Les Archives du blog de #fantasy d'octobre 2014
tome 3 - L'Oracle de Tennesse

La saga d'Aila  fantasy


fantasy livre

Note : 4.5 / 5 avec 210  critiques préféré

Les archives du blog de fantasy d'Aila d'octobre 2014

17 octobreDans les bonnes choses de faites, mon article pour monBestSeller.com est achevé. Isabelle de Gueltzl me demandait de partager mon expérience sur le financement participatif, j'en ai écrit quatre pages ! C'est ça d'être à la fois écrivaine et professeur de sciences physiques, j'ai offert une mine de renseignements ultra-précis, accompagnée de quelques impressions personnelles, tout en ignorant comment la longueur serait reçue. Décision de l'équipe : partager ma Tribune entre trois parties ! La première sera mise en ligne la semaine prochaine.
Je me suis toujours posé la question de savoir dans quelle mesure cette campagne sur Ulule avait réellement augmenté la visibilité de la saga. Ma conclusion était que ses effets avaient été vraiment infimes, mais je m'y attendais. Cependant, avoir été contactée par « monBestSeller.com » prouve que, finalement, elle peut déboucher sur de bonnes surprises, absolument pas celles attendues, mais bien sympathiques quand même !
En conclusion, après des heures de boulot — je refuse de les compter —, si j'avais une liste de rêves, je pourrais rayer dessus d'un double trait « Écrire et publier un article au moins une fois dans ma vie » ! C'est bien, non ?
Encore deux jours au lycée et je reprends la relecture. Terminer le chapitre 15 pour commencer, puis filer jusqu'au 18 avant de tout reprendre au premier pour affiner l'écriture. Les vacances vont être très très occupées. J'espère parvenir, malgré tout, à me reposer un peu pour tenir jusqu'au mois de décembre.
Bon week-end.

12 octobreLe temps s'écoule trop vite, mais c'est comme d'habitude ! Il faut dire que les jours s'enchaînent sans temps mort avec de belles surprises.
C'est parti pour un retour en arrière ! Dimanche dernier avait lieu la fête des vendanges de Sartrouville, un petit moment dédié à la convivialité au cours duquel je n'escomptais pas vraiment vendre de livres, mais si ! Pas beaucoup, mais juste de quoi être contente, c'est l'essentiel, vous ne trouvez pas ? J'ai donc, comme l'an passé, partagé un barnum avec l'adorable Alain Berry, illustrateur sartrouvillois, avec lequel nous avons réalisé un échange de livres dédicacés. Comme le début de la manifestation était plutôt calme, j'en ai profité pour achever le boulot que j'avais pour le lendemain, finissant pile-poil avant l'arrivée des premiers visiteurs. Ensuite, l'après-midi s'est écoulé très vite, en charmante compagnie. J'ai même été gâtée par l'une de mes visiteuses qui m'a offert une magnifique réalisation personnelle représentant Aila. Merci Theandras !
Comme un bonheur ne vient jamais seul, deux blogueuses que je remercie pour leur démarche ont chacune posté un très gentil commentaire sur ma page Facebook : Mélissa Noel avec Le sang des livres et Les livres de Zaela.
Et ce n'est pas tout, j'ai également été contacté par le biais de cette page par Isabelle de Gueltzl, de monBestSeller.com. Citée par un de ses articles comme « une auteure pionnière » dans le crowdfunding, elle m'a demandé d'écrire une Tribune à propos de mon expérience sur le financement participatif. Effectivement, je surnage à peine en ce moment… Cependant, que croyez-vous que j'ai répondu ? J'ai accepté ! J'adore trop m'engager dans de nouvelles expériences ! En conclusion : j'ai de nouveau plein de boulot en retard et je vais passer ma journée à tenter d'en rattraper une partie !
Beau dimanche.


Archives du blog - décembre 2014 fantasy
Archives du blog - novembre 2014 favorites
Archives du blog - octobre 2014 Catherine Boullery
Archives du blog - septembre 2014 français
Archives du blog - juillet-août 2014 recommandation
Archives du blog - juin 2014 fantasy
Archives du blog - mai 2014 littérature
Archives du blog - avril 2014 lectrice
Archives du blog - mars 2014 saga
Archives du blog - février 2014 lectrice
Archives du blog - janvier 2014 littérature


Extrait gratuit d'un des livres de la saga d'Aila offert par Catherine Boullery, auteure de fantasy (autres passages sur Amazon). Excellente lecture ;)

Au cours du repas, Airin leur apprit la visite du sire Carustre pour le lendemain. Ce dernier venait récupérer sa fille qu’il avait laissée à leurs bons soins pendant une année. Aila, un peu absente, suivait la conversation de loin, cherchant des yeux Astria dans la salle sans la trouver. Dans les phrases qui résonnaient à ses oreilles, elle entendit le prénom d’Astria et revint dans la discussion.
— Excusez-moi, j’étais distraite. Pouvez-vous répéter vos derniers propos, sire Airin ?
— Je disais simplement que sire Carustre venait récupérer sa fille demain. Vous la connaissez peut-être, elle s’appelle Astria.
— Oui, je la connais, et a-t-elle été avertie de son arrivée ? coupa Aila, soudain inquiète.
— Oui. Elle a eu la bonne surprise d’apprendre la venue de son père ce soir en rentrant pour se changer.
— Excusez-moi, sire Airin, l’apercevez-vous dans la salle ?
— Je ne sais pas… Non, a priori non ! dit Airin, en balayant l’assemblée d’un regard.
Elle sentit la panique la gagner et demanda à une servante qui passait d’aller voir si Astria occupait sa chambre. Conscient de l’agitation de sa promise, Hubert s’enquit :
— Un problème ?
Elle acquiesça, l’air inquiet :
— Excusez-moi.
Elle se leva. Airin et Hubert l’observèrent s’affairer autour des tables, questionnant tout le monde à propos de la présence d’Astria, mais les réponses furent négatives. La servante revint l’informer qu’Astria était descendue à l’heure du dîner, comme chaque jour. Blaise s’était rapproché.
— Hubert, apprêtez-vous, il faut aller la chercher. Blaise, pouvez-vous faire seller nos montures ?
— Je vous accompagne, intervint Barnais. Demandez à ce que l’on me prépare également mon cheval, ajouta-t-il en se tournant vers Blaise.
Il parut si concerné, si volontaire qu’elle lui sourit.
— Dame Aila, pensez-vous qu’il puisse lui être arrivé quelque chose ou qu’elle ait commis une bêtise ? questionna Airin, préoccupé à son tour. Ce serait dommage, c’est une brave petite…
— Pour l’instant, sire Airin, je n’en sais rien, mais je m’inquiète.
Hubert et elle se changèrent rapidement et descendirent vers l’écurie où Barnais les attendait :
— J’ai recueilli une information. Un jeune garçon l’a vue partir dans cette direction, expliqua-t-il en montrant une route qui filait vers des arbres.
— Quand ?
— Au début du repas.
— Et qu’y a-t-il par là ?
— La forêt.
Le cœur d’Aila se mit à battre un peu plus vite.
— Et dans la forêt ?
— Pas grand-chose, la falaise aux amoureux et l’étang où je vous avais emmenée.
— Elle est là-bas ! s’écria-t-elle. Barnais, conduisez-nous immédiatement à cette falaise !
Munis de lanternes, ils partirent rapidement. Cependant, leur allure ralentit tout aussi vite, car, même sous la lueur lunaire, ils voyaient difficilement le chemin. Barnais les guidait avec efficacité dans les embranchements qui s’ouvraient devant eux, leur indiquant les pièges à éviter. Quelquefois, ils appelaient Astria dans l’espoir d’une réponse, qui ne vint pas. Enfin, ils arrivèrent au pied de la falaise.
— Où est le départ de la montée ? questionna Aila, en prenant son kenda.
— Par là, je vous emmène. Mais pourquoi serait-elle venue ici et pour quelles raisons grimper cette falaise en pleine nuit ? C’est idiot…
— Oui, c’est idiot, mais elle l’a fait.
— Comment pouvez-vous en être sûre ?
— J’ai aperçu des traces récentes qui ne peuvent être que les siennes. En route, Hubert. Barnais, restez ici à nous attendre. Si, d’ici deux heures, nous ne sommes pas revenus, retournez chercher des secours, vous seul connaissez la région, alors soyez prudent.

Sous l’éclat de la lune, suivant Hubert, elle commença l’ascension sans grande difficulté, malgré la nuit qui ralentissait leur progression.
— Est-ce que vous voyez quelque chose ?
— Toujours rien, Aila.
Arrivé en haut, Hubert lui tendit sa main pour l’aider à franchir les derniers mètres qui la séparaient du sommet.
— Pourquoi est-elle montée ici, Aila ?
— Elle est venue pour se tuer, répondit-elle, étouffant un sanglot.
Le prince resta silencieux un moment, puis sa main serra doucement l’épaule d’Aila.
— Continuons les recherches.
Ils avançaient lentement, scrutant chaque ombre. Elle appelait et écoutait tous les bruits, à la recherche de celui qui la guiderait à Astria. Soudain, dans un croissant de lumière, une petite forme blanche se détacha sur une plate-forme en contrebas.
— Elle est là !
— Attendez un instant, j’ai ce qu’il faut !
Hubert déroula une corde et l’accrocha autour d’un rocher avant de ceinturer la taille d’Aila.
— Vous ne pouvez pas descendre sans une assurance, c’est bien trop abrupt.
Elle émit un petit sifflement approbateur.
— Bonne idée, la corde…
Elle posa son kenda et commença son rappel, posément. Voyant difficilement où elle allait, elle mit un temps infini à accéder à la plate-forme. Elle se sentait tellement bouleversée que ses mains en tremblaient. Tout au long de sa descente, elle parlait à Astria, la tranquillisait, devisant de demain et des autres jours, de ce qu’elles feraient ensemble. Elle ignorait si la jeune fille avait survécu, mais si c’était le cas, au moins, elle saurait qu’elle arrivait près d’elle. Même en atterrissant souplement sur la plate-forme, cette dernière vacilla. Guère rassurée, Aila se colla à la paroi et s’agenouilla délicatement auprès de la jeune fille.
— Aila, prononça Astria d’une voix étouffée.
Le cœur d’Aila bondit : elle vivait encore !
— Je ne sens plus mon corps, balbutia-t-elle.
— Ce n’est pas grave, ma douce. Demain, il n’y paraîtra plus.
— Ce n’est pas beau de mentir…
— Je ne mens jamais, Astria.
— Vous ferez une bonne reine.
Que pouvait lui dire Aila ? de se battre ? de ne pas abandonner ? ou qu’elle ne serait jamais reine ? Astria s’éteignait petit à petit, irrémédiablement. Aila puisa au fond d’elle-même tout ce qui lui restait de courage :
— Prenez-moi dans vos bras, souffla la toute jeune fille.
Aila se décala légèrement, sentant la corniche vibrer sous ses pieds, et entoura Astria comme elle le pouvait, évitant de provoquer le déséquilibre du rocher.
— Père ne doit pas savoir, vous avez promis. Ni Barnais ! Lui seul a été gentil avec moi, je le voulais si fort…
— Je te le promets.
— Merci. Dites à mon papa…
Elle n’arriva pas à finir sa phrase.
— Je le lui dirai, je n’oublierai pas.

Le temps s’écoula et Aila en perdit la notion. Elle frémit juste au moment où Astria poussa son dernier soupir. Elle eut envie de hurler son chagrin, mais elle se retint tant la corniche, de plus en plus fragilisée, branlait. Elle s’endormit sûrement, car le jour se levait quand elle rouvrit les yeux. Elle se sentait lasse et accablée. Elle entendait des bruits sur la falaise, mais n’osait ni appeler, ni crier. Un craquement juste au-dessus d’elle lui révéla que quelqu’un descendait.
— Aila, je suis là, chuchota Hubert.
— La corniche va céder…
— Je m’en doutais, c’est pour cela que je suis venu vous chercher. Inutile que vous mourriez à deux…
— Je ne peux pas la laisser.
— Je ne vous le demande pas. Un harnais va nous être envoyé.
— Vous avez pensé à tout.
— Il faut bien que cela m’arrive quelquefois.
Bientôt, le baudrier se posa sur le rocher, tandis qu’Aila n’osait plus bouger. Lugubrement, la plate-forme crissait de plus en plus, elle ne tarderait pas à céder. D’un geste sûr, Hubert passa le harnais entre les jambes d’Astria qui pendaient dans le vide, puis, très doucement, il le fit glisser vers ses hanches.
— Vous devez m’aider. Finissons de l’attacher avant que la corniche s’effondre. Comme nous sommes reliés tous les deux, nous ne craignons rien, mais elle doit être assurée.
Très lentement, ils finalisèrent la fixation du baudrier.
— Je vais leur dire de la remonter. La plate-forme risque certainement de s’écrouler dès que j’élèverai la voix. Préparez-vous. Allez-y ! cria-t-il.
Un craquement sinistre se propagea et Aila aperçut dans son champ de vision une corde qui filait à grande vitesse pour plonger dans l’abîme ! La sienne ! Sa corde !
— Hubert ! hurla-t-elle.
Elle perdit l’équilibre et dégringola avec la corniche sans arriver à se retenir quand, soudain, elle devina qu’une main empoignait la sienne in extremis.
— Aila, accrochez-vous ! Je ne peux pas vous remonter, mais je vous tiens. Pouvez-vous basculer pour venir vous agripper à moi le plus vite possible, je ne résisterai pas longtemps. Allez !
Elle avait senti la peur s’insinuer en elle comme un serpent froid et visqueux, mais elle se reprit rapidement. Pour la seconde fois de sa vie, elle voyait la mort de près, mais là elle ne combattait pas… Se balançant d’avant en arrière, elle réussit à accrocher les jambes d’Hubert avec les siennes, soulageant ainsi la main de ce dernier d’une grande partie de son poids. Hubert put aussitôt se redresser et la hisser petit à petit vers lui. Encerclant son cou de ses bras, puis, verrouillant ses jambes sur ses hanches, elle l’enserra si fort qu’elle devait l’étouffer, mais il ne protesta pas, passant juste un bras autour de sa taille, attendant qu’elle reprît ses esprits.
— Aila, il faut filer d’ici. Envoyez une autre corde ! cria-t-il vers le sommet de la falaise.
Hubert remonta le premier et supervisa le retour de sa partenaire. La peur revenait dans la tête de la jeune fille, tandis qu’elle gravissait les derniers mètres. Elle mit toutes ses forces pour ne pas abandonner et, parvenue sur la crête, elle s’aperçut qu’elle grelottait et que ses dents claquaient.
— Par les fées, qu’nous sommes contents qu’vous soyez entiers tous les deux ! Le sire n’aurait pas aimé qu’on perde l’un d’vous, dit l’homme qui avait lancé les cordes. On a eu peur quand elle a cédé, mais on n’a pas eu le temps de faire. J’suis vraiment ben aise que vous ayez rien.
— Venez, Aila, nous rentrons au château, conclut Hubert, en la prenant par les épaules.
— Par ici, sire. La descente est facile de c’côté et vos chevaux attendent en bas, poursuivit l’homme.
Au coup d’œil d’Aila, incapable de parler, Hubert récupéra son kenda.
— Où est Astria ?
— La p’tiote a été redescendue et, sûr, elle est en route pour l’château.
Les yeux d’Aila se remplirent de larmes.
— Défaisons les cordes et retournons là-bas, décida Hubert.
Maladroitement, elle démêla celles qui auraient dû l’assurer. Les enroulant, elle suspendit son geste avant de tendre à Hubert l’extrémité de celle qui avait cédé, visiblement effilochée, mais des coupures nettes apparaissaient également.
Elle vit la réaction du prince, prêt à ameuter toutes les personnes demeurées sur la corniche, mais un doigt sur sa bouche le contint. Il se ressaisit :
— Brave homme, qui était sur la plate-forme pour récupérer Astria ? interrogea-t-il, d’une voix contrôlée.
Ce dernier se mit à réfléchir, comptant sur ses doigts.
— Sire Barnais, messires Duclin et Roguau, dame Rebecca, et puis deux compagnons à moi.
— Sire Airin n’était donc pas présent ?
— Oh que non ! L’a le vertige rien qu’en montant sur une chaise. Avec un peu d’chance, vous l’trouverez encore en bas. Il doit vouloir vérifier d’ses yeux que vous allez bien.
En bas de la falaise, ils retrouvèrent effectivement le châtelain d’Escarfe, complètement décomposé. Aila aperçut Lumière et, s’écartant d’Hubert, elle partit enfouir son visage contre la crinière de son cheval.
— Vous voici ! Comme je suis soulagé ! J’étais tellement inquiet pour vous et Astria. Oh ! pauvre petite ! Et son père, comment lui annoncer cette nouvelle ? Et vous, comment vous sentez-vous ?
— Fatigués, sire Airin, nous allons prendre un peu de repos.
— Faites, faites ! Oh ! pauvre petite…
Accablé, Airin secoua la tête.

Aila laissa Lumière à la charge de Blaise et partit s’allonger. Les yeux à peine fermés, elle plongea dans un sommeil lourd de chagrin sans voir de petite fée lumineuse.
Hubert vint la réveiller en début d’après-midi.
— J’ai pensé que vous ne préféreriez pas manger en bas, alors je vous ai fait préparer un plateau. Si vous désirez grignoter quelques fruits…
— Êtes-vous allé déjeuner avec eux ? s’enquit Aila qui reprenait progressivement ses esprits.
— Je n’ai pas voulu abandonner Airin qui s’est mis dans tous ses états. J’ai aussi promis de l’assister quand il accueillera Carustre. Ce serait bien que vous soyez là également. Vous en sentez-vous capable ?
Astria revenait avec force dans les pensées d’Aila, engourdie par le sommeil et une larme se forma le long de sa joue qu’elle essuya sans réfléchir.
— J’y serai.
— Aila, nous repartirons demain. Quelqu’un a cherché à vous tuer et je n’accepterai pas de risquer votre existence un jour de plus.
— Non, impossible, nous devons finir notre mission. Il en va de la vie de Barnais, des nôtres et de notre pays.
— C’est vraiment ce que vous voulez ?
— Oui. Je sais tout ce qui a été dit sur Barnais, mais je pense sincèrement qu’il vaut mieux que ce qu’il a offert jusqu’à présent de lui-même. Laissons de côté sa relation avec les femmes et considérons l’essentiel : il peut devenir un allié, j’en mettrais ma main au feu. Au fait, à propos de vie, vous avez sauvé la mienne. Merci.
— Nous avons échangé nos rôles, juste pour voir. Je ne suis pas mal non plus en garde du corps !
Elle esquissa un sourire :
— Peut-être mieux qu’en prince !
Hubert se raidit.
— Excusez-moi, sire Hubert, pour cette plaisanterie de mauvais goût, essaya-t-elle de se rattraper. J’en suis désolée…
Il sourit. Aurait-il appris l’ironie ?
— Il n’est jamais trop tard pour devenir drôle ! renchérit-il, puis, changeant de ton, il ajouta :
— À moins que ce soit vous qui soyez dans le vrai…
Elle posa sa main sur la sienne.
— Non, sire Hubert, s’il y a bien une chose dont je ne doute pas, c’est de votre compétence en tant que prince.
— Merci, Aila.
Elle le sentit sur le point de prononcer quelques mots de plus, mais il s’abstint et se retira, cédant la place à Élina qui entreprit de gommer la nuit presque blanche d’Aila.

Sire Carustre arrivait dans la cour où l’attendaient Airain et Barnais qui le saluèrent. Le châtelain présenta ensuite sobrement le prince et sa promise.
Tournant sur lui-même, le visiteur demanda :
— Où est Astria ? J’aurais juré qu’elle aurait accouru pour se jeter dans mes bras !
— Venez dans mon bureau, sire Carustre, nous devons parler, dit doucement Airin.
— Vous me paraissez tous d’une humeur bien maussade. Y aurait-il un problème avec Astria ?
— Venez dans mon bureau, sire Carustre, insista Airin.
Tandis qu’une inquiétude légitime se peignait sur son visage, Carustre se laissa entraîner par Airin. La porte du bureau à peine refermée, il se racla la gorge.
— Est-il arrivé quelque chose à Astria ?
— Oui, sire Carustre, elle s’est tuée hier dans un accident, énonça simplement Hubert.
Carustre accusa le coup ; il devint blême, mais refusa de s’asseoir.
— Que s’est-il passé ?
— Elle est partie toute seule se promener sur une falaise à la nuit tombée et elle s’est cassé le cou dans sa chute.
— Mais pourquoi a-t-elle fait cela ? Et pourquoi l’avez-vous laissée aller là-bas ?
Le visage de Carustre reflétait la complexité de ce qu’il ressentait. La colère et l’incompréhension le disputaient au désarroi le plus profond.
— L’endroit est dangereux et interdit, alors, en plus, seule et de nuit, nous ne l’aurions jamais autorisée à gravir la falaise. Elle s’est enfuie sans notre permission, précisa Airin. C’est dame Aila, amie avec Astria, qui a donné l’alerte et qui est partie avec sire Hubert et Barnais pour la rechercher. Malheureusement, ils sont arrivés trop tard pour la sauver.
— Par les fées, ma fille est morte toute seule…
— Non, sire Carustre, j’étais auprès d’elle quand elle a rendu son dernier soupir, en paix et sans souffrance, intervint Aila.
— Dame Aila ? Je ne me souviens pas qu’elle m’ait jamais parlé de vous dans ses lettres.
— C’est normal, je venais d’arriver, mais nous sommes rapidement devenues proches.
— Alors, savez-vous pourquoi elle était là-bas ? demanda Carustre qui s’effondrait de plus en plus à chaque mot.
Ses yeux restaient secs, mais il tanguait d’un pied sur l’autre, comme éperdu de douleur.
— J’ai fait une promesse à Astria, sire Carustre et je vais la tenir. La falaise aux amoureux est réputée comme un endroit de vœux. Astria, impatiente de votre venue, en avait formulé un. Quand elle a su votre arrivée prochaine, je suppose qu’elle a voulu remercier la falaise de l’avoir exaucé. Elle était si naturelle, si spontanée qu’elle n’a pas pensé à mal en s’y rendant…
— Par les fées, ma fille est morte, répéta Carustre, en s’asseyant finalement sur la chaise mise à sa disposition. Pourriez-vous me laisser seul, je vous prie… ?
Tous sortirent, sauf Aila, qui s’approcha de lui.
— J’ai un message à vous transmettre de la part d’Astria. Elle était désolée de vous causer ce chagrin et elle vous aime.
— Aimait…
— Je préfère « aime », parce que l’amour sincère survit à la mort et qu’il sera autour de vous aujourd’hui, demain et jusqu’à votre propre décès. Elle restera ainsi toujours à vos côtés.
Carustre la remercia d’un geste de la tête et Aila referma la porte derrière elle, le laissant seul avec son immense douleur. Elle remonta vers sa chambre, ayant elle aussi envie de s’isoler.
— Vous lui avez menti ?
C’était plus une affirmation qu’une question. Hubert la regardait et elle ne décela aucun reproche dans sa voix.
— Oui, j’ai menti, admit-elle.
— La vérité était donc si cruelle pour que vous, si droite, y renonciez afin de protéger une jeune fille, de surcroît décédée ? et un père ?
— Et plus que cela encore…
Elle mit sa tête entre ses mains. Elle se sentait tellement coupable comme si elle avait renié tout ce que Bonneau lui avait enseigné.
— Alors, n’ayez aucun regret, vous avez bien fait. La vie comporte des moments où nous devons dévier de notre route avant d’y retourner. Ces chemins parallèles existent, car nulle part il n’est écrit que nous devons avancer uniquement en ligne droite. Vous avez respecté le serment que vous lui avez prêté, Astria ne savait sûrement pas ce qu’elle exigeait de vous, et vous avez fait preuve d’un immense courage. Si jamais vous avez besoin de moi, je serai en bas, je descends réconforter Airin et Barnais. Eux aussi se sentent terriblement coupables et, probablement, à plus juste titre que vous.
Il quitta la pièce. Il ne lui avait posé aucune question et elle lui en était reconnaissante. Mais, maintenant qu’il était parti, sa tête s’emplit à nouveau de toutes les images d’Astria jusqu’à sa mort. Anéantie, Aila se précipita sur son lit et éclata en sanglots.


Envie de voir toutes les œuvres de Catherine Boullery, auteure de fantasy ? Retour sur le site de fantasy
'