les misères de leur comté. J’en ai vu l’exemple tous les jours sous mes yeux…
Personne ne douta qu’elle parlât d’Elieu et de Mélinda.
— La population méconnaît les sacrifices qu’ils réalisent pour eux. Si dame Mélinda et ses filles ne se rendaient pas dans les villes voisines, personne ne saurait combien elles donnent d’elles-mêmes… Sire, vous semblez rester ici dans votre château. Le peuple ignore que, si le prix du pain commence à baisser, c’est que vous avez agi dans ce sens et que c’est également à vous et non uniquement à la chaînerie qu’il leur faut exprimer leur gratitude…
Sérain se montrait réellement attentif.
— Qu’est-ce qui vous amène croire que cela se passe ainsi ?
— Dans la rue, les gens disent ce qu’ils pensent et je les ai entendus. Vous êtes le premier qu’ils maudissent si les choses vont mal et le dernier qu’ils remercient quand elles s’améliorent.
— C’est donc ainsi que mon peuple parle de moi…
Le souverain semblait profondément touché par les propos d’Aila à tel point qu’elle regretta un instant d’avoir partagé le fond de sa pensée.
— Vous qui avez parcouru plus souvent que moi les rues de mon pays, que feriez-vous pour changer tout cela ?
Elle s’accorda le temps de la réflexion avant de répondre :
— Quand, dans nos comtés, nous devons transmettre des nouvelles, nous utilisons un messager. Pourquoi ne pas mettre en place des hérauts itinérants dont le rôle serait de rendre compte au peuple de vos décisions à leur égard ? Nous pourrions en planifier au minimum quatre qui se rendraient dans chaque ville principale avec mission pour son conseil de réacheminer l’information dans les bourgades les plus reculées. Nous pourrions également prévoir que ce moment privilégié d’échange permettrait à ces villages-là, ceux dont personne n’entend parler et dont personne ne se préoccupe, de faire remonter des demandes urgentes — et sûrement légitimes — directement à votre niveau et pas seulement vers le grand conseil du comté. Je sais, sans y avoir participé, comment il fonctionne. De nombreuses personnes de bonne volonté y siègent, mais elles considèrent qu’elles ont à faire face à de si gros problèmes que le puits asséché d’un village perdu leur paraît secondaire, alors qu’il est vital à sa survie. Enfin, je vous livre ma propre analyse personnelle à titre d’exemple…
Tandis que Sérain restait silencieux, Adrien prit la parole :
— Votre perception du fonctionnement de notre communauté m’impressionne par sa justesse et je trouve votre idée d’utiliser des hérauts dans ce double rôle fort ingénieuse. Le fossé entre le peuple et nous se creuse bien trop vite en cette période difficile. Cette façon de procéder peut nous aider à inverser cette tendance. Ensuite, nous aurons une véritable existence, même pour ces petits villages qui se sentent abandonnés de tous. J’adhère complètement au projet et, si vous le permettez, père, je me charge de sa mise en place.
Aila était ravie. Guettant un assentiment, elle balaya du regard les participants, tandis que l’accord du roi tardait à venir. Le souverain s’exprima enfin :
— Je me disais simplement que nous apparaissons comme un mirage pour la plupart des gens de la rue. Ils vivent leur quotidien dans toute sa rudesse et nous ne sommes que de lointains personnages, des princes bons pour amuser la galerie… Je trouve la suggestion excellente. Quelqu’un a-t-il une amélioration à proposer avant de clore ce sujet ?
— Je me demande, se lança Aubin avec une toute petite voix, si ce ne serait pas une bonne idée de faire travailler les chaîneries différemment, c’est-à-dire pour nous…
Des regards attentifs se posèrent sur lui, attendant la suite. Un hochement de tête d’Aila l’encouragea à poursuivre :
— À votre avis, quel a été le discours de la chaînerie des grains à ses membres à l’issue de votre réunion ? Personnellement, je l’imagine très bien. Elle a dû expliquer que, grâce à son efficacité, elle a obtenu une compagnie de soldats et une aide de votre part. À aucun moment elle ne précisera que, dans votre grande générosité, vous les lui avez accordées… À mon avis, il faudra changer cette façon de procéder et leur énoncer clairement ce que nous attendons d’elles.
Haussant les sourcils, Sérain soupira.
— Je viens d’en apprendre plus en une demi-cloche avec vous deux sur le fonctionnement de mon royaume qu’en dix ans avec mes conseillers…
— D’ailleurs, père, où sont-ils ? interrogea Adrien. À de rares exceptions près, ils participent à nos échanges…
— Dans la grande salle de réunion, je les ai envoyés réfléchir sur un objet dénué d’intérêt. Pendant ce temps, on peut travailler tranquillement et aborder des sujets sérieux. Passons au prochain point : la mission en Hagan et là je ne sais quoi décider ou plutôt, je ne le sais que trop bien…
Il regarda son benjamin.
— Tu ne maîtrises pas encore suffisamment le hagan et t’y envoyer dans ces conditions me paraît beaucoup trop périlleux, même si je comprends ton ardent désir d’accomplir cette expédition.
— Mais Aila le parle, cela pourrait suffire !…
— Avelin, coupa le roi, nous avons déjà discuté les exigences requises pour cette incursion chez les Hagans, ton niveau est insuffisant et tu le sais très bien ! J’ai besoin de deux personnes capables de se fondre dans le paysage et connaissant parfaitement la langue hagane, ce qui, hélas, n’est pas ton cas ! Malgré tout, sensible à ton désir, je suggère la solution suivante : je divise la mission en deux avec une première étape de reconnaissance où Hubert et Aila partiront ensemble et une deuxième où, si tu progresses suffisamment, tu pourras aller chercher Amata avec Aila.
— Père, qui est Amata ? interrogea Adrien.
Sérain envoya un signe de tête vers la jeune fille pour qu’elle répondît.
— C’est une femme hagane qui protège un trésor et qui va bientôt être menacée.
— Va bientôt… mais… oh ! vous êtes comme mère ! Vous avez des visions que vous pouvez interpréter…, s’étonna le second fils du roi.
Aila croisa le regard d’Hubert qui exprimait une profonde stupeur, mais le prince s’abstint de tout commentaire.
— Avelin, c’est à prendre ou à laisser. Alors, maintenant, décide-toi ! continua le roi, soucieux de la réponse de son fils.
— Je sais que vous avez raison… Hubert et Aila exécuteront la première mission ensemble.
À l’évidence, il annonçait sa décision à regret et lança à ce sujet un coup d’œil expressif à Aila. Ils en parleraient après la réunion.
— Hubert et Aila, mettez-vous donc d’accord tous les deux sur ce que vous devez réaliser et présentez-moi votre projet quand il sera ficelé, poursuivit Sérain. Abordons à présent le dernier sujet de notre conseil. Aila, je me vois dans l’obligation de solliciter une immense faveur, mais je ne souhaite en rien vous l’imposer. Comme vous le savez, Hubert est l’héritier du trône. Éthel et moi avions choisi un ami qui le formerait à son rôle si jamais il nous arrivait un malheur avant l’heure. Or ce dernier n’habite pas bien loin et a eu vent que mon fils aîné avait enfin une promise. Il désire à tout prix le féliciter et vous être présenté…
Elle blêmit à vue d’œil.
— Vous voulez dire qu’il va falloir que je me remette en robe, se renseigna-t-elle d’une voix peu assurée.
— Je crains que oui… De plus, je suis obligé d’organiser un bal pour ce cher Hector…
— En tout cas, vous ne pouvez plus prétendre que vous ne savez pas danser, lâcha Avelin, amusé. Aubin m’a rapporté les commentaires de sire Airin à propos de sa fête !
Elle rougit tout en décochant un regard furieux à son frère, dont la langue avait été trop bien pendue. Ce dernier riposta :
— Hé ! Sire Avelin et moi avons manqué le spectacle à Escarfe ! Tu pourrais quand même nous montrer ce que tu vaux comme danseuse, vêtue d’une robe somptueuse et parée de bijoux scintillants !
Elle lui renvoya un regard plus noir que noir. Tôt ou tard, il allait le lui payer !
— Pour l’instant, vous êtes toujours la promise d’Hubert, mais si vous le désirez, je ferai éditer dès demain un arrêt qui prononcera la résiliation immédiate de cet engagement. Hector comprendra.
Elle poussa un immense soupir. Encore des robes et des danses… Malheureusement, Barnais ne serait plus là pour l’enchanter. Cette soirée offrirait-elle le même goût qu’à Escarfe, sans lui ? Tous les yeux convergèrent vers elle, attendant sa réponse. Elle lut dans ceux d’Hubert comme une supplique muette dont elle ne perçut pas l’origine et se décida.
— Messieurs, préparez vos plus beaux atours ! Le bal aura lieu avec sa promise !
Tous se mirent à applaudir, même le roi, et l’ambiance s’anima. Le conseil s’achevait et le plus jeune des princes se dirigea vers Aila.
— Toujours partante pour une visite guidée de la ville ?
— Plutôt deux fois qu’une ! Est-ce que je peux me changer ? questionna-t-elle en montrant sa tenue.
Puis, alors qu’une idée dérangeante lui traversait l’esprit, elle se tourna vers son frère qui sortait.
— Aubin ! appela-t-elle, comment se fait-il que toi, tu portes tes vêtements habituels ?
— Juste un tout petit souci de taille ! J’ai récupéré ceux de Tristan au lieu des miens ! Avec un peu de chance, je devrais les recevoir cet après-midi.

Finalement, elle renonça à se changer et gagna les écuries avec Avelin. La balade dans la ville haute, encore protégée de trop de pauvreté, fut plaisante au milieu des rues animées et accueillantes. Toutefois, le prince semblait promener toute la misère du monde avec lui. Ils retournèrent vers la place du furet où Aila exprima le désir de suivre par les pavés le chemin qu’elle avait emprunté sur les toits. Ils longèrent tous les deux le passage par lequel elle était revenue vers la chaînerie le jour précédent.
— C’est par là que je suis redescendue. Vous permettez ?
Elle fixa son kenda et commença à escalader une façade entre deux murs, essayant de repérer par où son adversaire avait pu s’échapper. Elle finit par découvrir entre les deux maisons, une petite faille qui allait en s’élargissant et observa des cailloux fraîchement détachés. Obligatoirement, une personne s’était glissée dans cet espace très exigu… Quel être minuscule avait réussi à se faufiler par là ? En tout cas, pas un homme aux épaules larges et carrées ! La silhouette fluette de son adversaire lui revint en mémoire. Était-ce celle d’un adolescent ou d’une jeune femme ? Aila pesa le pour et le contre, puis renonça à pénétrer dans l’étroit passage et poursuivit son ascension, espérant voir de là-haut où ce dernier menait, hélas sans succès. La faille ne débouchait pas à l’air libre. Alors peut-être dans la maison ? Aila ne put pas vérifier son hypothèse ; elle n’allait tout de même pas rentrer dans une demeure sans permission. Elle redescendit de l’autre côté de l’habitation qu’elle contourna pour rejoindre Avelin.
— Je n’ai pas mis trop de temps ?
Il secoua la tête.
— Vous n’êtes pas trop déçu de rester à Avotour, alors que votre frère et moi allons partir en Hagan ?
— Si, terriblement. Depuis maintenant deux ans, je m’escrime à apprendre cette fichue langue et je bute encore dessus ! Même Hubert y est arrivé avant moi ! Comment avez-vous pu la retenir ?
— J’ignorais qu’Hubert maîtrisait le hagan avant la réunion avec votre père. Est-il toujours aussi réservé sur ses compétences ?
— Il en sait tellement que je crois que, en certaines occasions, il a envie de se faire oublier !
— Je pourrais vous entraîner à parler hagan. Je le fais bien au kenda, alors pourquoi pas au hagan ?
— Vous pourriez ! Je veux dire, vous le feriez pour moi ?
Il n’avait jamais ressemblé autant à un enfant ! Le voir battre des mains de plaisir ne l’aurait pas étonnée… Elle ne parvenait vraiment pas à déterminer son âge. Il mêlait de délicates réactions enfantines avec des réflexions subtiles, un peu comme Aubin. Voilà pourquoi elle s’était attachée à lui…
— Quel âge avez-vous Avelin ?
Il eut l’air vexé par sa question.
— Vous connaissez bien le mien et cela ne me dérange pas, enchaîna-t-elle.
— Bientôt dix-huit ans, annonça-t-il fièrement.
— Dans sept mois environ ?
Le visage du jeune prince se crispa. Boudeur, il précisa :
— Huit, dans huit mois…
— Alors ça, c’est extraordinaire, nous sommes presque du même âge !
Ils éclatèrent de rire et poursuivirent leur visite vers la partie basse de la ville. Au fil de leurs pas qui les éloignaient du château, l’habitat se dégrada en un rien de temps, de même que les conditions de vie. Aila observa à nouveau cette misère de plus en plus grande qui régnait dans ces quartiers, sous le soleil, cette fois… À moitié rassuré, Avelin n’empruntait que des rues larges et proposa rapidement de faire demi-tour, tandis que, tranquille, elle le serrait de près, sans percevoir de danger. Sur le chemin du retour, une toute petite maison attira son regard. Rien de particulier ne la démarquait des autres, sinon la présence d’un toit en bon état et, pourtant, Aila se sentait irrésistiblement appelée par elle. Elle la suivit des yeux, se retournant même pour la conserver dans son champ de vision jusqu’au moment où ils tournèrent dans une voie perpendiculaire. Elle mit tous ses sens en éveil pour mémoriser sa position dans ce dédale de rues. Elle y reviendrait, elle n’en doutait pas…

Ils arrivèrent juste pour le repas. Après le déjeuner, Aila recommanda un entraînement au kenda. Cette idée plut à tout le monde et chacun alla se préparer. Elle prit le temps de vérifier la blessure du roi avant de retrouver ses partenaires au manège pour commencer la séance. Sérain avait insisté pour y participer malgré son bras. Dépourvu de kenda, elle lui prêta le sien, l’invitant à en trouver un à Meillan, dans le comté de Melbour, s’il le désirait. Elle expliqua le travail qu’elle avait réalisé avec son plus jeune fils, puis associa les combattants deux par deux : Avelin contre Aubin et Hubert contre le roi. Elle se contenta de les amener à effectuer des combinaisons simples. Successivement, elle en prenait un pour l’affronter, tandis que l’autre regardait, avant d’inverser les rôles. Avelin se débrouillait plutôt bien avec Aubin pour anticiper les attaques et les parer. Il commençait à piger le truc, même si ce n’était encore qu’un début. La séance terminée, ils se séparèrent.


Envie de voir toutes les œuvres de Catherine Boullery, auteure de fantasy ? Retour sur le site de fantasy
'